Here i'm back ! J'ai miraculeusement survécu à la réunion de famille (mon estomac un peu moins, mais bon) et je peux donc vous offrir une autre anecdotes \o/ ! D'ailleurs, je traine de plus en plus pour finir ce nuzlocke, c'est pas gagné pour le terminer. Mais je tiens bon ! Bref, changement total de registre ici, ça n'a rien à voir avec le reste. Mais bon, vous verrez. Bonne lecture !


Le vent filait à toute allure. Il ébouriffait les cheveux des passants, secouait les arbres, sifflait dans les feuilles, faisait vibrer les pokémons. Dans les airs, l'oiseau transcendait l'espace. Sa vitesse soulevait la poussière lorsqu'il frôlait le sol, provoquant des tourbillons de particules. À peine ceux-ci dissipé, il était de nouveau là-haut, si haut dans le ciel, au point de presque toucher les nuages, que le jeune homme devait plisser les yeux pour le voir. Debout dans l'herbe, sur le bord de la route 209, il observait son starter et ses figures. Ses autres pokémons s'étaient dispersé, il ne restait plus que lui à terre, et Al' dans les cieux. Lui, ses deux pieds fermement campé sur le sol, comme à jamais soudé à cette matière, bloc de roc dans un coin du monde destiné à rester à sa place, et l'autre, ses deux ailes déployés, et sa virtuosité aérienne, sa liberté spatiale, guidé par zéphir et alizé sans aucune contrainte.

L'oiseau vira sur sa droite, exécuta un tonneau, sembla un instant perdre le contrôle, bref moment d'instabilité durant lequel il aurait dut être à la merci des vents. Mais il redressa d'un coup d'aile, repartit de plus belle explorer le ciel, et Sinned se remit à respirer sans y prendre conscience. Malgré qu'il est l'air de ne pas y prêter attention, malgré qu'il se dire désintéressé, malgré qu'il n'est jamais voulu de cette vie, il ne pouvait empêcher son cœur de battre au rythme des cascades de l'oiseau, tout là-haut. Son souffle se calquait insensiblement sur celui du pokémon, doucement, et les yeux rivés sur le ciel, les jambes campé sur le sol, il lui semblait voler avec lui, entrainé par Sirocco et Aquilon. Il ferma les yeux un instant, et frissonna alors que la bise se frayait un chemin sur son dos nu. Le monde s'étalait loin en-dessous de lui, longue bande vertes taché de bleu s'offrant à sa vue. Il voyait les êtres, petites taches noires, le regarder passer. Il voyait le ciel, immense et vaste surface d'azur, le surplomber. Et il se sentait prendre de la vitesse, alors que son bec piquait de plus en plus vers la terre. Le vent cingla son visage, lacéra ses plumes, mais il ne vira de bord qu'au dernier moment, soulevant une tornade de poussières sur son sillage alors que le brusque changement de vitesse lui coupait un instant le souffle. Son cœur tambourinait dans sa poitrine alors qu'il reprenait de l'altitude pour virer de bord, encore. Il se sentit vibrer lors son corps se renversa dans les airs, et l'euphorie le saisit à nouveau lorsque les ailes se refermèrent. Instant d'instabilité, qui lui sembla durer une éternité pendant laquelle la terre fut céruléenne et le ciel vert émeraude. La seconde d'après, pourtant, il tourbillonnait dans les airs, encore, défiant les éléments. On l'observait d'en bas, admiratif. On le voyait faire fi de la gravité, empli de grâce et de volupté. On l'apercevait alors qu'il tutoyait les nuages. Sa colonne vertébrale fut parcourue d'un frisson délicieux, ses rémiges vibrèrent en échos aux battements désordonnés de son cœur, il inspira une goulée d'air qui lui sembla bien plus délicieuse, tout là-haut, que sur terre, là où l'attendait son corps.

- Hey !

Le retour sur terre fut brutal. Il serra les dents, avant d'ouvrir les yeux brusquement, la magie de l'instant ayant été brisée. Al' continuait de tournoyer, le monde continuait de tourner, et un stupide dresseur blond lui demandait si il s'agissait de son pokémon. Voilà. Il soupira devant cette perte, avant de répondre de manière évasive au dérangeur. Oui, c'était bien le sien. Non, ça n'était pas lui qui lui avait apprit ses figures. Non, ça n'était pas un pokémon de concours.

Oui, il le dérangeait.

Pourquoi ? Parce qu'il aurait aimé continuer à voler.