Bonjour et bienvenue pour la suite de Sang Maudit.

Cette histoire se passe deux mois après la fin du sixième Tekken. Jin est mort suite à son affrontement avec Azazel, Kazuya a repris les rênes de la Mishima Zaibastu, Lars est à la tête d'un vaste réseau de résistance qui s'étend bien au-delà du Japon et Heihachi a disparu dans la nature.

Je me lance pour défi de publier de manière plus régulière que pour ma dernière histoire, on verra si j'arrive à m'y astreindre.

J'espère que cette suite vous plaira et je vous invite à laisser vos avis à la fin de votre lecture.

Disclaimer : Tous les personnages appartiennent à Namco.

.

.


PROLOGUE


.

.

Hwoarang esquiva de justesse le tazer qui allait le toucher au ventre et mit son adversaire au tapis d'un coup de pied retourné surpuissant.

Il se tourna et vit Lars prêt à se faire frapper par derrière par un soldat de la Tekken Forces. Rapide comme l'éclair, il saisit le tazer et envoya une décharge à l'homme qui s'écroula avec un cri. Lars fit volte-face, remarqua l'homme à terre et jeta un coup d'œil à son compagnon.

« Merci, souffla-t-il, tout en projetant son opposant contre un mur.

- De rien ! répondit Hwoarang en chargeant un soldat. Mais, ôte-moi d'un doute, tu n'avais pas dit que cet endroit était sûr ?

- Il faut croire que ma source n'était pas si fiable que ça !

- C'est bien ma veine ! pesta-t-il en se baissant pour éviter un crochet du droit qui aurait pu lui faire très mal.

- Arrête de te plaindre ! Ces combats vont te décrasser un peu !

- Dis donc espèce de…

BOOM !

Un des murs du hangar dans lequel ils se trouvaient explosa dans un fracas assourdissant et ils ne durent leur salut qu'aux réflexes de Lars qui les tira dans un coin. Un Jack immense s'engouffra dans la brèche qu'il venait de créer et les chargea avec une vitesse à couper le souffle. Les deux hommes roulèrent hors de son chemin et le robot alla s'encastrer dans un mur, faisant trembler le sol. Des pans du plafond commencèrent à s'effondrer et Lars remit rapidement Hwoarang sur ses pieds.

- Vite ! Il faut sortir avant que le bâtiment ne s'écroule !

Mais le Jack en avait décidé autrement.

Il l'attrapa par la jambe et le projeta violemment contre un mur, l'assommant sévèrement. Hwoarang saisit une mitraillette qui gisait au sol et vida le chargeur sur le robot en poussant un cri de guerre à la Rambo. Lorsqu'il n'y eut plus de cartouches, le Jack se redressa, indemne, et s'avança d'un air menaçant.

- Oh oh… fit alors le Coréen en se baissant à temps pour éviter le poing massif qui visait son visage.

Il le contourna rapidement et lui envoya une rafale de coups de pied dans le dos, le plaquant au sol. Un immense bloc de béton se détacha alors du plafond et écrasa le robot dans un nuage de poussière.

- Timing parfait ! s'exclama Hwoarang en se précipitant vers Lars, toujours groggy, qui avait le nez en sang.

Il le hissa sur ses jambes, passa son bras autour de ses épaules et l'entraîna difficilement vers la sortie.

- Bordel, arrête le McDo, mec ! Tu pèses autant que le gros Ganryu !

Le Jack surgit devant eux sans crier gare et leva ses deux énormes poings pour les écraser. Il y eut un bruit de lame fendant l'air et le robot se détacha en plusieurs morceaux qui tombèrent au sol, créant un épais nuage de poussière. Quand il se dissipa, Raven se tenait devant eux, rangeant ses poignards dans leur fourreau.

- Donne-le moi, fit ce dernier désignant Lars.

Hwoarang obéit sans attendre. Raven prit l'homme inconscient sur son dos et ils se précipitèrent hors du bâtiment qui s'effondra quelques secondes plus tard. Le ninja allongea Lars sur la banquette arrière de sa voiture et prit le volant, Hwoarang à ses cotés.

