Hello chers lecteurs :)

Voilà une Fanfic que j'écris depuis un long moment sur un autre site et que je tiens à partager ici aussi. Il y a actuellement 57 chapitres où j'en suis, à la fin de l'année 6. Je compte faire entre 70 et 80 chapitres en tout. Je pense publier un peu chaque semaine par paquet de 2 ou 3 chapitres ^^ En tout cas j'espère que ça vous plairas, bonne lecture!

Chp 1 - Quand quatre chemins se croisent

Le premier septembre de chaque année était un jour unique pour tous les jeunes sorciers âgés de 11 ans. C'était le jour où les apprentis sorciers allaient pour la première fois à la grande école de magie, Poudlard. Chacun accompagné de sa lettre d'admission, de sa famille, de ses bagages et de ses ambitions personnelles. Cette année là, quatre jeunes sorciers allaient à la rencontre de leur destin, tous désireux de rentrer dans l'école de magie et de prendre enfin leur vie en main après un passé si tortueux.

* Alors que le Poudlard Express crachait sa fumée, signalant qu'il fallait presser le pas, un jeune homme flânait sur le bord des quais. Celui-ci était venu accompagné de la famille qui l'avait recueilli, les Malefoy. Mais désirant toujours plus de solitude, il les avait laissés entre eux. Depuis la mort de ses parents et surtout de sa petite sœur, le jeune sorcier avait changé. Son cœur s'était noirci et ses cheveux bruns était devenus d'un argenté éclatant, souvenir de son malheureux passé. La solitude était devenue son amie, il était seul mais ne causait plus de mal autour de lui. Il s'appelait Jack Frost et du haut de ses onze ans avait déjà versé plus de larmes que la plupart des personnes de son âge... Son apparence était assez atypique avec ses yeux bleu profond , son corps frêle mais robuste et ses cheveux argentés. Issu d'une famille de sang-pur, sa seule fierté, il gardait en tête son but. Devenir puissant. C'est sur cette motivation qu'il entra dans le train regardant une dernière fois le ciel, pleurant intérieurement sur son passé.

° Pas très loin de là, une jeune sorcière aux très longs cheveux blonds et aux yeux verts arpentait le quai avec sa mère. La demoiselle était le centre des regards car celle-ci avait des cheveux si longs que même attachés en grosse natte fleurie , le bout traînait par terre. Cette apprentie sorcière s'appelait Raiponce Gothel et avait une particularité qu'aucun autre sorcier ne possédait. Ses cheveux pouvaient soigner les blessures et s'illuminer au gré de ses chansons voir même conférer une plus longue durée de vie. Bien sûr, cela restait un secret que sa mère, Madame Gothel, lui avait interdit de révéler à qui que ce soit. Au départ, sa mère avait été contre son admission mais Hagrid le gardien de Poudlard, était venu insister auprès d'elle qui avait cédé. Malheureusement pour Raiponce qui n'était jamais sortie de sa grande maison en forme de tour, le monde extérieur la rendait à la fois excitée et craintive. Tout ce qu'elle voyait était nouveau, inconnu... Le train ne la rassurait pas du tout. Depuis toute petite, sa mère ne l'avait jamais fait sortir car elle lui disait que les sorciers étaient mal vus auprès des moldus, les hommes sans pouvoir magique, si bien que Raiponce n'avait jamais connu la vie au-delà de son domaine. Elle ne connaissait pas le vrai passé qui entourait le mystère de ses cheveux. Quand le train siffla une nouvelle fois , la blondinette prit son courage à deux mains et fit un énorme câlin à sa mère, une grande femme aux yeux et cheveux noirs hérissés, qui ne la lâchait pas d'une semelle. La femme lui cria une dernière fois de faire attention et vit sa fille Raiponce partir dans le train, le regard bien trop inquiet.

# Au même instant une rouquine aux cheveux en bataille arriva en trombe. Elle courait de joie et pressa sa famille de la suivre. Sa mère vint cependant lui dire de cesser ses enfantillages et la calma sur le champ avec un regard furieux. La jeune fille se nommait Mérida Weasley. Elle avait des yeux ronds bleus et une attitude mal coiffée que sa mère Elinor aux longs cheveux noirs bien soignés avait en horreur. Malheureusement, depuis toute petite sa fille ne cessait de se rebeller. Mérida détestait sa mère qui voulait faire d'elle une petite fille modèle comme le côté de sa famille. Mais plus que tout elle restait une Weasley du côté de son père, une jeune fille rousse de grande famille avec peu d'argent mais une envie de découvrir le monde. Très forte et courageuse, Mérida était prête à affronter n'importe quelle situation et avait hâte d'aller à Poudlard. De plus elle voulait enfin quitter sa mère qui l'insupportait et ses trois petits frères qui la rendaient folle. Et puis elle savait que des cousins à elle se trouvaient à Poudlard , Mérida aimerait bien les connaître même si sa mère était encore une fois contre... C'est plein de ressentiment et d'envie qu'elle quitta sa famille avec un dernier câlin à son père. Montant dans le train d'un pas assuré, elle était prête à apprendre tout ce que Poudlard lui montrerait.

