Le mois de novembre était toujours le pire pour la plupart des gens, surtout pour Takao. Il le trouvait trop gris, trop sombre, trop froid, trop triste. Il n'avait pas de réel intérêt, aucune célébration majeure ne se déroulait en novembre, si l'ont exceptait son anniversaire le 21. Mais cela faisait bien longtemps qu'il ne le fêtait plus, depuis 8 ans pour être exacte, depuis le dernier que Kuroko lui avait souhaité. Il se souvenait encore de cet anniversaire, c'était peu de temps avant qu'il ne parte. Il lui avait offert une écharpe, certainement hors de prix vu qu'elle était en cachemire, mais dieu qu'elle était belle.

En 8ans, il avait un peu grandit, de 4 centimètres. Ses cheveux aussi avaient poussé, un peu. Il les coiffait en arrière maintenant, on lui avait dit que c'était sexy comme ça. Mais il s'en fichait. Il vivait encore à Tokyo, personne ne comprenais pourquoi. Midorima lui avait déjà dit de déménagé, d'accepter ces offres de travail loin de la capitale, mais non, il y restait, il l'attendait. Pour rien au monde il n'aurait quitté cette ville, même si chaque coin de rue lui rappelais le bleuté, même si chaque café, chaque restaurant, chaque boutique lui tordait l'estomac, jamais il n'avait voulu partir, cela aurait voulu dire fuir, oublier.

Takao avait cherché à tourner la page, il avait essayé de se trouver quelqu'un afin de passer à autre chose. Il avait essayé avec des hommes mais à la vue de l'échec cuisant à chaque fois, il s'était rabattu sur les femmes, c'était presque pire mais au moins c'était différent. Le brun n'avait aucun problème pour draguer, c'était même très facile pour lui, un sourire ravageur, un regard qui vous transperce et une bonne blague, c'était bien suffisant. Aucune de ses relations ne durait plus d'un week-end, et encore, interdiction d'emmener sa conquête chez lui, c'était à l'hôtel ou chez elle. En fait les seules personnes qui pouvaient passer le seuil de sa porte étaient sa famille et une poignée d'élus qu'il considérait comme ses amis. Les mêmes depuis le lycée. Bien sur il s'en était fait d'autre pendant ses études ou au boulot, mais il considérait ces personnes comme de passage dans sa vie, des amis jetables en quelque sorte, surtout là pour ne pas être tout seul devant la machine à café. Le brun était devenu professeur de sport. Cela faisait peu de temps qu'il l'était officiellement, un peu plus d'un an mais ça lui plaisait pas mal, et puis c'était bien payer pour ne pas faire grand-chose. En plus de cela il avait pas mal de temps libre, beaucoup trop. C'est pour cette raison qu'il était devenu le coach de l'équipe de basket de son lycée, pour s'occuper un peu. Le reste du temps il le passait toujours aux deux mêmes endroits, ses deux refuges dans ce monde de merde.

Sa vie au lycée lui rappelait vaguement la sienne quand il y était, ennuyeuse parfois mais avec ses bons cotés. Par exemple il avait été ravit de voir que dans les nouveaux professeurs arrivés cette année il y avait Kasamatsu Yukio, l'ancien capitaine de l'équipe Kaijo qu'il admirait beaucoup à l'époque. Jamais il ne l'aurait imaginé professeur d'histoire, mais après réflexion cela lui allait plutôt pas mal. Takao était plutôt apprécié de ses élèves, en effet il avait comme à son habitude toujours le mot pour rire et les filles qui d'habitude boudaient le sport avait trouvé une passion dans cette matière depuis son arrivée. Il faut dire que l'ancien professeur était bien moins sexy.

