Disclaimer - Euh l'idée de l'histoire m'est venue en regardant Retour vers le Futur,
le titre provient d'une chanson de Pitt Bull et les personnages de Teen Wolf...
Du coup y'a plus grand chose à moi xD Bon si, quand même, la trame et l'écriturage =)

Rating - T pour le moment, mais sait-on jamais!

Pairing - Sterek, what else?

Spoiler - Toutes les saisons jusqu'au Nogistune.

Euh ben voilà, je crois que tout est dit! Bonne lecture mes caribous!


Tout commença un soir de mai, dans le sous-sol du cabinet vétérinaire. Le soleil était en train de se coucher et on pouvait voir ses derniers rayons filtrer à travers l'unique fenêtre qui donnait sur la rue, sa lumière rasante éclairant deux hommes. L'un à quatre pattes sur le sol froid, s'appliquait à tracer des symboles complexes à l'aide d'une poudre sombre. L'autre, plus jeune, l'observait à une distance raisonnable, debout les bras croisés. Il prenait appui contre un des murs de la pièce. Son observation persista quelques secondes encore avant qu'il se décide à prendre la parole.

« Vous êtes sûr de ce que vous faîtes ? » demanda-t-il tout en s'approchant lentement de son interlocuteur. Au passage il examina les nombreux bocaux disposés avec soin sur les étagères en bois le long des murs. Son regard se posa sur une étiquette au hasard. ''Yeux de chimère sanguine'' lut-il avec une certaine perplexité. Hm... que Deaton garde ses petits secrets. Qu'il cuisine ce qu'il voulait dans sa cave, mais que Stiles n'en sache rien, c'était tout ce qui comptait.

« Bien sûr ! » Répondit le vétérinaire en ajoutant, d'un geste précis, deux traits au centre du plus grands des cercles. Puis il se releva, légèrement essoufflé. « Si tout se passe comme prévu, lorsque Scott reviendra, tout le monde sera bel et bien en vie et tout sera pour le mieux dans le meilleur des mondes ! »

« Hum... » marmonna Stiles, cachant fort mal son incrédulité.

Pour bien évaluer l'enjeu de l'instant, il faut retourner quelques jours en arrière. La semaine précédente, s'était déroulée la bataille opposant le Nogitsune et... la meute au complet. Et juste avant la fin, Allison était morte, tuée par un Oni, laissant Scott et Isaac, deux des loup-garous, complètement dévastés. Le premier l'avait aimée et le second l'aimait. Depuis, Isaac s'était enfui on ne sait où et Scott ne parlait plus que par monosyllabes, brisant le cœur de Stiles. Il n'avait jamais été comme cela, laissant le désespoir le tuer à petits feux. Même Kira, qui était amoureuse de lui et à laquelle il était loin d'être indifférent, ne parvenait pas à le faire émerger de ce qu'il fallait bien qualifier de dépression post-traumatique. Scott éprouvait toujours des sentiments très forts pour la fille du chasseur de loup-garous Chris Argent et sa mort avait cassé quelque chose tout au fond de lui.

Depuis ce fameux soir, Lydia aussi avait changé. Elle restait prostrée devant sa fenêtre, les yeux dans le vide, bougeant uniquement pour satisfaire ses besoins vitaux : manger, dormir, aller au toilettes. Sa mère, qui n'était au courant de rien, commençait à s'inquiéter devant le mutisme de sa fille, ne l'ayant jamais vue dans cet état. Elle ignorait que l'enchaînement des épreuves subies l'avait vidée de toute énergie, la mort d'Aiden l'achevant.

Finalement, le monde semblait s'être arrêté de tourner, comme si le temps avait décidé de se stopper, lui aussi essoufflé. Stiles avait essayé de reprendre une vie normale, mais les souvenirs de sa possession le hantaient, que ce soit dans son sommeil ou lorsqu'il était éveillé. Il avait peur de se regarder dans un miroir, terrifié à l'idée de croiser le regard sadique et pervers du Nogitsune. Il avait tout le temps l'impression que du sang lui coulait des mains et les visages blêmes et apeurés autour de lui ne pouvaient que lui donner raison.

C'est pour cela que, lorsque Stiles avait reçu un appel de Deaton, lui disant qu'il avait une solution pour tout réparer, il n'avait pas hésité. Mais maintenant qu'il était là, que le vétérinaire lui avait tout expliqué, il commençait à douter sérieusement.