~ Alors que le train entrait dans son dernier sifflement, un jeune sorcier pressa le pas le regard à moitié plein de larmes. Il venait de dire au revoir à son meilleur ami de toujours, Krokmou. C'était un dragon qu'il connaissait depuis son enfance mais aussi son seul ami. Ce jeune garçon ce nommait Harold Haddock III et vivait uniquement avec son père, un grand sorcier possédant une île à lui, héritage de sa famille. Le père de Harold dirigeait un village entier sur cette île et il luttait aussi contre les dragons. Il ne les aimait pas du tout mais son fils lui avait foi en eux et les étudiait depuis tout jeune. Krokmou était le premier qu'il avait apprivoisé mais sans lui qu'allait devenir ce dragon surnommé le furie nocturne? Harold s'en voulait de partir mais il fallait qu'il devienne un vrai sorcier pour pouvoir faire plus de recherches sur les dragons et prouver à son village qu'ils n'étaient pas une menace mais plus un bienfait. Harold n'était pas trop respecté dans sur son île. Il était d'apparence faible avec des cheveux bruns en bataille et des yeux verts en amande. Le regard toujours embué, il se fit encourager par son père qui lui donna une tape dans le dos. Harold finit par sourire un peu et partit le cœur lourd. Jamais il n'avait quitté son île et ses dragons. Il ne supportait pas cette séparation forcée, il avait déjà hâte de rentrer chez lui... Il fit un dernier signe à son père alors que le Poudlard Express commençait à fermer ses portes. Quelle longue année cela allait être, pensait-il au fond de lui.

Le Poudlard Express se mit enfin en marche et les apprentis sorciers se collèrent aux fenêtres pour dire au revoir à leur famille. Mérida fit de grands signes à son père mais ignora totalement sa mère. Raiponce fit un au revoir, à moitié désespérée sur le visage, à sa mère qui lui courut après, anxieuse. Harold dit aussi au revoir à son père en agitant la main, les larmes ayant de nouveau prit forme dans ses yeux.

Dans les couloirs du train, Jack Frost ne prit pas la peine de saluer les Malefoy. De toute manière, il n'était pas de leur famille , c'est aussi pour cela qu'il ignora Drago et parti prendre seul un compartiment. Il se colla à la vitre, le regard dans le vague et fixa tout le troupeau d'adulte dire au revoir à leurs enfants. Cela le rendait encore plus triste. Collé contre la paroi glacée, il ne vit pas arrivé la jeune blondinette qui rentra dans le compartiment en tombant, poussée par les autres sorciers pressés. Jack fut surpris et la détailla un peu du regard. Celle-ci s'excusa:

- Je suis désolée, je ne sais pas où je dois aller... Pourriez-vous m'aidez... s'il vous plaît... Je suis perdue...

Raiponce se sentait très mal dans ce tout nouveau moyen de transport inconnu. Jack d'un naturel froid et distant fut radouci par l'attitude naïve et mignonne de la jeune sorcière.

- Prend place dans ce compartiment si tu veux, le trajet va être encore long.

- Merci beaucoup!

Raiponce se plaça en face de lui en souriant:

- C'est aussi la première fois que vous sortez de chez vous? Demanda-t-elle le regard fuyant sur tout ce qu'il se trouvait dans le train.

Jack sourit, bien que cela faisait longtemps qu'il ne l'avait pas fait:

- Tu n'as jamais vu de train de ta vie ou je rêve? Pour répondre à ta question étrange non ce n'est pas la première fois que je sors de chez moi...

- Oh... Oui je ne suis pas habituée au monde extérieur...

Raiponce se tripota les cheveux nerveuse. elle savait au fond qu'elle était la seule à avoir vécu de cette manière. A cause de ses cheveux...

Alors qu'il allait poser une autre question, la porte du compartiment s'ouvrit sur un homme aux yeux gonflés:

- Bonjour... Je cherche une place car il n'y en a plus beaucoup. Je peux me joindre à vous deux?

