Hey ! Voilà après avoir lu le Marie-Lune 7 (en passant si vous ne l'avez pas lu, vous ne comprendrai pas ce qui suit), je ne pouvais qu'écrire quelque chose sur mon nouveau chouchou ! J'ai trop hâte que le tome 8 sorte !

Genre : Romance (?)

P.S. Pour ceux qui suivent ma fanfiction sur Knb : Désolé de l'absence de publication, j'ai besoin d'un temps de pause...


Ses yeux verts ont une teinte légèrement plus clairs que les miens brillant de malice. Son regard porté sur moi me donne l'impression qu'elle peut lire en moi tout comme je peux lire en elle. Ses lèvres s'étirent jusqu'à ses oreilles, et ses joues sont rosies. Elle a une main levée en signe de paix. Ce geste enfantin me fait sourire. J'ai toujours adoré son côté affectueux et imprévisible pareil à un gamin. C'était ma gamine à moi.

- Eh Ulysse qu'est-ce que tu regardes depuis tout à l'heure sur ton tel ?

Je verrouille instantanément mon écran et lève ma tête en direction de mon pote Hugo.

- Rien, je prenais des nouvelles de ma sœur.

Depuis son départ, on a décidé de ne rien révéler aux autres pour éviter les rumeurs et scoop à deux balles. Personnellement ça m'est égal, du moment que suis avec elle. On a raconté ainsi qu'elle a déménagé pour rejoindre une correspondante dont elle était amie.

- Elle doit te manquer, ça trois mois depuis son déménagement ?

Trois mois et deux jours exactement. Je ris amère.

- C'est une grande fille maintenant, elle doit savoir vivre sans moi et pareil pour moi.

Hugo me regarde d'un air compatissant et me donne une claque sur l'épaule.

- Allez mec, faut que tu sortes pour te changer les idées !

- Désolé, pas ce soir vieux. On se retrouve demain.

- Eh te barre pas !

- Salut !

Je souris d'excuse et part vers la gauche. J'entends encore de loin Hugo crié. Pas ce soir car ce soir pour une raison inconnue, un sentiment étrange me colle à la peau. Un sentiment oppressant, d'euphorie et d'impatience. Si j'étais allé dans une soirée dans mon état actuel j'aurais commis inévitablement une erreur. Dans l'alcool, j'aurais peut-être lâché l'impardonnable. Et ça je le crains plus que tout. Perdu dans mes pensées, je ne remarque pas tout de suite que je suis arrivé dans ma rue. J'ouvre le portail et toutes mes inquiétudes s'évaporent.

- Hey bro's !

Elle est là devant moi, tranquillement assis sur les escaliers en béton blancs, elle qui pourtant déteste s'asseoir par terre. Elle n'a pas changé, ou peut-être était-elle encore plus jolie ? Elle rayonne. Habillé d'un long t-shirt beige d'une grande marque sûrement et d'un short marron qui dévoile ses fines jambes.

- Je voulais te faire la surprise en t'attendant devant la porte. Tu remarques l'effort ! dit-elle si fière.

Sans attendre une seconde de plus, je la serre dans mes bras. Je sens ses cheveux soyeux contre ma joue et son parfum qui m'avait tellement manqué. Elle répond à mon étreinte et se colle davantage à moi.

- Toi aussi tu m'as manqué.

Elle est tellement mignonne que parfois je me demande si c'est vraiment possible.

- Euh... Ulysse pas que j'aime pas être dans tes bras... mais tu m'étouffes !

Son visage a pris une couleur violacée. A contre-cœur, je la relâche.

- Ça t'apprendra à abandonner ton frère si longtemps.

Je lance ce reproche sans lui en vouloir pour autant. Il est très difficile d'être énervé contre elle plus de cinq minutes.

- Mais moi aussi j'étais triste !

Sa petite bouille boudeuse est juste trop craquante. J'embrasse sa joue gonflé et lui murmure à l'oreille :

- Je sais et c'est pourquoi je te pardonne.