Bonjour à tous et à toutes !

Avant de commencer, je tenais à m'excuser pour ce retard dans la publication… Mais je n'ai pas eu de semaine de tout repos ! Je ne vais pas étaler ma vie ici, mais pour ceux qui veulent discuter, je veux bien (surtout que je pense que ça pourra me faire du bien de parler, et vous connaitre est ma première priorité, donc pourquoi pas coupler les deux ? ^^)

Mais me revoilà parmi vous, et en plus, avec le dernier chapitre du premier tome ! Et j'espère que vous en êtes contents ! En tous cas, moi oui, et je dois même avouer que vous m'avez beaucoup manqué ! Mais trêve de blabla… je vais de suite passer aux réponses à vos magnifiques reviews !

- Ju : Coucou toi ! Alors avoir un « O », c'es Optimal, c'est une des meilleures notes à Poudlard. En fait, pour faire simple, les 2 meilleures notes c'est « O », et ensuite « E » (Effort Exceptionnel) =). Si je comprends bien, pour la suite, tu aimerais que j'invente d'autre OC ? ça peut en effet être une très bonne idée, je vais y réfléchir pour la suite =) en tous cas, merci de ton petit message et de ta participation ! Bisous =)

- Camille : Merci pour ton message à toi aussi ! ça me fait réellement très plaisir ! J'espère que l'attente n'a pas été trop longue, d'autant plus qu'il y a eu du retard cette semaine (encore une fois je m'en excuse !). Gros bisous, et à très vite :D

- SweetDream-chan : Heureuse d'apprendre que tes amis de Paris aillent bien ! J'espère que tout se passe bien pour toi, surtout qu'apparemment le climat est un peu tendu en Belgique :/ En tous cas, j'espère avoir de tes nouvelles rapidement =) Et ne t'en fais pas, si je ris de tes reviews, c'est dans le bon sens… ça me fait tout simplement tellement plaisir, et ton humour est vraiment agréable :D Gros bisous =D

- Skullsindustrie : J'espère que tu n'as pas trop « trépigné d'impatience », et que l'attente un peu plus longue que prévue a été supportable ! En tous cas, maintenant les rôles s'inversent, et je trépignent à mon tours dans l'attente de lire ton avis :D Bisous

- Mimi : Que de compliment dans ton message ! Comment te dire que je deviens moi-même accro… mais attention, il ne faut pas que je prenne la grosse tête non plus ^^ Et oui, le même surnom que mon copain, je l'appelais « mimi » ^^ En tous cas, heureuse de te connaitre ^^ Bisous

- Maellys : Merci pour ce petit message trop mignon qui me fait vraiment plaisir ! Hâte de te lire aussi !

- PhenixGold : On a déjà fait connaissance, mais je te le redis ici aussi, je suis réellement ravie de faire ta connaissance ! J'espère te relire très vite ! et encore une fois, merci ! Bisous =)

- Florent1 : Désolée que le chapitre précédent t'ait semblé court… J'espère que celui-ci te paraitra plus agréable ! Même s'il ne me semble pas qu'il soit beaucoup plus long :/ Mais je note ta remarque pour la suite, et je vais essayer de m'améliorer ! Merci, et bisous !

- Mitsukie : Merciii pour ce super petit mot ! Franchement j'adore ! Gros bisous, et j'espère à très très vite !

C'est en répondant à vos messages que je me rends compte que vous êtes de plus en plus nombreux à me laisser des petits messages toutes les semaines… et franchement, j'en ai presque la larme à l'œil ! Donc MERCI ! Vous n'imaginez même pas ce que ces petits mots sont pour moi, et l'importance qu'ils ont ! Donc sincèrement merci, et surtout, n'arrêtez pas !

Je vous laisse maintenant retrouver Ana, et toute la bande pour de nouvelles aventures, qui, je l'espère, vous plairont !

A très bientôt (en tous cas, dimanche, avec le premier chapitre du tome 2 !), et bonne lecture !