- Bien sûr installe-toi, lui sourit Raiponce, montrant la place à côté d'elle.

- Merci.

- Tu es triste toi aussi de quitter ton chez toi, lui demanda la blonde.

- ... C'est rien de le dire. J'ai déjà le mal du pays, répondit Harold.

- Moi aussi, j'ai peur de là où on va. Je ne connais pas grand-chose du monde extérieur.

- Moi à part mon île je ne suis pas très calé non plus.

Raiponce lui tendit alors un mouchoir et Harold la remercia. Jack était surpris de la gentillesse de la blondinette. Quelle étrange jeune femme, il n'y était pas habitué. Il pensa alors à sa sœur qui était si douce puis regarda dehors pour oublier.

Harold voulut en demander d'avantage quand la porte du compartiment claqua en s'ouvrant d'une force monumentale. Surpris, les trois sorciers fixèrent la jeune rouquine qui jura:

- Il n'y a aucun Weasley ici je parie?

Les trois secouèrent la tête négativement et Mérida soupira:

- Je ne trouve pas mon cousin Ron c'est énervant et je suis fatiguée de parcourir ce train.

Une fois dit, elle rentra sans rien demander pour s'asseoir:

- Ce train est trop grand, déclara-t-elle.

- Vous pourrez toujours le trouver lors de l'arrivée du train, suggéra Raiponce un brin nerveuse en face de cette jeune femme pleine d'assurance.

La rouquine sourit et enleva ses chaussures:

- Ouais tu as raison. Et tutoie-moi je supporte pas le vouvoiement on dirait ma mère!

- D'accord...

Le train continuait sa route vers Poudlard, laissant les quatre jeunes sorciers faire plus ample connaissance. Raiponce fut la plus curieuse de tous et se lança durant le silence qui régnait depuis quelques minutes:

- Au fait... Vous vous appelez comment...? Moi c'est Raiponce Gothel!

Mérida s'assit en tailleur:

- Je m'appelle Mérida Weasley et j'ai trop hâte d'arriver! Je vis en écosse pas trop loin.

- Moi c'est Harold... Harold Haddock III. Je vis sur une île plus à l'ouest d'ici.

- Oh enchantée alors! Moi je vivais dans une grande tour mais je ne sais pas trop où ça se situe par rapport à ici... Et vous? Euh je veux dire toi?

Tous se tournèrent vers Jack qui regardait par la fenêtre.

- Je m'appelle Jack Frost.

- Enchantée Jack! Souria Raiponce. Tu vis où? Désolée je suis indiscrète, je ne tiens plus en place à vrai dire! Depuis le temps que je voulais sortir de chez moi!

Le jeune sorcier tourna la tête vers la blondinette. Il ne put s'empêcher de faire un petit sourire à la jeune femme pleine d'énergie et de gentillesse:

- Je vis dans un grand manoir mais ce n'est pas mon chez moi. Disons que je suis un électron libre.

- Ah je vois. La liberté c'est bien aussi, lui répondit-elle.

- Oh oui je suis totalement d'accord la liberté c'est le paradis, hurla Mérida en s'étirant. J'en peux plus moi de ma mère. Je suis trop contente de partir enfin de chez moi!

- Au moins tu as une maman, moi elle est morte quand j'étais plus jeune, déclara Harold un peu triste.

- Oh je suis désolée, répliqua la rousse.

- C'est pas grave tu ne pouvais pas savoir.

Jack ne dit rien mais son cœur se serra lui aussi. Raiponce quant à elle raconta tout ce que sa mère représentait pour elle. Elle fut bien vite coupée dans son monologue quand une vieille dame arriva, proposant des friandises.

- Oh moi je vais prendre des chocogrenouilles et des fondants chaudrons! Ma maman m'en rapporte souvent du monde extérieur! Déclara Raiponce.

- Hum, moi je vais prendre des dragées surprise de Bertie Crochue. J'adore voir les surprises, rigola la rouquine.

- Pareil je vais prendre des dragées et des chocogrenouilles, dit Harold.

La vieille dame vendit ses marchandises et repartit en souriant. Raiponce commença à ouvrir son paquet en regardant Jack:

- Tu ne voulais rien?

- Non merci, je n'ai pas faim.

La blondinette le regardait alors qu'il fixait l'extérieur. Elle sentait qu'un mal le rongeait mais ne savait pas comment elle pouvait l'aider... Soudain Mérida recracha son bonbon:

- Beurk c'était au goût limace!

Tout le monde se mit à rire hormis le jeune Frost qui tourna juste la tête en souriant un peu. Mérida fit la grimace:

- Aller tentez d'en prendre tous un! C'est marrant.

