Hey! Oui, oui, je commence encore une nouvelle fiction. C'est plus fort que moi, ne me frappez pas ! Je compte bien finir celles que j'ai en cours, mais je tenais vraiment à celle ci que j'ai dans la tête depuis au moins 3 mois. Donc voilà, j'attend votre avis avec impatience ^^ Bonne lecture !


Comme tous les ans à la même date, les sourires des uns se fanent, le regard des autres s'illumine. Les réveils sonnent aux aurores, les filles se font les plus belles possible, les garçons essayent de rester au lit encore quelques minutes de plus. La fin des vacances, le début du printemps et des beaux jours.

La rentrée scolaire. Nouvelle année, nouvelle classe, nouveau départ.

Et nouveau lycée pour Kuroko.

Un nouvel uniforme aussi, il allait devoir s'habituer à ne pas mettre celui de Seirin qui restait pourtant accroché à un cintre dans son placard, comme pour le narguer. Et puis cette foutue cravate, il ne savait pas faire les nœuds, au moins l'ancien n'était constitué que d'une veste et d'un pantalon. M'enfin d'un autre coté la cravate c'était classe. Sur les autres. Kuroko se sentait plutôt mal à l'aise dans sa chemise, comme si cette dernière ne devrait pas se retrouver là. Mais bon, si l'on regardait bien, ce n'était pas si terrible, c'était même mignon en fait.

Ses cheveux étaient plus ou moins coiffés pour une fois, il n'avait pas de tache de dentifrice, son uniforme était impeccablement repassé et propre, le nœud de cravate était correct ou presque. En fait le turquoise se surprit à se trouver pas mal du tout.

Il était près à partir, près à attaquer sa seconde année de lycée. Et puis ce n'était pas le nœud dans son estomac depuis la veille qui allait l'en empêcher. Pas plus qu'un nœud de cravate. Il était temps de se mettre en route, le lycée était un peu plus loin de chez lui que celui de Seirin. Cela dit avec sa paire d'écouteurs vissée dans les oreilles, le temps passe toujours plus vite. De plus, Kuroko avait toujours apprécié de prendre le bus le matin, il n'était pas rempli comme en fin d'après-midi mais il pouvait observer tout de même de nombreuses personnes. Il aimait bien observer les gens, essayer de les déchiffrer en un regard, deviner leurs habitudes et leurs secrets d'un coup d'œil.

Il était même le champion pour ça, incontestablement. Après tout, à force de ne pas se faire remarquer, le turquoise avait tiré profit de ce qui devrait être un handicap, et pas seulement au basket. Ainsi, en plusieurs années d'invisibilité, il avait appris à se faire remarquer le moins possible et pouvait donc en profiter pour fixer la même personne des heures durant. Personne ne s'en doute mais ces quelques gestes anodins que l'on fait sans vraiment s'en rendre compte peuvent en révéler beaucoup sur nous, et Kuroko avait appris au fil des années à déchiffrer ces gestes, à lire en eux.

Ce matin cependant rien de très intéressant, la femme en face de lui devait avoir la quarantaine, à coté d'elle un homme qui lui était bien plus jeune, la femme avait une bague à l'annulaire gauche, lui non, pourtant il était évident que quelque chose se passait entre les deux personnes qui se dévoraient littéralement du regard. Etant donné qu'ils portaient le même uniforme, Kuroko en déduit tout de suite que monsieur était très certainement l'amant de madame et qu'ils travaillaient ensemble. Une cougar donc qui trompe son mari. Rien de folichon.

Tetsuya ferma les yeux et renversa sa tête en arrière pour la poser sur le siège, il laissa sa musique l'envahir afin d'éliminer la pointe de stress en lui. Le bus se stoppa à son arrête à peine cinq minutes plus tard.

Une fois devant le portail, il ne reconnu rien du tout. Normal, il n'était jamais venu ici, comment aurait-il pu connaître quoi que ce soit ?

Le lycée était grand, très grand même. Les murs étaient tous d'un blanc immaculé avec le tour des fenêtres couleur taupe. Très chic. Le turquoise qui s'appliquait à passer inaperçu se faufila parmi la troupe d'élèves pour arriver devant le tableau d'affichage et chercher son nom.

1-B. Il ne reconnut aucun des noms de la liste, de toute façon les seules personnes qu'il connaissait de ce lycée étaient en troisième année, rien d'étonnant donc.

Après une matinée comme il en avait connu de nombreuses depuis le début de sa scolarité, après un discours barbant venant du proviseur, de son professeur principal et la distribution de plusieurs papiers administratifs, l'après-midi était réservée à la visite de l'établissement pour les nouveaux et au choix d'un club, chose importante pour chaque élève.

