.

"And the battle just began,

La bataille ne fait que commencer,

There's many lost but tell me who has won,

Il y a de nombreuses pertes mais dis-moi qui a gagné,

Trenches dug within our hearts,

Des tranchées dans nos coeur,

And mothers, childrens, brothers, sisters, torn apart.

Et des mères, des enfants, des frères et des des soeurs déchirés."

Sunday bloody sunday, U2 ( Traduction approximative des parloes faite par mes soins )

.

.

.

Chapitre 1 : Bataille.

.

Début Juin 1997.

.

Elle courrait à en perdre haleine, slalomant entre les combattants, évitant les sorts qui la frôlaient, trébuchant contre les racines, tombant durement mais se relevant à chaque fois avec un seul objectif en tête.

Tenir.

Malgré ses poumons, sa gorge et ses muscles qui la brûlaient à force d'être sollicités au-delà de leurs capacités.

Tenir.

Ne pas regarder les corps qui jonchaient le sol.

Ignorer les mutilations qu'arboraient les cadavres tout juste tombés devant elle, les blessés qui hurlaient leur douleur de la plus horrible des manières, les explosions des sorts qui soulevaient des monticules de terre boueuse et qui résonnaient partout autour d'elle.

Les éclairs colorés des sorts qui déchirainent la nuit devenue glaciale à cause des détraqueurs, les arachnides qui menaient la charge, les géants qui se jetaient dans la bataille écrasant les corps sur leur passage, les Mangemorts qui laissaient déferler leur magie noire sur cette terre d'accueil qu'était Poudlard, les loups-garous qui hurlaient à la lune leur soif de sang.

Sa capacité à compartimenter était poussée à son paroxysme à cet instant. Elle voyait, elle ressentait mais tout lui parvenait à travers un brouillard, comme si son esprit se rendait hermétique à ce qui se passait tout autour dans l'unique but de lui faire réussir sa mission.

Tenir. Protéger Harry.

Sa baguette, lisse et chaude dans sa paume la rassurait. Son seul et unique moyen de défense si son corps malmené depuis des mois lâchait prise.

Ron courrait devant elle, tenant fermement sa main dans la sienne, la tirant quand elle perdait de la vitesse, lançant des sorts pour repousser les Mangemorts qui les assaillaient de toutes parts. De temps en temps il se retournait s'assurant d'un bref coup d'oeil qu'elle tenait le coup.

Tenir. Encore.

Le parc de Poudlard était devenu un champ de bataille. La terre était éventrée, formant des cratères boueux qui rendaient leur progression d'autant plus difficile. Plonger à plat ventre contre l'herbe rendue poisseuse par le sang des combattants des deux bords, conjurer un fragile protego leur donnait quelques secondes de répit avant que le bouclier ne cède sous les rafales des sorts qu'ils encaissaient.

-Plus vite Hermione ! Hurla Ron par delà les explosions.

Dans leur course folle, alors qu'elle s'efforçait de le suivre, elle trébucha. Sa main moite quitta celle de Ron, perdant l'équilibre elle tomba à terre alors qu'un éclair vert synonyme de mort frôlait sa tête brûlant une mèche de cheveux. Terre et sang mêlés s'imprégnaient en elle, ses vêtements humides lui collaient à la peau, son visage couverts d'égratignures la brûlait, l'odeur des chairs calcinés par les incendio lui soulevaient le coeur.

Tout n'était que cauchemard autour d'eux.

Elle ne put retenir la nausée qui lui tordit les entrailles, faisant remonter la bille acide dans sa gorge alors qu'elle hoquetait de terreur.

Son courage de Gryffondor avait déserté son esprit et son corps. Il ne restait que la peur intestine et l'incroyable fureur de vivre qui faisait battre son coeur à un rythme infernal.

A travers le brouillard la voix pressante de son meilleur ami la ramena à la réalité :

-Allez Mione, regarde-moi, ne regarde pas autour...

.

HDH

.

La Marque le brûlait.

C'était au-delà du supportable mais leur Maître, par ce biais, les encourageaient ... à sa manière. La douleur faisait selon Lui, ressortir le meilleur potentiel de l'Homme.

Le meilleur potentiel de l'Homme ... Une jolie tournure pour parler de destruction et d'horreur.

