Family

Auteur : Tenshia31

Genre : Family

Couple : Hum... surprise ! :)

Disclaimers : sont pas à moi, mis à part les petits bouts

.

.

* Chapitre 1 *

.

.

May, 212 AC

Il était à peine 7 heures dans la maisonnée qu'un petit cri se fit entendre, en ce mardi matin du mois de mai.

_'Ousan (1) !

Un petit bout, d'à peine 6 ans, entra en trombe dans la cuisine, faisant circuler ses petits yeux encore endormis.

Elle ne trouva pas le dit « 'Ousan », mais elle sourit lorsqu'elle vit l'autre adulte qui s'y trouvait, et elle accourut vers lui.

_Daddy !

Le dit-« Daddy » la réceptionna avec aise.

_Iko-chan, tu es bien matinale ce matin.

Iko-chan, de son vrai prénom Koiko, regarda son père d'un air boudeur.

Ce dernier prit le temps de la regarder un petit sourire attendri sur le visage.

Ses cheveux, lui arrivant à mi-épaule, d'un châtain clair tirant que le doré, portait encore les marques de son sommeil agité. Les deux petites nattes, sur les côtés, n'étaient plus ce qu'elles étaient, comparé à la veille au soir, lorsqu'il les lui avait tressé.

_Tu sais que Otousan n'est pas là. Il te l'a expliqué hier avant que tu ailles te coucher. Il est parti tôt car il avait beaucoup de travail en retard.

Koiko fit la moue, les mains derrière le dos.

Alors son « Daddy » descendit du tabouret, adossé au bar de la cuisine, et s'agenouilla afin d'être à sa hauteur.

_Mais qu'est ce que tu voulais lui dire à Otousan ? Je peux peut-être t'aider moi, non ?

Elle acquiesça vivement, puis, avec précaution, elle leva sa main gauche, le poing encore fermement serrée.

Et devant les yeux de son père, elle l'ouvrit pour y dévoiler une toute petite dent blanche.

_'Ousan, il m'avait dit que, quand, je perdrais ma dent qui bouge, le petite souris allait venir... Tu sais la petite souris qu'il y avait dans l'histoire que tu m'as raconté ?

_Oui je m'en souviens, et Otousan avait raison, lui répondit-il d'un air très sérieux. Par contre, il a dû aussi te dire que la petite souris venait uniquement quand tu dormais profondément, non ?

_Oui, il l'a dit.

_Alors, files vite la mettre sous ton oreiller avant de la perdre. Et ensuite, il te suffira t'attendre demain matin.

Son visage s'illumina et elle retrouva son plus beau sourire.

Plus rapidement qu'il ne faut pour le dire, elle courut vers les escaliers pour monter à l'étage.

Il continua quelques instants à fixer la porte par laquelle sa fille avait disparu.

Sa fille, sa toute petite fille venait de perdre sa première dent de lait.

Qu'est ce qu'elle avait vite grandi !

Elle avait 6 ans déjà, et il lui semblait que c'était hier qu'elle avait vu le jour...

Tout cela le rendait bien nostalgique.

Se reprenant en entendant du bruit à l'étage, il réalisa qu'il était déjà tard et qu'il serait bientôt tant de partir. Alors, il finit son café d'une traite et posa sa tasse dans l'évier.

Un quart d'heure plus tard, aprés s'être préparé lui-même, il frappa à la porte de la chambre de sa fille.

-Sunshine, tu viens déjeuner ?

Il chercha sa fille du regard. C'est alors qu'il la vit courir vers son oreiller et vérifier, sans doute pour la énième fois, que la petite masse blanche était, belle et bien, toujours là.

_J'arrive Daddy !, dit-elle en se tournant vers son père.

Pleine d'entrain, elle se dirigea vers la porte. Arrivée à ses côtés, elle s'arrêta et lui tira sur la manche de son pull pour qu'il s'accroupisse.

A sa hauteur, il la questionna du regard, et, pour toute réponse, elle lui fit un gros « smack » sur la joue, puis elle enchaîna :

_Dis daddy, tu le dis pas à 'Niisan2, hein ? lui chuchota -t-elle à l'oreille.

_Nope. Ce sera notre petit secret à tous les deux.

_Enfin tu peux le dire à 'Ousan. Il a le droit de savoir, lui.

_Tu sais, je pense qu'ils le découvriront tous seuls, ajouta t-il en constatant que la dent qu'il lui manquait était une de celle de devant.

Instinctivement, Koiko ferma la bouche.

_Je sourirais pas.

Face à cette réponse, il émit un petit rire.

_Ce serait bien dommage, Hime3.

Sa fille haussa les épaules.

_Bon allez, c'est pas tout, mais si on continue comme ça, on va finir par être en retard.

Pour toute réponse, elle lui offrit un magnifique sourire, et partit vers les escaliers, en coup de vent.

Une petite furie, voilà ce que sa fille était !

_Doucement dans les escaliers ! J'arrive. Je vais réveiller ton frère.

Il se dirigea vers la troisième et dernière chambre de la maison. En silence, il poussa la porte.

_Irin-chan ? Il est l'heure de se lever.

Une petite voix grognon émergea de dessous les couvertures.

_Dad, m'appelle pas comme ça ! Je suis plus un bébé ! Je te l'ai déjà dit.

D'une main, les couvertures volèrent dans la pièce pour découvrir le corps frêle d'un petit garçon âgé de 10 ans, avec une épaisse tignasse brune.

_Dadddd !

_Oh, mais mon graaaaaaand garçon est réveillé !

_Comment ne pas l'être avec ma petite sœur qui hurle dans toute la maison ?