Quelques années plus tôt il aurait rit au nez de celui qui lui aurait dit qu'il deviendrait le coach de l'équipe de basket de Seirin, pourtant c'était bien le cas aujourd'hui. L'équipe avait connu une renaissance grâce à lui, en effet après des débuts fantastiques grâce au duo Kagami et Kuroko l'équipe avait sombrer après le départ du dernier juste avant la finale, une défaite cuisante et le départ des plus vieux pour l'université un an après, même avec l'aide de Kagami l'équipe n'avait pas réussis à s'en sortir, ce dernier ayant pas mal perdu son envie de se battre. Mais depuis deux ans l'équipe avait bien remonté dans le classement et était respectée comme à l'époque, en si peu de temps le faucon avait réussit à renverser la tendance grâce à son sens de la stratégie et des entraînements dignes de son pire cauchemar adolescent, Aida Riko. En plus de cela il pouvait bénéficier de l'aide des anciens miracles qui venaient parfois l'aider dans ses entraînements et encourager les jeunes joueurs qui étaient quand à eux enchantés de voir de si bons joueurs de leurs propres yeux.


Aujourd'hui était un jour gris, comme tout les autres de novembre en fait, il faisait froid, humide, les gens étaient gris, Takao aussi était gris. Il fêtait ses 25 ans aujourd'hui. Ca tombait bien, on était samedi, il allait pouvoir prendre son temps pour aller manger dans son restaurant préféré, en plus il était quasiment sur de ne pas payer, c'était son anniversaire et tout les ans à la même date le patron lui préparait un festin de roi gratuitement. C'est vers 11 heures que le brun se réveilla, un verre de jus de raisin, radio allumée et une chanson sous une bonne douche brûlante, cette journée commençait bien tout compte fait. Il écouta son horoscope, et à chaque fois il se disait que Midorima avait une sacrée influence sur lui. Son objet du jour était une écharpe bordeaux, comme par hasard. Il ressortit donc du placard l'écharpe que Kuroko lui avait offert des années auparavant. Il enfila un jean noir moulant, une chemise grise, une paire de Doc Marteens et son manteau noir. Pas la peine de se coiffer, de toute façon il allait pleuvoir, ils e contenta de mettre un serre-tête noir histoire que ses cheveux ne viennent pas dans ses yeux, il faudrait vraiment les couper à l'occasion. Une fois dehors il se dépêcha pour ne pas rater le bus, il détestait vraiment attendre un quart d'heure de plus juste parce qu'il l'avait loupé d'une minute. Il était midi et demi et le véhicule était bondé, décidément il faudrait qu'il pense à passer son permis un jour, les transports en communs ne sont pas son fort.

Une fois sortit de cet enfer le brun se dirigea vers le restaurant qui était à deux minutes de l'arrêt de bus. A peine eut il pousser la porte vitrée qu'une tornade rose lui sauta au cou.

-Bon anniversaire Kazu-chan !

-Merci Satsu-chan.

-Va t'asseoir près du comptoir, j'ai déjà préparé la table mais Mukkun n'a pas encore finit, tu le connais...

-Oui ne t'inquiète pas, t'auras cas me servir une bière.

-Tout de suite chef !

Murasakibara tenait ce restaurant en association avec Haruka Nanase, un homme qu'il avait rencontré lors de ses études en cuisine. Ils avaient très vite sympathisé et finirent par réaliser ensemble leur rêve commun, c'est-à-dire d'ouvrir un petit restaurant à Tokyo. Rien d'extravagant, le violet était le pâtissier et s'occupait des desserts, l'autre jeune homme était le cuisinier. Cela était amplement suffisant. L'établissement n'était pas très grand mais pouvait facilement accueillir une trentaine de couverts, la décoration était dans les tons de mauve et de bleu ciel offrant une atmosphère douce et sucrée. Une idée de Murasakibara. Haruka n'avait rien dit, les murs auraient pu être roses avec des arc-en-ciel que ça aurait été pareil, du moment que la carte servait du maquereau il était content, pour le reste il laissait faire le géant.

