Aujourd'hui cela fait 10 ans que je me suis inscrite sur ce site,où au départ je n'étais qu'une simple lectrice. Alors pour fêter cela voici (enfin le chapitre 18 d'urgence du cœur).


Chapitre 18 :

Ino était furieuse, malgré tous ses efforts, malgré toutes ses remontrances et ses remarques pour que ses amies se pressent elles étaient en retard. Habituellement cela ne l'aurait pas dérangé, et même au contraire, toutes les filles savaient qu'il ne fallait jamais arriver à l'heure à un rendez-vous, tout du moins elle elle le savait, en ce qui concernait les trois autres elle avait un doute. Si aujourd'hui elle aurait souhaité être à l'heure c'était à cause de Kiba Inuzuka, elle n'avait pas envie qu'il lui fasse remarquer leur manque de ponctualité.

« Si tu continues à faire cette tête tu risques de garder des rides, la prévint Tenten qui marchait à côté d'elle.

-Si je suis ridée ce sera de votre faute, vous serez les seules responsables, je vous ai répété encore et encore d'accélérer la cadence, est-ce que vous m'avez écouté, non bien sûr que non vous avez continuez à vous préparer à la vitesse d'un escargot sous somnifère, pesta-t-elle.

-Qui a vérifié trois fois que son rouge à lèvres s'accordait parfaitement avec sa tenue et avec le reste de son maquillage ?, lui demanda Sakura en levant un sourcil.

-N'exagère pas, cela ne m'a prit que cinq minutes, et ces cinq petites minutes ne sont rien comparées à votre temps à vous, se défendit-elle.

-Je te signale que la dernière fois que tu es remontée exprès pour en être sûre et certaine nous étions toutes les trois prêtes et nous t'avons attendu pendant dix minutes, je le sais j'ai consulté ma montre, ajouta Hinata.

-Vous n'y connaissez rien, cela s'appelle le sens du détail, argua-t-elle.

-Oui c'est ça c'est nous qui n'y connaissons rien, confirma la fleur de cerisier sur un ton qui fit rire les deux autres filles présentent avec elles.

-Les garçons sont là, s'aperçut la brunette.

-Veuillez nous pardonner pour ce retard, nous voulions vous faire honneur afin de vous remercier pour votre invitation, les pria Hinata.

Ils se tournèrent dans leur direction et à en juger à l'expression qu'ils affichèrent, elles surent que les quart d'heure supplémentaire qu'elles s'étaient accordées n'était pas vain.

-Ce n'est rien, ne vous excusez pas pour si peu, nous avez eu parfaitement raison de profiter de ce moment entre filles, affirma Kiba, pas vrai les garçons ?

-Il a raison, cela ne nous dérangeait pas d'attendre et surtout pas pour d'aussi ravissantes jeunes femmes tel que vous, confirma Choji en leur souriant.

-Je n'aurais pas dit mieux, ajouta Naruto en riant, et toi Shika comment les trouves-tu ?

Comme celui-ci ne répondait pas l'Akimichi lui balança un coup de coude discret mais bien placé dans les côtes.

-Oui ravissante, approuva-t-il en ne détachant pas une seule seconde son regard de Sakura.

-Super, tout le monde est content, on peut entrer dans ce restaurant et manger parce que j'ai faim, mon estomac n'a rien eu depuis le sandwich de midi que Hinata avait eu la gentillesse de préparer pour nous, gémit Tenten.

-Tu ne penses vraiment qu'à manger tu es incorrigible, soupira Ino.

-Je suis une athlète j'ai besoin de me nourrir si je veux être en pleine possessions de mes moyens, tout le monde ne peut pas vivre en se contentant d'avaler de la luzerne, rétorqua-t-elle.

-La luzerne comme tu dis si bien on appelle cela de la salade et c'est très sain pour la santé tu devrais en consommer plus souvent, n'est-ce pas les filles ?

Lorsque la blonde se tourna vers le groupe elle et Tenten eurent la désagréable surprise de découvrir que les autres n'étaient plus là, ils étaient déjà entrés dans le bâtiment.

-Est-ce que je rêve ou est-ce qu'ils viennent de nous abandonner dehors comme deux vieilles chaussettes !, s'exclama la brunette d'un ton mi-choqué mi-vexé.

-Non je te confirme que tu ne rêves pas, ils nous ont complètement ignoré et ont fait comme si nous n'existions pas, ajouta la psychologue folle de rage.