Kuroko n'avait pas besoin de choisir, il savait déjà où il devait se rendre, de toute façon c'était pour ça qu'il était là, pas pour faire des sucettes au chocolat au club de cuisine.

Le turquoise demanda son chemin à un autre première de sa classe et se rendit donc vers le gymnase. Il entra silencieusement dans le bâtiment et fut attiré par les voix provenant du terrain. En regardant par le hublot de la porte il put remarquer qu'il n'était pas le seul intéressé par le club de basket, il y avait là un petit groupe composé de première, seconde et même de troisièmes années qui attendaient que les titulaires arrivent. Kuroko se fondit dans la masse sans se faire remarqué comme à l'accoutumée et attendit patiemment en observant les autres peut être futurs joueurs.

Il y en avait pour tous les goûts, des grands, des petits –enfin quand même moins que lui-, des musclés, des plus frêles, mais tous avaient la même caractéristique : un regard à vous glacer le sang. Visiblement tous ceux qui venaient ici savaient pour l'équipe, ils étaient au courant de leur manière de jouer. Ce jeu qui déplaisait tant à Tetsuya mais qu'il allait devoir se forcer à accepter.

Enfin au bout d'une dizaine de minutes le coach fit son apparition suivi par le reste de l'équipe. Visiblement la majorité n'était pas au courant que le coach était aussi le capitaine, c'est vrai qu'au début cela peut étonner...

Hanamiya Makoto se tenait fièrement devant le groupe de nouvelles recrues en souriant. Ce genre de sourire qui signifiait tout sauf la bienveillance. Ce dernier entama rapidement un petit discours de bienvenue.

-Bonjour. Je vois que vous êtes nombreux cette année à vouloir rejoindre le club de basket, cela me va vraiment droit au cœur, j'en suis si touché... L'année dernière nous n'avons pas passé les préliminaires de la Winter cup, rien que d'y penser cela me fend le cœur... Mais je vois que même dans la défaite nous sommes soutenus et des personnes aussi courageuses que vous souhaitent nous rejoindre, quelle émotion.

Cela dit, ce n'est pas parce que nous sommes sortis perdants que l'on va accepter n'importe qui, l'équipe de basket de Kirisaki Daiichi n'est pas une poubelle, je veux des joueurs compétents et surtout intelligents. Des joueurs qui n'ont pas peurs de souffrir et de faire souffrir. Si je juge que vous ne convenez pas, vous partez, rien de plus. Vous n'aurez cas aller vous inscrire au club de golf.

Alors, on va commencer par toi, le grand brun, approche.

Le jeune homme qui mesurait au moins 1m90 s'avança en direction du capitaine et s'arrêta pile devant lui. Kuroko le reconnu tout de suite, il était assis juste derrière lui en classe et avait dormi la moitié du temps, passant l'autre moitié à bailler aux corneilles. S'il était déj aussi fatigué le premier jour, comment il allait finir au mois de novembre ?

-Présentes-toi.

-Je m'appel Temari Naoko, je suis en première B, j'ai 17 ans. Je mesure 1m91 et je pèse 86 kilos.

-Naoko ? Mais c'est un prénom de fille ça.

-Oui, ça veut dire « Enfant obéissante ».

-Charmant ma jolie. Et niveau basket ?

-J'ai fait partie du club de basket au collège et aussi en première année de lycée. Mon poste de prédilection est centre.

-D'accord, et pourquoi tu veux rejoindre cette équipe ?

Le regard du garçon s'assombrit brusquement, devenant presque bestial. Sa voix aussi changea l'espace d'une seconde, devenant beaucoup plus grave et sauvage. Comme si la personne en face d'Hanamiya n'était plus la même.

-J'ai quelqu'un à écraser.

-Je vois, mets-toi à droite.

Et Hanamiya posa les mêmes questions aux autres adolescents qui attendaient. Kuroko était le dernier à passer, si quelqu'un l'avait d'ailleurs remarqué. Pour le moment, il y avait trois personnes à droite, la dizaine d'autres étaient à gauche. Du coté droit, il y avait le grand brun de tout à l'heure, mais aussi deux autres garçons qui se ressemblaient comme deux gouttes d'eau, des jumeaux sans aucun doutes possibles. Ils avaient d'ailleurs un étrange physique, une peau aussi pale que celle de Kuroko, des cheveux si clairs qu'ils paraissaient blancs, et des yeux d'un noir profond.

-Bien, va à gauche. Il n'y a plus personne ?

Comme il l'avait prédit, personne ne l'avait vu, une fois de plus.

-Il y a moi.

