FanFiction.Net
Just In
Community
Forum
V
More
for Bienvenue à White Oak

1/5/2022 c67 Krissa Paon
Alala... trop de choses... trop d'émotions... trop de tout...
Je ne m'étais pas plongée depuis des années dans une fiction de Supernatural et, ayant terminé la saison 15, final de la série qui m'a laissé un goût très amer, je me suis pris a vouloir redécouvrir ce couple que j'aime encore aujourd'hui et c'est ainsi que j'ai découvert ta fiction Elle m'a accompagnée pendant 2 longues semaines et savoir que je viens de lire les dernières lignes me rend triste, comme si je disais au-revoir a un ami...
Je ne sais pas si tu lis encore les commentaires ou si tu es encore fan de cette série et de ce couple mais je voulais que tu saches que j'ai beaucoup beaucoup beaucoup aimé te lire ! La relation des frangins est si bien traitée et tous les personnages sont attachants. Les sentiments de Sam et Dean et leurs démonstrations d'affections, tantot explosifs tantot sous entendus entre les lignes, nous emportent dans un tourbillon d'emotions que j'ai rarement eu en lisant une histoire les concernant. J'ose espérer qu'un jour tu reprendra l'écriture et que tu nous sortira une suite a cette merveilleuse histoireou une autre fiction basée sur ce couplemais c'est peut être un espoir vain...
En tout cas merci pour ce magnifique travail et pour ton implication au top
peut être a bientôt qui sait
5/20/2021 c67 31Clairaice
a chaque fois hein ?... chaque fois je finis par verser des larmes. Mon cœur se serre toujours, et ma gorge avec. Mais chaque fois je suis satisfaite et frustrée aussi. Parce qu'ils se retrouvent mais on ne sait même pas comment ça finit réellement. Rentrent ils aux Etat unis ? Dean revoit il Bobby ? Et Sam ? Quel est son premier geste ? Un coup de poing ? un baiser ? Dean va t il s'enfuir ? S'énerver ? Rendre les armes ?

Mais aujourd'hui, de longs mois après que tu es terminée cette histoire, j'ai une nouvelle question. Mon esprit reste à demi focalisé sur une phrase que tu as écrite à la toute fin. "J'ai aussi en tête plusieurs autres fictions, toujours avec nos deux loulous préférés". Et je repense à ton mp d'il y a peu. Comme quoi tu avais un peu abandonné FFN. As tu aussi abandonné l'idée d'écrire ces histoires ? As tu oublié tes idées ? As tu changé d'avis ? d'envie ?

Quoi qu'il en soit, je te remercie encore une fois. Vraiment. Parce que cette histoire est vraiment agréable à lire. Et que je l'aime vraiment énormément. Alors merci de m'avoir permise de la lire
5/15/2021 c29 Clairaice
oh non ! je ne me souvenais pas du tout que tu avais cité la reprise de Simple Man de Jensen Ackles. Il chante si bien dedans. j'adore. je l'écoute souvent. Ça et d'autres. Quel plaisir de voir ce clin d'oeil. Pourquoi chaque fois que je te relis j'ai l'impression de redécouvrir l'histoire ?...
5/13/2021 c1 Clairaice
Et me revoilà, à relire pour la 4ème ou 5ème fois ton histoire parce que bon sang je l'aime tellement et c'est si rare ! J'ai la sensation que dernièrement, le fandom wincest est un peu mort et ça me fait de la peine. Alors pour un peu de baume au cœur, me voici !
1/3/2020 c3 2Avengirl13
Wow ! Ce chapitre était trop intense pour moi !
J'ai même du prendre une pose.. J'ai aussi faillit pleurer, j'en avais les larmes aux yeux, j'imagine pas la suite, je commence déjà à pleurer au bout du 3ème chapitre x)
6/19/2019 c67 Shaolan
whaaaaaat no no no ! il va y avoir un épilogue n2 ou une suite hein hein ?!
5/22/2019 c67 geliahs
Merci
2/5/2019 c66 I am Pearll
(Je poste ma deuxième review ici parce qu'on ne peut pas reviewer le même chapitre deux fois, je l'ignorais)
Deuxième lecture :
La vache, c'est plus difficile que ce que je pensais. A la fois un délice et un supplice de relire le dernier chapitre...

