Disclaimer: les personnages de Harry Potter et du Hobbit ne m'appartiennent pas, sauf mes ocs.

Avertissement: 1) Il y aura peut-être de la romance mais après ce ne sera pas le thème principal de l'histoire. Tauriel sera présente pour ceux qui veulent savoir.

2) certains chapitres risquent d'être remplies d'injures grossières, c'est le cas du premier. Je mettrais des astérisques sur certains mots, c'est pour cela qu'il y a le rating T.

Sur ce, Bonne lecture!

Chapitre 1 Mais où suis-je?

S'il y a un truc dont j'ai horreur, c'est de me faire assommer et de me réveiller dans un endroit que je ne connais pas! Alors quand c'est les deux, je ne vous dis pas ce que ça me fous! Surtout que j'ai un horrible mal de crâne, ne semble même plus me rappeler de mon nom (très rassurant!) et le truc le plus chiant, c'est que je me suis fourrée dans une forêt. Oui une forêt, mais pas votre jolie petite forêt avec ses jolis sentiers où l'on voit des mecs en shorts moulants qui font du vélo comme si c'était la chose la plus cool qu'ils aient faite de leur vie( Bande de masos!). Non, l'endroit où je suis est le type qu'on qualifierait de jungle, seulement il n'y a que des sapins, à croire que j'ai débarqué en Scandinavie, il ne manque plus qu'un petit blondinet déboule en me parlant dans un baragouinage que je ne comprendrai rien. Grrr! si jamais j'attrape celui qui m'a fait ça il sera sûr que ce sera le dernier truc qu'il ai fait de toute sa vie. Lorsque je mettrais mes mains sur lui, je m'assurerais de l'anesthésier et de lui découper ses membres un par un devant ses yeux avant de lui arracher les tripes et de me faire des jarretelles avec! Il n'a pas idée ce que c'est d'atterrir dans un endroit où ça caille alors qu'on ne porte qu'un short et une mini veste, en cuir! Et maintenant elle est couverte de boue! Sale f*** de p***! heureusement, j'ai toujours ma baguette sur moi et je sais me défendre contre les bestioles sauvages, venez me voir si vous êtes des bêtes! Maintenant il faut savoir où je suis.

-Pointe-moi Paris.

Non mais quel merd***! Juste au moment où j'en ai le plus besoin, voilà que cette fou*** baguette ne veut pas marcher. Tant pis, je vais tenter de transplaner. J'attendis une minute, deux puis dix. Bordel! Maintenant je commence à paniquer, je lance un incendio, fioou! Ça marche! Alléluia! Mais dans quel pétrin je me suis fourrée? Juste au moment où je vais m'asseoir et pleurer tout mon saoul comme un ivrogne qui n'a plus sa choppe de bière, un groupe de gens arrivent avec des poneys( peut-être qu'il y a un centre d'équitation à côté, enfin de la civilisation!) seulement les gens que j'avais pris au départ pour des humains, étaient en fait des nains, un lutin et un sorcier qui s'habillait comme mon arrière grand-père le faisait, surtout qu'il tenait un bâton de magicien de l'Égypte antique à la main. Peut-être que finalement je n'étais pas en Scandinavie mais dans la forêt de Brocéliande et que j'avais tout simplement remonter le temps. Je leur fis un coucou de la main, l'un des nains, un gars qui semblait vouloir péter plus haut que son c** fit halte avec sa main, les autres suivirent son geste, OK maintenant je sais qui est le chef dans leur guilde pourrie. Mais que viennent faire des nains dans une forêt? Ils ne sont pas sensés être allergiques aux champignons? Enfin voilà leur chef ou devrai-je dire caïd qui descend de son fidèle destrier, quelle classe! Notez le sarcasme. Et maintenant il me pointe son épée dans la tronche, il est malade ce type, appelez le CRNCC!(centre de refuge pour nain complètement cinglé)

-Que fait une femme seule loin de chez elle (justement la question que je me posais: "Qu'est-ce que je fous ici?"), êtes-vous une espionne? (Si j'en étais une, je ne te le dirais pas, pauvre naze!)

-Je…

-Thorin baissez votre arme, vous voyez bien que cette pauvre dame est perdue, intervient le vieux qui parlait bel et bien comme mon arrière grand-père, ça doit être son pote. Merci Merlin qu'il y ai au moins une personne sensée dans cette fichue pousse verte!

-Néanmoins, il faudrait tout de même savoir que vient faire cette brave d'moiselle ici, hein? Là c'était la version naine du Père Noël qui avait causé.

-Si vous me laissiez parler, peut-être que je pourrais vous répondre! Hurlai-je, le m'as-tu vu baissa son épée même s'il me regardait toujours avec des yeux méfiants, à croire qu'il pensait que j'allais lui piquer son fric, non mais! Primo, je ne sais absolument pas pourquoi je suis là, secundo je ne suis certainement pas une espionne puisque je ne vous connais même pas et n'ai même pas envie de vous connaître, et tertio non mais put*** vous êtes qui vous?