Depuis peu Momoi s'occupait du service en salle, elle avait besoin d'argent pour payer ses études de droits et le job s'était présenté au parfait moment. Sa venue avait permis de ramener un peu plus de clientèle, certains hommes ne venaient dans ce restaurant que pour pouvoir admirer la jolie jeune femme aux cheveux roses dans sa petite robe à froufrous. Tout du moins au début car la principale raison devint bien vite la cuisine qui était délicieuse, et puis de toute façon la charmante serveuse était en couple alors c'était peine perdue. Certains hommes avaient tout de même essayé de s'attirer les faveurs de la jeune femme, mais ils s'étaient tous retrouvé à l'hôpital, Kasamatsu n'était décidément pas partageur.

Aujourd'hui étant un jour spécial l'établissement fermait ses portes à 13 heures, le réservant exclusivement au brun et aux personnes conviées, c'est-à-dire les deux cuisiniers, la serveuse et quelques autres amis du groupe. Ceux-ci ne tardèrent d'ailleurs pas à faire leur entrée, serrant tour à tour Takao dans leurs bras pour lui souhaiter son anniversaire.

Ils étaient des habitués du restaurant et venaient y manger tout les midis en compagnie du faucon, en effet l'établissement était parfaitement bien situé, à quelques rues du lycée Seirin où travaillait Takao et Kasamatsu, et aussi non loin de la caserne de pompiers et du commissariat de police où travaillaient Kagami et Aomine.

Le rouge était devenu pompier juste après avoir obtenu son diplôme, après tout c'était son rêve depuis tout jeune. A la caserne il avait fait la rencontre de Makoto Tachibana, un ancien nageur qui devint bien vite presque indispensable à sa vie, un ami comme on en rencontre rarement.

Le bleu quand à lui avait choisit les forces de l'ordre, ce qui avait étonné beaucoup de monde dans son entourage il va sans dire. Au final il avait réussit haut la main le concours pour entrer dans la police et avait cloué le bec de pas mal de personnes. Durant ses études il s'était lié d'amitié avec deux hommes de son age, Rin Matsuoka et Sosuke Yamazaki, eux aussi d'anciens sportifs.

C'est d'ailleurs grâce à eux que Kagami et Aomine s'étaient rapprochés au point d'être maintenant en couple. En effet Makoto était un très bon ami des deux collègues du bleu et aussi le petit-copain d'Haruka, le cuisinier. Ainsi tout le monde avait très vite sympathisé et ils se retrouvaient presque tous les midis dans le restaurant.

Takao avait gardé contact avec Kagami et Aomine après le lycée, ces derniers l'ayant beaucoup soutenu après le départ de Kuroko. D'ailleurs tout le monde l'avait soutenu, surtout Midorima qui s'était révélé vraiment attentionné avec le joueur.

-Bon je vois que tout le monde est là, vous pouvez aller vous installer à table.

-Shin-chan ne vient pas ?

-Non il n'a pas pu se libéré pour ce midi, mais il sera là ce soir.

-C'est pas grave, on aura plus à manger !

-Kaga-chin tu es méchant de dire ça, et puis on a fait assez à manger pour tout le monde de toute façon.

-Non mais il a raison, en plus il aurait fait que de parler de trucs dégueu à table genre des cœur ouvert tout ça...

-Dai-chan !

-Je peux le frapper si tu veux Satsuki.

-On ne frappe pas un officier de police, un prof devrait savoir ça.

-Et un officier de police ne conduit pas bourrer presque tout les week-ends.

-C'est pas arrivé souvent...

-Bien sur... La prochaine fois je vais frapper Kise pour qu'il arrête de te servir à boire si tu conduits.

-Bon taisez-vous maintenant, j'apporte l'entrée !