- Putain mais c'était quoi cette embuscade ! s'écria ce dernier. Et pourquoi t'es là, toi ?

- C'est moi qui vous ai donné rendez-vous, répondit le ninja de sa voix grave et impassible, en prenant la direction du centre-ville.

- Dans un hangar rempli de soldats de la Tekken Forces ?!

- Il n'était pas prévu que quelqu'un craque les codes de sécurité de nos messages et nous tende une embuscade...

Hwoarang poussa un long soupir et se tourna pour voir comment allait Lars. Ce dernier reprenait peu à peu conscience mais avait toujours l'air amoché.

- Il y a une tousse de secours dans la boîte à gants, indiqua le ninja.

Son compagnon comprit le message et attrapa la trousse avant de se contorsionner en jurant pour atteindre la banquette arrière. Il redressa Lars et nettoya le sang qui lui maculait le visage, avant de désinfecter la plaie qu'il avait au front et d'y appliquer un pansement.

Le blessé finit par émerger quelques minutes plus tard de son semi-coma et prit la parole.

- Hwoarang, qu'est-ce qui s'est passé ?

- Disons que le Jack t'a fait physiquement comprendre qu'il ne t'appréciait pas trop, répondit ce dernier avec un sourire goguenard, mais Super Ninja lui a réglé son compte.

Il remarqua Raven qui conduisait toujours.

- Qu'est-ce que tu fais là ?

- C'est moi qui vous ai donné rendez-vous, répéta-t-il d'une voix ennuyée.

- Quoi ? Mais pourquoi est-ce que tu nous as…

- Jin Kazama est vivant, le coupa Raven.

Il y eut un blanc durant quelques secondes et il se retint de rire en voyant dans le rétroviseur la tête des deux jeunes hommes.

- Quoi ?! s'exclama Hwoarang.

- Comment est-ce possible ? protesta Lars. Je l'ai vu disparaître de mes yeux !

- On l'a retrouvé quelques semaines après les événements, inanimé dans le désert égyptien, près de la frontière soudanaise.

- Mais où il est ? demanda Hwoarang.

- Nous avons été attaqué lors du rapatriement de son corps. Un groupe de mercenaires surarmés a décimé mon équipe et emporté le corps. Impossible de savoir qui ils étaient. Ce n'étaient ni des Américains, ni des Russes, car les deux pays sont à sa recherche. Ce n'était pas Kazuya non plus.

- Et Heihachi ? questionna Lars.

- Ça fait deux mois qu'il a disparu sans laisser de traces.

- Je suis sûr que ce salopard attend le bon moment pour sortir de son trou !

- Sans doute, mais en attendant, il est introuvable et je doute qu'il ait pu être à l'origine de cet enlèvement. C'est Kazuya qui est à la tête de la Zaibatsu et qui a les ressources pour embaucher des mercenaires de cette trempe.

Lars soupira profondément en passant une main lasse sur son visage.

- Donc, Jin est vivant, quelque part dans le monde, mais personne ne sait où ?

Raven hocha la tête.

- Mais Kazuya doit être également au courant !

- Certainement.

- Hwoarang, il faut que tu contactes Xiaoyu tout de suite !

- Quoi ? Non ! Je ne veux pas lui donner de faux espoirs après ce qu'elle a traversé ! protesta-t-il avec colère. On ne sait même pas s'il est vivant !

- Ce n'est pas ça, c'est Kazuya ! Le connaissant, il va vouloir l'avoir sous la main pour l'utiliser comme moyen de pression si jamais on retrouve Jin !

Alarmé, Hwoarang sortit son portable et s'apprêta à composer le numéro de la jeune femme.

- Non, prends le mien ! Tu es peut-être déjà sur écoute !

- Mais elle aussi dans ce cas-là !

- Alors ne donne aucune indication claire ! Reste vague pour qu'ils ne puissent pas vous retrouver ! »

Le cœur battant, Hwoarang prit le portable de Lars, fit le numéro de Xiaoyu, enclencha le haut-parleur et attendit.

Elle décrocha au bout de la quatrième sonnerie.

« Allo ? fit-elle d'une voix méfiante.