_Mais dis-moi, tu sembles de mauvaise humeur, il va falloir remédier à ça...

En un saut, il s'approcha de son fils et commerça à le chatouiller.

_Daa... ddd.., nooonn, paa..s ça !, cria t-il dans un grand éclat de rire.

_Ah, ça va, je vois que ton sourire ne s'est pas enfui pendant la nuit.

Pour toute réponse, il lui passa la langue.

Le dit- « Daddy » s'écarta de sa progéniture et croisa les bras.

_Ca n'empêche que Monsieur Eiri est peut être un graaaaannnnnd garçon de 10 ans, mais, il n'en restera pas moins mon petit garçon à moi !, lui annonça t-il d'un ton grave. Alors, quoique tu en penses ou en dises, tu es et seras toujours en âge, pour moi, de me faire un bisou en guise de bonjour, affirma t-il solennellement, en faisant claquer son doigt sur sa joue, afin d'appuyer ses dires.

Et un petit sourire en coin, Eiri se leva et se pencha vers son père pour lui déposer un bisou... accompagné d'un petit coup de langue.

_Hey !

Puis vite qu'il ne faut pour le dire, le petit Eiri était déjà loin.

Nullement vexé, et amusé des taquineries de son fils, « Daddy » sortit de la chambre et rejoignit ses enfants à la cuisine. Avant d'y entrer, il effaça le sourire en coin de son visage, juste pour se donner l'image d'un papa outré et vexé.

_Bad boy !, dit-il en voyant son fils.

Eiri ne prêta aucune attention à son père, et continua de servir le petit déjeuner à sa sœur.

_Hey, petit monstre, t'étais pas obligé de me réveiller ce matin !

_J'suis pas un petit monstre !

Elle prit une moue boudeuse, et se tourna vers son père.

_Hein daddy que je suis pas un monstre ?!

_Mais non, ma chérie, n'écoute pas ce fils indigne qu'est ton frère, il ne dit que des bêtises !

_C'est quoi « fils indigne » ?

_C'est un grand garçon qui ne veut même plus me faire de bisou...

_Hey ! Pourquoi tu veux pas faire de bisou à Daddy !

Elle tendit les bras vers son père qui la prit dans ses bras sans hésitation, et l'embrassa sur la joue. Eiri leva les yeux au ciel et soupira.

_Sois pas triste, tu sais, moi je t'en ferais tout plein, toute la vie ! Et toi, dit-elle en se tournant vers son frère, t'es pas gentil !

Daddy finit de préparer le petits-déjeuner de ses enfants, et tous déjeunèrent sur cet air joviale. Puis une demi heure plus tard, avisant l'heure, « Daddy » jugea qu'il était plus que temps de se préparer, rompant toutes discussions.

Il aida Koiko à se laver et à s'habiller, tandis que Eiri s'occupait de... lui-même.

.

Une fois que tout le monde fut prêt, ils se dirigèrent tous les trois vers la voiture.

Koiko fut installée dans un siège à l'arrière, tandis que Eiri se plaça fièrement sur le siège passager, et, comme depuis quelques jours, sans rehausseur.

En effet, Eiri était plutôt grand pour son âge, et la réglementation en matière de sécurité routière autorisée les enfants âgés de 10 ans et plus et mesurant plus d'1m40 à s'asseoir sur ce siège.

Eiri avait toujours été pressé de grandir, rendant son « Daddy » nostalgique. Et alors qu'un jour, sur un trajet les menant à l'école, il avait demandé à Otousan, quand est-ce qu'il pourrait s'y asseoir. Naïvement, le dit « Otousan » lui avait répondu, du tac-au-tac, selon les règles établies. Le sachant, il ne s'était, alors, pas fait prié pour s'accaparer la place dès qu'il l'avait pu, au grand damne de son autre papa.

Mais malheureusement, et malgré lui, son petit garçon grandissait, si bien que l'année prochaine, il rentrerait déjà dans le cycle du secondaire.

Revenant au moment présent, « Daddy » finit d'attacher la ceinture de Koiko, et s'installa au volant. Et alors qu'il allait partir, après avoir démarrer la voiture, Eiri s'écria :

_Dad, on a oublié de donner à manger à Yuki !

_Ah oui, mince ! Tu y vas mais tu te dépêches !, lui dit-il en lui tendant les clefs.

Eiri descendit de la voiture, fila en courant vers la porte d'entrée, l'ouvrit et s'engouffra dans la maison.

Yuki était le chat de la famille qu'ils avaient adopté, un an auparavant, à la demande des enfants.

A leur entrée au refuge, ils avaient tous craqué pour ce magnifique chat de gouttière, sans doute croisé persan. Ce jour-là, en voyant le pelage noir, tacheté de blanc, Eiri avait déclaré naturellement que cela lui faisait penser à de la neige, et « Otousan » avait alors pensé au prénom Yuki, ce qui avait été voté à l'unanimité par toute la petite famille.

Quelques minutes plus tard, Eiri revint vers la voiture.

_C'est bon, annonça t-il une fois à l'intérieur.

-Très bien. On peut y aller cette fois ?

Les deux enfants acquiescèrent, et ils prirent la route vers l'école.

.

.

*A suivre *

.

.

Bon chapitre un peu court, mais bon c'est juste pour la présentation

Alors vous avez deviné de qui il s'agissait ?

La suite arrive très prochainement. ;-)

1Petite abréviation de ma part pour « Otousan », soit « papa » en japonais

2Encore une petite abréviation de ma part pour « Oniisan », pour « grand frère » en japonnais

3Hime : Princesse en japonnais