Takao était au paradis gustatif, les deux cuisiniers faisaient vraiment des miracles. Le repas se passa dans la bonne humeur, malgré quelques prises de bec entre le policier et le professeur d'histoire, comme d'habitude. Les discussions étaient rythmées par Aomine qui ne montrait aucune gêne à raconter ses parties de jambes en l'air avec le rouge qui était de la même couleur que ses cheveux. Rin se joignait volontiers à lui pour parler des petits secrets de leur copain respectif, à savoir Sosuke dans le cas de ce dernier. Rien qu'à l'entente de leurs obscénités Makoto et Momoi étaient aussi rouges que Kagami, Haruka quand à lui arborait son éternel visage neutre, il faisait d'ailleurs beaucoup penser à Kuroko de ce coté, c'est peut être pour cette raison que Takao ne restait jamais trop longtemps avec lui. Murasakibara lui s'en fichait, ce n'était pas ça qui allait l'empêcher de manger.

Une fois le repas terminé, un verre de saké pour digérer et Takao retourna chez lui pour quelques heures, en effet tout le monde devait se rejoindre à 19 heures dans leur bar fétiche.


Takao arriva pile au bon moment chez lui, un livreur était devant la porte pour déposer un colis, au moins il n'aurait pas besoin d'aller à la poste le chercher. Ce devait certainement être ses parents qui lui envoyaient un cadeau, peu importe combien de fois il leur avait dit de ne plus rien lui acheter ils continuaient inlassablement de le gâter à Noel et à son anniversaire. Il remercia le facteur et entra chez lui, il était malgré tout excité à l'idée de voir ce que la boite renfermait. Il se saisit d'un cutter et ouvrit le colis, ses yeux se remplirent d'étoiles, une Nintendo 3DS accompagnée du jeu Pokémon version Y et d'un petit mot :

Bon anniversaire mon chéri, c'est de la part de ton père, ta sœur et moi, on espère que cela te plaira.

On a hâte que tu nous rendes visite, on t'embrasse.

Ta maman qui t'aime.

Ses parents étaient vraiment adorables. Ils avaient déménagés i ans pour aller dans un endroit beaucoup plus calme que Tokyo, afin d'aider la guérison de sa mère atteinte d'un cancer. La maladie avait été diagnostiquée un peu avant le départ de Kuroko, c'est d'ailleurs pour cela que sa famille avait eu des problèmes d'argents, qui s'étaient d'ailleurs réglés comme par magie. Magie qui s'appelait Akashi, Takao savait qu'il était derrière tout ça mais n'avait rien dit à ses parents. Il savait aussi qu'il était derrière le départ de Kuroko, tout devait être liés, mais il ne savait pas vraiment comment, en fait il n'avait pas cherché à comprendre, il ne voulait pas.

Il posa son cadeau sur un coin de la table, il y jouerait plus tard, pour le moment ses pensées étaient ailleurs. Il entra dans sa chambre et sortit de son placard une énorme boite en fer. Cette boite était certainement la chose la plus précieuse de tout son appartement, la boite qui renfermait tout ses souvenirs du bleuté. Midorima trouvait cette chose plutôt flippante mais Takao y tenait comme à la prunelle de ses yeux. Il y avait des photos, des mots, des tickets de cinéma, des bâtons de glace, un porte clé que le bleu avait gagné à la fête foraine, et il y avait son ancien téléphone, l'orange qu'il avait au lycée. Cela faisait 8 ans qu'il payait l'abonnement sans pour autant l'utilisé, ou si, juste trois fois dans l'année, pour son anniversaire, pour celui du bleuté et pour l'anniversaire de son départ. Depuis 8 ans il envoyait inlassablement des messages au bleuté avec ce portable à ces trois dates, sans jamais avoir de réponse, en fait il n'était même pas sur que les messages arrivaient à destination mais il continuait de les envoyer avec ce téléphone. Il avait bien sur changé de numéro entre temps, mais il savait que Kuroko n'en avait pas connaissance, il gardait donc l'ancien dans l'espoir vain d'une réponse. Kagami trouvait cela vraiment stupide mais il s'en fichait pas mal.