- Hey, salut Xiao ! Ecoute, je pense que tu m'as reconnu au son de ma voix, mais ne prononce surtout pas mon nom ! On va dire que je suis dans une certaine galère et je dois être prudent. Répond seulement par oui ou par non, OK ?

- Euh… Oui… répondit-elle, interloquée.

- Parfait. Est-ce que tu te souviens de ce café où tu m'avais emmené il y a quelques années ? Avec la jolie patronne et son mari super baraqué ?

- Euh… Oui…

- J'ai besoin de t'y retrouver dans vingt minutes. Est-ce que c'est faisable ?

- Vingt minutes… Euhh… Oui, oui, je devrais pouvoir y être…

- Parfait ! A toute !

- Eh, attends ! Qu'est-ce qui passe ? Pourquoi tu…

- Je t'expliquerai quand on se verra, Xiao. Fais-moi confiance, s'il te plaît.

- Je… Bon, très bien, à tout de suite.

Elle raccrocha et Hwoarang se tourna face à ses compagnons.

- Et maintenant ?

- Nous allons te déposer au café et tu expliqueras la situation à Xiaoyu, pendant que nous irons chez elle vérifier que des soldats ne l'attendent pas. Ensuite vous allez devoir quitter la ville.

- T'es pas sérieux là !

- J'ai bien peur que si. Connaissant Kazuya, je sais qu'il ne reculera devant rien pour arriver à ses fins, alors autant prendre les devants et disparaître avant que…

Une balle vint se loger dans le pare-brise arrière, les faisant sursauter. Raven fit une violente embardée sur la gauche, projetant Hwoarang sur Lars.

- Ils nous ont pris en chasse, fit remarquer le ninja d'une voix indifférente.

- Merde ! pesta Lars en se dégageant.

Une deuxième balle fit exploser le pare-brise, projetant des débris de verre dans le véhicule et Hwoarang, qui n'avait qu'un tee-shirt, grogna quand les tessons lui lacérèrent les bras. Le vent s'engouffra dans la voiture, ébouriffant leurs cheveux.

- Baisse-toi ! lui ordonna Lars en sortant une arme de son étui.

Le Coréen obéit alors que les échanges de tirs se firent plus intenses.

- Attrape ça ! lui lança Raven en lui tendant une grenade.

Il resta sans voix avant de prendre l'explosif avec précaution.

- Euh… Dis-moi, tu te balades souvent avec des grenades dans tes poches ?

- Toujours.

Il déglutit et tendit la grenade à Lars qui rechargeait son arme.

- Vous êtes fous ! s'exclama-t-il. On est sur une autoroute ! On risque de blesser quelqu'un !

- Arrange-toi pour qu'elle explose à l'intérieur de leur véhicule ! » s'exclama Raven en freinant brutalement.

Ses deux passagers furent projetés en avant mais Lars se redressa à temps et profita de l'effet de surprise sur leurs poursuivants pour faire exploser une des roues avant de leur voiture. Le pneu éclata et le véhicule partit sur le côté alors que le conducteur tentait de freiner. Il dégoupilla la grenade et la lança à travers le pare-brise. L'explosif entra par la fenêtre du conducteur, qui était dans sa ligne de mire, et Raven accéléra pour s'éloigner au plus vite, alors que leurs ennemis sortaient en trombe du véhicule piégé en criant.

L'explosion fit décoller la voiture dans les airs et elle retomba en une carcasse enflammée, dégageant une épaisse fumée noire. Le souffle brûlant de la déflagration les fit se baisser pour éviter de se faire roussir les cheveux.

« Comment s'appelle ton café ? demanda Raven d'une voix impassible, comme s'il était tout à fait normal de faire exploser des voitures.

- Hein ? Euh… Le Cat's Eye, répondit Hwoarang qui s'efforçait d'enlever les débris de verre de ses bras.

Le ninja lui jeta un regard dans le rétroviseur et eut un petit sourire mystérieux.

- Parfait… »

.

-.-===ooo0o0o0ooo===-.-

.

Miki retint un fou rire en voyant le regard terrorisé que son jeune client lançait à son mari.

