Rebonjour!

Comme dit dans le dernier chapitre, je vais vais fréquemment publier ce que j'ai écrit dans les derniers mois.

Merci à ceux toujours présent!

Enjoy!


Ne pas suivre ses impulsions

- Il a-a l'air en-encore plus vi-violent qu'à l'habitude.

Assit sur le lit, Grimmjow avait le regard vague, semblant déconnecté de la réalité.

- Tu-Tu devrais a-aller lui-lui pa-parler.

Cette fois, il y eu du progrès. Un faible mouvement de tête lui répondit. Le petit brun redoubla d'attention, refusant de rater le moindre signe de vie de sa part. Il garda le silence un long moment et finit par soupirer. Ça ne menait à rien quand le bleuté était dans cet état.

- Tu sais…

- "Wo-wow! Il sai-sait tou-jours parler!" (Oui, il bégaie même en pensant.)

- Si je ne me souvenais même pas de toi, qui ai-je pu oublié d'autre?

Ulquiorra affronta difficilement les yeux voilés de douleur et de culpabilité de Grimmjow. Il se sentait toujours coupable d'avoir oublié son ami d'enfance et honnêtement, Ulquiorra s'était senti blessé. Ça n'avait pas duré car la détresse de Grimmjow à cet époque lui avait soufflé que les rôles allaient peut-être s'inverser. Le petit gringalet devait maintenant soutenir le grand garçon si fort comme lui l'avait fait jusqu'alors et d'aussi loin qu'il se souvenait. Un soupire troubla le silence de la pièce.

- Mais je n'ai pas envie de parler de ça, surtout avec quelqu'un que je ne co… dons je ne me souviens pas.

Ne sachant que dire, Ulquiorra garda le silence. Grimmjow détourna finalement le regard, se remettant à fixer le vide.

- Tu pense que je devrais faire quoi?

- … À mon avis, tu devrais lui parler. C'est toujours mieux que de rester dans l'ignorance.

- Tu as surement raison...

Et c'est ainsi qu'en cette belle fin de journée, il retournait dehors, ses pas le guidant jusqu'au lycée tel un automate, le cris de surprise de sa petite soeur encore frai à ses oreilles. Mais bon, il se demandait si il n'aurait pas mieux fait de rester chez lui, tout compte fait. Son regard fixa le pauvre mur couvert de sang que le rouquin venait de frapper. Il détestait vraiment le sang… Il regarda le rouquin se détourner, priant pour qu'il prenne la direction opposé sans le remarquer. Ah… Ce que dieu pouvait le détester, parfois… Il vit le délinquant se tourner vers lui, prendre une pause avant qu'un sourire des moins rassurant éclaire son visage. Mais lui, il ne voyait que le poing suintant de sang d'Ichigo. Il entendit à moitié ce qu'il lui dit d'ailleurs, trop occupé à réprimer la nausée qui lui sautait à la gorge. Il savait qu'il n'était pas au top de sa forme, mais à ce point...

- Je crois que j'vais faire un malaise...

- Oï!

Et comme de fait, il ouvrit les yeux sur une paire de chaussure blanche. Il cligna lentement des yeux, se demandant clairement ce qu'il se passait, avant de prudemment relever la tête vers le possesseur de ces magnifiques chaussure. Ah… C'était halloween avant l'heure, pourquoi il y a une citrouille au millieux de la rue? Une citrouille drôlement décoré, pourquoi elle avait l'air poilu?

Oh.

Grimmjow se leva brutalement, manquant de peu de heurté le rouquin. Il n'évita le coup de boule qu'en basculant vers l'arrière sous la surprise, atterrissant directement sur les fesses.

- Ça m'apprendra à m'inquiéter, p'tain… marmonna-t-il en se relevant, époussetant son derrière malmené au passage.

Grimmjow le fixa, ahuri avant qu'un silence malaisé ne s'installe. Que dire dans cette situation? Commencer par répondre à sa première phrase, pour commencer...

- J'ai… eu un petit accident… En route… D'où le retard… ajouta-t-il face à l'incompréhension de plus en plus manifeste du rouquin.

- Ah… Méchant accident.

Le silence s'installa à nouveau, semblant s'être trouver une parfaite maison avec eux. Ichigo eut envie de se gifler. Être sarcastique, c'était mauvais pour poursuivre une discussion. Grimmjow toussota, mal à l'aise, se grattant l'arrière du crâne, étonné de ne pas avoir mal. Il n'est pas petit, sa tête a du tomber de haut. Ichigo grogna soudainement, faisant sursauter le bleuté. Il se crispa en voyant la main du rouquin s'approcher de sa tête, fermant les yeux par réflexe.

- Hey, j'vais pas t'frapper alors tu t'la ferme et tu te lève. C'est crade le sol.

Il ouvrit un oeil, fixant la main, vierge de sang à son plus grand soulagement, tendu dans sa direction, se retenant au passage de dire qu'il n'avait pas parlé. Il empoigna la main, se faisant finalement remettre debout à la deuxième tentative. On avait tendance à l'oublier, mais il faisait dans les un mètre quatre-vingt avec le poid qui va avec! Une "chance" qu'il n'avait aucun muscle, il aurait été bien plus compliqué de le soulever. Et à intimider...

Une fois debout, il imita Ichigo et s'époussetta de haut en bas, finissant par remettre ses cheveux dans leur ordre naturel : Totalement indomptable.

