Bonsoir (ou bonjour, on sait jamais !) à toutes et à tous (si un mec lit cette histoire, qu'il me prévienne, j'aurai accompli ma BA de l'année ^^) ! Je vous remercie pour tous les follows et favorites ! Mention spéciale aux reviewers : drgabrilus, Melian-chan, shenendoahcalyssa, Megalithes, Noooo Aime, stormtrooper2, Hinanoyuki, Oroszlan, TeZuKa j, Walala35 et Lyxie (je suis gâtée ! Deux reviews d'un coup!). Je ne pensais pas avoir autant de retour d'un coup, et je vous ADORE ! Elles me servent énormément, j'ai réécris une partie de ce chapitre en fonction de vos commentaires, et franchement il est bien mieux !

Sinon, c'est ma semaine du bac blanc, donc je serai sûrement un peu longue à répondre à vos reviews, mais pas d'inquiétude, je ne vous oublie pas !

Avertissements : il s'agit (toujours, ça n'a pas changé depuis le premier chapitre!) d'un slash ! Donc homophobe s'abstenir ! On parle ici de relation entre un mineur et un adulte sensément responsable. L'histoire va débouchée à un moment ou à un autre sur des scènes légèrement BDSM, je préviendrai bien évidement au début des chapitres correspondants, et si on me demande gentiment, je pourrai même encadrer le - long - passage de jolies petites étoiles ! Je déconseille sincèrement aux moins de 16 ans.

Si vous voyez des coquilles dans le texte, n'hésitez pas à me le signaler !

Disclaimer : Rien ne m'appartient, tout est à JKR

Bonne lecture ! (et pas de réflexion sur le titre à la Twilight, pas ma faute si S. Meyer me vole toutes mes idées :'( )

La Révélation:

Severus fit tournoyer ses robes en entrant dans sa salle de cours. Il faisait toujours cela quand il était énervé, et aujourd'hui avait été un jour plutôt agaçant. Ombrage avait été difficile à convaincre, mais elle lui avait finalement laissé le champ libre pour les soirées du Survivant. La haine proverbiale qu'il partageait avec le garçon en était sûrement la raison première - Ombrage pensait qu'il allait le faire souffrir, et il ne l'avait pas désillusionné - . De toute manière, l'étudiant sera de retour dans le bureau de la nouvelle professeur de Défense contre les Forces du Mal dés qu'il en aura fini avec lui. Il était or de question qu'il fasse une fleur au fils de son défunt ennemi en lui supprimant des retenues, sûrement justifiées par son attitude qui restait insolente.

L'horloge principale du château sonna vingt heure et on frappa à la porte. Pour une fois Potter semblait à l'heure. Il fit s'ouvrir la porte et le garçon se faufila dans la salle. Il déposa son sac et son chaudron sur sa table habituelle, au fond de la salle, et s'immobilisa pour faire face à son professeur.

« Monsieur Potter » le salua Severus. Il laissa quelques secondes s'écouler avant de reprendre « Comme vous l'avez remarqué nous sommes seuls » Il ne manqua pas le frisson qu'eut le jeune homme à ses paroles. Allons bon, s'il avait même peur de se retrouver seul avec lui, ils étaient mal partis. « Je vous demanderai donc de passer au premier rang, il ne sert à rien de vous cacher au fond de la pièce. » finit-il avec un sourire goguenard.

L'adolescent s'approcha donc de son bureau et déposa son chaudron sur le plan de travail qui lui avait été attribué.

« Bien » souffla Severus. « Commençons. » Il se leva, contourna le bureau et avança vers son élève tout en continuant à parler « Nous allons ce soir réaliser un filtre de confusion, à la page 220 de votre manuel. Je vais vous aider et vous montrer les bons gestes. Normalement vous serrez ainsi capable de la refaire seul. Nous vérifierons cela demain soir. »

Potter resta quelques instants figé, puis sorti le manuel, l'ouvrit à la bonne page, et mit de l'eau à bouillir. Severus se plaça derrière son élève pour surveiller ses gestes et pouvoir les corriger rapidement. Il était bien plus grand que le garçon et il voyait ce qu'il faisait du chaudron par dessus sa tête. « C'est ça », approuva-t-il, étonné que le Survivant commence de façon adéquate, vu ses résultats en cours. L'adolescent tressailli violemment. Snape présuma qu'il ne l'avait pas vu se glisser derrière lui et qu'il n'était pas, qui plus est, habitué à recevoir des compliments de sa part. Il soupira intérieurement, gagner sa confiance n'allait pas être facile, heureusement que le gamin était devenu plus supportable cette année.