Elle avait beau connaître Umibôzu depuis toute petite, elle oubliait parfois que ses deux mètres et sa musculature dignes d'un culturiste sous stéroïdes pouvaient être effrayants pour le commun des mortels.

Elle eut pitié du pauvre jeune homme et s'approcha en souriant.

« Je vous apporte vos commandes tout de suite, je vous en prie, installez-vous.

Il ne se fit pas prier et s'éloigna à vitesse grand V.

- Falcon, fit-elle d'un air de reproche à son mari.

Ce dernier la fixa avec une expression qui se voulait innocente, mais les coins de sa bouche qui se relevaient le trahirent.

- Il faut que tu arrêtes de terrifier les clients, ajouta-t-elle en réprimant un sourire.

- Humph ! répondit-il avec dignité en lui tournant le dos pour essuyer des verres.

Elle allait poursuivre mais le carillon de la porte d'entrée résonna et elle se tourna pour accueillir le nouvel arrivant. Elle se figea en reconnaissant le jeune homme roux, un Coréen apparemment, qui était déjà venu. Il avait tenté de flirter avec elle mais Falcon avait surgit, comme à son habitude, sans qu'ils ne s'y attendent et avait refroidi les ardeurs du jeune homme.

- Bienvenue au Cat's Eye, le salua-t-elle, avant d'écarquiller les yeux en voyant qu'il était blessé. Mais enfin, qu'est-ce qui vous est arrivé ?

- Longue histoire, répondit-il évasivement, son regard scannant la salle.

Il remarqua immédiatement la jeune femme, assise seule sur une banquette contre un mur. Elle portait un jean bleu sombre et un pull noir dans lequel elle nageait, et son cœur se serra.

Depuis sa tentative de suicide, Xiaoyu avait perdu beaucoup de poids. Elle avait coupé ses cheveux et arborait une coupe courte, à la garçonne, qui lui allait étrangement bien et faisait ressortir la finesse de ses traits. Elle avait l'air si pâle, si frêle et si fragile que Hwoarang sentait qu'il suffisait d'un rien pour qu'elle ne disparaisse.

Et il ne voulait pas avoir à revivre ce qu'il avait vécu un mois auparavant…

.

-.-===ooo0o0o0ooo===-.-

.

Quelque chose de froid et d'humide allait et venait sur son visage et il se redressa d'un bond en criant avant de reconnaître le salon de Xiaoyu.

La pendule indiquait onze heures trente et il se frotta les yeux en baillant. Panda se tenait devant lui et geignait. Il poussa un long soupir et essuya les traces de bave sur ses joues avec une grimace. L'animal saisit un bout de son pantalon et le tira, comme pour l'inciter à se lever.

Malgré sa fatigue, Hwoarang remarqua que Panda avait l'air effrayée et la peur commença à le gagner lorsqu'il se rappela les avertissements de Zafina.

« Ne la laisse pas sans surveillance… »

Il bondit hors du canapé et se rua vers la salle de bains. Il dérapa sans crier gare et se retint de justesse au mur, réalisa que le sol était inondé et se mit à tambouriner à la porte, le cœur battant.

« Xiao ! hurla-t-il. XIAO !

Voyant qu'elle ne répondait pas, il défonça la porte d'un coup de pied surpuissant et s'engouffra dans la salle d'eau. Son cœur fit une violente embardée dans sa poitrine quand il vit le corps inerte de son amie au fond de la baignoire.

- Non non non non non…

Il la prit dans ses bras, sans se soucier de sa nudité et l'allongea sur le sol du salon. Ses mains tremblaient, son cœur battait la chamade et il avait envie de pleurer, mais il s'efforça de se calmer pour sauver la jeune femme.

Il saisit son portable, composa le numéro des secours et le posa près de lui après avoir enclenché le haut parleur. Il retroussa ses manches et commença les gestes de premiers secours qu'on lui avait apprit à l'armée…

.

-.-===ooo0o0o0ooo===-.-

.