Temporairement réconciliées elles ouvrir avec force la porte et foncèrent vers la table du fond où avaient été installés leurs amis.

-Merci de nous avoir attendu, déclara froidement la Yamanaka.

-Hinata et Sakura nous ont dit de rentrer que vous finiriez bien par nous rejoindre, se justifia Choji.

-Nous savions que tôt ou tard vous vous apercevriez que nous n'étions plus là et que vous rentriez, ajouta le médecin.

-Trop aimable, la remercia froidement la judoka.

-Asseyez-vous, asseyez-vous, les invita Naruto, nous n'avons pas encore commandé.

Elles prirent place à la table de forme ronde l'une à côté de l'autre et en face de Shikamaru et Sakura. A la droite de la blonde se trouvait Kiba qui était à la gauche de Choji. Tenten avait Naruto pour voisin à sa gauche et lui avait Hinata à la sienne. Une serveuse s'approcha d'eux et nota ce qu'ils souhaitaient sur un petit carnet avant de filer en cuisine.

-C'est un très joli restaurant, commenta la Hyuga pour faire la conversation.

-Il ne se contente pas d'être beau, il offre aussi la meilleure cuisine des environs, précisa l'Akimichi.

-Il ne dit pas tout cela parce que cet endroit appartient à sa famille, déclara le brun à sa gauche.

-C'est vrai ça ?, demanda la brune au garçon concerné.

-Je n'ai pas pour habitude de raconter des mensonges, se vexa l'Inuzuka.

-Mais par contres tu as l'habitude de répondre à la place des autres, c'était à moi qu'elle s'adressait, lui fit remarquer son ami.

-Hé bien alors réponds qu'est-ce que tu attends !, râla-t-il.

-Oui Tenten, confirma-t-il, il est à mon grand oncle Torifu Akimichi qui est également le chef cuisinier.

-C'est super ça et c'est pratique d'avoir un restaurant à soi...hum je m'en achèterais peut-être un dans quelques années lorsque je serais suffisamment riche et que je serais trop vieille pour être une athlète de haut niveau, songea-t-elle.

-Lorsqu'elle sera suffisamment riche, non mais écoutez-moi ça, tu es tellement pauvre actuellement que tu fais pitié, ricana Sakura.

-Je ne suis pas non plus multimillionnaire, si je continue à remporter autant de compétitions et si je fais quelques partenariats avec des marques je le serais encore plus qu'aujourd'hui, signala-t-elle.

-C'est passionnant Tenten, mais changeons de sujet tu veux bien, l'interrompit Ino sans attendre sa réponse. Alors messieurs, parlez nous un peu de vous, nous ne savons rien sur vous puisque notre amie Sakura Haruno ici présente n'a pas jugez inutile de le faire, poursuivit-elle.

-Je ne pensais pas vous voir débarquer à l'improviste, se défendit-elle.

-C'est tout de même de ta faute, tu aurais dû te douter que nous viendrons te divertir, et te faire oublier que tu étais coincée dans un lieu aussi perdu qu'ici, insista la blonde.

A la suite de cette remarque quatre paires d'yeux plus ou moins vexés se posèrent sur elle. Elle n'y prêta pas plus attention que cela, mais au bout de plusieurs minutes ils n'avaient toujours pas ouvert la bouche et que le regard qu'ils lui lançaient n'était pas des plus amicales.

-Je suis désolée si cela vous déplaît mais c'est la vérité, ici rime clairement avec ennui.

-Excuse-nous si nous préférons vivre ici dans de jolies maisons entourées de verdures, au milieu de la nature plutôt que dans des cages à lapins qui se ressemblent toutes et dans lesquelles vous êtes entassés comme des sardines. Le tout dans un air pollué, dans des paysages oppressants et déprimants et où vous pouvez vous faire agresser à n'importe quel moment, répliqua Kiba qui était le plus énervé du quatuor.

Il semblait ravi d'avoir pu la remettre à sa place et ce sans avoir déclenché les hostilités. La blonde était furieuse ce type ne savait jamais se taire. La tension était palpable et ni les trois autres garçons, ni les trois autres filles ne savaient de quelle manière ils allaient la faire redescendre. Ce n'est que lorsqu'une serveuse leur apporta leur plats que les regards menaçants entre l'éleveur et la psychologue s'apaisèrent. Il était difficile de se fixer intensément et de manger en même temps surtout lorsque vous étiez l'un à côté de l'autre.

-C'est délicieux, s'exclama Hinata pour rompre le silence.

