Coucou tout le monde ! Je poste donc le deuxième chapitre de cette fic en espérant qu'il vous plaise ! ^^

Merci à tout ceux qui lisent, suivent et laissent des reviews. Ça me fait énormément plaisir!

Donc je rappelle que les personnages de kuroko ne sont pas à moi sauf Iyori qui est de mon invention.

Il n'y a pas vraiment de rating important pour ce chapitre mais je tiens à avertir qu'il y aura un langage assez cru voir très vulgaire et un peu de violence.

Veuillez aussi me pardonner pour les différentes fautes d'orthographes qui se sont incrustées dans l'histoire X) Et les accords de temps sont mon point faible ^^

En tout cas bonne lecture !

Réponses aux reviews :

charybde syla : Tout d'abord merci pour ta review ! Contente que ça te plaise ! ^^ et j'espère que ça continuera! N'hésite pas à me dire ce que tu penses de tout ça ^^

LilyDTrafalgar : Merci pour ta review ! Ça me fait très plaisir que ma fic te plaise! (je sais pas si ça fait très français XD) N'hésite pas à me donner ton avis !

Kitsune : Merci pour ton commentaire ! Merci? De quoi? X) De rien X) ^^ En tout cas ta review m'a fait plaisir !


CHAPITRE 2

Kasamatsu remarqua que Kise faisait encore des signes aux filles dans les gradins. Exaspéré il se dirigea vers lui dans l'intention de lui en mettre une bonne. Arrivé à ses côtés celui ci le stoppa avant son geste.

"Senpai", sourit-il amusé. "Il y a Iyori dans les gradins, elle est venu nous voir", dit-il avec un regard espiègle.

"Baka", dit-il en se tournant vers les gradins.

"Bon je te laisse à ta contemplation senpai", rigola Kise en retournant vers ses coéquipiers.

Kasamatsu n'entendit pas les dernières paroles du blond. Il s'était perdu dans le regard de la jeune fille. Il se reprit quand il entendit le ballon résonner sur le parquet. Il retourna jouer, l'esprit confus.

Je restais scotchée durant le match. Kaijo était vraiment impressionnant ! Le voir de ses propres yeux rend la chose encore plus extraordinaire. Ce qui m'impressionna le plus était le sérieux de Kise quand il jouait. Le blond pouvait être très bavard et enjoué mais quand il commençait à jouer, une aura de puissance se dégageait de lui. Cependant la plupart de mes pensées se tournaient sur un certain brun, capitaine de Kaijo. Il était encore plus beau en vrai ! Arrrgh, il faut vraiment que j'arrête. Ça fait maintenant 30 minutes que je n'ai pas détourné mon regard de lui. Heureusement pour moi, il ne semblait pas le remarquer, trop absorbé par le match. Ah qu'est ce que je donnerais pour le voir torse nu, de l'eau dégoulinant sur... Arrrrgh il faut vraiment que j'arrête je commence à baver !

"Ok les gars, ça sera bon pour aujourd'hui. Rendez vous demain même heure."

"Ok coach", répondit l'équipe en cœur.

Tous les garçons se dirigèrent vers les vestiaires, essoufflés. Je décidais donc de partir également, voulant refaire un tour dans le lycée histoire de me familiariser. Le principal m'avait annoncé que les cours commençait dans deux jours mais que le lycée était ouvert car beaucoup de personnes venaient le visiter pour de futures inscriptions. Il y avait également des cours d'été. Me souvenant qu'il fallait que j'aille chercher mes manuels, je me dirigeais donc vers la bibliothèque.

Une fois les livres déposés dans mon mini appart, je repris mon activité du moment, à savoir l'activité tourisme. Voulant aller dans le parc aperçu plus tôt je passais entre deux bâtiments mais je pu à peine faire deux pas qu'un bruit assourdissant se fit entendre et je me retrouvais par terre. Ne comprenant pas je voulu me remettre debout mais un horrible bourdonnement résonna dans ma tête. Je sentis quelque chose de poisseux derrière ma tête et je remarquais avec effroi que c'était du sang.

"Ah t'as tapé un peu fort Mikasa, elle est dans le coltarre", se moqua une jeune fille blonde.

"Bien fait pour cette conne", ricana la dîtes Mikasa une batte à la main.

J'avais du mal à comprendre ce qu'elle disait. Ma tête me faisait mal.

"Pourquoi ?" Dis-je incertaine.

"Pourquoi, tu demandes espèce de greluche ? Mais parce que tu touches à ce qui ne t'appartiens pas. Kise et Kasamatsu sont à nous. Vu comment tu fanfaronnes devant eux on s'est dit que tu avais besoin d'un avertissement."

