Avertissements

Cette fanfiction met en scène le personnage que je préfère dans la saga Harry Potter : Drago Malefoy.

J'ai imaginé et écris cette histoire il y a de ça quelques années. Puis, en découvrant ce site, où je venais en tant que lectrice, je me suis dis « pourquoi pas moi ? ».

Il faut cependant que vous soyez avertis avant de commencer cette lecture :

- Cette fiction est longue, voire très longue. Elle reprendra la totalité des sept tomes de J.K ROWLING, qu'elle suivra rigoureusement, en essayant de n'omettre aucun détails.

- Le personnage principal de cette fiction est un OC (Original Character), c'est-à-dire un personnage que j'ai inventé. Il n'existe pas dans le vrai Harry Potter.

- Si vous aimez l'idée d'un Drago Malefoy se transformant en chamalow une fois qu'il est amoureux, cette fanfiction n'est pas faite pour vous ! A mon sens, ce qui fait le charme de Drago reste son coté sombre... non ?

- Les reviews sont le bienvenu, donc lâchez-vous ! C'est ce qui me permet d'avancer, de m'améliorer et me motive (savoir qu'on a des lecteurs, c'est toujours motivant !)


Chapitre 1

Ana était appuyée sur le rebord de la fenêtre, et regardé en direction du parc du château. Il faisait beau en ce premier septembre, le ciel était clair, et le soleil rayonné sur le lac.

Le grand jour était enfin arrivé : aujourd'hui, Ana allait officiellement faire sa rentrée à l'école de sorcellerie Poudlard.

Ce château n'avait plus aucun secret pour Ana : elle y vivait depuis le décès de son père. Depuis presque cinq années maintenant, Ana vivait avec sa grand-mère, qui enseignait dans cette école. En y songeant, Ana se rendit compte que ces cinq dernières années étaient passées à une vitesse folle. Elle avait du mal à se rendre compte que cela faisait cinq ans qu'elle était orpheline.

Elle avait onze ans depuis quelques jours, depuis le 13 août. Pourtant, Ana n'avait l'air que d'avoir sept, ou huit ans maximum. Très petite pour son âge, elle avait un visage rond et enfantin. Son nez était légèrement retroussé, ce qui lui donnait un air sournois et joyeux. Ses cheveux auburn lui arrivaient au milieu du dos, et étaient ondulés. Ils faisaient la fierté de sa grand-mère. Ses yeux étaient verts, et dorés au centre, héritage de sa grand-mère maternelle.

- Ana, tu es prête ? l'interpella une voix autoritaire.

- Grand-mère, je ne t'avais pas entendu arriver, répondit Ana, surprise, en regardant la femme grande et droite, vêtue d'une robe vert émeraude qui se tenait dans l'embrasure de la porte.

Le professeur McGonagall était connue pour sa sévérité et sa froideur dans l'école. Pourtant, Ana trouvait sa grand-mère tendre et affectueuse, malgré sa tenue et son allure stricte.

- Les nouveaux vont arriver dans quelques minutes, le train vient d'entrer en gare. Cependant, avant que tu ailles rejoindre tes nouveaux camarades, j'aimerai discuter avec toi, commença sa grand-mère.

- Ne t'inquiète pas grand-mère, répondit Ana, en sautant de la fenêtre pour rejoindre le lourd fauteuil vert en face de celui qu'avait choisi sa grand-mère. Je me faufilerai dans le groupe sans que personne ne s'aperçoive que je n'étais pas dans le train.

- Non, ce n'est pas de cela que je voulais te parler Ana, dit sa grand-mère en lui souriant. Nous en avons déjà suffisamment discuté, et je sais que tu comprends l'importance de cacher notre lien aux autres élèves… Ton père en avait tellement souffert à l'époque… Non, je voulais reprendre notre conversation d'hier soir…

- La prophétie…

- Exactement. Je voulais être certaine que tu l'avais bien compris…

- Oui, depuis des générations, les hommes de la famille McGregor faisaient partis de la maison Serpentard, mais épousaient une Gryffondor.

- Tomber amoureux, ils ne se marient pas forcement. Ton grand-père et moi ne nous sommes jamais mariés par exemple… Comprends-tu en quoi cela te concerne ?

- Eh bien, répondit Ana en réfléchissant. Si on suit la logique, je ferai partie de la maison Gryffondor, et je tomberai folle amoureuse d'un Serpentard, s'exclama-t-elle en riant.

- Ce n'est pas drôle Ana, la réprimanda gentiment sa grand-mère. Ce joli conte de fée s'est terminé en drame pour tes deux parents. De plus, cela n'est absolument pas certain que cette prophétie te concerne toi aussi. Tu es la première née de sexe féminin dans la famille McGregor depuis l'annonce de la prophétie. Jusqu'à présent, il n'y avait qu'une descendance mâle. Je ne sais donc pas si la prophétie se poursuivra.

- Que dois-je faire alors, Grand-Mère ? demanda Ana, perplexe.

- T'y attendre, et ne pas prendre de risque. Ni aujourd'hui, ni jamais.

Ana comprenait les peurs de sa grand-mère. Cette prophétie lui avait fait perdre l'homme qu'elle aimait, pour lui enlever quelques années plus tard son fils unique.

