EDIT : version corrigée

Bien le bonjour/bonsoir !

Je publie ici ma toute première fanfiction. Comme vous avez pu le voir, il s'agit d'une fiction basée sur le film « Avengers » et on pourrait plus justement la située avant que Loki ne soit emmené par Thor sur Asgard. Pour être honnête, bien que le fil conducteur de l'histoire soit déjà tracé, je ne sais pas si cela finira clairement en IronFrost. Seul l'avenir pourra nous le dire, ahah !

Bon, fini le blabla. J'espère de tout cœur qu'elle vous plaira !

disclaimer : les personnages sont empruntés à l'univers Marvel


Chapitre I

Premières paroles

Tony poussa la porte d'entrée de l'accès aux cellules, une bouteille de whisky à la main.

Le S.H.I.E.L.D était accablé d'un nombre conséquent de tâches à accomplir, certaines plus importantes compliquées que d'autres à effectuer, comme sauver le monde. Et bien qu'aucun grand méchant n'avait fait son apparition depuis un long moment, Fury semblait décidé à garder ses combattants en bonne forme et à l'affût du moindre danger en leur incombant des missions plus ou moins tordues. Comme démanteler un groupe terroriste ou canaliser une simple émeute, vous voyez le genre ?. Bien sûr, les Avengers étaient en nombre réduit pour accomplir ces tâches. Thor était retourné à Asgard sur ordre d'Odin, Natasha se rendait d'un pays à un autre pour accomplir son devoir d'espionne, et Banner... Son intervention risquait de causer plus de dégâts qu'autre chose, mieux valait-il donc le tenir à distance des affaires du S.H.I.E.L.D. Il restait donc Barton, Rogers et Stark de disponibles. Pourtant, Tony avait bien essayé de leur faire comprendre qu'il était hors de question qu'il bouge de sa tour pour des affaires aussi ridicules. Pourquoi faire appel aux Avengers pour des choses dont le gouvernement était capable de s'occuper seul? Bien évidemment, ses supérieurs hiérarchiques du S.H.I.E.L.D ne reçurent pas avec joie ses remarques. Mais qu'ils aillent se faire voir, Tony Stark n'a personne au dessus de lui.

Cependant, si Tony avait été au courant de ce qu'il lui aurait été imposé à cause de son franc-parlé, peut-être aurait-il légèrement modéré ses propos. Ou pas. Après tout, pourquoi est-ce qu'il devrait contrôler paroles ? Il ne l'avait jamais fait avant, et n'allait pas commencer pour leur faire plaisir. Fury, après avoir accueillit de façon plutôt hostile les propos du milliardaire , s'était fait un plaisir de choisir lui même la tâche à donner à l'Iron Man. Que pouvait-il lui demander de faire, à part la tâche maudite que chaque Avengers se refilait comme la peste ?

S'occuper de Loki Laufeyson.

Le S.H.I.E.L.D, après de longues négociations, avait réussi à convaincre les Asgardiens de les laisser juger Loki sur terre, avant de le rendre à son peuple, où il serait traîné devant la justice Asgardienne pour répondre une nouvelle fois de ses actes. Le dieu du chaos et de la malice attendait donc patiemment dans sa cellule Midgardienne l'heure de son jugement. Et comme tout le monde le sait, un Asgardien psychopathe perturbé avec du sang de Jotun les veines, est un hôte de choix dont faut particulièrement bien s'occuper, par peur qu'il ne finisse par s'ennuyer dans sa cage dorée et décide d'aller séjourner dans un décor plus luxueux. Tony avait donc été choisi pour rendre le séjour de Loki on ne peut plus agréable.

Tony aurait grandement apprécié qu'un événement incongru vienne l'empêcher d'accomplir cette tâche ingrate. Non pas que le milliardaire craigne l'Ase, après tout il lui avait bien tenu tête une fois. Sans compter les dommages infligés à son corps par le tête à tête tendu au possible avant l'attaque des Chitauris bien évidemment. Non, Tony aurait simplement préféré mettre à profit le temps perdu à le surveiller pour perfectionner sa nouvelle armure. Les idées fusaient dans son esprit en état d'ébullition, et rien n'était plus frustrant que d'avoir à attendre pour les modéliser et commencer une batterie de testes plus distrayants les uns que les autres. Cependant il ne pouvait se soustraire à ce devoir des plus emmerdants. Tony avait beau être un connard irresponsable, il n'était pas près à remettre la vie de la population terrienne en danger à cause de ce fou. Qui sait de quoi il était encore capable ! Son armure aurait bien le temps d'être peaufinée en détails en temps de paix.

Ainsi, Tony commença la garde de Loki Laufeyson.