-Tu as raison, et épicé juste comme j'aime, ajoute Tenten qui mangeait la même entrée qu'elle.

-Merci, répondit Choji.

-Pourquoi tu les remercies, ce n'est pas toi qui a préparé le repas ?, lui demanda Naruto.

-Je le sais, mais c'est mon oncle qui cuisine ici tu t'en souviens, je leur dis merci et comme ça je pourrais lui dire qu'elles ont apprécié ce qu'il avait fait, en fin au moins les entrées, lui expliqua-t-il comme s'il s'agissait d'une évidence.

-Ah d'accord, c'est un raisonnement qui se tient, répondit son ami.

-Entre nous Naruto parfois le fait que tu souhaites devenir notre prochain maire me fait peur, je vois arriver les catastrophes et les ennuis en pagaille, lui confia le brun aux cheveux longs.

-Quoi, qu'est-ce que c'est que ce commentaire, c'est parce que je suis blond que tu dis ça, c'est du colorisme ça monsieur !, s'emporta-t-il.

Heureusement les autres clients présents dans le restaurant étaient des habitués, ils connaissaient les quatre garçons et ils savaient qu'ils étaient parfois bruyants. Le dernier membre du quatuor masculin leva la tête vers le plafond en soupirant profondément, lorsque ce n'était pas l'un c'étaient les deux autres qui s'y mettaient. Sakura le vit faire et mit sa main devant sa bouche pour étouffer son rire, il était drôle avec son air désespéré.

-Messieurs, Ino-chan nous a posé une question à laquelle nous n'avons toujours pas eu l'élégance de répondre, signala-t-il.

-...C'était quoi la question déjà ?, lui demanda le Namikaze.

-Tu es fatiguant, soupira le génie, elle voulait que nous leur parlions un peu de nous, répéta-t-il.

-Vous n'êtes pas obligés de lui obéir, si vous n'en avez pas envie ou si cela vous gêne, nous ne vous en voudrons pas, Ino est extrêmement curieuse et parfois elle ne se rend pas compte que cela embarrasse les gens de parler d'eux, les informa Hinata.

-Lorsque vous avez Kiba Inuzuka et Naruto Namikaze pour amis le mot gêne disparaît de votre vocabulaire je peux vous le garantir, jura Choji.

-Comment doit-on le prendre ?, le questionna le premier cité.

-C'était un compliment, alors range tes crocs, dit-il.

-La question est un peu vague non, vous parler de nous d'accord mais de quoi précisément ?, se renseigna le fils du maire.

-Hum...Je ne sais pas... ce que vous voulez, ce que vous faîtes dans la vie, depuis combien de temps vous vous connaissez, si vous êtes célibataires, votre opinion sur Sakura ? Tout nous intéresse, répondit celle qui avait posé la question.

-Pourquoi tu veux savoir s'ils sont célibataires puisque nous ne le sommes pas et qu'en plus cela ne nous regarde pas ?, intervint à son tour Tenten indignée par cet interrogatoire.

-Tu aurais préféré que je leur demande leur groupe sanguin, je peux rajouter cette question si tu veux?, suggéra-t-elle.

-J'aurais surtout préféré que tu nous ne ridiculise pas une fois de plus en jouant les Rita Skeeter mais visiblement ce n'est pas aujourd'hui que tu t'occuperas de tes affaires, répliqua la brunette d'un ton las.

-Si j'étais vous je répondrais tout de suite à ses questions avant qu'elle ne vous demande quelle est la couleur de vos sous-vêtements, leur conseilla la fleur de cerisier avec un sourire en coin amusée.

Les quatre garçons se tournèrent vers elle espérant qu'elle plaisante, mais elle semblait complètement sérieuse.

-Sakura n'exagère pas, je suis curieuse je l'admets mais je ne suis pas perverse, alors ils peuvent garder pour eux ce renseignement, la contredit sa meilleure amie en croisant ses bras devant sa poitrine.

-Ah bon pardon, alors c'est peut-être moi que cela intéressait, dit-elle en s'esclaffant de bon cœur.

Celui de Shikamaru se mit à battre plus fort dans sa poitrine, séduit par ce son mélodieux qu'il venait d'entendre. Sans y prêter attention il se mit à sourire comme un idiot, ce que ne manqua pas de remarquer la psychologue du groupe. Elle aussi se mit à sourire satisfaite de le voir réagir ainsi vis à vis de sa meilleure amie. Elle détourna le visage et prétendit que c'était ce que venait de raconter le neveu du propriétaire des lieux qui la faisait sourire, elle ne devait pas attirer les soupçons sur elle. Les garçons répondirent aux questions sans se faire prier et en posèrent à leur tour aux filles afin de mieux les connaître.