Au milieu du champ de bataille, le visage dissimulé sous son masque d'argent, Drago Malfoy luttait pour sa vie en tâchant d'ignorer l'acide qui coulait dans ses veines.

Que faisait-il là ?

Pour qui et pourquoi se battait-il ?

Sortirait-il vivant de cet Enfer qui se déchainait sous ses yeux ?

Drago Malfoy ne mourrait pas. Pas ici, pas comme un chien. C'était une certitude.

Drago Malfoy survivrait. Il ignorait comment, mais il survivrait. Ce préssentiment lui collait au corps depuis l'année passée. Il avait survécu au traitement infligé par Vous-Savez-Qui, il survivrait quoi qu'il arrive.

Son coeur battait la chamade, pompant sans relâche pour puiser dans ses forces les plus profondes. Il lançait les sorts les plus destructeurs de sa connaissance, utilisant sans scrupules la Magie Noire, créant des illusions d'horreurs, fauchant les corps qui courraient dans tous les sens, avada kedavrisant tout ce qui passait à porter de baguette et qui ne portait pas de masque.

L'Ordre du Phoenix ne faisait pas dans la dentelle quand il engageait le combat. Les Mangemorts rendaient la pareille sans état d'âme. La lutte à mort pour le Pouvoir se jouait cette nuit et après cette bataille plus rien ne serrait comme avant.

Il était là à un tournant de sa vie, il le sentait mais ignorait tout de ce que l'aurore amènerait avec elle.

Une victoire ou une défaite ?

Une vie d'esclave ou de prisonnier ?

Tout ce qu'il faisait à cet instant c'était lutter pour sa survie avec fureur et c'était tout ce qui comptait.

Vivre, vivre pour que demain soit le début d'une nouvelle ère.

.

HDH

.

Hermione continuait sa course folle quand une masse chaude et lourde la faucha. Sonnée par le choc elle mit quelques secondes avant de retrouver sa pleine capacité sensorielle. Quand sa vision se stabilisa, elle réalisa qu'un visage figé la surplombait. Elle sentait le sang chaud et poisseux de la victime anonyme couler dans son cou, elle regardait avec horreur la vie quitter doucement les yeux d'un homme dans la fleur de l'âge. Incapable de réagir, téténisée par la peur, elle hoquetait en silence au milieu du chaos ambiant.

Soudainement la panique submergea son corps, elle se débattit pendant ce qui lui sembla de longues secondes contre le poids mort du corps qui l'étouffait avant que Ron ne la dégage de cette charge en la faisant basculer sur le côté.

Le rouquin se figea en croisant le regard rempli de folie de la Gryffondor. Il frissonna, soutenant avec courage les orbes marrons qui lui faisaient froid dans le dos parce qu'ils reflétaient l'horreur de ce qui les entourrait. Ronald Weasley était parfois un imbécile fini mais il était conscient que la Fin était proche, pour lui et pour tout ceux qui était ici en ce jour.

Il avait la capacité émotionnelle d'une petite cuillère, certes c'était vrai. Mais aujourd'hui la lucidité éclairait avec force son esprit.

Il ne pouvait pas réussir sans Hermione, le monde était condamné s'il la perdait maintenant. La prophétie était en marche et rien ne pourrait l'arrêter. Elle devait s'accomplir coûte que coûte. La mission du Trio était de mettre fin à la tyrannie que le Lord avait déchainé sur Terre.

Alors sentant sa fin proche, Ron issu de l'illustre Maison Gryffondor fit appel à son courage.

Il secoua la jeune femme et lui parla du mieux qu'il put.

.

La voix de Ron lui parvenait de loin, de manière saccadée. Le bruit assourdissant qui l'entourrait, la violence des combats, les sorts qui entaillaient, blessaient, tuaient, des amis, des connaissances, des inconnus, des ennemis ... La conscience de ce qui l'entourrait, l'empêchait de comprendre les mots que lui hurlaient Ron. La seule chose qu'elle assimilait parfaitement c'était l'horreur qui se jouait.

Tout ça à cause de la mégalomanie d'un homme, catalyseur de haine qui faisait ressortir la bête immonde qui sommeillait à l'intérieur de tout un chacun.