La surveillance en elle même n'était pas bien compliquée. Il devait simplement rester aux cotés de Loki jusqu'au jour de son jugement et vérifier qu'il n'échappe pas à la vigilance des agents du S.H.I.E.L.D. Et ce, pour une durée de dix jours. Malgré la nature simplissime de son devoir, Tony rechignait toujours à la tâche et se rendait toujours avec une moue boudeuse auprès de Loki. Il haïssait le silence pesant qui s'installait à chaque fois qu'il se trouvait face à lui. Le dieu du chaos était muet. Tony n'était pas été habitué à cette facette de son ennemi, qui d'ordinaire n'était pas avare de belles paroles et de discours affriolants sur la nature soumise de l'espèce humaine et sur sa condition de dieu, né pour les asservir. Il en venait presque à regretter les jouxtes verbales qu'il avait eu avec lui avant l'attaque des Chitoris.

Tony se devait de rester le plus longtemps possible auprès de l'Asgardien. Lorsque de rares poses qui lui étaient accordées -vous vous rendez compte, devoir attendre qu'on lui autorise à se détendre, comme un gosse?- , le génie allait soit boire un café, soit téléphoner à Pepper pour la rassurer. Où les deux à la fois. La jeune femme n'avait pas caché sa réticence à laisser Tony être dans une même pièce que le dangereux Loki durant 10 jours et sans accès à la tour Stark, mais elle avait rapidement capitulé et décidé de laisser accomplir son devoir, non sans peine. Il comprenait facilement pourquoi la douce Pepper s'inquiétait tant : après tout Loki avait déjà essayé de le tuer en le balançant du haut de la tour Stark. Mais l'Iron Man aurait toujours le dessus sur les méchants ! C'est du moins ce qu'il avait tenté de faire croire à la jeune femme. Et il essayait encore de s'en persuader.

Le troisième jour de surveillance allait débuter.

Tony repensa à Pepper. Il s'était habitué à être loin d'elle sur de plus ou moins longues périodes, pensant qu'il était bénéfique à leur couple de ne pas être trop fusionnels. Bien qu'il aimait profondément la jeune femme, Tony se demandait encore si il était capable de tenir une relation sérieuse très longtemps. Pourtant, il savait pertinemment que les événements récents l'avait rapproché encore plus d'elle qu'il n'aurait jamais pu l'imaginer par le passé Il s'était rendu compte qu'elle n'était pas que sa simple secrétaire dévouée, mais le mur porteur de sa vie si chaotique. Le soucis était sa nature frivole et volage. Combien de temps Serait-il encore capable de la mettre de coter pour une femme, si douce soit-elle ? Peut-être qu'au final, surveiller Loki n'était pas si mal. Il allait au moins pouvoir faire le vide dans son esprit et chasser ce sujet néfaste de son esprit.

Tony pénétra dans la prison. L'ambiance n'était pas vraiment plaisante. Trois jours déjà qu'il entrait dans cet endroit, et il n'arrivait pourtant pas à se faire à l'aura sinistre qu'il dégageait. Le lieu était le plus simple possible : tout en blanc. Pas de décor, pas de superflu. Cela ressemblait fort à un hôpital psychiatrique. Cette vision provoqua un léger frisson le long du dos de Tony qui avait toujours détesté la stérilité dégagée par ces lieux. Rien de plus horrible que ce lieu ! Il traversa une lignée de cellules, toutes vides et sombres. On ne pouvait pas dire que Loki avait beaucoup de compagnie dans sa prison. Son regard longea le sol du couloir avant de se poser sur la seule cellule dégageant un peu de lumière. À cet instant, Tony ralenti intentionnellement sa cadence avant de s'arrêter net. Pourquoi est-ce qu'il avait l'impression que le S.H.I.E.L.D avait volontairement rendu cet endroit le plus lugubre possible ? Non pas que lui, le grand Tony Stark en ait peur, absolument pas. C'était simplement très perturbant. Il avait l'impression de se trouver dans un vieux film des années 80 où un vieux dandy va interroger son suspect avec un cigarette à la main et l'air féroce. Quelle odieuse vision.

Tony inspira un grand coup. Encore une nouvelle journée ennuyante en vue.

«Hey, le néogothique ! Lança-il d'un air désinvolte, bien dormi ? »

Aucune réponse. À quoi s'attendait-il après tout. Il s'assit à même le sol gris et lustré, la bouteille à la main. Son dos touchait le verre froid et épais de la cellule de Loki, lui donnant presque l'impression d'être mouillé. Désagréable. Tony passa sa main dans ses cheveux avant d'ouvrir son alcool. Il lança sa main en l'air et fit un petit geste mollasson au prisonnier sans même lui accorder un regard.

«Pardonne-moi, mais aujourd'hui j'ai apporté de quoi m'occuper. Un petit verre m'aidera à supporter ton adorable compagnie.»

Au moins, le dieu du chaos et de la malice était avisé.