A Tetsu-chan : 10/12/13 à 14h12

Tetsu-chan tu es où ? Ton équipe t'attend pour le match.

10/12/13 à 14h38

Tetsu-chan pourquoi tu ne réponds pas à mes appels ? Où es-tu ?

10/12/13 à 15h02

Je viens chez toi, je m'inquiète tu ne réponds à personne.

10/12/13 à 15h12

Je suis devant chez toi, ton chien aboi mais personne ne m'ouvre.

Où es-tu ?

10/12/13 à 16h23

Ça fait plus d'une heure que j'attends devant chez toi, tu n'es toujours pas là.

10/12/13 à 18h41

Je vais rentrer chez moi, ma mère va s'inquiéter.

J'espère que tout vas bien pour toi, j'ai peur.

Rentre vite.

10/12/13 à 20h44

Tu ne me réponds toujours pas, j'ai fait quelque chose de mal ?

11/12/13 à 01h52

Je n'arrive pas à dormir, je m'inquiète pour toi Tetsu-chan.

Donne-moi des nouvelles.

11/12/13 à 14h56

Cela fait plus de 100 fois que je t'appelle sans réponse.

Au fait, Seirin à perdu le match, désolé.

14/12/13 à 16h36

J'ai penser que si je te laissait un peu tranquille j'aurait une réponse, mais non.

Que t'arrives t'il ?

14/12/13 à 22h22

Il est 22h22, c'est le moment de faire un vœu.

Je souhaite qu'il ne te sois rien arriver.

16/12/13 à 09h58

J'ai vu Aomine aujourd'hui, j'ai finalement appris

Que tu étais partit en France...

J'espère que tu vas bien.

20/12/13 à 04h12

Tu me manques, je t'aime.

25/12/13 à 09h01

Joyeux Noel Tetsu-chan, j'espère que tu as eu de beaux cadeaux.

Moi j'ai eu une paire de baskets.

J'ai acheter ton cadeau, tu viendras le chercher.

01/01/14 à 11h 55

Bonne année Tetsu-chan, je te souhaite beaucoup de bonheur.

Et surtout la santé. Fais attention à toi. Je t'aime.

10/01/14 à 20h24

Çafait un mois que t'es partis aujourd'hui.

J'ai mal. Tu me manque trop.

31/01/14 à 07h 18

Bon anniversaire Tetsu-chan. Je t'aime tellement.

Je t'ai acheté un gâteau mais Murasakibara l'a mangé.

Quel goinfre.

05/05/14 à 22h39

Cela faisait longtemps que je ne t'avais pas parlé Tetsu-chan.

Tu vas bien ? C'était la rentrée cette semaine, je suis encore dans la classe de Shin-chan.

C'est comment l'école en France ?

Tu me manque, je t'aime.

13/07/14 à 14h58

Il fait chaud, tu veux un milkshake à la vanille ?

Je vais me baigner avec Kise, tu veux venir ?

10/12/14 à 15h47

Un an. Un an que tu es parti. Mes yeux me piquent tellement que je ne vois plus l'écran.

Allez reviens s'il te plait. Tu me manque trop.

Je t'aime Tetsu-chan.

25/12/14 à 06h32

Joyeux Noel. Cette année j'ai eu un nouveau portable.

Je garde celui là pour toi. Donc tu pourras toujours m'envoyer un message.

01/01/15 à 10h57

Bonne année, j'espère que la dernière a été bonne pour toi.

Plein de bonheur. Je t'aime.

Il fait froid dehors, moi je vais rester au lit.

31/01/15 à 15h47

Bon anniversaire Tetsu-chan.

Je t'aime.

21/11/16 à 08h53

J'ai 18 ans, la majorité en France non ?

Comme cadeau j'ai demandé que tu reviennes.

10/12/16 à 18h22

Voilà ça fait 2 ans. Tu reviens quand ?

