Just In
Community
Forum
V
More
for J'ai vu l'Enfer

5/17/2018 c10 4thytecelia
Salut.

Juste un petit mot pour te dire que j'ai adoré ton histoire. Bravo!
4/30/2017 c10 8Diaboliqua
Coucou Green !

J'espère que tu vas bien !

Alors voilà le dixième et dernier chapitre de J'ai vu l'enfer...Entre nous, j'en suis triste car c'est vraiment une histoire comme j'en ai peu lue. Belle, poignante, réaliste et prenante. Et je te remercie encore une énième fois pour ça.

Bon, ce chapitre !

D'abord, la citation de Guillaume Musso. Je trouve qu'elle résume à elle seule ce que représente Charles et Erik l'un pour l'autre. Deux êtres complémentaires qui s'acceptent dans leurs différences, qui ne se jugent pas, mais tentent de se comprendre et de s'accepter. Tu as bien choisi. Et je crois que cette citation résume également à elle seule ce que tout le monde - je le pense, du moins - espère trouver durant sa vie. LA personne qui vous acceptera tel que vous êtes sans aucune restriction...Je dois dire que je cherche encore, pour ma part...ahah. En tout cas, je vais la noter quelque part car elle est magnifique.

Bon, sans surprise, Charles n'est pas paralysé (merci Seigneur...heu, non : Merci Green !). Après tout, cela aurait été vilain de ta part de nous faire le coup du "Ne retire pas la balle, idiot, tu vas faire plus de dégâts qu'autre chose!" pour, au final, nous le clouer dans un fauteuil...ahah. La culpabilité d'Erik était à prévoir chaque fois qu'il verrait son ami dans ce fauteuil "provisoire", mais bon, on passe assez vite dessus car les conséquences ne sont pas dramatiques comparé à celles du film et puis, Erik a décidé de rester pour être sûr que Charles irait bien et, en soit, il est déjà à moitié pardonné rien que pour ça, je pense. D'ailleurs, la preuve en est que Charles n'est même pas fâché après lui pour cela, mais uniquement pour avoir tué Shaw...même s'il savait qu'il le ferait quand même...

En fait, en y réfléchissant bien...Je crois que Charles s'en veut aussi à lui-même d'avoir continuer d'espérer qu'Erik ne tuerait pas cet homme alors qu'il savait au fond de lui qu'il le ferait. Un espoir vain et désespéré. Et, de ce fait, il en veut à Erik comme à lui-même. Sans doute aussi croit-il avoir échoué en quelque sorte, échoué en n'ayant pas réussi à faire changer Erik d'avis. Je me trompe ?

J'aime beaucoup la petite scène avec l'intervention d'Alex. Je dois dire que la réaction de Raven ne m'étonne pas. Elle réagit comme une gamine capricieuse qui en veut à son grand frère de lui en vouloir pour avoir voulu l'abandonner et suivre Erik. Honnêtement, ce genre de mauvaise fois m'a toujours sidéré chez elle. Elle est tellement aveugle aux souffrances des autres car elle ne pense qu'aux siennes. Je la trouve très égoïste. Et Alex résume bien les choses. Certes, ils n'ont pas à se justifier d'avoir pensé à partir car si Charles n'avait pas été un télépathe, il n'en aurait rien su. Mais, d'un autre, ils sont coupables d'avoir voulu le faire à un tel moment et avec tant de facilités car, on le sait, l'idée de partir avec les ex-mutants de Shaw était une idée à chaud...et pas préméditée..ce qui est pire quelque part. Donc, merci à Alex de faire preuve de tant de maturité quand il n'y en a clairement aucune du côté de Raven...pas d'Erik, évidemment, le gars s'en veut, lui.

Cette idée de partir est d'ailleurs le première reproche que lui fait vraiment Charles quand Erik vient le retrouver dans sa chambre. Je crois qu'il s'est senti trahi au fond. Et c'est normal. Il sait qu'Erik n'est pas parti uniquement à cause de sa blessure et que Raven n'a fait que suivre Erik. A sa place, j'aurais eu la sensation de ne pas avoir tellement d'importance aux yeux des deux personnes comptant le plus pour moi. Partir de la sorte, sans un regard en arrière...qui pourrait faire ça à une personne qu'il aime ? Et tout ça pour quoi ? Des divergences d'opinion ? L'excuse est un peu faible. Et, comme on en discutait précédemment, le Erik des comics d'origine n'aurait surement jamais fait une chose pareille. Charles a toujours été son ami malgré leurs divergences d'opinion et il a toujours été là pour lui quand il en avait besoin...et inversement.

J'aime d'ailleurs beaucoup cette dualité que tu glisses chez Erik. Il veut partir, mais ne peut se résoudre à laisser Charles derrière. Personne ne le retient car Charles n'est pas naïf au point de lui demander de rester, mais il se retient tout seul de partir. Pour Charles. Je trouve ça beau comme dilemme. On retrouve cela chez Charles aussi en un sens : il ne veut pas voir Erik partir, mais ne lui demande pas de rester...de même qu'il refuse de l'accompagner car il veut ouvrir son école. Tous les deux veulent la compagnie de l'autre sans abandonner leurs projets, mais ceux-ci les poussent à devoir être séparés...Misère...la vie est compliquée quand même !

