Family

Auteur : Tenshia31

Genre : Yaoi, Family

Couple : Hum... surprise ! :)

Disclaimers : sont pas à moi, mis à part les petits bouts

.

.

* Chapitre 2 *

.

May 212 AC - Le même jour

.

_Vous n'oubliez pas que ce soir c'est Otousan qui vient vous chercher.

Koiko et Eiri agitèrent leur petit minois en signe d'acquiescement.

Arrivés devant l'école et une fois la voiture garée à un emplacement correct, ils en sortirent tous.

Un au-revoir bref et un bisou rapide, Eiri traversa la route, en prenant garde aux voitures comme on lui avait si bien appris, puis il se dirigea vers la grande cour.

Koiko fut, elle, conduit jusque dans sa classe par son père.

Au loin, il aperçut la maîtresse de cette dernière qui saluait poliment les parents.

Une fois dans la classe, il embrassa sa fille lui souhaitant une bonne journée. Et il s'apprêta à sortir de la classe quand on l'interpella :

_M. Maxwell1 !

C'était la maîtresse de Koiko, ce qui ne le surprit pas le moins du monde.

En effet, il se souvint, qu'un jour, lors d'un repas, Koiko leur avait dit, d'un ton naturel, que sa maîtresse « prenait un sourire bizarre » quand elle le voyait.

Ça l'avait beaucoup fait rire... Son compagnon, par contre, beaucoup moins...

Ce dernier s'était même étranglé lorsqu'elle avait ajouté que la maîtresse la complimentait souvent pour avoir un papa « si beau et si adorable » !

Mais un petit câlin avait vite remis les choses au clair. Mais pendant plusieurs semaines, son cher et tendre s'était, quand même, chargé, lui-même, du transport des enfants pour l'école.

Revenant à la réalité, Duo, de son petit nom, se retourna vers elle.

.

_Oui ?, l'interrogea t-il poliment.

_Koiko, vous a t-elle dit qu'à la fin du mois, une sortie au cirque est prévue ? Et, nous demandons aux parents, qui le peuvent, de se porter volontaires pour l'accompagnement.

_Ah, oui, elle m'en a parlé. Ça aurait été avec plaisir mais, malheureusement, je ne pourrais pas me libérer de mes obligations professionnelles.

Une sortie scolaire pourquoi pas, il n'était pas contre et il l'avait déjà fait. Mais il se souvenait comment il avait dû supporter la drague et les sourires aguicheurs de toutes les jeunes mamans célibataires ou non qui étaient présentes, alors ce serait, pour cette fois, sans lui !

_Oh... C'est dommage, nous aurions tant aimé vous comptez parmi nous.

_Oui, je suis désolé, mais ça ne sera pas possible. Mais si vous le souhaitez, je demanderais à mon mari s'il est disponible..., ajouta t-il, après quelques secondes de réflexion.

Son sourire niais s'effaça de son visage.

Le dit-mari n'avait vraiment pas du être tendre avec elle, la pauvre, songea Duo.

_Ah... euh... oui, … pourquoi pas... ?, hésita t-elle, n'osant, sans doute, pas lui dire non.

_Très bien. Je lui passerais le message alors.

Sur ce, il se détourna et sortit de l'école, non sans un sourire au coin des lèvres.

.

14h45

_Carmen, je prend ma pause !

_Ok !

_Tu préviens la patronne ?, ajouta t-il avec un clin d'œil

_Pas de soucis !

Duo se dirigea vers l'arrière du restaurant afin de récupérer sa veste.

.

Depuis maintenant 11 ans, il travaillait dans un établissement qui faisait bar et restaurant, ainsi que quelques soirées karaoké dans le mois.

Et pourtant, rien ne le prédestinait à cela.

En effet, cela faisait 15 ans que la guerre était finie. Par mesure de sécurité, les ex-pilotes avaient tous étaient réquisitionnés pour travailler au maintien de la paix.

Pour Duo, ça avait duré 4 ans.

Il s'était rendu compte qu'il voulait autre chose.

Ce travail ne correspondait plus à ses attentes, de plus, s'il avait envie de fonder une famille, alors lui et son compagnon, n'avaient pas trouvé d'autres choix. Les horaires, la pénibilité du travail, l'éloignement, rien ne coïncidait avec la vie de rêve qu'ils souhaitaient se façonner tous les deux.

Alors ils avaient pris, tous deux, la décision, qu'un resterait au service des Préventers et que l'autre changerait de travail. Et jusqu'à maintenant, ça leur allait très bien comme ça.

.