Blii =)

Chapitre 25

Le lendemain, Ana se réveilla d'humeur morose. Malgré l'excellente soirée qu'elle avait passée la veille, elle se sentait triste en matin de la fin juin. Aujourd'hui, elle allait devoir quitter Poudlard pour deux longs mois. Deux longs mois où elle allait être loin de cet endroit magique, qu'elle considérait comme chez elle, loin de ses amis, qu'elle adorait et qui avaient pris une grande importance à ses yeux, mais aussi loin de Drago…

Après un petit déjeuner – tout aussi magnifique, délicieux et copieux que le repas de la veille – les élèves furent accompagnés par Hagrid à la gare de Pré-Au-Lard pour prendre le Poudlard Express, qui les raccompagnerait vers Londres, et vers leurs familles. Même si Ana devait passer ses vacances à Pré-Au-Lard dans la maison sa grand-mère, il avait été décidé qu'elle prendrait elle aussi le train pour Londres. Tout d'abord pour lui permettre de rester un peu plus de temps en compagnie de ses amis, mais aussi pour ne pas éveiller les soupçons de ces derniers, qui aurait été surpris de la voir rester à Poudlard durant les vacances d'été – ce qui était tout simplement interdit par le règlement.

Ana prit donc place aux cotés de Marie dans l'une des barques qui les ferait traverser le lac, en direction du village voisin. Le ciel était bleu, et le soleil matinal était déjà chaud, promesse d'un été somptueux. Pourtant, les deux jeunes filles restaient silencieuses, perdues dans leurs pensées, et attristée par ce départ…

La veille, elles s'étaient couchées très tard. Harry, Ron, Hermione et Neville leur avaient racontés leur aventure qui avait fait gagner autant de points à leur maison, leur permettant ainsi de remporter la coupe des Quatre Maisons. Les deux jeunes sorcières avaient été époustouflées par ce récit. Mais elles étaient surtout très inquiètes.

En effet, Harry avait voulu empêcher Rogue d'atteindre la pierre philosophale, et il était persuadé que le maitre des potions essayera de s'en emparer le jour de la fin des examens. C'est pourquoi il était parti, après le banquet de fin d'épreuves, en compagnie de Ron et Hermione au troisième étage. Neville les avait pourtant surpris en train de quitter la Salle Commune, et avait voulu les empêcher de faire perdre encore des points à Gryffondor. Ce dernier s'était donc retrouvé ensorcelé par un sortilège de Bloque-Jambe qui l'avait empêché de bouger durant toute la nuit. Il n'avait été découvert que le lendemain matin, par les elfes de maison qui venaient faire les ménages dans la tour de la maison au lion.

Harry, Ron et Hermione avaient eu alors à affronter de nombreuses épreuves pour atteindre la pierre : un filet du diable, une plante très difficile à combattre des clés volantes, qui ne pouvait être attrapé qu'en volant sur un balai ; un échiquier géant version sorcier, très violent et une énigme d'une difficulté redoutable qui permettait de définir quelle potion il fallait boire pour enfin atteindre l'endroit où était caché la pierre philosophale.

Ron avait été blessé durant la partie d'échec, où il avait eu le rôle de cavalier. Après avoir résolu l'énigme, Hermione était retournée auprès de lui, pour l'accompagner à l'infirmerie, laissant Harry seul. Ce dernier était donc entré dans la dernière pièce de ce parcours menant à la pierre philosophale. Mais ce n'est pas le professeur Rogue qu'il avait alors retrouvé mais… le professeur Quirrell.

Ce dernier se tenait au centre de la pièce, se parlant à lui-même… c'est alors qu'Harry avait découvert que le professeur le plus inoffensif et peureux du château gardait un terrible secret : Lord Voldemort, le seigneur de ténèbres que tout le monde pensait mort depuis plusieurs années, avait prit possession de son corps. L'arrière de son crane était désormais occupé par le visage du puissant mage noir, qui l'avait obligé à entrer en possession de la pierre philosophale, pour lui permettre de revenir à la vie et à devenir éternel…

C'était donc lui qui avait jeté un sort au balai d'Harry durant le premier match de Quidditch de la saison, pour ne pas que ce dernier ne vienne compromettre – encore une fois – les plans du Seigneur des Ténèbres. Lui qui avait tué la licorne dans la forêt interdite, pour boire son sang et redonner des forces au mage. Lui aussi qui avait fait entrer un troll dans le cachot, afin de détourner l'attention des professeurs pour tenter d'entrer dans la pièce du troisième étage. C'est ainsi qu'Harry a comprit que le professeur Rogue n'avait jamais été une menace pour lui, et qu'il l'avait accusé de choses dont il n'était pas coupable. Ana n'avait donc pas eu tord, et il s'était donc bel et bien tromper de coupable, se détournant alors de la véritable menace.