-Une dame ne devrait pas parler d'une telle manière, vous n'êtes certainement pas de noble naissance, argumenta le nain psychopathe.

-Comment ça pas de noble naissance! Sachez que la famille de mon père est de sang-pur depuis 16 générations, tandis que celle de ma mère date de 1413, lorsque mon ancêtre Wilfric Grünwald a investit dans les marchés nains de l'époque et qu'il a fait une fortune avec ça, ensuite il a eu un haut poste au sein de la cour magique prussienne, on l'a anobli, il est devenu comte de Grindelwald, et on l'a fait premier ministre. C'est lui d'ailleurs qui a édifié le traité avec les gobelins qui rectifiait les lois du marché pour l'achat…

-Des gobelins, vous êtes amis avec les gobelins? Cette fois-ci il y avait le nain avec son arc qui pointait sa flèche vers moi tandis que le psychopathe repointait son épée. Désespérée, je regardais le sorcier, espérant qu'il fasse quelque chose, allez mon vieux si t'étais pote avec mon aïeul, fais le pour lui. Il sembla répondre à mes prières car il descendit de son canasson pour baisser l'épée de Jack l'éventreur wannabe.

- Je me nomme Gandalf, Gandalf le gris, et voici mes compagnons de voyage le prince Thorin Écu de Chêne, dit-il en désignant Jack, Bombur, Bofur,Bifur, Oin, Ori, Nori,Dori, Balin, Dwalin, Fili, Kili, Gloin et maître Bilbon Sacquet, fit-il en désignant chacun d'entre jusqu'à terminer par le lutin qui semblait avoir une indigestion. D'où venez-vous mi lady? reprit-il.

-Enfin de France voyons! vous ne voyez avec l'accent, depuis tout à l'heure je vous parle en faisant mes 'th' en 'zzzz'. D'ailleurs, je ne sais même pas quelle langue je parle.

-Ça se voit, murmura l'un des nains baraqués qui avait tout l'air de sortir d'un film de Chuck Norris.

-Je suis navré de vous décevoir, mais je n'ai aucune idée d'où la France pourrait se situer, me répondit le vieux qui s'appelait Gandalf. Ce n'était pas un nain de la mythologie germanique ça? Il se payait vraiment ma tête!

- Non mais vous vous foutez de moi? C'est ça? La France! Sur Terre! Paris,Bordeaux le fromage qui pue, le champagne de Reims, la tour Eiffel! Ne me dites pas que vous ne savez pas où c'est! On est tout de même pas sur la Lune pourtant?

-Je regrette mais nous sommes en Terre du Milieu.

-Génial! et moi qui pensait que c'était Avalon...marmonnai-je

-Qu'est-ce donc qu'Avalon? me demanda Gandalf, l'oeil curieux.

-Avalon est une île mystique de mon monde dont la rumeur dit qu'elle est le lieu où vont se reposer les morts, certaines personnes veillaient sur cette île, la fée Morgane y a demeuré, on peut la comparer aux Champs Elysées de la mythologie grecque qui ...

-Oh c'est bon, pas la peine de faire tout un baratin là-dessus! s'énerva le baraqué, ce type commençait sérieusement à me chauffer, j'étais professeur d'histoire, moi, à l'université des 5 baguettes et ce gars me coupait la parole comme si on était les meilleurs potes du monde, ah! et voilà que j'ai le générique des Bisounours dans la tête! Bravo mon gars, tu seras le prochain sur ma liste .

-Taisez-vous Dwalin! tonna le vieux, que je commençai vraiment à apprécier, dommage qu'il soit si ridé, sinon je l'aurais embrassé. Ne voyez-vous donc pas que si nous voulons des informations sur cette jeune étrangère, il faudrait mieux la laisser parler?

Bien dit, il me plaît le vieux gâteux, on dirait mon oncle Ferdinand en chair et en os. Plus vite je m'expliquerai et plus vite le psychopathe éviterait de me regarder avec son look d'Attila, roi des Huns. Mmm, c'est vrai qu'il avait un air royal, rien qu'avec sa posture et ses habits on pouvait le remarquer. Si lui et sa bande de petits copains voulaient passer incognito, c'était raté.

-Donc comme je le disais, j'ai débarqué ici sans le savoir, à vrai dire, je ne sais même plus qui je suis, je sais juste le nom de mes parents et ma vie. D'autres questions?

-Vous aviez parlé tout à l'heure d'une cour magique, que vouliez-vous dire par là? demanda Gandalf.