On continue...

Par choix, je ne reviendrais pas sur les écrits d'Erik dans le carnet que lui a donné Charles. Je dirais juste que c'est poignant et que oui, il n'est pas compréhensible de voir des humains faire des choses aussi atroces à d'autres. Je ne m'étends pas là-dessus pas parce que ce n'est pas bien écrit ou parce qu'il n'y a rien à en dire, mais justement parce que le sujet est bien trop poignant et qu'il n'y aurait jamais de fin à ce genre de débat sur le sujet. Je crois juste qu'il est important que le monde n'oublie jamais ce qu'il s'est passé, qu'il est important que chaque humain qui naît apprenne un jour que l'homme est capable de la pire cruauté qui soit quand la haine de l'autre est ancrée dans son cœur.

Jour du départ...plus ou moins...

J'aime bien le fait qu'Erik ait passé plus de deux semaines à tenter de convaincre Charles de l'accompagner dans son voyage en Pologne. Il ne veut pas laisser son ami, mais je pense que cela cache aussi la peur de se retrouver seul face à un passé qu'il ne parvient pas à oublier. Retourner au camp où il a vécu tant d'horreurs doit être terrifiant même si cela devrait avoir, je pense, un côté salvateur. Le moyen de laisser une partie de ces atrocités derrière soi même si on ne pourra jamais les oublier.

Je dois dire que je suis étonnée qu'Erik n'ait plus de cauchemars depuis qu'il a tué Shaw. J'aimerais, si tu le veux bien, que tu m'expliques ce choix. J'aurais plutôt pensé le contraire à vrai dire car ce choix implique qu'Erik, en un sens, relie tout ce qu'il a vécu et tout ce qu'il a fait à une seule et unique personne : Schmidt. Mais, c'est faux. Schmidt n'est pas l'unique responsable de ce qu'il a vécu. Ce n'est pas lui qui le faisait travailler dans les douches et les fours crématoires. Donc, j'avoue être surprise. Je pensais que, justement, en continuant à faire des cauchemars, Erik prenne conscience du fait que non, tuer Schmidt ne lui apporterait pas la paix, comme Charles l'avait dit. En un sens, oui, il n'a pas trouvé la paix...car il ne la cherche pas et, il le dit lui-même, la peur d'être à nouveau traqué est toujours présente malgré la mort de Schmidt...

Donc, si tu pouvais m'expliquer parce que je suis un peu septique.

J'aime beaucoup la promesse d'Erik de revenir qu'il scelle d'un baiser. Comme le pense Charles, on retrouve le Erik des quelques chapitres précédent : l'homme prévenant, capable de tendresse. J'aime cette relation qui dérive entre amitié et amour par de simples gestes. Ils ne savent pas eux-même où ils sont entre les deux, mais ils s'en moquent, ils n'en ont pas honte et c'est tout ce qui importe.

La fin résume très bien la citation du début. Ils feront des compromis pour pouvoir être ensemble, côte à côte, sans renoncer à leurs projets divergents. Ils seront sans doute souvent physiquement séparé par eux, mais ils se retrouveront toujours par les sentiments qui les animent l'un pour l'autre.

Et déjà, un premier compromis se dessine quand Charles accepte de venir avec lui en Pologne, mais pas à Auschwitz.

Bon eh bien...voilà...c'est la fin.

Je vais très probablement relire l'histoire dans son intégralité dans les jours à venir. Il n'est donc pas impossible que tu reçoives un message de moi à ce sujet car j'aurais sans doute relevé d'autres choses que je voudrais partager avec toi.

Je dois dire que je suis triste que ce soit la fin. Tu n'as pas envie de continuer un peu ? Ahah !
Non, je n'exagère pas...Tu as écrit une histoire si belle que je n'ai pas envie de la voir se terminer. J'avoue que je suis assez curieuse de savoir comment tu verrais les choses pour eux avec les années en partant de ce que tu as fait et modifié. Qu'adviendrait-il d'eux ?

Quoi qu'il en soit, même si tu n'écris plus jamais rien sur J'ai vu l'enfer, encore un tout grand merci pour ce partage.

J'espère, qu'outre German Shark, je te retrouverai sur d'autres projets X-Men. Je viendrais d'ailleurs aux nouvelles.

Tu n'as pas fini de m'entendre !

A très vite,
Diabo
4/12/2017 c9 Diaboliqua
Green. Green. Green. Ma chère et admirable Green.
Tu sais que je t'aime, toi ?

Bon, avant de te noyer sous un déballage émotionnel et affectif, reprenons depuis le début.

Tu nous offres un chapitre totalement différent de ce que j'ai pu lire jusqu'ici. Sa structure me fait davantage penser à celle de German Shark : on a de petits passages qui nous relatent des moments précis. Ici, chaque passage (à peu de choses près) parle d'une journée depuis la "fameuse" nuit. C'est très conforme à l'idée que je me faisais des jours suivants leur "dérapage". Erik prend ses distances, chassant le sentiment de culpabilité qu'il a envers Charles en se rappelant pourquoi il est là : tuer Shaw et basta ! Il essaie de se convaincre que cette douloureuse distance prise avec Charles ne l'affecte pas. Grave erreur !