En effet, Minerva McGonagall a rencontré Dougal McGregor lors de sa rentrée à Poudlard. Le coup de foudre avait été immédiat. Ils avaient était amis de longues années, avant de se mettre ensemble, pendant leur septième année. Il lui avait alors parlé de la prophétie, qu'elle avait trouvée romantique, à l'époque.

Elle était tombée enceinte peu après sa sortie de Poudlard, alors qu'elle travaillait au ministère de la magie, au département de la justice magique. Afin d'éviter que scandale d'une union d'un Serpentard et d'une Gryffondor, accentué en cette période de trouble et de conflit entre ces deux maisons, ne touche leur enfant, Minerva et Dougal avait prit la décision de se séparer. Ils pensaient que cela protégerait l'enfant.

Minerva avait donc élevé seule son fils, Rupert. Cependant, tout le monde savait qu'il était le fruit d'une union défendue, et il en avait souffert durant sa scolarité, qui l'avait fait en toute logique dans la maison Serpentard. Il était aussi régulièrement moqué à cause de sa mère, directrice de la maison Gryffondor.

Et malgré son mariage avec Elphinstone Urquart bien des années plus tard, Minerva n'avait jamais oublié Dougal, qui avait quitté le Royaume-Uni au moment de leur séparation, et qu'elle n'avait plus revu depuis.

- Bien, reprit le professeur en émergeant de ses pensées. Lèves toi maintenant, et montre à ta grand-mère comme tu es belle dans ta robe de sorcier.

Ana sourit, et sauta du fauteuil. Elle tourna sur elle-même pour montrer à sa grand-mère sa cape neuve, qui ne portait encore aucun écusson.

- Aller, va maintenant, déclara sa grand-mère, en essayant de cacher en vain la larme qui menaçait à son œil. Et rappelle-toi, que personne ne se rende compte que tu n'étais pas dans le train !

- Ne t'inquiète pas grand-mère, lui murmura Ana à l'oreille, avant de poser un baiser sur la joue, et de partir en courant vers l'entrée du château.

Ana se posta devant la grande porte du château : c'est par là que ses camarades de première année arriveraient. Sa grand-mère et Dumbledore lui avait demandé de se cacher derrière un pilier, et de se faufiler dans le groupe le plus discrètement possible, pour se rendre à la cérémonie de la répartition sans se faire remarquer.

Ana repensa à la discussion qu'elle venait d'avoir avec sa grand-mère. Cette prophétie régnait depuis des générations sur sa famille. Et même si Ana comprenait la peur de sa grand-mère, elle ne pouvait s'empêcher de penser que cette tradition familiale n'avait jamais réellement causé de tord à quiconque. Il y avait bien eu ses parents… mais leur mort n'était pas vraiment en lien avec la prophétie...

Elle fut sortie de ses pensées par des bruits de pas et des voix qui approchaient joyeusement de l'entrée du château. Elle se cacha donc derrière le pilier et attendit l'arrivé d'Hagrid qui devait mener le groupe au château depuis la descente du train.

- Regardez comme c'est beau ! s'exclama Hagrid, en désignant du doigt une statue à l'opposé du lieu ou se cachait Ana, afin de détourner le regard des autres élèves.

Ana s'introduit dans le groupe, aux cotés d'une brune ressemblant à un bulldog, qui lui lança un regard ahuri quand elle remarqua sa présence.

...

Sur le balcon au dessus de l'entrée, McGonagall observait la scène en souriant tendrement. Puis elle chercha dans le groupe le garçon qui pourrait devenir son Serpentard, celui qui la rejoindrait dans la prophétie…

- Minerva, vous auriez dû laisser Moon accompagner sa maitresse, au lieu de l'enfermer dans la salle commune des Gryffondors.

- Albus, vous devriez savoir que ce chat est assez malin pour retrouver Ana, même si elle était perdue au milieu de la forêt interdite, répondit Minerva, ne détachant pas son regard du groupe pour regarder la minette noire et blanche que le directeur tenait dans les bras.

- Vous êtes donc certaine qu'Ana sera une Gryffondor ? demanda Severus Rogue, le professeur de potion, qui suivait le directeur et que Minerva n'avait pas entendu arriver.

- Sans parler de prophétie Severus, Ana reste ma petite fille, répondit Minerva en quittant enfin les nouveaux arrivants des yeux, pour regarder les deux hommes qui venaient de prendre place à ses cotés.

- N'oubliez pas que vous avez faillis être envoyée à Serdaigle à votre arrivée ici, rappela Dumbledore en riant.

- Ni que votre propre fils était un Serpentard, ajouta Rogue d'un ton neutre.

- C'est pour cela que vous allez surveiller votre maison, Severus, répliqua Minerva. Cette prophétie a détruit suffisamment de vie, et il est hors de question qu'Ana en souffre encore une fois ! Maintenant filez tous les deux ! Les premières années arrivent et je dois les mener à la répartition, alors oust ! et vite !

- Vous ne pourrez pas empêcher la prophétie, Minerva… chuchota Rogue en désignant d'un signe de tête un blondinet dans le groupe des premières années, qui dévorait Ana des yeux, avant de suivre Dumbledore en direction de la grande salle.

Minerva suivit le geste de Rogue, et regarda le blond en question. Il disait vrai, le regard gris du garçon confirmait ses craintes.

« Mon dieu… Tous… Sauf lui », pensa-t-elle.