Bonjour tout le monde! :) Je me lance donc dans la traduction. Voici le lien de l'histoire originale: s/9174156/1/Finding-the-Way-Back . L'auteur est LeighKelly et j'ai son accord pour cette traduction. N'hésiter pas à aller faire un tour sur son profil si vous n'êtes pas trop anglophobes, ses histoires sont géniales! Je vais essayer de publier au moins un chapitre par semaine mais je ne promets rien . Je fais de mon mieux pour éviter les fautes d'orthographe. Sur ce bonne lecture! :)


Je roulais dans mon lit, regrettant la grande quantité de tequila que j'ai consommé la nuit précédente et qui me donnait maintenant l'impression que quelqu'un tapait avec un marteau sur ma tête. Même l'oreiller sur mes oreilles ne pouvait arrêter le claquement et je cherchais au hasard mes cachets d'aspirine sur la table de chevet. L'horloge affichait 7h12 et c'est à ce moment là que j'ai réalisé que le bruit ne venait pas de ma tête, quelqu'un était à ma porte à cette heure matinale.

Enroulant la couverture autour de moi, et protégeant mes yeux de la douloureuse lumière, je trottinais vers la porte de mon appartement, jurant tout le long du chemin contre l'animal qui m'avait réveillé de mon sommeil alcoolisé. Sans prendre la peine de regarder par le judas, j'ouvris la porte d'un geste brusque et grognait contre les deux hommes habillés de nœuds papillons qui étaient derrière. Des nœuds papillons. Putain de nœuds papillons qui sont là avant que le soleil se soit complètement levé.

"Les jumeaux formidables, qu'est-ce que vous foutez ici?"

"On peut rentre?" demanda Kurt, me poussant presque.

"Non, je veux rester dans le couloir, nue, en étant provoquée par vos nœuds papillons. C'est bon, rentrez. L'un de vous doit me faire du café si vous insistez pour me réveiller à cette heure-ci"

"Santana, est-tu toujours ivre?" demanda Blaine d'un ton accusateur.

"J'en ai aucune idée. Je suis toujours en train de dormir et de faire comme si l'un de vous m'avait fait une tasse de café"

"La voila" Kurt me tendit son propre café. "Bois ça. On doit te parler"

"Oh et moi qui pensait que vous étiez là pour mon hospitalité. Suis-je bête. Parle"

Les gays se regardèrent avec inquiétude, chacun implorant l'autre de parler. J'étais prête à taper leurs têtes l'une contre l'autre, pour leur donner un avant-gout de mon mal de têt quand Blaine ouvrit finalement sa bouche.

"Sam est mort"

Sam est mort? Sam est mort. Ça ne pouvait pas être possible. Mes vœux ne s'exauçaient jamais, de plus, je n'avais jamais souhaité sa mort, juste qu'il n'ait jamais existé. Kurt et Blaine avaient tous deux les yeux cernés, ce n'était pas une plaisanterie. Mais quand même, Sam et moi ne nous étions plus parlés depuis six ans, plus depuis notre duel musical pour Britt qui s'était terminé par elle choisissant Sam et moi vivant avec Kurt et Berry dans leur effrayant appartement décoré sur un thème de comédie musicale. Pourquoi était-ce une nouvelle si urgente pour qu'il faille me réveiller à l'aube?

"Et..." Je foudroyais Blaine du regard.

"Bien, nous allons à Lima. Genre maintenant. Enfile des vêtements."

"Pardon, tu as dis 'nous' ? Il n'y a absolument aucun moyen que j'aille à Lima pour les foutues funérailles de bouche de Mérou. Pour moi, Sam est mort depuis 2012, infos spéciales, ça n'a aucun impact sur ma vie"

"Whoa, Santana, c'est la tequila qui parle" Réprimanda Kurt.

"C'était ton ami. Et plus important que ça, nous, plus spécialement toi, devons être là pour Brittany."

"Ça n'arrivera pas. Je n'ai pas parlé à Brittany depuis 3 ans, je pense qu'elle saura se débrouiller sans moi. Vous pouvez tous aller à Lima et chanter des chanson de Sarah McLachlan et prétendre que vous êtes toujours les meilleurs amis du monde mais je reste ici"

"Pourrait-tu être encore plus égoïste que maintenant? Sam est mort. As-tu besoin que je répète ça? Je sais que tu as vécu des années difficiles, mais tu dois te ressaisir. Mon Dieu, regarde toi, tu es un vrai gâchis." Kurt me fusilla du regard.

"Sort. Maintenant." Je les poussais dehors et claquais la porte.

En avalant le reste de mon café, je sorti une nouvelle bouteille de tequila d'un meuble et bu deux verres. C'est ça des funérailles Irlandaises, non? Ma fureur fut momentanément apaisée et je m'assis dans le canapé pour me recueillir. Aller à Lima et réconforter Brittany, bien. Ces deux là étaient aussi bêtes qu'ils en avaient l'air. Bien sûr, c'était triste que Sam soit mort. Mais c'était triste pour les gens qui partageaient sa vie, pas pour la personne qui n'avait jamais cesser de le haïr. Ils me connaissaient tous mieux que ça, je ne suis pas une hypocrite, et aller là aurait été la chose la plus hypocrite que j'aie jamais fait.

