Family

.

.

Auteur : Tenshia31

Genre : Yaoi, Family, Drame

Couple : 1+2+1 / 3+4+3 / 5+LM+5

Disclaimers : sont pas à moi, mis à part Koiko, Freya et Eiri

.

.

* Chapitre 8 *

.

.

June 212 AC – Mardi

Une semaine...

Ils avaient passé une semaine d'enfer...

Une semaine à chercher, à ratisser, à passer au crible fin, à éliminer piste par piste...

Pour enfin...

.

_Hee-chan,... c'était Sally...

La japonais le regarda, suspendu à ses lèvres.

_Ils l'ont retrouvé.

.

Duo ne tenait plus sur son siège. Il gesticulait, se triturait les doigts..., en espérant peut être que le temps passerait pus vite ainsi.

_Hee-chan, il est quelle heure ?

_Deux minutes de plus depuis la dernière fois que tu me l'as demandé...

_Et pourquoi, y'a des bouchons si tôt aujourd'hui ?

Essayant de garder les yeux sur la route, Heero posa délicatement une main sur celles de son amant.

_Duo-kun, calme-toi.

L'américain tourna un regard angoissé vers son amant.

_Hee-chan, tu crois qu'elle va bien ?

_J'en suis sûr.

Les larmes aux yeux, Duo se plaça la main devant la bouche tant il était ému.

Après avoir raccroché après l'appel de Sally, il avait vite annoncé la nouvelle au japonais.

Il s'était rendu compte que, sous l'émotion, il n'avait même pas demandé si Koiko allait bien.

Ils s'étaient habillé à la va-vite pour filer vers l'hôpital où travaillait leur amie.

_Hee-chan... ils l'ont retrouvé, ils ont retrouvé notre bébé, souffla t-il, osant à peine y croire.

Après tant de temps passé et de recherche, ils allaient enfin la retrouver.

_Qu'est ce que Sally t'a dit exactement au téléphone ?

_Pas grand chose. Juste que quelqu'un était venu la voir pour lui parler de Koiko, je n'ai pas trop compris... Je...

_C'est bon, Duo-kun, le rassura t-il. On arrive bientôt.

.

Et comme un tsunami, tout lui revint en mémoire.

La journée horrible qu'ils avaient passé chez Quatre et Trowa...

L'appel aux policiers...

Leur début de recherches...

Les pistes...

L'espoir...

… infructueuses...

L'attente...

Le désespoir...

Tout...

.

Et là, aujourd'hui, enfin, ils allaient pouvoir la serrer dans leur bras.

.

Une fois arrivé à l'hôpital, Heero se gara, et ils sortirent de la voiture pour se diriger au pas de course vers le service de pédiatrie afin de retrouver Sally.

A peine eurent-ils passés la porte, qu'ils la virent en pleine discussion avec un jeune interne.

_Sally !

Celle-ci se tourna vers eux.

_Ah, je vous attendais. Je...

_Où est-elle ?!

_Duo, doucement, tu es dans un hôpital...

_S'il te plaît, Sally.

_Venez.

La jeune femme commença à marcher dans les longs couloirs de l'hôpital. Arrivée face à une porte, elle les fit entrait dans un sas.

_Avant que vous passiez cette porte, je dois vous dire. Koiko est arrivée hier soir, en état de mal. Elle convulsait, elle...

_Quoi ?! Mais qu'est ce qui s'est passé ?

_Ne vous inquiétez pas, elle va beaucoup mieux. Son état est stable. Si vous voulez, je vous laisse la voir quelques minutes, pas plus, elle est encore très fatiguée, et je vous raconte après ce qu'il s'est passé.

Heero et Duo hochèrent la tête simultanément. Puis, elle demanda à Heero et Duo d'enfiler une combinaison. Sous les regards interrogatifs, elle se justifia.

_C'est une mesure de protection. C'est le secteur intensif de pédiatrie.

Sans en demander plus, ils l'enfilèrent, et Sally put les accompagner devant une porte de chambre, qu'elle poussa.

Pendant que les autres s'avancer dans la pièce, Duo resta pétrifié sur le seuil.

Il vit Koiko, allongée sur un lit, apparemment endormie, reliée à tout un tas de machines, un masque à oxygène sur la bouche.

Heero revint sur ses pas, et prit délicatement la main de son amant.

_Ne t'inquiète pas, Sally a dit qu'elle allait bien.

Il l'accompagna jusqu'au lit.

Là, il observa la poitrine de leur fille se soulager légèrement. Et comme pour s'en assurer, il plaça délicatement une main sur celle-ci, accompagné de celle de son amant.

Sally prit la parole.