A mesure que les secondes défilaient, elle se souvenait qu'Il avait déclenché cet Enfer. Il était le diable personnifié capable de laisser les Ténèbres prendre le contrôle de leur monde. Il ne fallait pas que l'Enfer quitte cet endroit, tout devait prendre fin ici et maintenant.

Et la peur qu'elle ressentait si durement depuis le dépuis de la bataille, elle parvenait soudainement à l'analyser, à la comprendre. Il n'y avait pas que la sienne, non tout lui semblait décuplé, elle essuyait des vagues successives de peur qui n'émanait pas d'elle. Et alors elle comprit, le lien qu'elle partageait avec Harry lui faisait partager ses émotions.

Harry avait peur, une peur panique l'étreignait. La même que la sienne mais qui une fois couplée formait un sentiment difficilement gérable. Et puis il y avait Ron...

-Il faut tenir Mione ... Harry ... besoin de nous ... La prophétie ... Encore ...

Et alors qu'elle reprenait contact avec la réalité, les Mangemorts se figèrent puis conjurèrent des protego par dizaines pour dresser une barrière magique entre eux et les autres. Les protagonistes de cette scène surréaliste se faisaient face baguettes levées seulement séparés par cette barrière vaporeuse. Les visages stupéfaits des combattants de l'Ordre reflétèrent une pure terreur quand la voix froide, sifflante et menaçante du plus grand Lord Noir de tous les temps s'éleva au dessus du champ de bataille.

"Vous avez perdu la moitié de vos combattants. Mes Mangemorts sont plus nombreux que vous et votre Survivant est fini à tout jamais. Abaissez vos baguettes pour que nous reconstruisions une nouveau monde ... Ensemble"

.

HDH

.

Enfin !

Que Morgane et Salazar soient bénis et Lord Voldemort avec eux !

Ce en quoi il avait toujours cru, ce pourquoi il avait tout sacrifié ... Ce Moment était enfin arrivé et il était en vie pour le voir de ses yeux.

Quand il ressentit l'appel tendre son corps dans le froid glacial de cette nuit d'été Lucius Malfoy avait sourit. Un de ses rares vrais sourires. Et la joie ! La joie qui avait déferlé d ans son corps quand son Maître victorieux s'était exprimé avec grandeur ! Même la naissance de son héritier n'avait pas soulevé une telle félicité dans son corps et dans son esprit. Ce sentiment obscur pour lui et incontrôlable à cet instant le réchauffait plus que n'importe quel sort de chaleur qu'il aurait pu conjurer.

Oui ! C'était l'aboutissement de sa vie.

Le pouvoir à porter de main, la gloire. Son rêve de grandeur prenait forme, il y participait, le rendait possible et s'apprêtait à l'étreindre de toutes ses forces pour que jamais il ne s'évapore.

Lucius Malfoy, baguette fièrement levée face aux pseudos-combattants qui lui faisaient face rit à gorge déployée de sa victoire qu'il pensait totale et absolue.

.

HDH

.

NON !

Le mot fusa dans l'esprit de la lionne, provoquant une décharge d'adrénaline dans son corps brisé par les efforts. Harry ne pouvait pas mourir. Impossible ! La prophétie ... La prophétie disait ... Elle ne pouvait pas être fausse.

Résolue et certaine de ce qu'elle savait, elle se releva, rejetant au fond d'elle l'horreur, la peur et la mort pour ne garder que la volonté implacable de mettre un terme à toutes ces années de guerre qui ne menaient nulle part.

Sa main saisit fermement celle de son compagnon qui lui adressa un regard complice et tendre avant qu'ils ne reprennent leur chemin pour atteindre la barrière magique qui les séparaient des Mangemorts, attendant ensemble l'épilogue de cette bataille qui changerait la face du monde.

.

HDH

.

Drago comtemplait, bien à l'abri derrière la barrière magique et l'anonymat de son masque d'argent tous les combattants qui lui faisaient face.

Défaits, hagards, bléssés ...

Ces sorciers qu'il fallait considérer de bas étages ...