Il était presque 14h quand je me réveillais à nouveau, après m'être effondrée sur le canapé. Je pris mon téléphone, me préparant à l'afflux de messages. Dix-sept SMS de Rachel, me demandant de reconsidérer ma décision, deux de Kurt, me traitant à nouveau d'égoïste et un de Finn plein de conneries mielleuses. Trop tard les gars, on se verra quand on se verra.

Je jetais un œil à mon appartement, d'une taille décente pour Grammercy Park, avec les meubles pour lesquels j'avais payer Kurt pour me les procurer, après l'avoir entendu se plaindre de mon futon de chez Ikea pour la dernière fois. Les choses étant finalement en train de s'améliorer pour moi. J'avais transformé mes démons en argent ( une énorme somme d'argent) en écrivant de la musique, pourquoi irais-je remuer des vielles tombes?

5 jours plus tard:

L'eau chaude de la douche coula sur moi pendant que je chantais sans enthousiasme la nouvelle chanson sur laquelle je travaillait, feignant de m'intéresser au fait que j'avais une date limite à respecter. J'étais en train de pleurer, j'avais passé une bonne moitié de la semaine à pleurer ou à boire, souvent les deux en même temps. Cette histoire avec Sam m'avait frappée d'une façon inattendue, et j'étais malade d'angoisse à propos de Britt. Personne ne m'avais dit comment il était mort et je n'avais pas demandé. En fait, je ne pouvait pas demander, vu que mon c'était le silence radio du côté de mon téléphone depuis que j'avais décidé de ne pas rentrer à Lima. Quels amis j'avais...

"Santana!" hurla la vois la plus détestable au monde.

J'ouvris vivement le rideau de douche pour trouver un Rachel Berry à l'air très embarrassé qui se tenait debout dans ma salle de bain.

"Mon Dieu, Berry, si tu voulais me voir nue, tu aurait pu demander. Mais je ne t'imaginais pas dans cette catégorie là"

"S'il te plait..." Elle balbutia, me jetant une serviette "Habille toi"

"Oh je suis désolée que tu ne veuille pas me voir nue après m'avoir surprise dans la douche"

"Abrège, Santana. On a besoin de te parler."

Dix minutes plus tard, j'étais debout dans ma cuisine et je me versais un verre de vin pendant que Rachel me fixait.

"Vin?" Lui demandais-je.

"Non, ça va. Je suis sure que tu boiras assez pour nous deux." murmura-t-elle.

"C'était quoi ça, Berry?"

"Rien."

"C'est ce que je pensais. Maintenant, pourquoi est-tu là? Je suppose que j'ai été expulsée de l'île après avoir pris une décision qu'aucun de vous n'appréciait."

"Santana." Rachel soupira. "Que ça te plaise ou non, tu es comme ma sœur. Tu as été coincée avec moi pendant des moments affreux, et je suis ici parce que je m'inquiète pour toi. Enervée mais aussi inquiète."

J'avalais rapidement mon vin et me servais un autre verre. Rachel n'avais pas beaucoup changé depuis le lycée. Elle était toujours moralisatrice et à la limite de l'intolérable, un Tony award n'ayant pas changé cela. Mais elle était ce que j'avais de plus proche d'une famille à New York, donc je tolérais tout ça en échange des moments supporter d'être près d'elle. De plus, elle avait été là pour moi quand j'avais eu le plus besoin d'elle, donc elle ne prenait pas une place inutile dans ma vie.

"Je vais bien. Pourquoi n'êtes vous pas en pleine 'Britt-tervention' ? C'est son petit ami qui est mort."

"Et tu c'est toi qui n'a même pas demandé comment il était mort. Ou demandé comment Britt allait. Pour quelqu'un qui a passé les six dernière années amoureuse d'elle, on penserait que tu t'en préoccuperait au moins un petit peu. Tu aurais du être là."

"Très bien, je n'étais pas là, mais je vais poser tes questions débiles. Comment Sam est-il mort? Comment va Brittany? Es-tu heureuse?" Aboyais-je.

"Accident de voiture. Brittany fait face. Elle était aussi dans la voiture, tu sais. Elle s'en est sortie avec une paire de côtes fracturées puis est allée enterrer Sam."

J'ai lutté pour garder ma respiration régulière. Britt était aussi dans la voiture. Elle aurait pu mourir. Franchement, je ne voulais pas m'en soucier. Mais c'était Brittany, la seule personne que j'aimerais toujours. La meilleure personne que j'ait jamais connu. Les yeux de Rachel étaient fixés sur moi, et j'évitais de cligner des yeux pour ne pas laisser mes larmes couler. Empoignant la bouteille de vin, j'en rajoutait dans mon verre et en pris une grande gorgée. Instinctivement, Rachel pris la bouteille.

"Assez, Santana. Je t'ai vu te noyer pendant les trois dernières années. Simplement. Arrête."

"Oui maman Rachel. Mon Dieu. Pourquoi ne peux-tu pas laisser les choses se faire? Tout le monde n'a pas la vie parfaite que tu as. Tout le monde ne peut pas soulager sa peine intérieur en calinant son anormalement énorme petit ami et prétendre être une ême torturée sur la scène."

Cela avait fonctionné. Rachel pris son sac et sorti de l'appartement, tenant toujours ma bouteille de vin.

"Quand tu seras prête à recevoir de l'aide, appelle moi" Cria-t-elle.