Cette année encore Rakuzan a gagné la final, c'était contre Aomine cette fois.

Nous on a été éliminés par Kaijo. Kise a utilisé tes passes...

31/01/17 à 16h14

Bon anniversaire Tetsu-chan. Il y a le nouvel X-men au cinéma.

Tu veux venir le voir avec moi ?

21/11/23 à 15h32

J'ai 25 ans aujourd'hui. J'ai reçu une 3DS par mes parents et ma sœur.

J'ai mis ton écharpe, c'était l'objet du jour d'Oha-Asa.

21/11/23 à 15h38

Tu n'en a pas marre de recevoir mes messages depuis 8 ans ?

Si c'est le cas dis le moi, j'arrêterai.

21/11/23 à 15h44

Je vois que cela ne te dérange pas, tant mieux.

Tu me manque toujours autant tu sais.

21/11/23 à 16h02

Je t'aime Tetsu-chan. Désolé d'être aussi bavard aujourd'hui.

21/11/23 à 18h13

Bon je te laisse, je vais y aller, j'ai rendez vous avec tout le monde à 19h.

Si tu veux passer boire un coup tu peux.

Je t'aime.

Takao remit le portable dans la boite et la rangea à sa place. Décidément il pleurait toujours autant à chaque fois. Il ne pouvait s'empêcher de relire ses anciennes conversations avec le bleuté, celle où ils se disaient qu'ils s'aimaient. Tout ses souvenirs revenaient à la surface, il regardait les vieilles photos, son cœur avait envie d'exploser. Pourquoi devait-il toujours être fou de lui des années après ? Pourquoi n'arrivait il pas tout simplement à l'oublier ? Parce qu'il ne voulait pas certainement. Il avait essayé tant de fois, mais au final s'en était voulu, comme si c'était mal. Takao avait même été voir une psychologue, comme si une femme qui ne connaissait rien à sa vie allait pouvoir l'aider, mais il le fit quand même. Il avait finit par la frapper. Le brun n'était pas violent, certainement pas envers les femmes mais celle-ci était allée trop loin en insultant ouvertement le bleuté. Après cet incident il ne parla plus de Kuroko à personne. Ses amis avaient d'abord pensé qu'il l'avait enfin oublié, mais non. Takao avait seulement commencé à consommer de la drogue, en petit quantité au début mais son corps maigrissant avait alerté le médecin qui finit par découvrir le pot au rose. Midorima avait prévenu Aomine, ce dernier avait arrêté le dealeur, Hanamiya Makoto, laissant Takao sans fournisseur. Il n'avait pas le courage ni l'envie d'en chercher un autre, il avait peur. Peur de la vie. Il remonta la pente grâce à ses amis, jamais il n'aurait de quoi les remercier. Aujourd'hui ça allait mieux, il travaillait, sortait, couchait. Mais il n'aimait pas. Il se contentait d'attendre.

Takao se força à effacer ses pensées néfastes de son esprit et alla se nettoyer le visage, il ne pouvait pas présenter un visage rougit par les larmes à ses amis.


Une fois près le brun se rendit à pieds jusqu'au bar, il n'était pas loin de chez lui, tant mieux. A peine avait il ouvert les portes que Kise lui sauta au coup en couvrant ses joues de bisous.

-Bon anniversaire Takaocchi !

-Merci Ryo-chan.

-Aller viens t'asseoir je t'offre un verre en attendant que tout le monde arrive.

Après le lycée et l'obtention de son diplôme, Kise était partit en Amérique pour sa carrière de mannequin. Il y passa quelques années mais il finit par tout stopper et d'ouvrir un bar à Tokyo avec Himuro, son compagnon depuis que ce dernier était retourné aux Etats-Unis pour ses études de commerce. Le bar faisant karaoké, au grand plaisir du blond, il était l'un des endroits favoris de Takao dans toute la ville. Il aimait s'y rendre les samedi soirs pour faire un peu la fête.