-Au fait quand repartez-vous ?, demanda le médecin.

-Demain après-midi, certaines d'entre nous doivent travailler, répondit Tenten en fixant Hinata.

-Ce n'est pas de ma faute si mon père a décidé de réaliser des travaux dans la boutique et que du coup je suis en congé quinze jours et que Gaara m'a invité en vacances avec sa famille et lui dans leur résidence secondaire de Toyama pour m'occuper pendant cette période, déclara-t-elle.

La fille Haruno ne pu masquer sa déception lorsqu'elle su qu'elles allaient repartir le lendemain, elle aurait espéré les avoir avec elle un peu plus longtemps, elles lui avaient tellement manqué, surtout qu'elle ne les reverrait pas de si tôt.

-C'est trop injuste, j'ai remporté mes deux dernières compétitions et mon entraîneur refuse de m'accorder ne serait-ce qu'un jour de repos, et toi qui travaille avec ta famille, ce qui apparente plus ton job à un loisir qu'à un travail, tu as le droit à deux semaines tranquilles avec ton amoureux, bouda la sportive.

-Tu as dit que tu allais à Toyama, Kanky m'y a emmené pendant mes dernières vacances, c'était très romantique et très pratique enfin tu vois ce que je veux dire, si tu le désires je peux t'indiquer les meilleurs endroits pour que Gaara et toi vous vous fassiez des petits câlins, proposa la blonde.

-Dis-lui, dis-lui qu'elle soit traumatisée pendant tout son séjour là-bas, ça lui apprendra à lâchement nous abandonner, ajouta Tenten d'un air diabolique.

-Vous...vous...vous...l'avez fait...à...à...l'inté...intérieur...de...de...la...maison, bégaya horrifiée la Hyuga en virant au rouge.

-Est-ce qu'elle va bien ?, s'inquiéta Kiba en la fixant d'un air soucieux.

-Oui ne t'en fais pas, on a l'habitude, le rassura Sakura, Hina regarde-moi, détends-toi, inspire profondément, voilà comme ça, et maintenant expire lentement, très bien, encore une fois, inspire profondément… et expire lentement, répéta-t-elle plusieurs fois. »

Cette technique fonctionna puisqu' après plusieurs minutes le rythme respiratoire de la jeune femme reprit une cadence régulière et ses joues retrouvèrent leur couleur naturelle. Elle inspira une dernière fois profondément avant de gratifier d'un sourire celle qui l'avait aidée à se calmer.

Des serveurs apportèrent les plats principaux et l'incident fut oublié aussi vite qu'il était arrivé. La suite de la soirée se déroula dans la bonne humeur, et même Ino et Kiba avaient troqué leur ton agressif pour un plus léger et plus taquin. La jeune femme aux cheveux alternait entre sourires et rires, amusée par ses amies et ses amis. Elle n'aurait pu être plus heureuse, toutes les personnes qu'elle aimait étaient réunies autour d'elle et semblaient s'entendre, c'était tout ce qu'elle voulait.

Le dîner toucha à sa fin et après quelques minutes de discussion à l'extérieur en attendant que Choji remercie son oncle pour le repas et que Shikamaru récupère des restes pour Hidan et Kakuzu, tous se dirent au revoir et se séparèrent. Naruto s'en alla de son côté avec les trois filles qui dormaient chez lui ce soir, l'Inuzuka partit avec Choji et Shikamaru monta dans la voiture de Sakura.

« Je suis soulagé que tout ce soit bien passé, j'avais peur que Kiba ne décolère pas contre ta copine et ne gâche l'ambiance, avoua-t-il alors qu'elle conduisait.

-Nous sommes deux alors, j'adore Kiba mais je commence à le connaître assez pour savoir qu'il est assez impulsif et Ino n'est pas quelqu'un qui se laisse marcher sur les pieds, répondit-elle.

-Je m'en étais aperçu merci, signala-t-il en riant.

-En tout cas c'était une magnifique soirée, je suis ravie que nos amis respectifs s'entendent et que nous puissions être tous ensemble pour vivre des instants comme celui de ce soir, déclara-t-elle en souriant.

-Ça non plus tu n'avais pas à me le dire, entre tes sourires jusqu'aux oreilles et tes rires il aurait été difficile de croire que tu t'ennuyais, commenta-t-il.