-Nom d'une bouse de dragon! m'exclamai-je, je fis tourner beaucoup de têtes à cette remarque d'ailleurs, le psychopathe sembla soudainement intéressé. Ne me dites pas qu'il n'y a aucun gouvernement magique dans votre trou pourri?

-Je suis confus, il n'y a que cinq magiciens sur notre terre, ils forment un ordre dont moi-même j'en fais partie. Le vieux avait une lueur curieuse dans ses yeux gris.

-Cinq! m'étranglai-je, purée mais c'est pas possible, pourquoi est-ce que le seul endroit où l'on est pu m'emmener soit un coin où il n'y a que cinq magiciens!

-Vous êtes donc magicienne?

-Non, pas vraiment, je n'ai pas fait les études pour ça, je suis sorcière, expliquai-je.

-Et qu'est-ce que cela signifie? Gandalf semblait soudain soucieux.

-Cela signifie que je peux faire de la magie, actuellement je suis professeur d'histoire à l'université des 5 baguettes, c'est une université qui forment les sorciers en économie moldue et sorcière, on étudie aussi la magéopolitique, c'est un concept assez intéressant de...

-Bouse de dragon? m'interrompit Thorin, sa majestueuse majesté.

-Oh ça, fit-je en faisant un geste de la main, c'est juste une expression qu'on utilise pour jurer, à vrai dire la bouse de certaines espèces de dragons a des effets bénéfiques sur la peau mais c'est vraiment dégoûtant lorsque tu t'en reçois une sur la tête, ça m'ait déjà arrivée une fois, et je peux vous assurer que...

-Vous avez déjà rencontrrré un drrragon? m'interrompit encore une fois Dwalin, non mais qu'est-ce qu'ils ont tous aujourd'hui? On ne peut même pas terminé une phrase tranquillement!

- Bah bien sûr! Y en a plein à côté de chez moi, ne me dites que vous n'en avez pas non plus?

-On aimerait bien, murmura Balin facile à reconnaître avec sa tête de Père Noël.

-Lorsque vous dites dragons, vous parlez bien de grands lézards ailés cracheurs de feu qui font plus de 40 mètres de longs et 20 mètres de hauteur?

-Oui, bien sûr, leur sang est utilisé dans beaucoup de nos potions mais je vois pas où vous voulez en venir, je commençai sérieusement à paniquer, les nains et les dragons se mélangeaient très peu et je doutais du pire, pitié ne me dites qu'ils allaient faire ce que je pressentais...

-Vous savez les combattre?

-Hé! je ne suis pas une dragonnière moi! si vous voulez demander à quelqu'un de s'occuper de votre lézard, allez voir ailleurs, moi je suis une pauvre voyageuse égarée, salut la bleusaille! Je m'esquivai à vitesse grand V quand Merlinpinpin s'exclama:

-Et où comptez-vous donc aller? tonna Gandalf, à ce que je saches vous êtes nouvelle par ici et ne connaissez aucun des dangers qui rôdent aux alentours, les orques, un peuple qui mangent la chaire des hommes, sortent la nuit. Nous pourrions vous aider à retourner chez vous! je rebroussai vivement mes pas.

-C'est donc un marché que vous me proposez? lui demandai-je en croisant les bras, les yeux plissés.

-C'est cela, oui.

-D'accord, j'accepte mais si ne soyez pas déçus si votre dragon n'est pas mort, je peux toujours utilisé le sortilège de conjectivus, c'est comme ça qu'on fait pour blesser un dragon, il y a aussi un autre sortilège pour le tuer, seulement c'est de la magie de quatrième niveau et il est interdit de l'utiliser, je le sais parce que mon grand-oncle Gellert l'avait fait lorsqu'il avait 16 ans et il s'est retrouvé six mois à l'hôpital Chaire de Poule.

-Intéressant.

-Gandalf, on ne va pas laissez une femme intégrer la compagnie!

-Thorin, si jamais il m'arrivait malheur, cette demoiselle serait votre unique secours. Mon intuition me dit qu'elle jouera un rôle important dans cette histoire. D'ailleurs comment voulez-vous que nous vous appelions madame?

-Appelez moi Sarah, Sarah Dragobert. Juste pour le fun j'avais choisi un nom qui faisait allusion à l'une de mes chansons préférées tout en faisant référence à la bestiole qu'ils voulaient que je combatte, ça allait être une vraie joie, je le sentais déjà. Peut-être qui si je planifiais ma fuite en catimini, ils ne sauront rien. Ouais je reste jusqu'à que je trouve une sortie de secours.

-Hum, drôle de nom, on dirait celui d'un hobbit. Bien Sarah, bienvenue dans la compagnie des nains d'Erebor. J'espère que vous apprécierez cette aventure. Et il retourna à son canasson, faisant virevolter sa cape grise derrière lui façon Dark Vador.