Ce bar c'était un peu comme la fierté du blond, il l'avait ouvert grâce à ses grosses économies de son temps de mannequin, et son petit ami l'aidait à faire tourner l'affaire grâce à ses connaissances due à ses études commerciales. Le bar marchait d'ailleurs du tonnerre, attirant au début seulement les fans du blond, mais au fur et à mesure une clientèle s'était développé et il attirait toutes sortes de personnes principalement grâce au karaoké et aux concerts parfois organisés. En effet quelques petits groupes venaient parfois mettre un peu d'animation, le plus souvent c'était celui de Kasamatsu. Ce dernier était guitariste dans un petit groupe de rock, Takao avait été approché pour être le chanteur mais avait refusé, il ne voulait pas être la risée de ses élèves qui venaient dans ce bar.

Midorima fut le premier a arriver, il avait finalement pu prendre congé pour la soirée, il n'avait pas beaucoup de temps libre en temps que chirurgien mais il faisait son possible.

Ils furent vite rejoints par Aomine, Kagami, Makoto, Rin et Sosuke puis par Murasakibara, Haruka, Momoi et Kasamatsu. Ce dernier en profita d'ailleurs pour s'avancer vers Midorima, l'air vaguement menaçant.

-Midorima, heureusement que tu es là je voulais te parler.

-De quoi ?

-De ta sœur ! Je vais finir par la tuer !

-Pourquoi donc ?

-Elle m'a encore envoyer une lettre d'amour où elle me dit des trucs obscène, et elle projette de tuer Satsuki, il faut vraiment que tu lui dise qu'elle arrête !

-Ne me dit pas que tu as peur d'une gamine de 16 ans ?

-Ta gueule Ahomine je t'ai pas sonné !

-J'irais lui en toucher deux mots. Mais bon c'est à Takao qu'il faut s'en prendre.

-Pourquoi ?

-C'est lui qui l'a dévergondé, avant elle n'était pas comme ça.

-Shin-chan t'es méchant je n'ai rien fait !

-Enfin bref, j'irais la voir ce week-end, ne t'inquiète pas.

-Merci Midorima.

-Bon on peut boire un coup maintenant ?

-Allez on porte un toast à Kazu-chan ! Bon anniversaire !

-Ouais bon anniv' !

-Merci les gars, c'est gentil.

Murasakibara et Haruka avaient passé l'après midi à préparer des amuse-bouche et des gateaux pour la soirée. Kise et Himuro s'occupaient évidement des boissons qui coulaient à flot pour la soirée. Kagami et Aomine déjà bien éméché commençaient à se tripoter sur l'un des canapés, ils n'avaient aucune gène parfois. Tout le monde discutait et riait, Takao se disait qu'il avait vraiment des amis formidables.

Himuro se pencha vers lui en lui montrant une femme à l'autre bout du bar. Elle était jolie avec ses longs cheveux noirs jusqu'en bas du dos.

-Regarde la fille la bas, je refuse que tu passes la soirée de ton anniversaire tout seul.

-Hein ?

-Si tu veux lui offrir un verre c'est la maison qui paye, c'est ton cadeau.

-Elle a l'air mignonne, je vais voir ça de plus près.

Takao s'approcha de la jeune femme, elle devait avoir 21 ans tout au plus. Avec les filles comme ça c'était vraiment trop facile, il fallait juste sortir des phrases de loveur et c'était dans la poche. Il se pencha légèrement vers elle.

-C'est déprimant de voir une si jolie fille seule un samedi soir avec un verre presque vide.

-Oh bonsoir, je suis désolée.

-Pourquoi êtes-vous désolée ?

-Je ne sais pas en fait...

-Vous êtes amusantes. Ca vous dit de boire autre chose ?

-D'accord, mais par contre arrêtez de me vouvoyer, je suis sure que je suis plus jeune que vous ça me gène.

-Vraiment, et quel âge as-tu alors ?