J'aime assez que ce chapitre soit davantage orienté sur le point de vue de Charles. Il est celui des deux qui a réellement pris conscience de ce qu'ils partageaient Erik et lui et de ses sentiments (alors qu'Erik continue à nous jouer les autruches par "facilité"). On sent notre cher télépathe vraiment torturé par ce manque que lui font ressentir non seulement la perte de complicité avec Erik, mais aussi l'absence de son esprit connecté au sien. J'en profite pour justement soulever ce petit détail que j'affectionne : le fait que Charles sait enfin ce que c'est que d'être pleinement lié corps et âme à une autre personne, d'autant plus à un esprit qui attire naturellement sa télépathie et que la perte de ce lien lui donne l'impression d'avoir perdu une partie de lui-même. Ca me donne un peu envie de dire que, quelque part, sa télépathie a trouvé le seul esprit avec lequel il y a une parfaite osmose, une sorte d'âme-sœur en Erik (pas le côté guimauve, hein). C'est comme ça que je le ressens.

Bon, les jours défilent à vitesse grand V ! Charles joue les comédiens en faisant croire que tout va bien dans le meilleur des mondes et Erik...ben, il continue à faire son Erik...J'ai ressenti chez lui, par les très courts moments qu'il passe avec Charles notamment la journée "migraine" et celle du lendemain, qu'il a comme une crainte de se retrouver seul à seul avec lui. Quelque part, rester et être plus présent auprès du télépathe qu'il ne l'a été aurait, je crois, été hypocrite. Car il me semble clair qu'être en présence de Charles le dérange. Pas parce qu'il ne veut ou ne désire pas sa présence, mais parce qu'elle le confronte à cette distance qu'il a choisi de prendre avec lui et qui le blesse même s'il ne veut pas l'admettre. Je crois qu'Erik avait commencé à réaliser que oui, il pouvait être autre chose que de la colère et de la haine sur jambes grâce à Charles et que cette prise de conscience, ce changement était beaucoup trop intense, beaucoup trop difficile à accepter. D'où le fait qu'il ressorte la fameuse pièce de Shaw dès qu'il en vient à penser à Charles et à leur relation (ou absence de relation...).

Peut-être que je m'égare dans mes interprétations ! ? ! ?

Bon, CUBA ! Waw...Waw...Waw...Voilà la raison de mon "Tu sais que je t'aime" en début de commentaire.

Je passerais sur toute la partie qui reprend le film...un "mal" nécessaire dirons-nous que tu résumes avec brio ! Tu maintiens bien le suspens de savoir :

1. Charles va-t-il (quand même) se prendre la balle ?
2. Erik va-t-il l'abandonner ?

Alors...? Tu nous as réservée une très très très bonne surprise.

Perso, je m'attendais à ce que se soit comme dans le film : Erik dévie la balle, culpabilise trois secondes quatre avant d'essayer de convaincre Charles de le suivre avant de se tirer avec SA soeur...(tu sens mon aigreur sur cette fin de mer**).

Et toi, tu nous offres une jolie alternative. Bon, ok, Charles se prend la balle, mais il fait un commentaire judicieux : pas touche, tu risques d'aggraver mes blessures. ENFIN ! ENFIN quelqu'un souligne le fait que oui, c'est assez débile de la part d'Erik d'avoir retirer - n'importe comment - avec l'aide de son pouvoir la balle. En voyant le film, je me suis dis : mais quel con !
Bon, d'accord, il n'a sans doute pas réfléchi une seule seconde à ce qu'il faisait, trop surpris d'avoir blessé Charles par accident. Mais bon, n'empêche, retirer la balle comme il l'a fait a très certainement fait plus de bien que de mal (d'ailleurs cette scène est un peu tournée au ralentit dans le film comme pour attirer l'attention du téléspectateur sur le fait que VOILA la raison du handicap de Charles)...A mes yeux, c'est le fait de retirer la balle qui lui a fait perdre l'usage de ses jambes et pas la blessure initiale...mais bon, ce n'est que mon avis.

Donc, voilà. La balle reste bien là où elle est (je prends d'ailleurs note que Charles sent TOUJOURS ses jambes en fin de ce chapitre...donc, si tu me le colle paraplégique dans le dernier chapitre, je t'étrangle...affectueusement)...et Erik aussi.

Là, j'applaudis. Erik. Reste.
Encore une fois pour le plaisir ? Ok. Erik. Reste.
Il reste alors que Charles lui a clairement dit que NON, ils ne partageaient pas et ne partageraient jamais le même point de vue...ce qui a suffit pour qu'il prenne ses jambes à son coup dans le film. Donc, là, tu nous offres un Erik plus réfléchi et qui laisse Charles (blessé) passer avant le reste.

Miracle. Je n'y croyais plus. Bon, ok, ce n'est pas une raison pour faire des bons de cinq mètres de haut, mais cela me permet de garder espoir (oui, j'ai encore fois en cette petite chose) que nous ayons un (petit) happy end à cette magnifique histoire.