Deux heures s'étaient écoulées, et Tony n'était pas en mesure de se lever pour aller prendre l'air. Son esprit était totalement embrumé et ses jambes ne lui auraient permises que de lui donner l'illusion qu'il pouvait marcher, avant de le laisser s'écrouler. Il était donc allongé sur le sol, les yeux rivés sur le plafond grisé de la prison. Oups, finalement il ne s'était pas contenté d'un petit verre. Pourquoi l'humain était aussi fragile ? Si il le pouvait, Tony aurait sûrement avalé cinq ou six bouteilles d'affilées. Seulement son organisme ne le lui permettait pas. Vraiment dommage, il devrait essayer de trouver une solution à ce problème. Nouveau projet pour Stark Industry : « trouver comment siphonner une demi-douzaine de bouteille d'alcool fort sans être au bord du coma éthylique.» Cette idée lui arracha un léger rire.

«Pitoyable.»

Ces mots résonnèrent de façon douloureuse dans la tête de Tony. Aie, l'alcool lui donnait toujours d'horrible migraine, même en pleine cuite. Il se releva lourdement, se tenant sur ses mains. Attendez, Loki venait de prononcer son premier mot depuis qu'il était emprisonné, non ?

«Wait, dit-il a bouche pâteuse, tu viens de parler là ?»

Loki ne répondit pas, Tony se tourna alors vers lui. C'est alors qu'il vit un hom-Asgardien au visage calme et impassible, assit et occupé à lire, à des années lumières du fou furieux auquel le milliardaire était habitué. Il semblait las, chose qui troubla Tony au plus haut point . Il n'avait, pour être honnête, pas beaucoup porté d'attention aux activités de Loki depuis qu'il avait commencé la surveillance. Maintenant qu'il s'y attardait, Tony remarqua qu'il y avait un sacré décalage entre le décor de la pièce et l'aura que dégageait Loki. Installé calmement, là, il donnait l'impression d'être un personnage tout droit sorti d'un recueille de contes étranges. Un personnage dont on ne connaîtrait la vraie nature qu'à la fin de l'histoire. Seulement cette sensation était brisée par la pièce qui l'entourait. Froide, glaciale, neutre. Cela ne collait p- Hey, à quoi pensait-il ? Ce n'était ni l'heure, ni le lieu pour dresser un portrait romanesque de son ennemi. C'est surprenant à quel point l'esprit divague facilement une fois bourré !

Le portable de Tony sonna. Tiens, Pepper... Pourquoi l'appeler maintenant ?

Il resta inerte un moment, se demandant si il était avisé de répondre au téléphone en étant soûl. Son regard se plongea sur l'écran, et plus particulièrement sur la photo de la jeune femme qui s'affichait en même temps. Dans qui s'était-il donc encore embarqué ?

«Répond, stupide mortel.»

Tony lança un regard surpris à Loki. Le dieu n'avait pas bougé de sa place, et n'avait pas non plus levé les yeux de son livre, comme si le playboy avait rêvé, et qu'il ne lui avait jamais adressé la parole. Tony se mordit la lèvre et s'exécuta. Oui, aussi étonnant que cela puisse paraître, il venait d'obéir à Loki... Non, disons qu'il avait suivi son conseil. Ou qu'il avait décidé de décrocher avant qu'il ne lui en intime d'ordre. Oh et puis merde.

«Pepper ? Demanda doucement le milliardaire.»

«Bonjour Tony, répondit la voix quelques secondes plus tard.»

Le playboy philanthrope glissa son regard aussi discrètement qu'un pachyderme vers Loki. L'Ase semblait ne plus lui accorder une once d'importance et s'occupait toujours avec sa lecture intensive. Tony eut un rictus. Comme si il pouvait croire que ce crétin ne prêtait pas une oreille discrète à sa discussion dans l'espoir d'avoir quelque chose à en tirer! Il se leva péniblement et s'éloigna du prisonnier pour pouvoir discuter en paix.

Une fois éloigné du champ de vision de Loki et assez distant pour qu'il ne puisse l'écouter, il remit son téléphone à son oreille et s'adossa au mur.

«Hey, Pepper ! Tu m'appelles rarement à cette heure-ci, commenta-il, un soucis ?»

«Non, aucun. Je voulais simplement...»

Elle se tut. Tony sentait que quelque chose clochait.

«M'entendre ? Tenta-il pour détendre l'atmosphère, ma voix sensuelle doit affreusement te manquer, je conçois.»

La jeune étouffa un léger rire dont même était capable de saisir la note de tristesse s'en dégageant. Tony était cependant incapable de savoir quelle en était la raison.

«Tony, en ce moment je- elle se coupa. Enfin, depuis quelques temps... Je veux te parler en vrai, et pas à travers un combiné.»

«Tu n'as pas l'air bien, je le sens.»