_C'est plus impressionnant que ça n'y paraît. Son état est stable, elle est juste très fatiguée.

Le silence se fit, si ce n'est le « bip » incessants et presque qu'agaçants de la machine qui mesurait les battements de son cœur. Mais, au moins, c'était signe qu'elle était en vie.

Le japonais, de sa main libre, effleura le visage de leur fille.

_Pourquoi ?

L'américain, parlant pour la première fois depuis qu'il était entré dans la chambre, se tourna vers Sally.

_Venez. Laissons-la se reposer.

Le voyant hésitant, Heero effectua une légère pression sur la main de son amant, -mais qu'il n'avait toujours pas lâché.

L'américain se pencha vers sa fille et lui chuchota de douces paroles, que seul le japonais put entendre.

_Sunshine, papa revient.. … ... I love you so much.

Puis, il l'embrassa sur la tempe et se releva, décidé à suivre la jeune médecin.

.

Une fois dans le bureau de cette dernière, les deux jeunes hommes étaient à son écoute.

_Ce matin, une jeune interne est venue me voir en me disant qu'une petite fille avait été amenée par une jeune femme, -sa mère semble t-il. Et quand...

_Quoi ? Pourquoi elle est ici ? Qu'est ce qu'elle a ?

_Duo, s'il te plaît, laisse moi finir.

Sous le coup de l'émotion, les jambes du châtain cédèrent.

Il fut rattrapé de justesse par son amant, qui l'accompagna au sol et le serra fort contre lui.

_Pour...quoi ? Notre petite fille... Qu'est ce qu'on a fait ? C'est pas possible...

_Duo-kun...

Impuissant, Heero le serra dans ses bras.

Puis, il l'aida à s'asseoir sur une des chaises du bureau.

.

Patiemment, ils finirent d'écouter Sally.

Dans la nuit, les urgences avaient accueilli, une femme affolée, amenant une petite fille -qu'elle disait être la sienne. La petite est arrivée en état de mal, elle convulsait.

Après lui avoir fait les premiers soins, des analyses plus poussées avaient été effectué pour en connaître les causes exactes.

Les premiers examens ont déduit un gros coup de chaleur dû à, sans doute, une exposition prolongée au soleil, aux vues de la forte fièvre, de la déshydratation et d'une rougeur au visage, que la petite présentée.

La petite aurait pu repartir comme ça après qu'on l'ait soigné.

Néanmoins, une interne, ayant vu les photos de Sally déposées quelques jours plus tôt dans le service, était allée la prévenir.

.

-Après l'avoir reconnu, j'ai de suite fait appelé la sécurité, poursuivit Sally.

Cette dernière avait alors interrogé la mère, qui affolé, s'est mise à hurler dans tout l'hôpital. Elle avait du être sédaté et la police avait été averti. Cette jeune femme était à présent en garde à vue pour le moment.

_De ce côté là, nous n'en savons pas plus. On ne sait pas qui elle est ni ce qu'elle faisait avec Koiko.

.

Lorsqu'ils ressortirent du bureau de Sally, Duo se dirigea vers la chambre de leur fille. Heero, quant à lui, se chargea d'appeler leurs amis pour les prévenir.

Il prit son téléphone et composa le numéro de Trowa.

_Heero.

_...

_Heero ?

_Trowa, on est à l'hôpital...

_Koiko ?

_Hn.

_On arrive.

Il raccrocha.

Simple, net, rapide... comme ça l'avait toujours été entre eux. Pas besoin de plus de mots pour se comprendre...

.

Et moins d'une heure plus tard, leurs trois amis arrivèrent dans le couloir de l'hôpital.

Ils tombèrent sur Heero, les mains supportant lourdement sa tête.

A leur approche, ils releva un visage cerné et fatigué.

Il regarda autour semblant cherché quelque chose ou quelqu'un.

_Eiri et Freya sont restés avec Li-Mei, lui annonça Wufei.

De suite, Quatre prit la parole.

_Heero, Koiko...

_... est avec Duo.

Un soupir de soulagement se fit entendre. Et il lui expliqua ce qu'ils savaient pour le moment.

_Sally doit revenir avec les résultats.

Ils entrèrent tous dans la chambre de la petite rejoindre Duo.

.

.

Sally frappa à la porte et entra.

Tous levèrent la tête à son entrée.

_Bon, j'ai les résultats des analyses de Koiko.

Elle planta ses yeux dans ceux des pères inquiets.

Voyant qu'elle n'osait pas leur expliquer, Heero lui attrapa brusquement la feuille des mains.

...

...

PATIENTE : Mlle Yuy-Maxwell Koiko

AGE : 6 ans

...