Oh. Et Moira. Je ne peux décemment pas finir ce commentaire sans parler de Moira. La pauvre. Non, franchement. Elle réalise - et c'est dommage pour elle car elle est gentille quand même - que Charles fera toujours passer Erik avant et que la réciproque est là aussi. Elle a vu ce que tous les autres n'ont pas encore vu (ou ne verrons pas ; c'est toi le chef). Donc, adieu l'amourette avec Charles. Quel dommage ! (tu sens l'ironie ?).

Bon, allez, j'arrête là...Je ne sais pas combien de temps j'ai écrit, mais bon, j'espère que tu sera contente de ce (petit ?) commentaire.

Encore un grand, un énorme, un monstrueux MERCI pour cette merveilleuse histoire !
Je t'adore!

On se retrouve fin de semaine sur German Shark !
A très vite !
Bises
Diabo

P.S. : Superbe citation de début de chapitre. Je vais cogiter là-dessus car c'est rudement bien tourné.
4/5/2017 c8 Diaboliqua
Oh bon sang...Green (j'espère que tu vas bien?)...QUEL CHAPITRE !

J'avoue que je ne m'attendais pas du tout à ça ! Bon, ok, je me doutais bien qu'il y aurait des contacts plus marqués, mais je ne pensais pas que cela dépasserait le stade d'un baiser. Je suis agréablement surprise !

J'avoue, je ne pensais pas que tu posterais aujourd'hui vu l'heure qui avançait...J'étais frustrée à cette idée comme pas possible ! Et tu as posté ! Arghhhh, quel soulagement ! J'ai le cœur qui bat toujours à mille à l'heure en voyant un nouveau chapitre venant de toi (que ce soit sur J'ai vu l'enfer ou German shark). Je ne suis pas de nature patiente alors...

Bon sang, quel chapitre...Je n'en reviens toujours pas ! C'était magnifiquement écrit. J'ai adoré !

Le début m'a surpris, je m'attendais à ce que l'on retrouve Erik coincé dans son affreux cauchemar et que Charles le rejoigne pour l'en sortir ou un truc du genre...Pas à un Erik attendant le télépathe dans sa chambre. Le chapitre commence fort avec cet échange oh combien symbolique de bijoux religieux. Je prends le cadeau d'Erik non seulement comme une manière de prouver son attachement pour Charles qui est plus que spécial pour lui, mais aussi comme un message envers Dieu. Lui, ne se sent plus capable de porter cette étoile de David après tout ce qu'il a vécu et vu...cela rejoint, je pense la citation en début de chapitre...Erik s'élève contre Dieu en refusant de porter à nouveau ce symbole, mais ne le renie pas car il l'offre à Charles en gage de son amitié, du lien particulier qui les unit, et aussi je pense, pour que Dieu le protège, ne lui reprenne pas son cadeau (Est-il le cadeau que tu m'envoies pour te faire pardonner ou vas-tu me le retirer, lui aussi ?)...

Je ne sais pas si j'interprète correctement cette symbolique du point de vue d'Erik, mais c'est ainsi que je l'ai perçu. Du côté de Charles, la symbolique est moins forte, je pense. Il n'est pas pratiquant, peut-être croyant s'il porte cette croix autour du cou, mais, comme il le dit, c'est plus une sorte de porte-bonheur qu'un signe de ferveur religieuse. Qu'il le donne à Erik m'a touché dans le sens où il renonce à un objet qui, le pense-t-il, lui porte chance...Cela sonne plus comme le glas à mes oreilles car je repense à ce qui lui arrive à la fin du film. Peut-être aurait-il dû garder ce porte-bonheur...?

Passage suivant...Moira... Qu'Erik ait posé franchement la question de savoir si le télépathe était ou non amoureux d'elle ne m'étonne pas. Et j'aime particulièrement le cheminement d'idées qui découle de cette question. Charles n'est pas amoureux d'elle, même si elle lui plait. Elle lui apporte cette zone de confort dont sa télépathie a besoin et qu'il n'a pas encore trouvé jusqu'à ce jour. Mais, comme le souligne avec brio Erik (encore bravo pour tout ce travail d'analyse et psychologique de ta part) si sa télépathie n'est pas attirée par Moira alors son cœur ne s'ouvrira pas à elle non plus. Et cela m'a fait pensé au chapitre (le 2 ou 3 je ne sais plus) où Charles réfléchit justement à la question et en vient à comparer le fait que sa télépathie n'est pas attirée par l'esprit de Moira, mais l'est par celui d'Erik. Cela rejoint les propos de ce dernier et c'est, je pense, ce qui conduit Charles a se laisser davantage aller en la présence d'Erik dans la suite.

J'aime la manière dont tu abordes la conception que chacun a de la sexualité. Ils ont des buts différents en la recherchant. Cela ne m'étonne pas qu'Erik n'assume pas son corps et ne recherche dans le sexe que le moyen d'apaiser certaines pulsions et non un partage avec sa ou son partenaire. Il fuit les contacts physiques autant que possible contrairement à Charles qui est d'un naturel tactile, toujours en quête de contacts physiques. Je pense que, le concernant, il s'agit d'une manière de compenser le besoin de laisser aller sa télépathie...Je ne sais pas si je suis claire ? Charles maintient constamment des barrières psychiques, se refusant à pénétrer l'esprit d'autrui, et compense ce manque de contact psychiques par des contacts physiques...Il le dit lui-même, il est cérébral.

On avance, on avance...