-21 ans.

-J'en ai 25 aujourd'hui, effectivement je n'ai pas à te vouvoyer, toi par contre je te prierais de m'appeler Takao-sama.

-D'accord Takao-sama.

-C'était une blague, appelle moi Kazunari voyons, alors tu veux boire quoi ?

Ce manège dura encore un bon quart d'heure, cette proie était vraiment trop facile. Il posa une main sur sa cuisse, cette dernière se mordit la lèvre inférieure, c'était presque bon. Il s'apprêta à l'embrasser lorsqu'il se figea sur place.

Avait-il rêvé ? L'alcool ? Non. Ses yeux ne le trompaient jamais. Dehors, derrière la porte une silhouette passait, rapidement. Ces cheveux, ces cheveux bleus cyans, c'était lui, aucun doute.

Takao se leva précipitamment, faisant tomber son tabouret et bouscula la jeune femme en face de lui. Il sortit en trombe du bar et se mis à courir derrière l'apparition.

Il attrapa la manche de l'homme devant lui et tira dessus pour le forcer à se retourner.

Son cœur rata un battement, voir deux. Il rêvait, impossible que ce soit lui. Il tomba à genoux devant l'homme, ses jambes ne tenant plus devant ce spectacle.

-Testu-chan... Tetsu-chan c'est toi ?

Il n'y croyait pas, cela ne pouvait pas être lui, pas après tant d'années. Il avait presque perdu l'espoir de le revoir un jour. Mais il était là, debout devant lui, emmitouflé dans son manteau gris. Ils se regardaient dans les yeux, les larmes de Takao coulaient le long de ses joues, il avait du mal à reprendre son souffle. Il attendait que l'autre réponde, qu'il donne un signe, qu'il réagisse.

-Ka...Kazunari...kun...

Takao se sentait ailleurs, son cœur battait si vite qu'il pensait le voir sortir de sa poitrine, tout ses membres tremblaient, ses yeux le brulait. Il voulu se lever mais ses jambes l'en empêchait. Kuroko quand à lui ne bougeait pas, il était pétrifié, paralysé. Le brun essaya de dire quelque chose mais rien de compréhensible ne sortit de sa bouche. Au bout de quelques minutes, Kuroko posa sa main sur le haut du crane brun, il lui caressait les cheveux.

-Calme-toi Kazunari-kun.

Le faucon fit ce que le bleuté lui demandait, il se clama du mieux qu'il pu et arriva à se lever. Il n'en croyait toujours rien, c'était irréel.

-Tetsu-chan... C'est bien toi ?

-Oui, c'est moi.

-Tu... Tu es revenu ?

Le turquoise ne répondit pas, se contentant de baisser la tête. Il ne bougeait pas. Takao le pris brusquement dans ses bras, il le serra contre lui.

-Tetsu-chan, tu m'as tellement manqué...

-Je... Je suis désolé... Kazunari-kun lâche moi.

Takao s'exécuta, à contrecœur.

-Je suis désolé mais je dois y aller. Bon anniversaire.

-Non attend, ne pars pas, je ne peux pas te laisser, pas encore.

Kuroko se détacha de l'emprise du brun et partit en courant dans les rues sombres à une vitesse incroyable.

Takao n'arrivait plus à bouger, il se demandait encore si tout cela était réel.


C'est cliché un peu non ? J'ai limite honte en fait. Mais bon je l'aime bien ce chapitre. J'espère que vous aussi d'ailleurs. Pour celles qui auront remarqué les nouveaux amis de nos basketteurs sont bien les personnages de Free ! j'ai eu l'idée de les ajouter après avoir vu l'ending de la saison 2, j'ai des envies bizarres parfois...

Bref, c'était l'avant dernier chapitre, il ne reste plus que l'épilogue maintenant, j'ai toutes mes idées mais je ne sais vraiment pas comment les transposer à l'écrit... Monde cruel.