Harry avait été attaqué par le professeur Quirrell, qui avait répondu aux ordres de son maître, lui ordonnant de le tuer. Il semblait certain qu'Harry savait où était la pierre- qui était miraculeusement apparut dans la poche de son pantalon. Mais heureusement, le jeune sorcier avait réussi à tuer le professeur Quirrell avant que ce dernier ne le fasse. Lord Voldemort n'avait donc pas réussi à entrer en possession de la pierre philosophale, et restait jusqu'à maintenant introuvable…

Ana n'avait jamais vraiment cru en la mort de Voldemort. Sa grand-mère lui en avait souvent parlé, et disait souvent que son décès était totalement impossible. Selon elle, le plus puissant mage noir de tout les temps devait être quelque part, probablement affaibli, à chercher un moyen de revenir au pouvoir.

Mais apprendre qu'il avait été dans l'école durant toute l'année scolaire avait beaucoup inquiété Ana. Celui qui avait causé la mort de ses parents n'avait été qu'à quelques mètres d'elle pendant plusieurs mois. Elle savait que si le mage noir revenait d'entre les morts, elle serait alors en grand danger. En effet, elle était considérée comme une « mangemort », comme l'une de ses fidèles, à cause de la marque qu'elle avait sur le bras. Si elle ne revenait pas auprès de lui, elle serait considérée comme une traitre… et chacun savait comment Voldemort traitait les traitres. Hors, elle n'avait aucune envie de se lier à la cause de cet assassin.

La jeune sorcière savait que c'était son pouvoir de vélane qui effrayait Voldemort. En effet, ce dernier savait qu'un tel pouvoir était une menace pour lui : devant la jeune fille, tous les mages noirs perdaient le contrôle d'eux même. il fallait donc mieux pour le Seigneur des Ténèbres d'avoir Ana parmi ses rangs, pour ne pas compromettre les forces de son clan durant une bataille.

La jeune vélane avait fait par de son inquiétude à son amie Marie, une fois seules dans leur chambre. Elles avaient donc parlé une grande partie de la nuit, et toutes deux avaient eu beaucoup de mal à s'endormir après cette longue discussion. Si le mage noir était de retour, le monde magique serait de nouveau plongé dans la terreur et l'horreur… Et cela effrayait beaucoup les jeunes sorcières, qui n'avait dormi que quelques heures.

C'est donc en pensant à tout cela, et réellement mortes de fatigue après cette nuit riche en émotions qu'elles traversèrent le lac. Un lourd silence régnait dans la barque, presque vide qui les menait à Pré-Au-Lard. Elles faisaient partie des dernières à quitter le château, et elles se trouvaient dans la dernière barque au départ de Poudlard. Elles avaient voulu resté le plus de temps possible dans le château, pour repousser leur séparation.

- Que vas-tu faire pendant tes vacances ? demanda Marie, brisant alors le silence pesant qui régnait sur la petite barque de bois, et espérant ainsi détendre l'atmosphère.

- Rien de particulier, répondit Ana, en souriant tristement à l'idée de ne pas voir son amie pendant si longtemps. Je passe l'été avec ma grand-mère, dans sa maison de Pré-Au-Lard. Et toi ?

- Nous allons en France, avec mes parents, comme chaque année. Mon père adore ce pays, et nous emmène le visiter chaque été. C'est vraiment un très bel endroit, donc j'aime beaucoup ces voyages.

- Si tu passe par les montagnes du Jura, donne le bonjour à ma grand-mère maternelle de ma part. Elle vit là bas, en pleine forêt, dans un village de vélanes.

- Si j'en ai l'occasion, je n'y manquerais pas. Mais à une seule et unique condition.

- Laquelle ? rit Ana devant le regard espiègle de son amie.

- Que tu m'écrives. Et très souvent !

- Ne t'en fais pas pour ça, répondit Ana, en serrant Marie dans ses bras, ressentant soudain une vague d'affection pour la jeune fille aux cheveux au carré. Tu vas tellement me manquer que je t'écrirais presque chaque jour.

Les deux amies se serrèrent dans les bras, le cœur lourd. Deux mois, ce n'était rien, mais après avoir passé près de dix mois ensemble, les liens entre elles étaient devenus très fort. Cette séparation leur semblait donc énorme. Le sourire et la bonne humeur de Marie allait beaucoup manquer à Ana… Quant à Marie, elle allait s'ennuyer des histoires qu'Ana lui racontait le soir, avant de s'endormir, concernant ses nombreuses chamailleries avec son Serpentard, mais aussi son rire communicatif, et son obsession pour le travail et les bonnes notes.