Sais-tu que je viens de lire, sans aucun doute possible, la plus belle scène érotico-sensuelle que j'ai jamais lue ? Misère, comment fais-tu pour rendre ça si réaliste ? Chaque geste, chaque caresse, chaque envie est incroyable de justesse. Tu as bien mené ta barque. Bravo. J'ai lu lentement, prenant le temps de m’imprégner des mots et d'imaginer la scène se jouant sous mes yeux. Et c'est incroyable. Cette intimité nouvelle leur est venue avec un naturel et une simplicité à laquelle je ne m'attendais pas, du moins, pas de manière aussi flagrante. C'était un magnifique jeu de séduction, de complicité, et de compréhension mutuelle. C'était un très long passage (et quelque chose me dit que tu as dû t'y arracher les cheveux) avec une lenteur dans chaque action qui m'a subjuguée.

Je te tire mon chapeau ! Et plutôt deux fois qu'une !

La fin...misère. Tu es vraiment cruelle avec eux. Charles qui pense avoir apporté un peu de cette paix à Erik, mais qui se rend rapidement compte que l'homme est toujours aussi torturé par son passé...pire, qu'il ne veut même plus en parler...J'ai le sentiment que par ce choix, il vient de claquer la porte au nez de Charles dans un sens. Par ce choix, il se refuse à sortir des tourments de son passé et s'y enfonce même davantage. C'est triste, mais cela correspond tellement au personnage qui reste prisonnier de son passé tout le long de sa vie ou presque. Et Charles qui se rend enfin compte que les sentiments qu'il porte à Erik dépasse la simple amitié...mais il s'en rend compte à un moment où cela ne peut que le faire souffrir car Erik a choisi une voix dangereuse et douloureuse...

Cela me fait craindre la suite. Vraiment. Depuis le tout premier chapitre, j'ai peur pour eux et plus on avance, plus la peur augmente...Encore davantage avec ce chapitre où ils ont franchis la ligne de non-retour. Et je crains fortement pour Charles.

Misère...plus que deux chapitres et je sens que ça va mal se finir...

Mais, encore une fois, je te félicite pour le travail remarquable que tu fais sur cette histoire. Je vais me répéter, mais on se croirait vraiment dans les scènes manquantes du film et c'est une sensation plaisante et grisante. Encore merci de nous faire partager ça !

Je vais me ronger les sangs jusqu'à mercredi prochain...je le sens.

Dois-je prévoir la boite de mouchoirs pour le final ?

Bisous X 1000
Diabo
3/29/2017 c7 Diabo
Encore moi !

Je me rend compte que j'ai oublié de revenir sur un élément important. La phrase en Yiddish.

Est-il le cadeau que tu m'envoies pour te faire pardonner ou vas-tu me le retirer, lui aussi ?

Mon Dieu, comment fais-tu pour imaginer de telle phrase ? Tu es parvenue à résumer en une seule et unique phrase tout ce que Charles représente pour Erik.

Cette phrase fait non seulement référence, selon moi, à l'homme incroyable qu'est Charles aux yeux d'Erik mais aussi à l'importance qu'il a prise en si peu de temps dans sa vie. Le terme "cadeau" est le juste mot. Charles lui offre des moments de joie auxquels il n'aspirait plus depuis longtemps. Charles lui offre l'affection, la chaleur et la tendresse humaine, la compréhension et la compassion, l'amitié et l'amour. Tout ce qu'il avait avant la guerre et ses terribles conséquences.

Par cette phrase, il vient de mettre Charles au même pied d'égalité que toutes ces personnes chères à son coeur et qu'il a fini par perdre cruellement.

C'est magnifique. C'est une déclaration d'affection et d'amour parfaite. A l'image d'Erik.

Bisous
Diabo
3/29/2017 c7 Diaboliqua
Coucou Green,

J'ai guetté, comme chaque mercredi, l'arrivée du nouveau chapitre. Si tu savais l'excitation qu'est la mienne quand le mail l'annonçant arrive !

Et bon sang de bois ! Quel chapitre ! Il m'a tenu en haleine jusqu'au bout ! Et ce n'est pas peu dire ! Je crois que c'est mon préféré jusqu'à présent !

Bon, c'est parti pour ma petite analyse de ce délicieux chapitre...

Tout d'abord, la citation en début de chapitre. J'ai d'abord tiqué sur le fait qu'elle soit en anglais avant de comprendre que tu avais repris mot pour mot l'une des répliques de Charles dans le film. LA réplique dirais-je même. Excellente introduction car elle nous aiguille sur ce que le chapitre va contenir...on se doute bien qu'il va être presque totalement axé sur Charles et Erik ; et qu'ils vont travailler le pouvoir de celui-ci. Avec la Fameuse Scène...

J'aime énormément la reprise de la dernière scène du chapitre précédent. Charles, qui, inquiet, attend tranquillement qu'Erik revienne, leurs échanges de souvenirs qui conduit Erik à parler des camps, de son passé. Tout cela autour d'un chocolat chaud ai-je envie de dire...J'aime particulièrement les petits détails que tu donnes à cette première partie : les noms de rues, les souvenirs d'enfance, les petits gestes apaisants de Charles dont Erik n'a pas conscience. On sent aussi que la confiance d'Erik en la télépathie de Charles a progressé. Il le laisse entrer dans son esprit et le calme pour un sommeil sans rêves ni cauchemars. Je ne crois pas que le Erik du début de l'histoire aurait laissé une telle largesse de manœuvres à Charles. Au contraire, il l'aurait repoussé en disant ne pas avoir besoin de lui et qu'il vivait avec ses nuits cauchemardesques depuis bien des années.