Donc dés la fin de la guerre, les ex G-Boys avaient passé trois années à former diverses équipes qui partiraient sur le terrain au besoin. Qui pouvait être les mieux placés pour maintenir la paix, que ceux qui l'avaient activement favorisé ?

Puis du statut de formateurs, on leur avait attribué des postes importants, afin de veiller au bon fonctionnement de la police préventive.

Heero était responsable de la sécurité de toutes les bases appartenant aux Préventers.

A l'époque, Duo gérait les dossiers délicats avec Quatre. Ils étaient chargés d'établir des plans d'actions, et de gérer les pour-parlers au besoin, l'arabe excellant dans la médiation.

Quant à Trowa et Wufei, ils géraient les équipes, formées par leurs soins, qui partaient sur le terrain, en partant des repérages jusqu'au débriefing.

Toutes leurs missions étaient nettement moins présentes et actives que lors de la guerre, fort heureusement. Pas qu'ils n'appréciaient pas l'action, mais un peu de calme n'avait jamais tué personne.

Après 4 ans d'une paix plus que durable, Duo avait estimé que le monde ne risquait plus rien et avait donc démissionné.

Il s'était alors retrouvé travaillant au service d'Hilde, avec qui il avait garder contact. Cette dernière avait, à la fin de la guerre, récupérer un vieux local abandonné et avait fonder son propre restaurant. Elle l'avait retapé et en avait fait un très bel endroit.

Un changement radical pour eux, mais tout fonctionnait plutôt bien. Duo était même devenu, au fil du temps, copropriétaire, et ce depuis 4 ans. Cela lui avait permis de ne travailler que les midis et après-midis, facilitant la garde des enfants.

Il n'était réquisitionné que pour venir travailler, une fois par mois, lors des soirées à thème organisées par Hilde, afin d'y exercer ses talents de chanteur. Hey oui, Duo chantait !

Hilde, quant à elle, était présente plutôt le soir, bien qu'habitant au dessus du restaurant, il lui arrivait de venir de temps en temps dans la journée. Après tout, ce restaurant, c'était un peu sa vie.

Au niveau du personnel, Carmen faisait déjà « partie des meubles », déjà lorsque Duo était arrivé et gérer les plats en cuisine et venait aider en salle, avec un chef cuisinier. Puis, ils avaient embauché deux serveurs de plus pour assurer les week-end, et quelques soirs d'affluence en semaine.

Mais autant pour Hilde, que pour Duo, la place de propriétaire qu'ils occupaient, ne les empêchaient en aucun cas d'être en salle et de servir, comme le personnel. C'est d'ailleurs leur envie de bosser qui avait fait du restaurant ce qu'il était aujourd'hui.

.

Une fois sa veste en main, Duo se se dirigea vers l'extérieur.

_Hey, Maxwell, tu passes le bonjour à ton cher et tendre ! lui cria Hilde à travers le restaurant.

Après un bref sursaut, il se retourna vers elle.

_Mais ça va pas de crier comme ça, tu déranges nos clients. Excusez nous messieurs, dames..., s'excusa t-il à l'attention des quelques clients présents.

Ces derniers se mirent à rire et il vit au loin Hilde lui tirait la langue, de façon très mature.

_Merci pour le soutien, les gars.

Le midi, les clients étaient principalement des habitués, alors Hilde n'avait pas peur de se permettre quelques remarques.

D'ailleurs, Matt, un des habitués, prit la parole.

_On peut pas lui résister, Duo ! Qu'est-ce que tu veux ?

Matt était un homme assez mignon, il portait un costume, tout comme ses voisins de table. En effet, tous travaillaient dans l'immeuble face au restaurant, qui abritait une des plus luxueuses boite privée d'avocats de la ville.

L'Américano, du nom du restaurant, était réputé pour être un établissement plus que fréquentable. Beaucoup d'hommes d'affaires du quartier y venaient tous les midis. Le soir, il ouvrait ses portes à une clientèle plus éclectique, sans doute, dû à l'ambiance musicale qui y régnait Une décoration recherchée, un espace de restauration aux couleurs chatoyantes, et un espace plus cocooning pour l'espace karaoké, permettaient de satisfaire tous les clients. Un petit patio à l'arrière permettait même aux fumeurs de sortir. Et avec tout ça, les clients avaient affaire à des serveurs plus qu'amicaux.

Bref, on s'y sentait bien !

_Et la solidarité masculine, vous en faites quoi ?

Pour toute réponse, le blond haussa les épaules.

Soupirant, Duo leur tourna le dos et sortit du restaurant.