Je pardonne à Bobby, réaction violente mais à la mesure de la découverte. Je conçois la "fuite" de Dean et son silence. Et j'admire Sam pour sa force et son courage, et sa volonté d'assumer son amour pour son frère. Quelle belle scène ! Le petit frère défend et protège le grand, et assume pour eux deux leur relation interdite face à leur père de substitution.
Plus tard, Dean qui se laisse aller et laisse Sam prendre la main... Tu ne pouvais pas me faire plus plaisir avec ce merveilleux lemon ! Whaou, j'ai adoré lire ça.
Mais ensuite, mon dieu, comme Sam, c'est mon monde qui s'est écroulé... J'en veux un peu à Dean d'être parti, même si je comprends pourquoi il l'a fait. Je ne m'attendais pas à ce départ, et pourtant, avec un peu de recul je ne vois pas comment cette histoire aurait pu finir autrement. Tu l'as merveilleusement écrite, avec tant de réalisme qu'une happy end n'aurait pas pu coller.
Et on peut quand même aimer une fin non heureuse, la preuve.
Ce dernier chapitte clôture pour moi de façon parfaite ta fic : les deux se sont prouvés l'étendue et la force de leur amour, l'un au début du chapitre et l'autre à la fin, chacun à leur manière.
Même si je suis infinimen triste qu'ils aient finis séparés.

Mais, l'épilogue vient malgré tout apporter un peu d'espoir ! Une fin ouverte, hein ? J'avoue en être un peu frustrée, mais encore une fois, comment finir autrement ? On reste dans cette cohésion parfaite.
Alors notre Sam retrouve Dean 4 ans plus tard... Et ces 4 années ont dû être atroces pour l'un comme pour l'autre. Si c'est clairement établi pour Sam, le doute plane pour Dean. Je choisi de croire qu'il souffre également de l'absence de son frère, il ne peut pas en être autrement.
Bobby semble regretter sa réaction. Il a soutenu Sam pour qu'il retrouve son frère, mais cela ne veut pas dire qu'il approuverait leur histoire...
J'ai du mal à imaginer la suite de ton épilogue.
Je ne peux pas m'empêcher de les imaginer heureux ensemble malgré l'inceste, et c'est ce qui fait la force de ton histoire.
Ça va laisser un vide énorme tu sais ?
J'espère qu'on restera en contact.

Je te remercie encore pour cette si belle fic et te souhaite bonne chance pour tes beaux projets.
Plein de bises
2/2/2019 c67 4Lenae Lee
Bon. Bon bon. Ma chère et tendre Callisto. Comme toujours, les mots me manquent.

Je ne sais pas par où commencer… Parce que pour une fois, j’écris cette review à chaud. Je n’ai pas encore eu le temps de mettre de l’ordre dans mes idées.

N’y arriverais-je jamais…

Je suis à vif dans les émotions, là. De ce grand final que tu nous offres.

Je sais, commençons par le chapitre 65. Ce moment d’infinie tendresse que l’on crevait de voir arriver, depuis tellement, tellement longtemps… Enfin ils se rapprochent, ils se retrouvent, cette complicité renaissante, tu nous l’as fait crever d’envie. Pour mieux la briser, par l’arrivée inattendue de Bobby.

C’était le meilleur moyen pour que Bobby l’apprenne. Evidemment qu’il ne pouvait pas l’apprendre autrement. Comment, et quand est-ce, que Sam et Dean se seraient posés « Bobby, faut qu’on parle » ? JAMAIS. Pourtant, tu ne pouvais pas conclure cette histoire sans avoir Bobby apprenant la réalité de leur relation. Il devait savoir, et il l’a découvert, de la meilleure (pire) des manières qui soit.