Ensuite, on a Charles qui se réveille aux aurores (quel exploit !) pour faire, encore une fois, preuve de prévenance envers Erik. J'aime ça. Cette manière toute simple et naturelle qu'ils ont de faire attention aux besoins de l'autre. Le petit clin d’œil à l'éternel verre de jus d'orange et à la barre de céréale était le petit plus qui m'a fait sourire. J'ai été assez surprise par la réaction d'Erik au réveil quand il comprend qu'il n'est plus en train de dormir, je m'attendais à un changement brutal d'humeur car, après tout, il a cherché de lui-même le contact avec Charles en lui prenant la main, se croyant encore dans ses songes. Mais non, et c'est assez logique qu'il ne s'en sente pas déranger vu que leur relation a évoluée depuis le premier chapitre...Je m'attends toujours, malgré tout, à un retour de flammes de sa part (même s'il ne survient pas) car, pour moi, Erik est très inconstant dans son humeur et dans ses émotions.

Bon, assez épiloguer.

Le chapitre continue sur une note positive et pleine de bonne humeur avec la recherche du Mystérieux Trombone Perdu. La scène dans la cuisine est géniale. J'ai ri en m'imaginant la partie "fouille corporelle et pelotage de fesse droite". Tu es vraiment douée avec ce genre de petites scènes et je suis sûre qu'avec du bon vouloir et de la détermination tu arriverais à écrire une histoire plus joyeuse avec ce genre de scénettes cocasses.

Je continue...(et oui, il va être looooooonnnnnnnnngggggggggg ce commentaire ; j'adore ce chapitre te dis-je !)

Que dire de leur dernière scène ensemble sinon WAOUH ! Je suis restée suspendue à chaque mot (à défaut d'avoir pu être suspendue aux lèvres de Charles) du début à la fin. Cette simplicité avec laquelle notre télépathe adoré ouvre son cœur et fait état des sentiments que lui inspirent Erik était émotionnellement parfaite. J'adore tout particulièrement cette idée qu'Erik est l'Exception pour Charles ; celui qu'il estime ne pas avoir besoin de protéger (car il sait sans aucun doute le faire lui-même) car il le voit comme son égal ; une personne qui l'aidera, l'épaulera et guidera avec lui tous ceux ayant besoin de leur protection. Je ne sais pas si c'était l'idée, mais c'est ainsi que je le conçoit. Pour Charles, Erik fait maintenant partie intégrante de sa vie ; il ne l'imagine plus sans lui à ses côtés (j'espère d'ailleurs que la fin de ton histoire lui donnera raison...encore une fois "pitié ne les sépare pas ! ").

La partie qui m'a le plus émue, c'est lorsque Charles l'attire - en quelque sorte - dans sa propre tête pour lui faire comprendre que, non, il ne ment pas en disant qu'il l'aime et aime tout de lui, sa bonté, sa noirceur. Chaque pensée ponctuée par un geste envers Erik ; un baiser, une caresse. C'est beau. Tout simplement beau. En revanche, je trouve assez amusant que Charles ne prenne pas encore pleinement conscience des mots et des gestes qu'il a eu envers Erik. Cela dépasse, à mes yeux, le cadre de la simple déclaration d'amitié...surtout entre deux hommes ET à cette époque. Je présume qu'il s'en rendra compte dans le chapitre suivant...Il me semble que tu as dit que Charles ne se rendait pas encore compte de la profondeur de ses sentiments envers Erik et, qu'une fois que ce serait le cas, bey bey Moira...On approche du but.

Bon...continuons.

La fin ! Oh Mon Dieu ! La fin ! Quelle note finale presque tragique. Charles refuse à Erik de lui offrir une nouvelle nuit sans cauchemar et BAM ! Il est en train de vivre, sans doute, l'une des pires nuits de sa vie...! Je dois dire que mon cœur s'est mis à battre à du deux cents à l'heure tant j'ai moi-même en pleine confusion sur ce qu'il se passait. Je me doutais, évidemment, bien que Charles n'aurait pas fait le coup de boire et de venir jouer les tortionnaires nocturnes après sa déclaration précédente...cela aurait gâché le tout, je pense. Mais savoir que le subconscient d'Erik est en train de lui faire vivre ce qu'il imagine que les autres, comme son père et son oncle, ont subit est horrible. Horrible dans le sens où cela n'est pas imaginable d'imaginer ce qu'ils ont pu vivre et ressentir (je ne sais pas si je suis claire) dans ses fausses douches à lutter pour trouver une dernière goulée d'air...Une horreur sans nom.

Avec cette fin, j'ai énormément de mal à savoir ce que tu nous réserves pour le prochain chapitre. Comment Erik va-t-il se sortir de ce monstrueux cauchemar ? Quid de Charles ? Je verrai bien (dans une semaine...misère, ça va être long).