La barque arriva rapidement au village de Pré-Au-Lard, le voyage n'avait duré que quelques minutes. Un temps qui sembla bien court aux jeunes filles, qui n'avaient pas envie de quitter le monde magique, malgré la joie d'être enfin en vacances. Le Poudlard Express les attendait, crachant de la fumée violette, à l'odeur sucrée. Marie reconnu immédiatement l'odeur de barbe à papa, qu'elle avait souvent senti dans les fêtes foraines moldu, et qui lui mettait chaque fois l'eau à la bouche.

Le quai était bondé d'étudiants, qui attendaient le départ en discutant et en riant, visiblement heureux d'être enfin libérés de leurs obligations scolaires. Certaines jeunes filles étaient en larmes : des septièmes années, tristes de devoir quitter Poudlard et de prendre pour la dernière fois le Poudlard Express.

Ana et Marie se faufilèrent parmi la foule, en direction de la tête du train, où était le wagon des Gryffondors. Elles savaient que leurs amis devaient les y attendre pour faire le voyage ensemble.

- En fait, pourquoi prends-tu le train si tu passes tes vacances ici ? demanda Marie, perplexe.

- Pour passer un peu plus de temps avec vous tous, répondit Ana en souriant. Et aussi pour ne pas éveiller les soupçons. Ça ne te semblerait pas bizarre à toi, de voir quelqu'un restait à Poudlard alors que tout le monde doit quitter le château pour l'été ?

- Si c'est vrai, répondit Marie en souriant à son tour. Et puis, je ne vais pas m'en plaindre : ça me permet de te voir encore un peu plus.

Il était dix heures cinquante cinq, le train devait partir à onze heures précises, donc dans moins de cinq minutes. Les deux jeunes filles atteignirent enfin leur wagon, où les attendait déjà Harry, Ron, Hermione et Neville, confortablement installés sur les banquettes rouges d'un des compartiments. Hermione était déjà plongée dans la lecture d'un manuel de seconde année, pendant que les garçons discutaient ensemble de leurs équipes de Quidditch favorite.

- Et bien, vous en avez mis du temps, les sermonna gentiment Hermione. Un peu plus et vous ratiez le train toutes les deux !

- Nous avons eu du mal à nous lever ce matin, plaisanta Marie, en rangeant sa valise sur le porte bagage au dessus des banquettes.

- Et surtout, nous avons eu du mal à quitter le château, ajouta Ana, en riant.

A peine installées, le train démarra en sifflant bruyamment. Ana regarda le château s'éloigner, la gorge serrée et les larmes aux yeux. Cela faisait presque trois ans qu'elle n'avait pas quitté les alentours du château, et cela l'émouvait de le voir s'éloigner, même si elle savait qu'elle serait de retour avant la fin de la journée. Marie était à ses cotés, et semblait elle aussi attristée par ce départ, mais gardait la tête haute, beaucoup trop pudique pour montrer ses sentiments en public.

- Il va me manquer, ce château, soupira Harry, en regardant par la fenêtre.

- A moi aussi, confia Ron.

- Mais nous serons de retour très bientôt, déclara Hermione d'un ton impérieux en posant son livre sur ses genoux. Et nous n'avons vraiment pas le temps de nous ennuyer cet été. Vous avez vu le programme de l'année prochaine ? Il est beaucoup plus volumineux que celui de cette année. J'ai donc acheté tous les manuels en avance pour pouvoir les étudier, et…

- Hermione ! s'exclama Marie, en la coupant. Nous sommes en vacances maintenant ! Détends-toi un peu, la rentrée scolaire arrivera bien assez tôt.

Hermione se replongea dans son livre, boudeuse, alors que tout le wagon riait devant l'intervention de Marie. Pourtant, Hermione n'avait pas tord : la seconde année était loin d'être de tout repos, mais Ana n'avait pas envie d'y penser maintenant, même si elle était de temps normal aussi studieuse que son amie…

- Tu viens avec moi chercher des confiseries ? demanda Marie à Ana. Je n'ai presque rien pu avaler au petit déjeuner ce matin, à cause de la tristesse, mais maintenant, je suis morte de faim…

- Bien sur, répondit Ana en souriant.

Les deux jeunes filles sortirent du compartiment à la recherche du chariot à sucrerie. Les couloirs du train étaient déserts.

- J'ai une folle envie de chocogrenouilles… marmonna Marie. Ou bien de dragées de Berti Crochue, mais ça, ça peut être très risqué d'en manger…

- Tu pourras prendre les deux, vu toute la monnaie que tu as emmené, la taquina Ana.

- C'est vrai… mais tu prendrais quoi, toi ?

- Et bien je pense que…

- McGregor ?