Ensuite, ces réactions… Cette colère légitime du vétéran, cette décontenance du cadet, et cette passivité de l’aîné… Oui, là, je l’ai vu. Là, j’ai compris.

Tu sais ce qui me marque le plus dans ces trois derniers chapitres ? C’est cette capacité que tu as à nous faire comprendre ce par quoi passe Dean tout en nous relatant l’histoire du point de vue de Sam. C’était incroyable. La majeure partie de BWO relate le point de vue de Dean, tout ce qu’il ressasse, ce qu’il se passe en boucle, on l’a vécu avec lui depuis le premier chapitre, on l’a accompagné, on a grandit avec son personnage. On le connait, Dean. On a été dans sa tête à travers tant d’épreuves…

Que d’un coup, il nous est parfaitement hermétique. Impossible de savoir ce qu’il ressent, ce qu’il en pense, on y est étranger. On est avec Sam, impuissant face à la passivité inquiétante de l’aîné. On tuerait pour s’insinuer en lui, lui faire dévoiler ses tripes, le faire craquer ! Cette barrière opaque qui lui voile les émotions, on la palpe avec Sam.

Mais tout comme Sam, on le connait trop bien Dean. Et tous ces indices, on les voit. Il le regarde « comme si c’était la dernière fois ». Il passe 15min de trop dans la salle de bain. Lui fait une demande qui paraissait impensable il y a quelques chapitres encore. Devient doux. Ouvert. Tendresse inhabituelle qui alarme immédiatement, évidemment. Evidemment qu’elle alarme !

Tout comme Sam, j’ai sursauté quand il l’a entendu se lever. Tout comme Sam, j’aurais été sur mes gardes. Mais à moitié endormie, bercée par l’incroyable tendresse qu’ils venaient de s’échanger. Suspicion en veille.

Pourtant, c’était sûr.

« J’aurais aimé t’apprendre les paroles… »

Bon sang il parlait déjà au passé !

C’était sûr, je n’ai pas été surprise par la fuite de Dean.

Mais le fait de l’avoir vu venir était sans doute pire encore.

Et cet échos, magistral, au chapitre de leur première fois. Quand Dean fuit dans son Impala suite à leurs premiers ébats. Quel magnifique dénouement. Ne pouvait pas être plus juste.

Putain, on le connaissait Dean.

On le savait !

Il fuit, et c’est tellement logique avec son personnage. Son silence prend tant de sens soudain, on n’était pas dans sa tête, mais on se prend le cheminement de ses pensées en pleines dents, violence inouïe dans la manière de délivrer ses certitudes, ses émotions, et comme Sam on pleure, on s’en mord les doigts, parce que c’est Dean bordel. Il ne pouvait pas faire autrement, il ne sait pas faire autrement ! Il était évident qu’il allait mal réagir. On s’en doutait ! On devait s’en douter.

C’est Dean bordel.

Je me répète. Désolée. Mais tant de brio dans la narration me laisse pantoise.

Je pense que je l’avais vu venir, aussi, parce qu’une autre fin n’aurait pas pu convenir. Il ne pouvait pas y avoir de « happy end » comme dans un Disney avec ces deux là. Pas alors qu’on vient de traverser 65 chapitres d’un amour d’une telle complexité. Il n’aurait pas été logique de finir trop facilement. Non, ça ne pouvait pas se finir aisément.

J’aurais été déçue si ç’avait été le cas.

Et puis, je sais pas, je pense que cette conclusion arrive à point nommé. On a tant et tant été avec eux, s’étendre sur la réaction de Bobby ou sur leurs possibilités de futur, c’aurait fini par être redondant (à noter, après 450k, tu ne l’avais toujours pas été, je sais pas comment tu fais sérieux).

Elle est bien, cette fin.

Elle arrive quand il faut. Avec le ton qu’il faut. Le rythme qu’il faut.

Elle est bien.

A la hauteur de ton oeuvre.