Symptômes : convulsions / mydriase

Examens : Prises de sang / urine

Résultat : Positif à la Benzoylecgonine (benzoate d'ecgonine) / Isomère : C16H19NO4

...

...

.

Aucun doute possible.

Après avoir lu attentivement, le japonais rendit le document à Sally et prit la sortie d'un pas précipité.

_Hee-chan ?!

Duo n'obtenant aucune réponse de sont amant, son regard se porta vers le médecin.

_Sally ?

Elle soupira avant d'ajouter.

_De la Benzoylecgonine a été détecté dans les urines de Koiko...

_De la Benzo.. quoi ?

Trowa prit soudainement la parole

_C'est une substance que l'on retrouve principalement dans la cocaïne.

_Quoi ?! Mon bébé a été drogué ?!

_Selon les apparences... Oui.

_Et... Heero doit savoir de quoi il s'agit... Et il doit être parti retrouver cette femme.

Silence.

_Je vais le rejoindre, annonça Trowa.

Il s'apprêta à sortir, quand Duo le retint par le bras.

_Laisse Trowa. Je me suis pas rendu utile jusqu'à présent, laisse moi y aller.

_Duo...

_Ca va Wufei. Quatre, je peux te demander de veiller sur Koiko ?

_Hm.

Après avoir embrassé sa fille, l'américain se dirigea vers la porte à grand pas.

.

.

Arrivé au commissariat, il trouva son amant en pleine conversation avec un agent. Il écouta la discussion en cours en s'approchant assez prêt pour être vu d'Heero.

-... domicile a été perquisitionné. On y a retrouvé un petit stock de cocaïne, assez pour une consommation personnelle quotidienne. Sur les papiers, cette femme vivait seule. Une information judiciaire à été ouverte par le parquet. Vu qu'il y a eu enlèvement d'enfant, et en attendant d'être entendu par les juges, elle sera mise en détention provisoire.

Heero acquiesça calmement.

_Puis-je la voir ?

_Bien que Préventer, vous n'êtes pas liés à l'affaire, je ne peux pas vous permettre d'aller dans la salle d'interrogatoires. Désolé.

_Écoutez M. l'agent. Je respecte votre code de l'honneur, mais...

Il se tourna vers Duo.

_Cet homme est le père de la fillette kidnappé. Il a besoin de voir la ravisseuse de sa fille pour essayer de … lui pardonner.

Le policer sembla réfléchir, puis il regarda autour de lui.

_... Bon … je ne pourrais que vous conduire derrière la vitre sans teint... Je ne peux pas vous confronter à elle, ajouta t-il à l'attention de l'américain.

Sur ce, ils le suivirent jusqu'à une porte, où il les fit entrer.

_Je vous attend dehors.

Duo s'approcha lentement de la vitre.

Derrière celle-ci, se trouvait une femme maigre, assise devant une table, l'air perdue... Le teint blafard, les yeux rougis, des signes de sueurs visibles, elle semblait désorienté et visiblement en état de manque.

Les deux jeunes hommes restèrent silencieux un long moment. Ce fut Heero qui prit la parole le premier.

_Qu'est ce que tu fais ici, Tenshi ?

Silence.

_Tu avais peur que je fasse une bêtise ?

_... Je voulais juste... la voir...

Silence.

_Hee-chan... Pourquoi ?

Délicatement, le japonais vint lui prendre la main.

_Le policier qui l'a interrogé m'a dit, qu'apparemment, elle aurait perdu sa fille il y a un peu plus d'un an. Elle avait le même âge que Koiko... Elle vit dans le déni. Elle n'accepte pas qu'elle soit morte... Pour elle, Koiko était, sans soute... sa propre fille...

Silence.

_Je vais demander à ce, qu'exceptionnellement, l'affaire soit repris par les Préventers... Je veillerais personnellement qu'elle soit interné en hôpital psychiatrique.

_Non, elle mérite de...

_Chut, ne dis pas ça...

Silence.

_Allez viens on s'en va.

L'américain suivit son amant calmement. En sortant de la pièce, il lui lâcha brusquement la main et courut vers la pièce adjacente. Il ouvrit la salle d'interrogatoire, et là, il la vit. Sans une once d'hésitation, il lui sauta dessus.

Il a toujours su garder son calme quand les circonstances le demandaient, et ce même si le feu bouillait en lui, mais là, c'était au dessus de ses forces. Cette femme, aussi malade soit-elle, leur avait pris leur fille.

Il la frappa autant qu'il le put.

Il voulait venger leur fille... il voulait se soulager. Il en avait besoin.

La femme tomba de sa chaise et se recroquevilla sur elle-même. Aucun son ne sortit de ses lèvres.