Il voyait ces rouquins de malheurs que l'on qualifiait de traîtres à leur sang plus soudés que sa famille ne le serait jamais, partageant un lien de sang incroyable de loyauté et de fidélité. Le meilleur professeur de Défense qu'il avait jamais eu grognait tel l'animal qu'il était, la métamorphomage issue de la branche viciée de sa famille avec ses cheveux rouges vifs le retenait tant bien que mal par la manche de sa veste déchirée. La sang de bourbe "meilleure sorcière de sa génération" couverte de boue et d'immondice se montrait sous son vrai jour. Les centaures roulaient des yeux affolés, à deux doigts de fuir vers les Ténèbres de la forêt.

Une débacle pour le Phoenix qui ne renetterait pas de ces cendres aujourd'hui.

Objectivement, il était difficile de lutter contre les forces du Seigneur des Ténèbres composées des créatures les plus maléfiques que leur monde pouvait porter, des meilleurs combattants entraînés à subir tous types de douleur, les spécialistes de la mort. La cause que le Phoenix défendait était utopique et Drago balaya d'un revers de main l'écho qu'elle commençait à trouver dans son coeur.

Il avait déjà un camp. Sa naissance le lui avait imposé.

.

HDH

.

Un bruissement dans l'air fit se relever instantanément toutes les baguettes de l'Ordre, la barrière frémit puis tomba et les troupes en noirs s'écartèrent pour laisser s'avancer Hagrid tenu en laisse tel un animal et portant dans ses bras le corps inerte du Survivant.

Le regard d'Hermione se posa avec douleur sur la masse balotante que le demi-géant tenait avec tendresse, les larmes brouillèrent sa vue et la douleur envahit son coeur une seconde avant que sa raison ne reprenne le dessus.

Elle l'aurait senti si son coeur avait cessé de battre, ils étaient liés par la magie, par quelque chose de pure qui ne pouvait être détruit. Elle ferma une seconde ses yeux s'isolant ainsi du monde extérieur, cherchant à travers les Ténèbres l'aura qui la guidrait à lui, elle remonta le lien et esquissa un demi sourire.

Une ruse.

Elle sentit en elle, le coeur d'Harry qui battait avec fureur, la magie qu'il tentait de canaliser pulsait avec violence dans ses veines faisant bouillir son sang.

Confiance et espoir reprirent le dessus en elle. La prophétie qui remontaient aux temps des Premiers Fondateurs était vraie, Hermione le sentait au plus profond d'elle. Elle ne pouvait pas avoir tord, pas quand tout son être lui hurlait qu'elle devait poursuivre le combat.

Alors ses doigts serrèrent fermement sa baguette, se tenant prête pour la suite.

.

HDH

.

En voyant le corps inanimé de son meilleur ami, Ronald tomba à genoux.

Une faille venait de s'ouvrir dans son coeur d'homme faible, son ami, celui qu'il considérait comme un frère de sang était mort, la haine s'engouffrait en lui, supplantant la douleur et la sensation de perte. L'espoir le quittait et la rage l'habitait.

Ils devaient payer, Mangemorts de malheur qui leur avaient pris leur jeunesse, leur insouciance, leurs amis et leurs famille. La certitude d'une vie meilleure dans un ailleurs sans cette violence montait en lui.

Le sacrifice par égoïsme ... Tourbillon dévastateur qui le mènerait à sa perte.

Ronald ne savait pas gérer la douleur, il fallait qu'elle sorte de son corps fatigué et affaiblit alors il fit ce qu'il avait toujours su faire de mieux, laisser sa colère le conssumer jusqu'à ce qu'il n'en reste que des cendres.

Il regarda Hermione, prête à combattre à ses côtés jusqu'à leur dernier souffle, son amour avec un grand A, celle qu'il avait dans sa peau depuis ses onze ans. Elle était belle à sa manière, fougeuse, indomptable, intelligente, un ange catapulté au milieu d'un champ de désolation et de ruines.

Elle comprendrait ses actions, peut-être pas tout de suite, mais viendrait un jour où elle saurait l'absoudre de cette erreur qu'il savait commettre. Il n'avait plus la force de se battre, pas sans Harry alors qu'elle, même seule ne lâcherait jamais.

.

HDH

.

Sous son masque Lucius exultait.

Harry Potter était mort ! MORT !

Plus rien, pas même le plus petit des grains de sable ne viendrait enrayer l'engrenage de sa victoire.