(parfaite, donc)

Tu m’en as foutu un noeud à la gorge tu sais. Un putain de noeud qui a grandi à mesure que j’attendais de voir arriver le pire. A mesure que je me disais « ah, non ? je me suis peut-être trompée ». « Je pars chercher le petit déj ». Bordel j’y ai cru. Comme Sam j’y ai cru, mais c’était trop beau. C’aurait été trop beau.

Cette justesse dans ton scénario et ta manière de le relater, Callisto, je ne te le dirais jamais assez. C’est époustouflant.

C’était parfait.

Quant à l’épilogue… Je crois que je n’aurais pas voulu lire autre chose. Non, ça aussi c’était parfait. C’est reparti. Evidemment que c’est reparti.

Ce sont les putains de Winchesters !

Comme en 40, on sait ce par quoi ils vont passer. Ces « je t’aime moi non plus » à venir, je te repousse sans pouvoir me passer de toi, la colère de Sam, celle de Dean - parce qu’il ne sait pas s’exprimer autrement, le bougre - les sempiternelles disputes, et le bonheur, ô combien immense, de s’être retrouvé. Cette nouvelle lutte interne de ne pas pouvoir vivre dans le péché, non, c’est impossible, mais cette envie irrépressible de le faire quand même. Ah ça prendra du temps, des années peut-être. Mais on les connait, on a grandit avec eux. On sait qu’ils ne seront pas capables d’y résister et que tôt ou tard, ils replongeront. Parce que c’est plus fort qu’eux, cet amour fraternel, si destructeur, il est en eux. Ils ne peuvent pas s’en passer.

Non, le seul moyen de vraiment mettre un terme à cette histoire, c’est de tuer l’un ou l’autre. Et je parle même pas du deuil du deuxième à venir…

Bon dieu que je suis heureuse que tu nous laisses une fin ouverte comme ça !

Alors oui j’imagine Sam énervé, Dean faussement nonchalant, jusqu’à ce que les rôles soient inversés, que les rancoeurs s’échangent et s’apaisent, j’imagine les quatre années qu’ils ont passé chacun de leur côté (putain, 4 c’est long), le chemin qu’ils ont chacun parcouru de leur côté, et l’impact que cela aurait sur leurs retrouvailles. Tout ça je l’imagine très bien, parce qu’encore une fois, je les connais très bien. Tu me les as présenté avec un tel niveau de détails et de précision, que je sais exactement comment ça va se passer.

Et on serait repartis pour 500k !

Mais tu n’es pas une machine holywoodienne à traire la vache par les deux bouts (c’est pas ça l’expression exacte ? ah bon), tu sais quand t’arrêter pour éviter de faire la saison (*cough cough*) de trop.

Tu sais t’arrêter avant l’indigestion, avant le « trop plein », avant qu’on ne voie les mêmes erreurs de reproduire, se répéter sans qu’aucun des deux ait grandi, et qu’on tourne en boucle. Non, ça tu sais l’éviter. Et pour ça, merci.

Merci pour cette fin qui nous fait comprendre que ça n’est pas fini. Que ça ne l’est jamais, avec eux. Merci pour cette fin qui nous laisse voir tant de choses encore à développer, et qui ne laisse pas cet arrière goût amer d’un « bin voilà, c’est terminé ». Non, BWO était l’acte I, « Rendez-vous en Alaska », c’est le tome 2, dores et déjà disponible dans vos têtes et imaginations fertiles.

(bon j’ai l’impression d’avoir rien dit encore… comment est-ce que je fais pour écrire tant de mots mais dire si peu de choses ?)