En tout cas, et je vais conclure là-dessus sinon nous y sommes encore demain et mes doigts commencent à me faire mal à taper comme une acharnée sur le clavier, tu es VRAIMENT dure avec ce pauvre Erik. Misère. Je n'en reviens pas de cette fin de chapitre. Tu es vraiment à fond dans la thématique. Et encore bravo d'ailleurs.

Bon, je te dis à vendredi (je croise les doigts) pour la suite de German Shark !
Bonne soirée à toi !

Bisous
Diabo

P.S. : Désolée s'il y a des fautes d'ortho grosses comme des maisons, mais je suis trop pressée de te poster ce commentaire et trop fainéante pour le relire...trop long...ahah !
3/22/2017 c6 Diaboliqua
Coucou Green,

Comment vas-tu ?
Ravie de te retrouver sur ce nouveau chapitre.

Pour commencer, la citation en début de chapitre m'a bouleversée. Le rapport avec Dieu est très présent et ça aide à mieux comprendre l'état psychologique d'Erik. Pour les croyants et pratiquants, je peux comprendre aisément que la question puisse se poser quand on fait face à une injustice sans nom : pourquoi ? Pourquoi tant de souffrance, de douleur ?

C'est le genre de choses qui me parle car j'ai arrêté de croire en la bonté de Dieu après un drame personnel. Je me sens plus proche d'Erik dans ce chapitre que dans les précédents.

Bon, je ne ferais pas de commentaires sur la pseudo relation Moira-Charles. Tu sais que je ne suis absolument pas fan de ce couple. Et, honnêtement, Moira commence à me taper sur le système et pas qu'un peu avec sa chanson "Je ne fais pas confiance à Erin". C'est bon, merci, on a compris Moira Chérie, pas la peine de le dire à tout le monde...arghhhh.

Heureusement que Charles n'est pas de son avis.

A contrario, la petite pointe de jalousie d'Erik quand il apprend que Charles passera la journée avec Moira (ce qui ne fut finalement pas le cas) et quand il voit le télépathe sortir de la chambre de l'agent me fait vraiment plaisir. Les sentiments évoluent un peu.

Je me demande ce qu'Erik a ramené dans le sac et la boîte en carton. Suis curieuse. J'espère qu'on le saura dans le prochain chapitre. Charles ne va surement pas laisser Erik seul après une journée aussi éprouvante.

Sinon, ça été l'écriture du chapitre 10 ? Tu es satisfaite de la fin ? Happy End (par pitié) ? Je croise les doigts pour qu'Erik n'abandonne pas Charles blessé sur la plage de Cuba...pitié, ne nous fait pas ce coup-là.

Avec la complicité qu'ils partagent, je ne vois pas Ton Erik quitter Ton Charles. Impossible. Inimaginable. Je m'y refuse...

A très vite.
Disco
3/15/2017 c5 5CCM - Blinded Watcher
J'ai beaucoup aimé ce petit moment autour d'une partie de scrabble. Un peu de légèreté avant cette discussion difficile avec Alex était nécessaire.
Encore un chapitre riche en émotions, et un très bon tremplin pour la suite !

A bientôt :)

CCM
3/15/2017 c5 8Diaboliqua
Coucou Green,

Encore un très bon chapitre que tu nous offres là ! Il y a beaucoup de moments complices entre Charles et Erik avec des touches d'humour qui sont un vrai régal. J'étais pliée de rire durant la partie de scrabble. La scène du réveil était très bien aussi.

Un chapitre plus léger que le précédent ce qui fait du bien même si la fin est plus dure avec la discussion entre Charles et Alex qui partagent leur ressenti sur la mort du pauvre Darwin. Tu fais ça à la perfection. J'avoue que je n'avais pas pensé qu'Alex pourrait être aussi touché par cette mort. Car, soyons honnêtes, ce n'est absolument pas approfondit dans le film et la mort de Darwin m'a toujours fait penser que, et bien, fallait bien que le grand méchant tue l'un d'eux. Et hop, on passe à autre chose.

Avec toi, au moins, il n'est pas oublié.

J'ai trouvé intéressantes les deux introspections ; celle de Moira et celle de Raven, sur leurs impressions vis-à-vis de la complicité de plus en plus flagrante (en présence des autres) entre les deux hommes. C'était une autre façon de les découvrir à travers d'autres yeux.

Je me demande où tu vas nous emmener car il reste 4 chapitres et l'idée d'une fin dramatique m'inquiète. Tu avais parlé d'une fin qui serait peut-être différente de celle du film et je l'espère car, après tous ces moments magnifiques de complicité et de partage, cela serait douloureux de les voir se déchirer. Encore plus que pour le film.

Encore une fois, bravo pour la justesse dans le psyché des personnages. C'est fou comme tu les maîtrises ! On dirait que tu as écrit sur eux toute ta vie...

Chapeau bas, encore une fois.

On se retrouve dans peu de temps sur The German Shark.

Biz
Diabo
3/11/2017 c4 5CCM - Blinded Watcher
J'ai bien aimé ce chapitre, on ressent encore une fois les émotions des personnages à la perfection ! Honte, gêne, peur...
J'espère que ça va évoluer encore dans les chapitres suivants :)

A bientôt en attendant !