Il alla s'asseoir sur un banc situé non loin de là.

Il sortit son téléphone et sélectionna le nom souhaité dans sa liste de contact.

Au bout de la deuxième sonnerie, quelqu'un décrocha.

_Hello mi Amor !

_Yô2, Tenshi.

Un soupir de soulagement se fit entendre.

_Ça va ?

_Oui, je suis juste content de t'entendre.

_Journée épuisante ?

_C'est peu dire... De la paperasse et des entretiens d'embauche. Tout ce que j'aime.

_Ah, vous allez embaucher ?

_Oui, depuis que Quatre est parti, c'est un peu la panique, ici.

_M. Heero Yuy3 paniquer ! Mais où va le monde ?

_Duo...

_Je plaisante, Honey.

Duo avait beau plaisanter mais Heero avait, quand même, beaucoup changé depuis la fin de la guerre.

La vie qu'il avait construit avec Duo l'avait épanoui. Il avait enfin pu vivre et connaître autre chose que la guerre et les combats. Ses enfants avaient été une énième source de joie pour lui, comme pour son compagnon.

L'ancien pilote du Wing n'était plus un jeune garçon taciturne, prêt à tout pour remplir sa mission. Aujourd'hui, il avait une famille. Et auprès de Duo, il avait appris à aimer et au fil des années, il avait appris à le lui montrer, non sans son aide et sa patience.

Bien que Heero se soit dévoilé au côté de son compagnon, il n'en restait pas moins un stratège hors pair si bien, qu'il avait été nommé à une poste important au sein des Préventers, au sein desquels il travaillait toujours. Il gérait la sécurité des différentes bases appartenant aux Préventers, notamment au niveau informatique, et avait sous ses ordres de nombreux équipiers. Il ne se déplaçait plus qu'à de rares occasions, déléguant ses responsabilités à des hommes sur place. Mais parfois il se voyait dans l'obligation de partir pour une base suite à des soucis que lui seul pouvait résoudre.

Duo reprit son discours.

_Au fait, Hee-chan, ta fille a perdu sa première dent ce matin, lui annonça t-il, sur un ton nostalgique.

_Ah, c'est bien... Mais comment le prend... le papa ?, lui demanda t-il, un sourire commençant à se dessiner sur ses lèvres.

_Te moque pas de moi !

Heero se souvenait du drame de la perte de la première dent de Eiri. Duo en avait presque pleuré et avait hurlé, à qui voulait l'entendre, que son petit garçon devenait un homme, et qu'il allait bientôt le perdre.

Heero avait mis trois bonnes heures à le raisonner, à lui dire qu'il avait le temps de le voir grandir, que non, leur fils n'allait pas les quitter de suite, et que non, aucune fille, n'allait le leur enlever.

Alors, il voyait déjà la migraine pointer le bout de son nez face au discours qu'il allait devoir tenir face à un Duo hystérique.

_Pour te répondre, le papa le prend bien.

_Sûr ?

_Sûr.

Pourtant, Heero sentit une hésitation émanant de son compagnon.

_Mais... ?

_Je...

_Tu ?, l'encouragea t-il.

_Je pourrais avoir un câlin ce soir pour me consoler.

_Tenshi...

_Vi ?

_Bien sûr.

Puis, après quelques minutes de conversation, Duo dut mettre fin à leur échange.

_Hee-chan, je vais devoir y retourner sinon Hilde va me tuer.

_File vite alors, je veux te retrouver en un seul morceau ce soir !

_Tu n'oublies pas d'aller chercher les enfants ce soir ?

_ Oui, j'ai pas oublié. Tu rentreras tard ?

_Pour dîner avec vous, je pense. Mais s'il est trop tard, commencez sans moi.

_D'accord.

_A ce soir Hee-chan.

_Aishiteru, Koneko.

_I love you, me too.

Sur ces derniers mots d'amour, ils raccrochèrent et retournèrent à leur occupation.

.

.

.

*A suivre*

.

Alors cette suite vous a plu ? Encore un chapitre avec pas mal de détails... mais faut bien récentrer l'action !

J'imagine que beaucoup avait deviné qui étaient les deux protagonistes ?!

Entre le « Otousan » et le « Daddy », On peut rien vous cacher ;-)

1M. Maxwell, vous ne vous y attendiez pas hein !?;-)

2J'ai trouvé sur internet qu'au Japon pour dire bonjour (dans l'après midi) à quelqu'un qui nous est proche, le mot « Yô » faisait l'affaire.

3Hey oui, Hee-chan... Je peux pas les séparer ces deux là c'est pas possible ! ^^