(ça doit faire la 7e fois que je me remets « Hey Jude » en fond. Les deux premières pour lire les chapitres 66 et 67 dans l’ambiance appropriée. Les cinq d’après, pour laisser le moment s’étirer encore un peu. Oui, je l’ai comprise ton ambiance Callisto. Et bon dieu je l’adore. Je la kiffe. C’est le pied absolu. C’est la dimension musicale qui apporte tellement de profondeur à ces dernières scènes que tu nous a joué. Merde attends je suis encore dans ma parenthèse)

Ce dialogue, entre les garçons. Dean qui chante, Sam qui somnole. Avec la musique en fond, putain, c’était le pied. Tristesse mélancolique s’il en est. En voilà un autre d’indice, sur le dénouement vers lequel on s’approchait. Comment envisager un happy ending avec une musique si mélancolique ? Comment envisager une fin horrible avec une musique si belle ? Elle était d’une douceur, à l’image de ces derniers moments que les frères ont partagé. Lire tes derniers chapitres avec Hey Jude en fond sonore, sans déconner, était l’expérience littéraire de ces dernières années.

Non, j’en fais pas des tonnes. Tu sais pourquoi ? [instant confession] j’aime pas lire. Ouais, ça peut paraître bizarre pour quelqu’un qui traine sur fanfiction et qui écrit, mais j’arrive pas à lire. Je suis vraiment pas fan, je ne compte plus le nombre de bouquins ouverts et jamais continués. Le nombre de premiers chapitres entamés et aussitôt abandonnés. J’aime pas lire, ça prend du temps, de la concentration, j’alloue mon temps libre à beaucoup de choses, mais la lecture j’ai jamais réussi.
A mon plus grand désespoir, c’est pas faute d’essayer, mais je tiens jamais la distance. Heureux sont les Harry Potter et rares Hunger Games, seuls bouquins que je peux me vanter d’avoir terminé.

Et me voilà, à poser une review sur le 67e chapitre d’une fiction qui doit faire le volume des 4 ou 5 premiers HP cumulés, et que j’ai avalé, sans jamais rechigner, dès la sortie d’un nouveau chapitre, lire pour comprendre, pour apprendre, pour être transportée, pour éprouver, de manière si linéaire et tellement douce. J’en suis presque fière t’sais. J’ai lu 500k les gars !

Donc oui, ta fiction me réconcilie avec la lecture, et ça, sois en sûre, c’était vraiment pas gagné. Elle est si bonne qu’elle m’a emporté sans détour jusqu’à ce dénouement final d’une telle beauté. La vache, qu’est-ce que je suis contente d’être arrivée là.

* relance Hey Jude pour la énième fois *

Voilà, je sais plus quoi dire. J’ai pas encore trouvé ton dictionnaire avec tous ces mots en plus qui permet de décliner un même propos sous autant de nuances, je le cherche avidement. En attendant je peux juste te dire (répéter) que ce dernier chapitre était une merveille, à la hauteur de ce que tu nous avais offert jusque là.

Non, mieux.

Parce que ce chapitre, en plus de témoigner de ta progression en tant qu’auteure, conclue avec merveille une histoire d’une complexité folle. Parce que tu as réussi, avec ces deux/trois scènes, à mettre un point final d’une justesse sans nom à une histoire si riche. La boucle est bouclée, c’est comme ça et pas autrement - ça ne pouvait pas être autrement -

BON DIEU. Je viens de réaliser. La dernière fois que Sam et Dean se sont quittés dans BWO, Dean ne pouvait pas s’empêcher de veiller sur Sam, de loin. Il a forcément craqué pendant ces 4 ans en Alaska… Forcément.

Hum. Il est possible d’écrire une fanfic d’une fanfic ? Fanfanfic ? fanfic ?

Non, impossible. Impossible de toucher à BWO, une telle pépite ça se met dans un musée, toute tentative d’y apporter quoi que ce soit de plus est même pas envisageable.

Bref, faut que je décolle, quand j’écris ce que je pense à chaud ça part vite en cacahuète. J’ai sincèrement l’impression d’avoir à peine babillé quelques mots sur ce que tes derniers chapitres m’ont fait ressentir, tant les émotions éprouvées étaient fortes. J’ai même pas parlé de l’acte physique qui nous plonge dans une luxure sans nom, ou même de l’excuse de Bobby, si furtive, et qui pourtant laisse entrevoir la richesse (en émotions) des 4 années qui ont disparu entre le chapitre 66 et le 67. Je suis tellement à chaud, que quelque soit la manière dont je m’y prendrais, j’arriverais jamais à retranscrire fidèlement les émotions que tu m’as provoqué.