Il savourait par avance son avenir qu'il imaginait pavé d'or pour lui et sa famille.

Ses yeux fiers et arrogants se posaient sur ces chiens galeux, ces sous-race de sorciers qui d'ici peu ne seraient plus qu'un vulgaire tas de cadavres en décomposition retournant à Mère Nature, alors que lui serait l'un des piliers du nouvel ordre qui s'installait.

Le triomphe lui faisait bomber le torse.

La certitude de sa réussite l'étouffait et c'est cette même certitude qui l'empêcha de réagir à temps pour contrer un rouquin traître à son sang quand il fendit la foule, baguette en avant hurlant sa haine et sa rage.

Ronald Weasley, était le petit grain de sable qui en une seconde provoqua l'effondrement des rêves de gloire de Lucius Malfoy.

.

HDH

.

Hermione comprit trop tard la signification du regard que Ron lui adressa. Il fendait déjà les rangs d'un pas décidé, la folie brillant au fond de ses iris océan alors que le Lord faisait son apparition sur la champ de bataille, ses robes noires et sinistres battant dans le vent, un sourire glauque étirant ses lèvres.

Et tout bascula.

L'avada kedavra du Gryffondor fut facilement contré par le Lord surpris de cette attaque franche et non dissimulée. L'éclair vert dévié ricocha contre le bouclier conjuré avant de frapper un corpS masqué qui s'écroula au sol. Le silence régna une demi-seconde avant que le fracas des combats ne reprenne. Molly engagea la lutte avec Bellatrix, Georges et Bill se chargèrent de Greyback, Neville et l'AD entrèrent en scène et les autres suivirent rallumant la flamèche de l'espoir.

Avec horreur, Hermione s'élança vers Ronald qui luttait contre le Diable en personne lançant incendio, expelliarmus et stupéfix à tout va pour gagner du temps et permettre à Harry d'agir. Mais alors qu'elle entrait dans la danse macabre que le Lord menait de main de maître, il lança le sort de mort sans hésitation s'engouffrant dans la faille défensive du Gryffondor. Le sortilège passa sous le bras du jeune Weasley atteignant sa cible en plein coeur, propulsant le corps sans vie dans les airs.

A la même seconde Harry surgit du brouillard crée par les Mangemorts pour rendre les combats plus difficile, lançant avec force une dague qui se planta dans la poitrine du Mage le blessant suffisamment pour que l'avada qui suivit le réduise en cendres sous les yeux des combattants.

L'Ennemi rendit l'âme sans un son, sans même comprendre d'où venait l'attaque et à l'instant où ses robes vides de tout corps s'effondraient au sol les premiers Mangemorts quittèrent le champ de ruines dans un nuage de fumée noirâtre laissant derrière eux les blessés et les morts alors que les Aurors engagés dans la lutte se lançaient à la poursuite des fuyards.

.

HDH

.

Hermione se précipita vers le corps de Ron attrapant ses épaules pour relever le jeune homme inerte.

-Ron ! Je t'en prie ... Non ... Reviens ... Pour moi ... Pour Harry ... Pour ta famille ... Ne nous abandonne pas ... Pas encore ...

Mais ses suplications restaient vaines, la tête désormais sans vie bascula en arrière amenant en elle la certitude qu'il était parti. Les larmes jusque là retenues coulèrent silencieusement sur ses joues noircies par les combats. Anesthésiée par une foule de sentiment qui balayait son corps frêle, elle restait là, sentant la présence réconfortante d'Harry derrière elle qui approchait.

-Harry ...

Les bras chaud du Survivant l'entourèrent et la relevèrent, la tirant loin de la vision du corps de Ron. Et elle s'agrippait à lui comme si sa seule présence l'empêcherait de basculer dans la folie qui menaçait de la submerger. Harry, sa bouée au milieu de la tempête de souffrance qui grondait en elle.

Le lien magique qu'ils partageaient souffraient d'avoir été tranché de manière si violente. Leur douleur était lancinante et sourde, ils avaient perdus un frère, un ami, une partie de leurs âmes s'envolait vers un ailleurs inaccesible aux mortels qui restaient en arrière. Et comme un dernier salut avant de disparaître, une douce chaleur s'insinua dans leurs corps, les reconfortant suffisament pour qu'ils relèvent la tête avant qu'elle ne disparaîsse dans les ténèbres de la mort.