« Ouais mais... » Stiles reposa le bocal qu'il tenait dans la main. ''Griffes de puma, 4 ans'' « Ça risque pas de provoquer un truc espace temps ? » Devant la mine interrogatrice de l'homme, il continua. « Vous savez, comme dans Retour vers le futur, quand Marty empêche la rencontre de ses parents et que du coup il naît pas et- »

« Calme-toi Stiles. » Dit-il en posant une main réconfortante sur l'épaule de l'hyperactif qui était encore une fois parti dans ses délires. « Toutes ces histoires d'effet papillon ne vont pas nous concerner, étant donné que Scott ne reviendra que quelques semaines en arrière. Juste assez pour t'empêcher de faire des dégâts... Enfin...empêcher le Nogitsune de faire des dégâts. » ajouta-t-il rapidement en captant le regard peiné de Stiles. Puis il détourna les yeux et continua. « Il devra venir me voir pour m'expliquer les raisons de son saut dans le temps. »

« Et vous ne serez pas surpris qu'il vous dise venir du futur pour changer l'histoire ? » Demanda-t-il, légèrement ironique. « Non parce que, même moi j'ai du mal à y croire, et pourtant, j'ai beaucoup d'imagination... » Poursuivit-il de manière à se faire bien comprendre.

« J'aurai peut-être un léger temps d'incompréhension, mais ça passera. Je me connais. »

« Heureusement... » marmonna Stiles.

Deaton vérifia une dernière fois que son dessin concordait parfaitement avec celui indiqué dans le grimoire poussiéreux posé par terre à côté de lui et psalmodia quelques mots dans un langage inconnu, provoquant une sorte d'éclair qui illumina la pièce durant plusieurs secondes. Lorsqu'il eut fini, il se retourna vers Stiles qui, totalement ébloui par le flash lumineux, ouvrit puis ferma fortement les paupières plusieurs fois.

« Purée vous auriez pu prévenir ! Je suis pratiquement aveugle avec vos conneries! »

Le vétérinaire l'ignora et entreprit de ranger les ustensiles dont il s'était servi pour lancer son... sortilège ? À vrai dire, Stiles ne savait pas trop comment appeler ce que Deaton faisait. D'ailleurs il s'en fichait car tout ce qui comptait, c'était que la vie de Scott, de Lydia et accessoirement la sienne retrouvent un cours « normal ». Il aida le vétérinaire à tout remettre en ordre et s'affala sur une chaise, épuisé. En réalité depuis sa petite mésaventure avec un renard maléfique (dit comme ça, voilà qui semblait un peu grotesque), il n'était jamais parvenu à récupérer son manque de sommeil, et la moindre perturbation le vidait de ses forces.

Il reporta son attention sur Deaton qui marmonnait en lisant un livre et sursauta, manquant tomber de sa chaise lorsque ce dernier referma brutalement l'ouvrage.

« Bien ! Maintenant j'ai besoin de toi pour m'amener Scott et lui expliquer ce qu'il va devoir faire » déclara-t-il en montant les escaliers menant au rez-de-chaussée.

Stiles grommela quelques secondes à l'encontre des savants-fous sorciers qui s'amusaient à faire peur aux gentils Stiles. Puis il s'approcha pour mieux détailler les signes dessinés sur le sol, intrigué. Comment des dessins tracés avec de la cendre d'arbuste pouvait-ils permettre à quelqu'un de remonter le temps ! Il observa plus précisément les symboles présents et leva les yeux au ciel lorsqu'il aperçut plusieurs lunes à chaque coin du dessin. Non mais franchement, pourquoi cet astre figurait-il systématiquement dans les formules de Deaton ? À croire qu'il ne connaissait que des incantations en lien avec la lune ! Il se reprit en se rappelant qu'il devait informer son meilleur ami du déroulement du plan.

Deaton et Stiles avait eu une longue conversation quelques minutes auparavant concernant la personne qu'ils jugeaient la plus apte à modifier le passé. Enfin, Stiles avait monologué et Deaton avait hoché la tête lorsqu'il était d'accord. Finalement, il avaient convenu que Scott était la personne idéale pour remplir au mieux cette mission. Il ferait tout pour sauver Allison et c'était un loup-garou, ce qui arrangeait bien les choses. Ils avaient pensé à Derek, mais le loup n'avait pas donné de signe de vie depuis la disparition d'Isaac, restant cloîtré dans le loft où il avait élu domicile. Stiles avait bien tenté d'aller le réconforter, mais il s'était fait jeter comme un mal propre dès qu'il avait posé un pied chez lui. Bon, il est vrai que tenter de réconforter un loup qui n'avait rien demandé n'était pas des plus sensé...c'était même probablement suicidaire, mais... Stiles étant Stiles, il ne s'était pas arrêté à une histoire de gorge arrachée avec les crocs. Non. Et il l'avait amèrement regretté lorsqu'il s'était pris une lourde porte en pleine poire. La superbe bosse qui ornait le haut de son front ne se gênait pas pour le lui rappeler.