"C'est qui au fait ?" Demanda Mikasa.

"Je sais pas mais on s'en fout", rigola la blonde.

Je n'en revenais pas. C'est qui ces folles ? Décidé, je me remis debout. Le sang commençait à couler sur mon œil droit me gênant.

"En quoi ils sont à vous ?! C'est pas vos copains à ce que je sache ! Vous avez rien à m'ordonner je suis pas votre cleps", crachais-je.

Furieuse je mis une énorme baffe à la blonde.

"Pour qui tu te prends pauvre conne ?!"

Elle se fout de moi ? Elle vient de me mettre un coup de batte sur la tête et c'est moi la conne ?

Pour qui MOI je me pre*

Je ne pu finir ma phrase car je me pris une belle baffe, ce qui intensifia le bruit insupportable dans ma tête et ce fut le trou noir.

"Et les gars c'est pas Iyori là bas ?" Demanda Moriyama.

"Hein où ça ?" S'intrigua Kise.

"Là bas avec les deux autres filles, ça semble pas joyeux."

"Effectivement", grimaça Kise.

Ils virent avec étonnement l'une des filles mettre une baffe à Iyori. Lorsque celle ci s'écroula par terre, inconsciente, ils furent d'autant plus surpris.

"IYORI !" hurla Kasamatsu en courant vers les filles, suivit des autres garçons. Il prit Iyori dans ses bras et fut surpris de constater qu'elle saignait énormément de la tête.

"Qu'est ce qu'il se passe ici putain ?!" Dit-il d'un ton menaçant aux deux autres filles.

Les filles étaient sidérées. Pourquoi les garçons étaient ici ? Et pourquoi ils aidaient cette fille ?

"Rien du tout", dit la blonde. "Viens Mika on s'en va." Elle partit en tirant la brune par le bras.

"On se reverra", souffla Kasamastu.

"Les filles sont vraiment effrayantes", dit Kise avec des yeux ronds, ayant vu le sang sur la tête d'Iyori.

"Je l'emmène à l'infirmerie", dit le capitaine.

"Dac, on te la confis. Nous on va aller discuter avec blondi et sa copine."

"Amuse toi bien", souris Kasamatsu, le regard dur. "Dis leur bonjour de ma part."

"Je n'y manquerais pas. Venez les gars."

Kise et la troupe partirent à la suite des deux filles partis plus tôt, bien décidé à mettre au clair deux trois trucs. Kasamatsu se dirigeait vers l'infirmerie, Iyori dans les bras. Quand il avait vu la jeune fille tomber dans les vapes, il n'avait pas réfléchi, il avait foncé. Arrivé à destination il fut soulagé de voir que l'infirmière était toujours là. Celle ci voyant la jeune fille dans un sale état, se précipita pour l'examiner.

"Mets la sur le lit là."

"D'accord."

"Il s'est passé quoi ?" Questionna-t-elle.

"Je ne sais pas exactement mais elle s'est pris un sale coup derrière la tête. Il y a beaucoup de sang."

"Ok je vais voir ça."

Elle prit la tête de la jeune fille et la tourna délicatement sur le côté.

"Apporte moi des compresses et une bassine d'eau s'il te plaît. Elles sont là bas."

Kasamatsu s'exécuta sur le champs.

"La plaie n'est pas profonde. C'est vraiment superficiel mais elle a perdu beaucoup de sang. Elle devrait être complètement rétablie dans 2 semaines environ. Il faut surtout qu'elle fasse attention la première semaine."

"Elle va se réveiller quand ?"

"Je ne sais pas. Je vais lui injecter un anti-douleur pour l'instant. Tu peux y aller si tu le souhaites", dit-elle.

"Je vais attendre qu'elle se réveille si vous le permettez."

"Comme il te plaira."

Je ne voyais rien. Où suis-je ? Le vide total. Encore. Pourquoi elles m'ont frappé déjà ces pimbêches ?! C'est vraiment leurs copines ? Et mais attend, ça explique pas pourquoi elles m'ont frappé ! Franchement.. Et pourquoi Kasamatsu sort avec une fille pareille ? Mon cœur me fait mal. Je veux sortir de là mais j'ai peur. Peur de me réveiller dans mon ancien monde. « ancien ». Ça montre à quelle point je veux y retourner. Nan vraiment, je ne veux pas y retourner, pas maintenant. Ah... une lumière... J'ai peur...

Je me réveille enfin mais je reste pétrifié en voyant mon entourage. Des murs blancs, une infirmière. Mon ancien monde m'a rattrapé. Je ne peux empêcher des larmes de glisser le long de mes joues.