Ils auraient mal longtemps, Ron leur manquerait plus que tout, mais ils savaient au fond d'eux qu'avec le temps la douleur s'estomperait. Ils lui devaient, Ron avait accompli un sacrifice qui avait permit à l'Elu de vaincre à tout jamais l'Ennemi. Ils retrouveraient le sourire, ils vivraient parce que Ron n'en attendaient pas moins d'eux.

.

HDH

.

Dans les semaines qui suivirent la victoire de Poudlard, les scènes de liesse se multiplièrent. La population libérée du joug et de la menace du Lord revivait. Les commerces sur le Chemin de Traverse rouvraient les uns après les autres amenant un joyeux brouhaha dans cette partie du Londres sorcier qui en avait tant manqué ces dernières années.

Les Aurors qui avaient tant tardés à intervenir à cause des agents infiltrés qui courcicuitaient les services se mirent en chasse. Avec l'autorisation spéciale du Ministre de la Magie par intérim, Kingsley Shacklebolt, ils placèrent les biens des Mangemorts reconnus sous scellés, leurs coffres à Gringots furent ouverts et perquisitionnés. Sans ressources et sans refuges, leur capture fut aisée même si certains et pas des moindres manquaient à l'appel. Les procès furent rapides, Azkaban et les détraqueurs sauraient gérer ces mauvais sorciers condamnés par la vindicte populaire.

Du côté de l'Ordre les pertes se chiffraient par dizaines, Molly et Arthur pleuraient leurs enfants disparus, Ronald, Ginny et Fred furent enterrés au Mémorial des Anciens Combattants érigé dans l'enceinte de Poudlard pour rendre hommage à tous ceux qui avaient donnés leurs vies pour que le monde survive. L'Ordre de Merlin, Première classe fut décerné à ceux qui y reposaient. La Nation n'oublierait pas ces hommes et ces femmes morts pour la liberté.

Harry et Hermione assistèrent aux cérémonies d'hommage qui se déroulèrent, prononçant des discours et remettant des médailles aux familles des victimes, eux les survivants, les sauveurs, les fondateurs d'un monde nouveau. Et quand fin Juin, les cérémonies de Poudlard se finirent, le professeur McGonagall vint les trouver dans le Parc de nouveau verdoyant :

-Je sais que la perte que vous avez subit est une terrible épreuve mais le temps guérit toutes les blessures. Le deuil d'un être cher est toujours un long parcours mais sachez, jeunes gens que lorsque que vous serez prêts... Il y a aura toujours à Poudlard quelqu'un pour vous acceuillir.

Leur professeur les quitta sur ses mots assortit d'un faible sourire d'encouragement alors que les deux jeunes regardaient les portes du mausolée se fermer doucement.

Hermione essuya furtivement une larme qui roulait sur sa joue avant de murmurer :

-Qu'est-ce qu'on va faire maintenant Harry ?

Un long moment de silence régna entre eux avant qu'il ne réponde doucement.

-On va continuer à vivre Hermione. McGonagall vient de nous donner la possibilité de nous construire un avenir. Il nous faut saisir cette chance de repartir de zéro.

-Je ne pourrais pas retourner à Poudlard ...

Le regard émeraude d'Harry se posa sur elle, inqiuet de la sentir si frêle et fragile.

-Il n'aurait pas voulu te voir comme ça Mione.

-Je sais, murmura-t-elle piteusement.

Les bras chaud de son ami se refermèrent autour d'elle lui procurant la chaleur qui lui faisait défaut depuis la mort de Ron. Puis les lèvres posées contre sa tête il reprit.

-On va partir loin de tout ça. Prendre le temps de se reconstruire. Et puis en Septembre on avisera... Qu'en dis-tu ?

Hermione hocha doucement la tête et laissa ses larmes couler.

.

HDH

.

Le monde entreprit de se reconstruire, assoiffé de joie et de liberté, personne ne prit garde au petit vent frais qui se levait dans l'ombre de la liberté nouvellement retrouvée et qui sous peu déclencherait une tempête dont les conséquences seraient apocalyptiques.

.

A suivre ...