Il jeta un regard sur Ichigo, tentant de paraître discret. Cela ne sembla pas réussit à entendre le "Tch" énervé qu'il produit. Le rouquin n'avait pas tant changé… Toujours un air renfrogné, les sourcils n'aidant pas, peut-être un peu plus cernée… En bref, loin du "plus violent qu'à l'habitude" que lui avait décrit Ulquiorra. Il n'allait pas s'en plaindre, c'est certain. Le rouquin se passa une main dans les cheveux rapidement, avant de le fixer en fronçant davantage les sourcils si cela était possible.

- Ça fait combien de temps que t'as pas manger?

- ...

Son silence voulant tout dire, le rouquin écarquilla les yeux, ce qui, avec des sourcils autant baissé, donnait une expression plutôt cocasse.

- PUTAIN! ET APRÈS, C'EST MOI L'IRRESPONSABLE? TU VAS ME FAIRE LE PLAISIR D'AVALER UN TRUC AVANT DE ME REFAIRE UN MALAISE! J'SUIS PAS UNE PUTAIN D'INFIRMIÈRE, MERDE!

Durant sa tirade, il tourna les talons en s'éloignant déjà, laissant un Grimmjow comme deux rond de flan derrière lui, complètement ahurie. Il serait resté planté là encore longtemps si Ichigo ne s'était pas retourné, fulminant.

- T'ATTEND QUOI?! L'INVITATION DU BON DIEU? VUE LA MERDE DANS L'CIEL, IL DOIT ÊTRE ASPHYXIER DEPUIS LONGTEMPS!

Ah… Une asphyxie par la pollution… Ce qui pouvait expliquer son absence… Bref, ce n'était pas le sujet. Il n'attendit pas une autre tirade philosophique pour enjoindre le pas au rouquin, fixant son dos pour ne pas le perdre de vue. C'est quand il se rendit compte que sa vue se floutait par moment qu'il s'avoua avoir négligé sa santé. Il espérait simplement ne pas avoir à faire un nouveau malaise avant d'arriver. Il ne s'en sortirait peut-être pas aussi bien cette fois...

Il continua à marcher durant encore quelques minutes dans un quartier que Grimmjow ne connaissait pas. Des échoppes et boutique de toute sorte bordaient les rues, des familles et des étudiants se baladaient sur les trottoirs, soient en riant, soient concentré sur leur cellulaire. Son guide descendit un petit escalier menant à une porte vitré qu'il poussa sans hésiter en faisant tinter la clochette d'entré. Aussitôt, il se dirigea vers le fond et prit une banquette à l'écart. Le restaurant avait davantage des airs de cantine de seconde catégorie mais l'odeur qui régnait en ce lieu fit gronder son estomac bien avant qu'il ne se mette à bavé d'envie. Ils s'assirent à table et un serveur vint presque aussitôt prendre leur commande avec un sourire plutôt joyeux.

- Vous avez fait votre choix?

- Deux numéros neuf, mais l'un moins épicé.

- Comme d'habitude donc.

Et il repartit en gueulant quelque chose dans la cuisine avant d'aller s'occuper de nouveaux venus. Grimmjow regarda Ichigo, perplexe.

- J'suis un habituer. dit-il comme toute explication.

- Je vois...

Le silence reprit ses droits, semblant même être revenu avec une couverture et un livre pour passer le temps. Mais étonnamment, il n'était pas aussi inconfortable que supposé. Certe, Grimmjow évitait le regard insistant du rouquin mais à sa défense, c'était le cas avec pratiquement n'importe qui. Il commençait à somnoler doucement quand deux bols furent posé sur la table, ce qui le ramena brutalement sur terre.

- Deux ramens au boeuf pour ces messieurs!

- Mer-merci. Bégaya Grimmjow en regardant le bol.

- Mais de rien!

Et le serveur répartit. Le bleuté regarda fixement devant lui, le regard vague et regarda Ichigo se saisir de ses baguettes pour attaquer son bol. Un piment rouge vif coutoyait les tranches de boeuf dans le sien.

- C'est meilleur chaud. Lâcha-t-il en portant la première bordé de nouille à ses lèvres.

Il hocha simplement la tête et prit à son tour des baguettes, les plongeants dans le bouillons, entre les tranches de viandes tendres et les autres légumes pour atteindre les pâtes épaissent qu'il amena à ses lèvres, troublant la surface noir translucide. Il saliva un instant avant de les portés à sa bouche, les avalants rapidement et avec un appétit non feint. Aussi bon et savoureux que l'odeur et la présentation pouvaient le suggérer! Aaah… La nourriture… On en dira ce qu'on veut mais pour lui, c'était clairement le huitième art!

Il fini son bol à une vitesse respectable et vida le bouillon d'un trait avant de déposé son bol. Sa langue le piqua un instant sous l'action des épices. Il regarda le fond vide d'un oeil surpris. Et bien, son appétit semblait être revenu. Ce qui voulait dire… Il leva un regard nerveux sur Ichigo qui semblait avoir fini depuis longtemps et qui, pour ne pas changer, le fixait. Le bleuté déglutit, mal à l'aise. Il faut croire que c'était le moment...

- Maintenant, on va parler.

Ah… Sa chambre lui manquait.


Je me suis essayé à un humour un peu plus sarcastique sur ce chapitre et j'espère vraiment que je ne suis pas la seule à avoir autant rit durant la lecture (re-lecture pour moi) XD

N'hésitez pas à me m'indiquer les passages que vous ne comprenez pas! Comme je n'ai personne pour me relire, il se peut que certain moment soi flou ou imprécis.

Merci à Angelyoru pour sa review et merci d'avance à ceux qui voudront bien en laisser!