Histoire II P1 : Baby Takao

Merci pour vos com's, follows... Vous êtes vraiment sympas ! Ce qui n'est pas le cas du narrateur de l'histoire... Si vous voyez ce que je veux dire...

-Hum?

Bonne lecture !


En ce jour de pluie, j'avais un mauvais pressentiment. Ce n'était pas un jour de chance pour les cancers.

Alors que j'attendais la venue de Takao pour qu'il pousse la charrette et nous emmène à notre entraînement habituel, il n'était toujours pas là... En essayant de l'appeler, je tombais toujours sur son stupide répondeur... Agacée, je décidai d'aller voir directement chez lui pour voir ce qu'il foutait.

J'arrivai devant une grand maison style japonais. Ces parents devaient être riche pour lui offrir un tel édifice...

-Takao ! Ouvre la porte ! Criais-je

Personne ne répondait, je coulissai alors cette porte, bien sur évaluant son taux d'intelligence, il ne l'a peut-être jamais fermé à clé...

La maison : un désordre finit. Bon, c'est un peu normal, il habite seul. Mais un peu de propreté non de dieu...

Je me dirigeai de pièce en pièce toujours en criant son nom à mon habitude dans l'espoir qu'il me réponde. Je me retrouvai alors devant sa chambre...

Le tonnerre frappa.

Aussi désastreux que la maison toute entière. Des posters de basketteur qui se décollait du mur, une console de jeux encore allumée. Des chips sur les tatamis... Soudain, j'aperçus quelque chose qui gigotait sous son drap. Ça devait surement être lui... Je me dirigeai énerves vers le futon et prit le drap.

-Takao... Ça suffit sors...

Et là. Ce qui se trouvait juste en dessous de mon nez. Ce fut un bébé. Un bébé ressemblant à deux gouttes d'eau à Takao, ayant les mêmes habits de Takao et le même sourire débile dessiner sur son visage.

-Shin-chan ! S'exclama le petit être tout heureux

Un cri d'épouvante sortit de ma bouche, je tombai à terre et reculai jusqu'à la porte pour finir par me cogner.

-TA-TA-TA-TA-TA...

Ce môme se rapprocha de plus en plus vers moi. Il riait aux éclat exactement comme l'imbécile habituelle que je connaissais.

-TAKAAAOO !

Quelque minutes plus tard...

Je l'avais attaché à la chaise de son bureau pour qu'il évite de bouger. Que c'est, il passé ?! Takao se serait changé en bébé ?! Mais c'est irrationnel !

La réaction que j'eu en premier, ce fut de regarder l'horoscope de Takao. Scorpion, je crois...

« Aujourd'hui, les scorpions auront une vague de jeunesse en eux ! Profite-en ! »

Un autre cri d'épouvante résonna dans la maison.

Que faire ?! C'est complètement impossible ! On est dans un manga de sport, pas de magie !

-Shin-chan... Faim !

Je regardais le petit hommes bavé de partout. Il me regardait avec une tête affamée.

-Crève de faim, j'en ai rien à faire !

C'est alors qu'il changea complètement de visage. Ces yeux se mirent à se remplir d'eau et sa lèvre se remontait jusqu'à son nez

-Non... Attend... Ne pleure pas...!

-SHIN-CHAN MECHANT ! BAAAAAH !

Il pleurait intensément fort...Vraiment, je déteste ça... Les enfants !

Je me dirigeai alors vers la cuisine... Rien du tout dans le frigo bon pour les gamins, je le portai alors hors de la maison et le jetai dans la charrette. Il pleurait toujours, les voisins me regardaient mal et prenaient de pitié Takao.

-C'est bon ! Arrête, je t'emmène dans un restaurant... Le plus proche...

Je n'aurais jamais cru une seule fois dans ma vie que c'est moi cette fois qui allait pédaler et que ce Takao allait rester assis bien tranquillement...

Arrivez devant le Fast-food. Je pris l'enfant et fis un sprint vers la caisse. Peut-être que si j'imagine que ce gars est un ballon, ça va mieux aller.

-UN MENU ENFANT ! Ordonnais-je

-Tout... Tout de suite monsieur...

-Midorima-kun ?

J'avais reconnu cette voix. Je tournai alors doucement la tête vers la file d'attente d'a coter. Toute l'équipe de Seirin me regardait avec des gros yeux. Takao avait arrêté de pleurer. Il semblait se moquer de moi maintenant.

Les joueurs de Seirin éclatèrent de rire à leur tour. À part Kuroko.


Pour l'instant, je ne publie qu'une première partie. J'ai peur de dépasser 1000 mot c'est pour ça...(Un drabble fait 1000 mots)

Go pour la suite ! Nanodayo!