Elle courait à toute allure dans les couloirs déserts de Poudlard comme si elle cherchait à fuir quelqu'un. Elle se retourna rapidement pour voir si quelqu'un la suivait, mais le temps qu'elle se remette dans le sens de la marche, elle percuta de nouveau quelqu'un…

« Je peux savoir où tu t'en vas comme cela ? »

« Damon ? Je… Euh… Bah… » begaya-t-elle.

« Ce n'est pas vraiment une réponse. Et ton petit Dray s'inquiète pour toi. » dit-il, enlevant les yeux au ciel.

« Mais ne sois pas jaloux mon petit Damon ! »

« Y'a pas de risque que je sois jaloux d'un petit blondinet comme lui et puis tu n'es que ma meilleure amie… »

« Ouais… Après tout je ne suis QUE, ta meilleure amie… »

« Serais-tu déçue de n'être que ma meilleure amie ? » demanda le jeune homme.

« Non. Cela me va très bien… Tu veux bien me ramener à l'infirmerie s'il te plaît ? Cela ira plus vite que de tout remonter… »

Bien sûr, ma princesse. » répondit Damon.

Arrivée en haut, Hermione se remit à pleurer.

« Eh Princesse… Pourquoi pleures-tu ? »

« Parce que c'est ma faute… »

« Mais non ! Ne t'inquiète pas… Il ne t'en veut pas ! C'est déjà ça ! »

« Oui, mais Caroline si ! »

« Écoute, je m'occupe de Caroline et tu restes avec Drago pour vous expliquer, d'accord ? »

« Oui… Si tu veux… »

« Aller Beauté ! Essuie-moi ces vilaines larmes ! » lui dit-il en lui déposant un bisou sur le front.

Ils entrèrent dans l'infirmerie.

« Te voilà toi ! attends que je te règle ton compte ! » interpelle une blonde.

« Caroline ! Je t'ai dis NON ! »

« Mais Dray ! »

« Non ! Il faut que je lui parle… et puis c'est mon amie et nous avons dit qu'on ne touchait pas aux amis que l'on se fait étant séparés ! »

« Mais… Elle… » balbutia la blonde.

« Caro ! »

« Bon OK ! Je vous laisse discuter tranquillement… Damon ? Tu m'accompagnes ? »

« Mais bien sûr Caroline ! C'est avec plaisir ! »

Et après cela, ils partirent, bras dessus bras dessous.

« Écoute Dray… » commença Hermione en s'approchant du lit de ce dernier.

« Non ! Toi écoutes moi ! Je sais qui je t'ai fait beaucoup de mal en te disant que l'on ne devait plus se parler… Mais à cause de nos différences de maisons, il y a des choses que je veux, mais que je ne peux pas te dire… »

« Melle Granger ! S'il vous plaît, veuillez sortir ! M. Malefoy a besoin de repos ! » intervint l'infirmière, Mme Pomfresh.

« Oui, madame Pomfresh ! Repose-toi bien Dray… » dit-elle en venant lui déposer un bisou sur la joue.

« Oui… Bien sûr, Mione… » lui répondit le blond.

Une fois passé le pas de la porte qu'elle referma délicatement, elle entendit des pas précipités.

« Toi ! »

« Caroline ! Tiens ta promesse ! »

« Mais oui… Rhooo ! C'est bon ! Je voulais juste lui proposer une trêve entre FILLES ! »

« Et bien, ta trêve et ses conditions seront posées devant moi, car je ne te laisserai pas seule avec Hermione ! Hermione ? »

« Et bien mon cher Damon, on dirait que ta protégée t'a filé entre les doigts… Donc, elle sera au premier qui la retrouvera, » lui murmura-t-elle à l'oreille.

Et elle disparu. Hermione, quant à elle, courait jusqu'à la grande salle. Ouf ! Elle était enfin arrivée. Elle respira un grand coup mais lorsqu'elle voulu tirer les portes de la grande salle, mais elle fut tirée en arrière et plaquée contre un mur.

« Caroline… Je… Tu… Enfin, ils… » n'arriva-t-elle pas à articuler tellement la main de Caroline lui faisait mal.

« Je rêve ou tu n'arrives pas à t'exprimer toi qui es si intelligente ? »

« Euh… Je… »

« C'est bien ce que je dis. Donc puisque je suis plus lucide que toi en ce moment, je vais prendre la parole. Je vais t'expliquer ma trêve. TU ne t'approches plus de MON Dray. En échange, j'accepterai volontiers de ne pas intervenir dans ta vie. Si tu t'approches de lui, je ferai de ta vie un enfer. Tu m'as bien comprise ? »

« Hmm hmm. » hocha Hermione, perturbée par les conditions que venait de lui exposer Caroline.

« Très bien. Donc, tu peux maintenant retourner à ta petite vie de sorcière. »

Elle respira un grand coup et cette fois, elle entra dans la grande salle. Une fois qu'elle eut aperçu Jacob, elle se précipita vers lui.

« Qu'est-ce qui t'arrive Mione ? » demandèrent les jumeaux en la voyant se coller à Jacob comme si elle était effrayée.

« Rien les garçons. Rien, ne vous en faîtes pas. » mentit-elle en leur souriant.

Le cœur d'Hermione battait tellement fort qu'elle pensait qu'un orchestre était en train de jouer à l'intérieur. Soudain, les portes de la grande salle s'ouvrirent…