Il serra les dents en se rappelant le soulagement qu'il avait ressentit lorsqu'elle lui avait recraché de l'eau à la figure, au bout de ce qui lui avait semblé être une éternité, lorsque ses yeux s'étaient enfin ouverts et lorsque les secours étaient arrivés et l'avaient conduite à l'hôpital…

Repoussant au loin ses sombres souvenirs, il s'efforça de sourire et s'avança pour s'asseoir en face d'elle. Elle avait commandé un chocolat chaud pour elle et un diabolo menthe pour lui.

« Salut miss Couettes ! Comment tu vas ?

- Oh salut ! Bien et toi ?

- Au top ! Merci pour le diabolo !

- Je t'en prie, répondit-elle avec un faible sourire. Oh bon sang ! Tu es blessé ? Mais qu'est-ce qui t'es arrivé ?

- Longue histoire, soupira-t-il en avalant sa boisson cul sec, sous le regard inquiet de son amie.

- Tu m'as fait peur au téléphone, reprit-elle.

- Je sais, soupira-t-il, je suis vraiment désolé mais c'est un cas de force majeur.

- Qu'est-ce que tu as encore fait ?

- Qui, moi ? Mais rien ! Pour une fois, il ne s'agit pas de moi !

- De qui alors ?

Il se mordilla la lèvre durant quelques secondes, alors que son amie le regardait avec inquiétude, cherchant les mots pour lui annoncer la nouvelle en douceur.

- Écoute Xiao, on se connaît depuis pas mal de temps, toi et moi. On a vécu pas mal de trucs et on s'est souvent soutenu dans les moments difficiles…

- Hwoarang, j'espère que tu n'es pas en train d'essayer de me demander en mariage…

Il se figea, l'air horrifié, alors qu'un sourire taquin ourlait les lèvres de la plus jeune, et il finit par éclater de rire, soulagé de la voir plaisanter.

- Idiote ! Bref, tout ça pour te dire qu'on est ami, et qu'on peut avoir confiance l'un dans l'autre. Tu es d'accord ?

- Oui, mais tu es vraiment bizarre là…

Il saisit doucement ses mains dans les siennes et son regard se fit sérieux.

- Xiao, Jin est vivant.

Il vit ses yeux s'écarquiller et sa bouche s'ouvrir, mais il lui coupa l'herbe sous le pied.

- Je sais, je sais que c'est dur à croire, car tu étais là quand il a affronté ce monstre, mais Raven et Lars viennent de me confirmer que son corps a été retrouvé. Il est vivant, Xiao, mais il a été enlevé.

La stupeur, la panique et la peur se mélangeaient dans les yeux de la jeune femme mais elle resta silencieuse.

- Kazuya sait qu'il est vivant, Xiao. Heihachi aussi. Et ils savent que tu es sa faiblesse. Ils vont tenter de t'utiliser comme monnaie d'échange, s'ils arrivent à te mettre la main dessus. C'est pour ça qu'il faut que l'on quitte la ville.

- Mais quand ? souffla-t-elle d'une voix terrifiée.

- Dès maintenant. Lars et Raven sont partis chez toi s'assurer qu'on ne t'avait pas tendu une embuscade, mais il faut qu'on parte avant la nuit.

Elle ouvrit la bouche pour parler mais se tut, ses yeux brillants de larmes reflétant le dilemme intérieur qui la consumait. Hwoarang sentit une vague de compassion monter en lui pour son amie et serra ses mains.

- Je suis avec toi Xiao, je ne t'abandonne pas.

- Je… Qui l'a enlevé ?

- On ne sait pas pour le moment. Mais en attendant de le découvrir, il faut que l'on soit hors de portée de Kazuya. Tu as vu comment est ce monstre. Je ne donne pas cher de ta peau s'il t'attrape…

Elle eut un frisson de peur et hocha frénétiquement la tête.

- Où est-ce qu'on doit aller ?

- Là où il ne pourra pas nous trouver. Chez ton grand-père… »

.

.


Vous aurez sans doute reconnu les personnages du manga City Hunter, dont je suis une grande fan.

N'hésitez pas à me laisser un petit mot pour me dire ce que vous avez pensé du prologue.

Merci d'avoir lu et à bientôt pour la suite !