Heero le regarda faire. Il ressentit ce sentiment de soulagement lui aussi. Un peu plus fort à chaque coup.

Alors, il hésita. Pouvait-il l'en empêcher ? En avait-il, tout simplement, envie ?

En entendant les agents arrivés, sans doute alerter par le bris, il se ressaisit.

_Duo, arrête !

Les frappes prirent en vigueur.

La japonais l'enserra de force, parant les coups de son amant.

La femme, enfin libérée, alla se réfugier dans un coin de la pièce et se recroquevilla sur elle-même.

_Ne fais pas quelque chose que tu regretteras toute ta vie.

_Non je ne regretterais pas... C'est impossible. Il faut qu'elle paie pour ce qu'elle a fait, annonça Duo, en se débattant comme un diable.

_Duo-kun, arrête. Pense à Iko-chan. Tu veux la revoir n'est-ce pas ?

Sur ces mots, il arrêta soudainement de se débattre.

_Hee-chan..., murmura t-il.

_C'est bon, ça va aller...

Duo relâcha prise.

Qu'allait-il faire ?

Pris dans sa folie, il savait qu'il aurait pu tuer cette femme.

Il avait son sang sur les mains.

Les larmes coulèrent d'elles-même, à ne plus pouvoir les retenir.

...

.

Koiko ne s'était toujours pas réveillé. Sally l'avait mise sous perfusion.

Heero et Duo lui avaient demandé si elle risquait de conserver des séquelles.

Pour faire simple, elle leur avait expliquer que la prise de cocaïne fait des dégâts car elle perturbe le fonctionnement normal des cellules chez un enfant d'autant plus, puisque c'est une période de construction des connexions dans le cerveau. En cas de prise de cocaïne, il y a des zones du cerveau qui normalement ne devraient pas fonctionner qui vont fonctionner à plein, et d'autres zones, qui auraient dû se développer, qui vont restées en sommeil. De plus, il y a des risques de dépendance.

Il leur fallait attendre...

.

June 212 AC

Quelques jours plus tard

Une petite fille qui ouvre les yeux fébrilement.

Des murs blancs...

Des « bip bip » agaçants...

Un respiration régulière à ses côtés.

_... D..

Des difficultés à parler..

Elle releva la tête, pour y apercevoir, Duo à ses côtés lui tenant la main. Heero dormait un peu plus loin avec Eiri dans les bras. Ce dernier l'observait, un sourire sur les lèvres.

Il se leva doucement, ce qui n'empêcha pas le japonais de se réveiller, et se dirigea vers sa petite sœur. Il se mit sur la pointe des pieds et l'embrassa sur le front.

_Ca va p'tite sœur ?

Celle-ci acquiesça.

A ses côtés, Duo se réveilla peu à peu.

_Iko-chan...

_Dad... dy

Il la serra dans ses bras, Heero vint se joindre à eux.

_Vous m'a... vez man... qué

_Toi aussi, mon ange, tu nous as tellement manqué.

Koiko s'était de nouveau endormie. Et Quatre et Trowa était venu chercher Eiri afin qu'il puisse se reposer.

Heero s'était assis sur le fauteuil à côté de la fenêtre. Et Duo était venu se pelotonner dans ses bras.

Ils semblaient tous les deux réfléchir, et leurs yeux ne quittaient plus Koiko, par peur qu'elle s'envole de nouveau.

Le japonais prit la parole.

_Nous avons été pilote de gundams... Nous n'avons pas eu une adolescence anodine, mais finalement, nous ne sommes par pour autant à l'abri de ces choses qui peuvent arriver tous les jours à n'importe qui... Nous avons concentré nos efforts sur d'éventuelles personnes à qui nous aurions fait du mal pendant la guerre... mais quelque part, nous sommes comme tout le monde...

_Hm...

Silence.

_Heureusement, tout est bien, qui finit bien...

_Hn.

Ils avaient vécu des moments très difficiles. Ils s'étaient tous éloignés plus ou moins les uns des autres.

Koiko sous le joug d'une folle.

Eiri délaissé par les recherches de ses deux pères.

Et Heero et Duo...

_Je t'ai dit des mots terribles, lui dit Duo.

Silence.

_Ca ne venait pas de toi mais de ta douleur... celle au fond de toi...

_Tu pourras me pardonner ?

Et pour toute réponse...

_Embrasse-moi Tenshi.

.

Ils étaient enfin de nouveau réunis tous les 4.

Et ils rattraperaient le temps perdu en essayant d'oublier ses instants horribles, et en se reconstruisant ensemble.

.

.

* Fin *

.

.

Voilà c'est la fin ! je ne sais pas encore si je fais un épilogue ou pas...