Enfin bref, Scott avait donc été bombardé volontaire par les deux hommes et Stiles étant son meilleur ami, il était chargé de le mettre au courant, ce qui serait sans doute un préalable nécessaire...puis de le... eh bien... de le convaincre que sa participation à cette folle expérience certainement vouée à l'échec – enfin, d'après Stiles – était absolument indispensable.

Stiles soupira longuement et commença à se redresser lorsqu'il entendit un bruit sourd à l'étage, suivit de plusieurs coups de feu. Paniqué, il s'avança rapidement vers l'escalier, dans l'intention de porter secours à Deaton, mais la porte s'ouvrit brusquement pour laisser apparaître une personne qu'il pensait ne jamais revoir.

« Kate ? » balbutia-t-il en reculant, se cognant contre une chaise qui tomba au sol.

La tante de feu Allison parut surprise quelques secondes mais se reprit rapidement. Elle lui sourit méchamment et s'avança vers Stiles, une main pleine de griffes pointée vers lui. Il n'eut pas le temps d'avoir peur qu'elle le prit par le cou et l'envoya valser au fond de la pièce où il atterrit dans un grand bruit de verre cassé. Pitié, faites que je ne sois pas tombé sur les yeux chimériques, pensa-t-il stupidement alors que la folle arrivait vers lui, dans l'intention évidente de le tuer. Prenant son courage à deux mains, il se releva en titubant et se précipita vers l'escalier, ne regardant pas où il mettait les pieds. Ce fut seulement en butant contre un mur invisible s'explosant le nez par la même occasion, qu'il se rendit compte – en regardant au sol – qu'il se trouvait au centre du symbole dont la cendre noire commençait à s'illuminer.

« Qu'est-ce-que c'est que ce bordel ! » Entendit-il Kate s'exclamer.

Pour une fois plutôt d'accord avec la psychopathe, il se sentit tirer par le nombril, comme aspiré dans une chasse d'eau (à vrai dire, il n'avait jamais été englouti dans des toilettes, mais ce fut la seule comparaison qui lui vint à l'esprit), ses oreilles commencèrent à bourdonner et tout devint noir.

Au bout de ce qui sembla être des heures, alors qu'il ne souvenait pas l'avoir quitté, il atterrit violemment sur le sol, projeté par il ne savait quelle force. Il toussa longuement, tentant d'évacuer la poussière et la cendre accumulées dans ses poumons, et se releva tant bien que mal. Il regarda autour de lui pour savoir où il était arrivé, parce que de toute évidence, il ne se trouvait plus dans la cave de Deaton mais à l'extérieur, près d'un petit parc. Il faisait nuit, et heureusement ! Il imaginait sans peine la tête des gens s'il s'était téléporté (ou quoi qu'il ait fait) en plein jour, à proximité d'un parc pour enfants ! Il tourna sur lui-même pour s'assurer que Kate ne l'avait pas suivi dans son voyage. Ce n'était pas le cas et il en fut soulagé. Une fois certain de pouvoir marcher sans avoir le tournis, Stiles s'avança de quelques pas vers la route. Puis il s'arrêta d'un coup, comme électrifié. Ça avait marché ! Le truc des symboles et tout le tralala! Ça avait fonctionné, il avait voyagé dans le temps ! Comment il en était sûr ? Déjà les feuilles des arbres étaient jaunes et quelques unes se trouvaient même au sol. Et pour ce qu'il en savait, au printemps c'était plutôt l'inverse qui devait se produire. Ensuite, un panneau clignotant affichait la météo et la date : 17 septembre...

Stiles fronça les sourcils. Septembre ? Bah merde alors, Deaton avait un peu foiré son coup, le « sort-truc » devait faire en sorte que Scott arrive en avril et non en septembre. Quelque chose le perturbait encore davantage mais il n'arrivait pas à savoir quoi... Il se creusa la tête pendant quelques secondes puis la réalité le frappa de plein fouet...2004. Le panneau affichait ''17 septembre 2004''.

« Oh bravo » souffla-t-il avant de s'évanouir sur la chaussée.


Deux références à une série et un livre se sont glissées dans ce chapitre, saurez-vous les trouver?

Biz biz les caribous!

'Lys