Un détail insolite lui accrocha soudainement le regard. Le dessus de la main droite de l'étudiant était couvert d'un bandage qui virait dangereusement au rouge. D'un geste souple, il s'empara du tissu et le dénoua sans laisser le temps au plus jeune de réagir. Il ne put empêcher un sifflement de colère de sortir de ses lèvres à la vue de la cicatrice suintante. « Je ne dois pas dire de mensonge ». Il n'avait aucun doute sur l'identité de la responsable.

Les doigts qu'il tenait tentèrent de se faufiler or de l'emprise de sa paume, et il empêcha de justesse la main ensanglantée de se cacher sous les pans larges de la robe d'uniforme. Il ne manquerait plus que cela s'infecte par contact avec des ingrédients de potions, et le Gryffondor serait bon pour une bonne semaine à l'infirmerie, avec de la fièvre et des vomissements en prime. Il semblait que l'idiot n'avait jamais pris acte des gestes nécessaires à sa survie dans la dangereuse classe des préparations magiques. Cependant, il ne servait à rien de s'énerver contre lui, pour une fois. Par contre l'auteure de ce crime allait payer, il se le promettait.

Sans un mot, les lèvres pincées d'une fureur dirigée vers une folle qui allait bientôt regretter ses actes, il lança silencieusement quelques sorts jusqu'à ce qu'une fine cicatrice se forme, retraçant la forme des lettres imprimées dans la chaire. La marque disparaîtrait dans quelques jours, si rien ne venait interférer avec la guérison. Il avait bien une idée pour une protection optimale...il faudra qu'il y réfléchisse plus dans les jours qui suivraient. Pour le moment, l'heure était à la concentration. Il ne tenait pas à exploser avec le chaudron du gamin.

D'un mouvement de baguette, il fit venir les ingrédients dont ils avaient besoin de la réserve. Le jeune homme attrapa les oignons bleus du Pérou et positionna son couteau pour le couper en deux. Le Maître des Potions posa ses mains sur celles de son élève, l'entourant de ses bras, et l'interrompit. « Il ne faut pas le couper ainsi, seul le cœur est important. Vous allez détruire ses propriétés et la potion sera inefficace. Vous devez retirer au fur et à mesure des couches de protection jusqu'à atteindre le cœur qui sera d'un bleu très pâle. » Il expliqua calmement, tout en faisant les gestes pour que Potter retiennent bien. Il sentit le garçon haleter doucement et fronça les sourcils d'incompréhension. Il restait calme et ne le grondait pas, il ne comprenait pas pourquoi cela ne fonctionnait pas. Il s'apprêtait à demander au gamin pourquoi il était aussi tendu quand son regard accrocha quelques chose d'incongru qui le fit se figer. Potter bandait ! Severus se reprit rapidement, ne laissant rien paraître de son trouble. Il devait y avoir une explication. Le fils de James ne pouvait pas bander dans sa salle, face à une potion ! Sans hésiter, le professeur plongea dans l'esprit de son élève, leur proximité lui permettant d'avoir un meilleur contrôle sur le lien que la dernière fois.

Je veux qu'il s'approche, je veux qu'il me touche ! Merde, pourquoi je me sens comme ça, je ne comprends rien, seul Snape me fait me sentir ainsi! J'ai chaud, mon sexe est tout dur, je ne sais pas ce qu'il faut faire pour que cela cesse ! Peut-être que si je touche... non il ne faut pas qu'il voit ça, j'essayerai peut-être plus tard... Normalement le matin quand je me lève je n'ai rien à faire, ça finit par partir tout seul durant la douche. J'ai remarqué que Ron avait ça aussi, donc ce n'est pas une maladie, peut-être un truc spécifique aux sorciers... Il faudrait que je lui demande.