-Mais ma parole tu sais tout, serais-tu devin ?, demanda-t-elle soupçonneuse, et puis tu peux parler, tu ne t'es pas vu, si j'avais un sourire jusqu'aux oreilles le tiens touchait le plafond, ajouta-t-elle.

-Si tu le dis, si tu le dis, répéta-t-il en souriant.

Ils parvinrent à la ferme, elle coupa le moteur de son véhicule et ils en sortirent au même moment. Dans la cour les deux canidés les attendaient sagement. Le plus vieux des deux était détaché et se leva pour aller les saluer, pendant que le second tirait comme un fou sur sa chaîne afin de rejoindre son maître.

-Doucement Hidan, doucement tu vas finir par casser ta chaîne et maman sera furieuse et tu ne veux pas qu'elle le soit contre toi, alors stop, j'arrive, j'arrive cinq minutes, laisse-moi le temps de dire bonsoir à Kakuzu, lui expliqua-t-il.

Le chien s'assit mais aucun des deux êtres humains ne surent s'il avait décidé de patienter gentiment ou bien si c'était la mention de madame Nara qui l'avait rendu sage. Après que Shikamaru ait terminé de le caresser, le vieux quadrupède se rendit vers Sakura qui le caressa à son tour. Elle n'avait rien à craindre, il était inoffensif et obéissait au doigt et à l'œil de tous ses propriétaires. Il retourna ensuite se placer devant sa niche et le brun en profita pour lui donner la moitié des restes qu'il avait ramené du restaurant, sous le regard gourmand du chien gris.

-Hidan tu vas avoir ta part alors sois sage, le prévint-il.

Il lui servit l'autre moitié qui ne fit pas long feu dans la gamelle. Après cela il le détacha et gratta une dernière fois l'animal de son père avant d'aller ouvrir la porte de la maison. Il laissa passer la jeune fille en premier, qui fut suivit par Hidan et il ferma la marcha en refermant derrière lui.

Ils montèrent, non sans faire attention à ne pas être renversé par la créature à poils avec eux qui s'amusait à monter puis à redescendre l'escalier, manquant plusieurs fois de les déséquilibrer.

-Je commence à croire que ma mère à raison, ce chien est possédé, râla le brun en posant le pied sur le sol du premier étage.

-N'exagère pas, il est simplement content parce qu'il va dormir avec toi, n'est-ce pas Hidan ?, devina-t-elle.

Le concerné aboya deux fois avant de tourner sur lui-même plusieurs fois ce qui amusa les deux humains qui se se sourirent. Shikamaru redevint sérieux et se rapprocha d'elle soudainement, il déposa un long et tendre baiser sur sa joue droite qui dura plusieurs longues secondes, qui parurent pourtant trop courtes à la jeune femme.

-Bonne nuit Sakura, dors bien, lui murmura-t-il avant de s'éloigner en direction de sa chambre.

La manière dont il avait prononcé son prénom lui avait donné des frissons, mais de bons frissons, ceux que l'on ressentait lorsque l'être aimé était tout près de vous. Elle ne pu lui répondre immédiatement car le canidé se plaça devant elle, se dressa sur ses pattes arrières avant de lui lécher affectueusement l'autre joue.

-Bonne nuit Hidan, ne perturbe pas trop le sommeil de ton maître, lui dit-elle en riant. Bonne nuit à toi aussi Shikamaru, fais de beaux rêves, ajouta-t-elle en rougissant.

Fort heureusement pour elle il était trop loin pour le remarquer et la lumière du couloir n'éclairait pas suffisamment. Le chien reprit une position normale et marcha d'un pas pressé pour rejoindre son propriétaire. Ils entrèrent tous les deux dans la chambre.

-Hidan j'ai dit que tu pouvais dormir dans mon lit, pas que tu pouvais sauter dessus comme si c'était un trampoline, tu n'es plus aussi léger que lorsque tu étais un chiot, râla l'humain. »

Sakura rit aux éclats, ces deux-là ne cesseraient jamais de la faire rire elle en était certaine. Elle franchit à son tour le pas de la porte de sa chambre et soupira profondément.

« Shikamaru si seulement tu pouvais toujours être aussi joyeux et insouciant qu'aujourd'hui comme cela me plairait. Pourquoi faut-il que parfois j'ai la sensation que tu la vie t'a arraché ton innocence te donnant des airs d'homme qui ne veut plus rien d'elle. »