«Si, s'empressa-elle de contredire, tout va bien.»

Était-ce de sa faute ? Dire qu'il détestait que Pepper soit triste, se dire qu'il était la raison principale de cette tristesse lui faisait se sentir plus misérable qu'il ne pensait déjà l'être. Il n'était sûrement pas cœur d'artichaut, il aurait simplement aimé ne pas se sentir si coupable. Oui, c'était sans doute assez égocentrique de penser que le monde tournait autour de lui et qu'il était coupable de tous les maux du monde, mais il était contraint d'avouer que cela était souvent le cas.

Il loucha vers la cellule de Loki. Mieux valait-il ne pas le laisser trop longtemps sans surveillance lui.

«Écoute Pepper, commença-il, c'est pas que je m'ennuie mais Loki est hors de ma vue là. Cette saleté serait capable de trouver un moyen de me filer entre les mains -quoi que pas entre les mains- en l'espace d'une petite minute.»

«Je comprends, répondit-elle.»

«Génial ! Bon, on se rappelle hein ? Je suis certain que tu auras pleins de choses à dire.»

Il entendu un soupire à travers le téléphone.

«Ne t'en fais pas, on verra ça quand tu rentreras. Ce n'est pas comme si c'était important. Prend soin de toi.»

Tony n'eut pas le temps de répondre que Pepper avait déjà raccroché. Il fixa l'écran de son téléphone devenu noir un instant, puis poussa un soupire intérieur avant de retourner s'asseoir dos à la cellule de Loki. Il resta silencieux, ayant perdu toute envie de faire parler Loki pour se distraire et passer le temps.

-Les femmes... Quelle douce source d'ennuis pour l'homme. Et l'homme, quelle accablante source de misère pour la femme.

Le milliardaire fronça les sourcils et se releva brusquement, encore étourdit par l'effet de l'alcool. Il posa sa main sur la vitre de la cellule et la laissa glisser doucement, pensif. Il ne voulait pas discuter de ce genre de chose avec un dieu nordique incapable de connaître les sentiments humains. Il n'avait pas à le faire. Au fond de lui, il donnait en partie raison à Loki. Mais il avait encore assez de lucidité pour ne pas écouter cette voix qui s'accordait avec le dieu du chaos.

-Qu'est-ce que tu en sais, toi ? Lui lança-il fébrilement avant de s'éloigner de la cellule en titubant.

Tony n'était pas en état de se lancer dans un long débat face à son ennemi. Il n'en avait ni l'envie, ni la force nécessaire. Pourtant il aurait sans doute apprécié se confier un tant soit peu à quelqu'un et avoir un avis extérieur et objectif sur sa misérable vie et son incapacité à gérer sa vie sentimentale correctement. Mais cet avis, il ne voulait surtout pas qu'il vienne d'un psychopathe à cornes. Il longea d'un pas lourd le couloir de cette prison quasi vide avant de montrer son œil à la machine surveillant les va-et-viens de la prison pour pouvoir s'en aller. Tant pis pour sa mission, il était hors de question pour lui de surveiller plus longtemps ce crétin. Il le savait, il s'énervait pour rien. Mais il était sans doute plus facile de rejeter sa colère sur le dieu nordique. Tony était fatigué de tout ça, il voulait simplement pouvoir compléter une nuit de sommeil pour une fois.

«Si seulement tu savais.»

Sans même se retourner, Tony quitta la pièce une fois que la porte fut ouverte. Il serra les poings et secoua lourdement sa tête lorsque celle-ci se refermait. Il était idiot. Il était stupide. Il avait le sang chaud. Il était incapable de se canaliser et de se poser pour chercher une solution à ses problèmes. Il préférait faire comme si il ne s'était rien passer et se défouler sur la technologie. Seule chose qui ne le jugeait pas. Encore une fois, il savait qu'il allait retourner dans son labo pour ne plus en sortir sans même chercher à comprendre la source de peine de Pepper. Comme il l'avait toujours fait.

Le milliardaire s'adossa à la porte refermée.

Il aurait du se retourner. À cet instant, si il l'avait fait, il l'aurait vu. Il aurait vu les yeux de Loki posé sur lui pour la première fois depuis qu'il le surveillait. Il aurait aussi vu qu'il avait délaissé sa lecture pour poser son regard sur lui. Il aurait alors compris qu'il partageait une vision de la vie un peu plus semblable qu'il n'aurait pu l'imaginer et que de leurs yeux transparaissaient de mêmes sentiments. Il aurait vu le livre poser sur les genoux de Loki. Un livre auquel il n'accordait en réalité aucune importance, et dont il n'avait même pas pris la peine de retenir le titre.


J'espère que vous avez aimé ! N'oubliez pas de laisser un petit mot pour me donner votre avis, je ne mord pas. Enfin pas toujours, héhé. ~