Les jeunes se prirent au jeu et chacun prit un dragée surprise. Mérida en reprit un aussi:

- Je commence. * mâche*. Ouf ce coup-ci c'est à la citrouille! A ton tour, Harold.

- * mâche* J'ai connu pire, c'est au fromage... Au munster...

Raiponce rit et pris le dragée à son tour:

- Hé c'est à la noisette! J'en ai de la chance!

- On a une petite chanceuse avec nous , rit Mérida, vas-y Jack, à toi.

Le jeune homme le mangea et fit la grimace:

- Je crois que c'est à la crotte de nez...

Tout le monde se mit à rire simplement et le petit jeu continua entre les quatre jeunes sorciers.

Le train arrivait bientôt à destination et les apprentis se mirent en tenue de sorcier sauf Raiponce qui y était déjà. Une fois que Mérida eut finit de mettre la sienne d'une façon désordonnée, elle s'étala contre la vitre attendant de voir un seul bout du château:

- Dites, vous voulez être dans quelle maison vous? Demanda-t-elle, surexcitée

Personne ne répondit, réfléchissant et elle reprit:

- Moi je veux être à tout sauf à Serpentard! Ils sont trop malsains d'après ma mère. Après si ça peut la rendre folle de rage, pourquoi pas.

- Je pense pareil, Serpentard n'est pas fait pour moi , s'exprima la blondinette.

Jack sourit:

- Oui, tu es trop gentille et naïve pour y aller. Moi peu m'importe du temps que je peux devenir puissant.

Raiponce fit la moue mais elle savait qu'il avait raison.

- J'espère qu'on sera dans la même maison , répondit-elle avec l'acquiescement de ses autres camarades.

Soudain, Mérida sursauta. Les trois autres pensaient que le château était enfin visible mais ce n'était pas le cas. En effet un gros dragon noir était en train de survoler la locomotive. Harold se colla a la vitre en hurlant:

- Krokmou! Qu'est ce que tu fais là ! IDIOT!

Le dragon qui l'aperçut fit une pirouette et continua de suivre le train en hauteur.

- C'est un dragon où je rêve? s'exprima Mérida

- ... Oui c'est mon Dragon, c'est mon ami mais il ne devait pas me suivre...

- Trop cool! s'écria-t-elle, tu me le présenteras?

- Si tu veux, mais je ne sais pas comment faire si il vient à Poudlard...

Raiponce qui n'avait jamais vu de dragon de sa vie resta collée contre Jack qui regardait l'animal faire ses pirouettes. Par la suite, la pointe du château se fit enfin voir et les quatre sorciers regardèrent à travers la fenêtre les contours de Poudlard se dessiner peu à peu. Le train fit enfin son arrêt à la gare. Excitée, Mérida extirpa les trois autres au-dehors de la locomotive. Ils arrivèrent bien vite devant Hagrid le géant et gardien de Poudlard. Raiponce eut extrêmement peur mais Jack la retint par le bras et la rassura. C'était un de ses premiers contacts depuis longtemps. Au loin, Harold vit Krokmou descendre dans une sorte de grosse forêt, il avait peur que son dragon se fasse capturer ou autre, mais il ne pouvait rien faire pour le moment...

Par la suite, les élèves de premières années furent séparés des autres et amenés dans des barques lumineuses qui les dirigeraient vers Poudlard. C'était des barques de quatre places ce qui était pratique pour les quatre jeunes apprentis. Mérida se mit à l'avant avec Harold qui cherchait son dragon de vue. Jack se mit calmement à l'arrière avec Raiponce qui regardait avec un grand étonnement la taille imposante de cette école de sorcellerie. Les barques les conduisirent alors jusqu'au château tout en leur laissant le temps d'admirer la vue. Écarquillant les yeux, Raiponce regardait chaque détail de l'environnement bien que la nuit rendait les choses plus dures à percevoir. Tout ce qu'elle avait lu en livre était en face d'elle pour la première fois. C'était magique!

Une fois arrivée sur la terre ferme, les premières années furent emmenés en rang dans le château. Ils furent conduits dans un grand dédale de couloirs où les jeunes sorciers se demandaient comment ils allaient s'y retrouver seuls... Après avoir monté plusieurs escaliers qui bougeaient pour la plupart, ils arrivèrent devant une grande porte et furent contraints d'attendre là. Ils entendaient par la porte beaucoup de bavardages. La sélection des maisons allait bientôt commencer. Les quatre jeunes apprentis sorciers allaient connaître la suite de leur destinée.