Histoire VI : La cible parfaite

Oui, oui je sais, je me suis encore absentée pendant un petit moment... Mes examens l'obliges. Mes publications sont rares, mais pas mon imagination ! Je passe donc avec un nouveau drabble qui j'espère vous plaira une nouvelle fois ! Je serais de retour durant les vacances d'été ! Je continue d'aimer et lire vos commentaires qui me font toujours rire et plaisir ! Sur ce...

Bonne lecture !


Il est si prêt, mais si loin en même temps. Un simple lancé, un simple tir pourrait enfin me laisser me concentrer sur ma leçon. J'arrachai, délicatement, une page de mon cahier de mathématiques. Honte à moi, certes, mais c'était si tentant. Sa forme, ovale, manipulatrice de mon esprit, me disait, m'ordonnait de le faire. Même derrière, même au fond de la salle : Je la voyais. Elle était pour moi, la seule dans la pièce. L'unique. Plus rien n'existait autour, plus rien. Elle appelait doucement mon prénom... Je déglutis puis laissa ma bouche entre ouverte. Mes mains chiffonnèrent la boule, lui donnant une forme belle et ronde. Mon sang commençait à chauffer, mes yeux restaient fixés sur ma cible. Je ne pouvais la rater, c'était impossible. Mes tirs sont parfaits, même quand ce n'est pas un panier de basket. Je la pris d'une main, et levai les deux en l'air comme pour faire le vrai mouvement du sport. J'attendais, patiemment, que le professeur se retourne vers le tableau. Il était pour moi si cruel d'attendre alors que j'étais prêt, que mon corps était assez réchauffé. Je sentis une gouttelette d'eau traverser mon visage. Je sortis enfin du champ de vision de l'homme. Ça y est. Je pouvais... !

C'était comme un ralentit. La fausse balle fit relever la tête de chacun de mes camarades. Ils étaient tous en admiration devant la féerie de mon lancé. J'aurais pu baisser les yeux, et retourner à mon travail comme si de rien n'était. Mais non, je voulais... je voulais voir de mon propre chef... je voulais voir ce projet magnifique s'aboutir. Presque, Presque...

- Ah ! Mais qui m'a lancé ça ?!

Tous se retournèrent vers moi, des petits sourires aux lèvres. Alors que la boule de papier allait enfin rentrer dans cette magnifique poubelle, sur l'estrade près du tableau... Takao qui taillait au même moment son crayon, dans le plus grand des hasards dont même Oha Asa ne pourrait expliquer, a empêché celle-ci d'entrer. Tout ça à cause de son postérieur placé juste devant ma proie.

En retournant à sa place, juste en face de moi, il esquissa un sourire et à son tour, lança une boule de papier qui atteignit magnifiquement la poubelle. De silencieuses acclamations pour le brun se firent entendre.

Takao se retourna vers moi et me fit part de son V de la victoire accompagné d'une langue tirée.

Ce garçon venait juste de m'humilier devant tout le monde, de gâcher mon tir parfait, et de le revendiquer fièrement.

Ah, oui, c'était le jour de chance des scorpions aujourd'hui. Mon crayon se cassa par la nervosité.

- Allez Shin-chan ! Boude pas, à chacun son petit temps de vedette !

- Profite bien de ce temps, j'ai bien peur qu'il ne t'en reste beaucoup avant ta mort.

Il afficha une image terrifiée. Je préférais ça.


On se quitte sur cette petite conclusion flippante, n'oubliez pas de com' même si vous n'avez pas aimer, ce qui me permettra de mieux progresser ! Par contre, j'aurais aimée dire quelques mots à Midorin...

- Donc...Tu aimes voir des gens terrorisés...?

- Voir Takao terrorisé. Nuance.

- ...Sado-

- NON ET NON NANODAYO !