Le Légilimencien resta figé. Potter le désirait. Et apparemment il n'avait aucune éducation sexuelle. Il allait falloir régler ce problème également, le directeur ne voulait certainement pas que son Gryffondor favori reste aussi ignorant. Faire découvrir le sexe à son élève ne dérangeait pas Severus plus que ça, à son grand étonnement il se sentit même excité. Il allait devoir aller lentement, le jeune Gryffon devrait comprendre au fur et à mesure ce qu'il se passait. Salazar, que cela allait être amusant ! Il allait être le Maître sexuel du jeune garçon !

Pour les sorciers, le Maître sexuel était l'initiateur d'une jeune personne aux plaisirs de la chair. Une fois une demande faite et acceptée par le garçon ou la fille concerné, personne ne pouvait revenir en arrière. La tradition datait de Merlin en personne -qui avait initié le roi Arthur – et personne n'oserait remettre en question la décision une fois prise, sous peine de perdre sa magie.

Potter ne savait bien sûr rien de la chose et son professeur allait en profiter. Une fois la potion finie, mise en bouteille et rangée dans l'étagère correspondante de la réserve, le gamin demanda d'une petite voix à son professeur s'il pouvait partir, le pantalon toujours déformé par son érection.

« Approchez Potter » lui répondit simplement Snape. Une fois le garçon face à lui, il commença la demande rituelle. L'adolescent n'allait rien comprendre de ce qui lui arriverait, la formule traditionnelle n'étant pas particulièrement explicite, car personne n'était censée l'ignorer!

« Harry Potter, acceptez vous de me prendre comme initiateur devant la magie? »

Il reçut un regard surpris en retour, évidement la question pouvait sembler bizarre si on ne connaissait pas sa signification. Le jeune homme se lécha les lèvres nerveusement et répliqua sans comprendre vraiment la signification de sa réponse un « heu oui » presque interrogateur. Severus sourit en véritable Serpentard, fier d'avoir pris le dessus sur le Survivant pour la prochaine semaine d'initiation. Potter allait devoir lui obéir en tout, malgré ses protestations, il ne pourrait refuser longtemps ses ordres, même inconsciemment.

« Parfait.» grogna-t-il, un peu excité par cette réponse timide. « Je vous défend de demander à votre ami Weasley, ou même à quelqu'un d'autre, ce qui se passe dans cette partie de votre anatomie.» dit-il en appuyant légèrement de son index sur l'érection de l'élève. Il voulait que Potter ne comprenne pas tout de suite, qu'il reste innocent. Le garçon ne put s'empêcher de gémir quand il appuya sur son sexe gonflé. « Je vous interdit d'y toucher sans mon autorisation, ou de demander à quelqu'un d'y toucher, ou de vous frotter sur un objet ou quelqu'un. Vous tâcherez de cacher cette bosse sous des pantalons amples ou sous des robes, que personne à part moi ne la voit. Si quelque chose en sort, vous devrez vous débrouiller pour le nettoyer le plus rapidement et le plus discrètement possible. Tout ce qui se passera quand nous serons seul devra rester entre nous, vous direz à vos amis que vous rattrapez vos cours de Potion. Ce ne sera pas complètement faux d'ailleurs... ».

La magie du Maître sexuel était déjà à l'œuvre, et le jeune homme acquiesça sans contredire son Maître. Il s'agissait d'ordres simples après tout, et Harry ne voyait pas pourquoi il les refuserait. Snape allait sans aucun doute tout lui expliquer bientôt, et il n'y aurait plus de mystère sur ce qui lui arrivait. Cela l'arrangeait de ne pas demander à Ron de tout manière, ce qui se passait le gênait sans qu'il ne sache clairement pourquoi. Snape avait l'air de s'y connaître, c'était peut-être mieux ainsi.

Une fois que le gamin eut quitter la pièce, un sourire pervers apparu sur les lèvres de l'initiateur. La première nuit après la demande, l'initié ne pouvait se débarrasser d'une érection persistante car la magie du rituel était à son plus haut niveau. Et il avait donné l'ordre à Potter de ne se toucher d'aucune façon.

Quand à lui, il avait une vengeance à préparée, et la meilleure vengeance serait celle qui lui permettrait de faire d'une pierre deux coups.

Review, please ?