CCM
3/10/2017 c4 8Diaboliqua
Coucou,

Commet vas-tu ?

Enfin le voilà le chapitre quatre...Je dois dire que ma patience a été mise à rudes épreuves. J'attendais le chapitre depuis mercredi vu que tu avais posté les deux précédents des mercredis.

Bref. Le voilà.

Que dire ? Ce chapitre est assez paticulier, je trouve. Il y a une certaine gêne entre Charles et Erik en début de chapitre ; ce qui est compréhensible vu qu'ils ont tous les deux honte d'avoir "partagé" le cauchemar d'Erik.
J'aime beaucoup la manière discrète de Charles s permettre à Erik d'extérioriser ses émotions en écrivant ou dessinant. Cela démontre à quel point le télépathe le comprend.

Je trouve juste un peu dommage qu'Erik se soit rétracté quand il va retrouver Charles. Je pensais qu'il allait s'ouvrir un peu sur son passé à Charles. Ce sera sans doute pour plus tard. En revanche, qu'il propose de le veiller jusqu'à ce qu'il s'endorme est une belle manière de le remercier et de lui témoigner cette même affection que Charles ressent pour lui.

Un peu triste qu'il parte, mais c'est compréhensible. Il a fait un nouveau cauchemar dans lequel se trouvaient et Charles et Darwin et c'est sans aucun doute très perturbant.

Je me demande vraiment où tu vas nous conduire avec cette histoire. Je me questionne beaucoup sur la fin. Il reste 5 chapitres. Et, en relisant les premiers chapitres, j'ai vu que tu allais mentionner de la sexualité dans le chapitre 8...Ca me turlupine un peu. J'espère que ce ne sera pas entre Raven et Erik puisqu'ils s'embrasse dans le film...Honnêtement, je n'ai jamais compris comme ils avaient pu être ensemble un moment comme c'est sous-entendu dans DOFP.

Que ce soit entre Charles et Erik serait cohérent, mais qu'ils en restent à l'amitié simple ne serait pas dérangeant dans ton histoire, loin de là.

Je verrais bien.

En tout cas, je me suis dit que ton histoire me donnait l'impression de lire des scènes coupées du premier film. Ca aurait très bien pu se passer.

On se retrouve au chapitre 5.

Biz
3/5/2017 c3 5CCM - Blinded Watcher
Ho ! J'ai oublié de préciser mais j'adore les citations que tu met en début de chapitre :)
J'aime aussi beaucoup ton style d'écriture que je trouve fluide et agréable à lire.
A propos de ce chapitre 3 : le début m'a bien fait rire ! Je trouve aussi très instructif la manière dont tu explique le fonctionnement de la télépathie de Charles. Pour la fin, l'émotion (nettement plus sombre et intense qu'au début) passe très bien.

J'attend désormais la suite avec impatience (sans te mettre la pression non plus) et te dis donc à la prochaine !

CCM
3/5/2017 c2 CCM - Blinded Watcher
Ce second chapitre est aussi bien que le premier :)
Je trouve ton interprétation des caractères, des comportements et du vécu des personnages très cohérents.
J'ai hâte de voir ce qu'en sera la suite !

CCM
3/5/2017 c1 CCM - Blinded Watcher
Un très bon premier chapitre.
Je trouve les deux personnages très réalistes dans leurs comportements, très profonds aussi. Leur confrontation révèle des parts d'eux que l'on ne remarque pas forcément (ou auxquelles on ne pense pas) dans les films, je trouve ça super !
J'ai hâte de lire la suite :)

CCM
3/1/2017 c3 8Diaboliqua
Salut !

Encore moi !

Alors, que dire de ce chapitre ? Et bien, je dirais tout d'abord qu'il était beaucoup moins axé sur la relation entre Charles et Erik que les deux premiers chapitres où ils étaient quasiment les seuls intervenants. Ici, c'est plus un chapitre d'ordre général où on en apprend plus sur le fonctionnement de la télépathie de Charles et sur le passé d'Erik via Moira. Et on constate aussi, par la même occasion, que les deux hommes ne sont pas aussi ouverts l'un envers l'autre comme on aurait pu le penser par les deux premiers chapitres.

Charles ment à Erik sur sa télépathie et Erik à Charles sont son passage par le Mossad en omettant la vérité.
Et j'avoue que la réaction d'Erik en fin de chapitre ne m'étonne pas plus que cela. Il n'accepte la télépathie de Charles que lorsque celui-ci lui crie haut et fort "attention, je vais rentrer dans ta tête, mais je fouille pas promis". Ici, le fait que Charles ait été happé involontairement ne compte pas à ses yeux et le met en colère contre lui.

J'avoue que c'est ainsi que j'ai toujours vu Erik : comme quelqu'un qui n'accepte la mutation des autres que si elle peut lui servir. Si elle devient une menace, il devient méfiant et blessant.

C'est ainsi que je le vois.

En tout cas, il y a un froid entre eux alors que le début de chapitre faisait état d'une certaine complicité avec le quiproquo sur "avoir coucher avec quequ'un"...Ca m'a bien fait rire.

A très vite.

Diabo
17 Page 1 2 Next »

Desktop Mode . Twitter . Help . Sign Up . Cookies . Privacy . Terms of Service