Hanamiya et tous les autres adolescents présents se tournèrent vers lui, étonnés d'entendre une voix.

-Tiens... Kuroko ?

-Bonjour Hanamiya-kun.

-Qu'est-ce que tu fais là au juste ? Du repérage ?

-Je te croyais plus intelligent...

-Je vois qu'en plus de cela tu te permets d'ironiser.

-Je suis là pour rejoindre le club de basket, ça se voit non ?

-Tiens donc, ils ne veulent plus de toi à Seirin ?

-C'est plutôt moi qui ne veux plus de Seirin.

-Et c'est pour ça que tu es là ? Pourquoi tu n'es pas allé voir un tes amis de la Génération des miracles ?

-Si je veux les anéantir, je ne peux décemment pas les rejoindre, Hanamiya-kun.

-Les anéantir ?

-Oui, je ne veux pas seulement les vaincre, je veux les humilier, tous autant qu'ils sont. Que ce soient ceux de la Génération des miracles ou leurs équipiers.

-Ça me plait. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, mais je pense que tu te feras un plaisir de me raconter plus tard. Va donc à droite, Kuroko-kun.

Hanamiya se tourna alors vers ceux de gauche.

-Mes chers, vous n'êtes que des déchets, je n'ai pas besoin de vous dans cette équipe, alors vous pouvez aller au club de couture ou de tricot. Mais pas ici. Au revoir.

La dizaine d'adolescents n'en croyaient pas leurs oreilles, ils s'étaient tous fait recalé sans même montrer leur talent, sans montrer de quoi ils étaient capables. L'un allait protester, mais devant le regard d'Hanamiya, il n'arriva même pas à sortir une seule syllabe. Le brun était devenu beaucoup plus intimidant que l'année passée.

Quand enfin tous les autres furent sorti du gymnase, Hanamiya se retourna à nouveau mais vers les quatre nouvelles recrues restantes.

-Bien, vous faites maintenant partie de l'équipe vous quatre, demain venez à l'entrainement après les cours, je veux voir votre jeu et je suis sur qu'on fera de grandes choses ensemble !

-Excusez-moi Hanamiya-senpai ?

-Oui ?

-Pourquoi c'est nous qui avons été acceptés ?

-Dans ton cas Temari-kun, tu as l'air d'avoir de bonnes capacités physiques, et je peux voir dans ton regard que tu as vraiment envie d'écraser je-ne-sais-qui, j'aime cette motivation. Enfin ne te réjouit pas trop vite, je verrai demain de quoi tu es vraiment capable. En attendant, passons quand même aux présentations, je suis donc Hanamiya Makoto, coach, capitaine et point guard de cette équipe. Je suis en troisième année, comme le reste de l'équipe, ce seront donc nos derniers championnats cette année, et on compte bien les gagner, avec ou sans vous. Je ne suis pas une nounou, je ne suis pas là pour vous écoutez vous plaindre de quoi que ce soit, je suis clair ?

-Limpide même.

-Bien, alors celui dont le coiffeur est en prison, c'est Hara Kazuya. Celui avec le regard de poisson mort c'est Furuhashi Kojiro, celui avec les grandes oreilles, c'est Yamazaki Hiroshi et enfin le grand qui dort au fond c'est Seto Kentaro. Je vous dis donc à demain, et soyez en forme.

Tout le monde se salua avant de repartir. Kuroko rentra chez lui dans la foulée, la journée était terminée et il n'avait personne avec qui aller boire un milk-shake, alors autant rentré chez soi.

Il ne savait pas s'il était soulagé ou non. D'un coté il avait été tout de suite accepté, Hanamiya ne l'avait pas mit dehors, mais il se demandait vraiment si son choix avait été le bon. Quelques doutes subsistaient encore. Doutes qu'il balaya bien vite, Kuroko était déterminé. Demain, il fera officiellement partie de l'équipe de Kirisaki Daiichi, c'est tout.

Une fois chez lui, le bleuté se jeta sur son lit et enfouit sa tête dans son oreiller, mine de rien une rentrée c'est vraiment exténuant. Il resta quelques minutes comme ça, ne pensant à rien d'autre qu'à la douceur du coton et à la chaleur de son lit.


Voilà voilà ! J'espère donc que cette mise en bouche vous a plu. N'hésitez pas à me donner votre avis, c'est important !

Je tenais aussi à m'excuser, malgré mes recherches je n'ai rien trouver concernant le jour de la rentrée au japon, du coup je ne sais pas vraiment comment cela se passe, si quelqu'un est au courant, et que je me sois donc complètement trompée, vous pouvez me le dire ^^ Merci d'avance.

Aller, bisous, et vive Mako-chan !