On va juste dire ça: putain, ce que ça fait du bien. C’était incroyable. Merci, Callisto

Quels sont tes autres projets d’écriture ? Qu’as-tu de plus à raconter sur Sam et Dean ? Comment vas-tu faire pour te lever le matin en sachant que BWO est conclue ?

(Hum. Faut peut-être que je repasse dans le coin, histoire de papoter un peu.)

Je te souhaite bon vent, l’artiste.

Et à très vite.

Lena

* remet Hey Jude une dernière fois *
1/31/2019 c67 narutine
Haaaaaana j'arrive pas à croire que cette histoire se termine ! mais noooon ! haaaaan ! haaaaa ! il à la fait poiroté 4 ans quand même cette imbécile lâche jusqu'au bous ... aaaah dean on t'aime quand même en bref ça termine bien c'est ce qui compte j'aimes les histoir qui se termine bien oooh que oui !bref ! c'est une des plus histoire que j'ai lu de wincest ! vraiment ça était un plaisirs énorme de la suivre jusqu'au bous même si vers la fin j'ai mi plus de temps (j'avoue j'ai fais une petite pause dan super natural, quand on commence à se lasser c'est pas bon ! du coup bas j'ai eu moins envie de lire de fanfic dessus )mais je n'ai pas abandonné hors de question ! merci beaucoup encore fois pour cette super histoire, mille fois ! Et j'ai hâte d'en lire des nouvelles ! sur ceux je te souhaite une très bonne continuations !
1/31/2019 c66 narutine
OMG !
1/31/2019 c65 narutine
oh merde la fin omg XD oh non ! c'est pas possible bobby est pas allé en ville XD il a était trop vite omg ! alors oui je décide quand même de commenter le chapitre ! hehehe sinon c'était un beau très chapitre ! aller hop je vais lire la suite !
1/31/2019 c2 Tibby
Cela faisait longtemps que je voulais lire une fanfiction bien écrite et qui ai du sens et de l'intrigue. Il y a une telle masse de n'importe quoi ou de pas abouti que j'avais perdu espoir de trouver quelque chose. Bien sûr, je sais ce que mon entourage penserait du fait que je lis du wincest mais c'est plus fort que moi, j'aime ce genre d'histoires.
Alors ces deux premiers chapitres sont bons, j'ai hâte d'entrer dans le vif du sujet. Au départ, je cherchais la chronologie de tes "flash back" mais au fur et à mesure on se laisse prendre et on se contente d'imaginer les regards échangés, le regard de Dean qui s'attarde sur Sam, les frères quand ils sont jeunes, ... Vraiment très chouette... A très vite pour la suite.
1/29/2019 c67 I am Pearll
Oh mon dieu. Mon dieu. Mon dieu.
Alors, je vais pleurer un bon coup, me remettre de mes émotions (ou au moins essayer), te relire à tête reposée, repleurer sans doute, et reviewer comme il se doit... Et pleurer, encore.
Sans rire, Callisto, comment ON va continuer à vivre sans ça... ?
À très vite.
P.S. : j'ai aimé.
P.S. 2 : I love you.
1/28/2019 c67 Mlanie
J'ai beaucoup aimé ton histoire qui m'a parfois rire, voire même jusqu'à verser ma petite larme à l'oeil (oui, oui, tu peux me croire).
Vraiment une très belle histoire sur les frères Winchester.

Mais...Mais je suis déçue de cette fin ! Je n'ai jamais autant déteste Dean que dans le chapitre 67, quant à l'épilogue, qui pour moi se termine en queue de poisson.

Dommage !

Mais sinon, merci de nous avoir fait partager ta fanfic !
488 Page 1 2 3 4 11 .. Last Next »

Twitter . Help . Sign Up . Cookies . Privacy . Terms of Service