Ana se retourna, surprise. Elle ne s'était même pas rendu compte qu'elles étaient maintenant dans le wagon vert et argent des Serpentards. Derrière elle se tenait Drago, les mains dans les poches de sa cape noire, et visiblement étonnée de voir les Gryffondors ici.

- Qu'est ce que tu fais là ? lui demanda le garçon en regardant Ana. Oh, et en fait, salut Smith.

- Salut Malefoy, répondit joyeusement Marie.

- Nous cherchons le chariot à confiserie, répondit Ana, gênée, sans qu'elle ne sache vraiment pourquoi. Marie avait faim.

- Oh, je le cherche aussi, sourit le garçon.

Drago reprit son chemin, en passant devant les deux Gryffondors, étonnée par tant de politesse et de sympathie de la part du Serpentard. Il avait donc réellement beaucoup changé depuis sa conversation avec Ana… Marie en était étonnée, ce n'était vraiment plus le même garçon que celui qu'elle avait vu dans la volière. Il était beaucoup plus… agréable.

- Et bien, vous venez ? s'impatienta le Serpentard en se retournant vers les deux jeunes filles. Ce n'est pas en restant planté là que vous allez le trouver, ce chariot. Et si vous ne vous dépêcher pas, les Poufsouffle auront déjà tout mangé.

Marie sourit à cette remarque. Non, il n'avait pas changé autant que ça finalement. Il restait tout de même le garçon arrogant et prétentieux qu'elle avait toujours vu durant toute l'année scolaire. Mais elle ne pouvait nier qu'il était tout de même beaucoup plus supportable qu'avant, et qu'il semblait désormais plein de bonne volonté envers Ana…

Les trois jeunes sorciers parcoururent le train en silence. Quand ils trouvèrent enfin le chariot à friandises, tous remplirent leurs poches des différentes sucreries proposées : dragées surprises de Bertie Crochue, chocogrenouilles, patacitrouilles, fondants au chaudron, baguettes magiques à la réglisse, ballongommes… rien ne manquait, et les trois sorciers repartirent beaucoup plus lourd qu'ils étaient arrivés.

- C'est ici que je vous laisse, déclara Drago, une fois arrivé à son wagon. C'était sympa. A plus tard.

- A plus tard Malefoy, répondit Marie d'une voix chantante.

- Oui, à bientôt, murmura Ana, soudain triste à l'idée que c'était la dernière fois qu'elle voyait son Serpentard avant septembre prochain.

Les deux jeunes filles s'éloignèrent alors que Drago allait retrouver ses camarades dans son compartiment. Soudain, Ana sentit un lourd poids s'abattre sur son cœur. Elle craignait vraiment que ces deux mois loin de Son Serpentard ne soient horribles et angoissants. A chacune de leur dispute, elle avait toujours était frappée par une humeur morose et triste qui ne lui ressemblait pas, et elle craignait qu'il en soit de même durant l'été.

- Aller, ne t'en fais pas, lui murmura Marie, voyant son amie dans un état de tristesse. Deux mois, ça passe vite, et puis je suis sure que…

- MCGREGOR ! ATTENDS !

Drago courrait dans l'allée du train à la poursuite des jeunes filles.

- Je vous laisse, murmura Marie, en souriant largement et en faisant un clin d'œil à son amie. On se rejoint dans le compartiment.

Marie s'éloigna rapidement, laissant Ana seule. Drago la rejoignit rapidement, le souffle court et les joue rosie par sa course. Il lui offrit un petit sourire embarrassé.

- Euh… commença-t-il à marmonner, gêné. Je voulais juste te dire que… c'était sympa cette année. Et je voulais savoir si… tu serais d'accord pour qu'on continue de se voir l'année prochaine… pour les cours ?

- Avec plaisir, Malefoy, répondit Ana, aux anges. J'espérais que tu me poserais cette question.

- C'est cool ! Bon donc on fait comme ça. Passes de bonnes vacances, McGregor.

- Toi aussi Malefoy, et fais attention à l'indigestion, avec toutes les sucreries que tu viens d'acheter.

- Ne t'en fais pas pour moi, rit le garçon, en s'éloignant.

- Tu sais, s'empressa d'ajouter Ana avant que le garçon ne disparaisse, sentant la gêne la gagner elle aussi. Tu peux m'écrire cet été, si tu veux…

- L'espoir fait vivre, McGregor….

Sur ces mots, le Serpentard s'éloigna en riant. En retournant rejoindre ses amies, Ana ne put s'empêcher de sourire… Son Serpentard était tellement changeant. Arriverait-elle un jour à le comprendre ?

The End