"Résultats?"

Je me tourne et remarque que Kasamatsu est à côté de moi. N'en revenant pas, je me jette dans ses bras le serrant contre moi. Il est là ! Il est là ! Je suis encore ici !

"J'ai eu tellement peur", soufflais-je.

Kasamatsu était très surpris de l'élan soudain de la brune. Hésitant d'abord il se résigna et la prit également dans ses bras.

"En même temps avec ces deux folles il y a de quoi", dit-il incertain.

"Hein ? De quoi tu .. Ah oui ! Elles ! Elles vont me le payer !" Me révoltais-je.

C'est à cet instant que je me rendis compte de la situation. Je suis dans les bras de Kasamatsu ! Je me redresse d'un coup, détournant le regard, les joues rouges. Après un court instant j'ose le regarder et je remarque qu'il m'observe également, le regard intense. Je me sens rougir encore plus. Nos regards s'accrochent et je remarque qu'il se penche vers moi. Il prend mon visage dans ses mains. Nos regards ne se détachent pas. Électrisant... La tension est palpable. Soudain la porte de l'infirmerie s'ouvre dans un grand fracas. Nous nous écartons d'un coup, surpris.

"Ça y est ! On leur a dit notre façon de penser !" Cria Kise tout joyeux. Il se stoppa net en voyant l'ambiance tendue. "Mais c'est qu'on a fait des cochonneries", dit-il espiègle.

"Baka", souffla Kasamatsu en regardant Kise avec un regard contrarié et confus.

Kasamatsu n'avait pas pu résister et avait voulu l'embrasser, pousser par une envie soudaine. Quand Kise était rentré il avait réalisé son geste. Il ne savait pas s'il devait être frustré ou soulagé par l'arrivé du blond. Tout était confus dans sa tête. Iyori l'obsédait c'était sûr mais de là à avoir des sentiments. Cela paraissait insensé. Il ne la connaissait que depuis 1 jour ! Il était vraiment irrécupérable.

"Bon plus sérieusement, ces filles ne t'embêteront plus Iyori", dit Kise d'un ton sérieux.

"Ce n'est pas vos copines ?" Leur demandais-je incertaine.

"Nan mais tu plaisantes j'espère ?" S'offusqua Kise.

"Je te croyais plus intelligente", se moqua Kasamatsu tout de même vexé.

Devant leur tête je ne pus m'empêcher d'éclater de rire. Laissant ainsi sortir tout le stress accumulé.

"Eh rigole pas c'est pas drôle", bouda Kise.

"Vous leur avez fait quoi ?" Dis-je après m'être calmé.

"Je leur ai montré mon côté sombre", dit-il tout fier. "On les a aussi menacé de les empêcher de venir voir nos matchs. Saleté de fangirl psychopathe."

"Je les vois je les éclate, fille ou pas fille", souffla le brun.

"Oh mais c'est qu'il est remont*sbaff Seeeeennnnnpaiii !"

"Parle pas si c'est pour rien dire."

"Puhahaha si tu voyais ta tête Kise", m'exclamais-je.

"Senpaiiiii", bouda-t-il.

"Au fait Iyori, l'infirmière m'a dit que tu seras complètement rétablie dans deux semaines mais que tu dois surtout faire attention la première semaine."

"Ok merci", dis-je en souriant.

"Bon jeune gens, si c'est pour faire du bruit sortez dehors s'il vous plaît."

L'infirmière ! Je l'avais oublié celle là ! Je rougis brutalement en me souvenant de la scène de tout à l'heure. Elle avait dû tout voir ! Aaah la honte.

"Moi aussi je peux y aller ?" Demandais-je tout de même.

"Oui mais pense à prendre des anti-douleur et ces cachets là matin et soir pendant une semaine et ceux là pendant deux semaines."

"D'accord, merci beaucoup. Au revoir."

"Au revoir madame", s'exclama Kise avec entrain.

"Au revoir madame et merci", dit Kasamatsu.

Nous partîmes donc. La cloche sonna la fin de la journée et donc des visites. Après nous être dit au revoir chacun partit vers son habitat et c'est avec un éclat de rire que je me rendis compte qu'au final, on allait tous dans la même direction.

"Elle est folle", rigola Kise.

"Je pense", souris Kasamatsu.

"Eh ! J'ai entendu ! Mais pourquoi on se dit au revoir si au final on va dans la même direction ?"

"Je sais pas", dit Kise.

"C'était instinctif", ajouta Kasamatsu.

"Mais au fait pourquoi vous me suivez ?" Dis-je suspicieuse avec une pointe d'espièglerie.

"On te suit pas baka."

"On habite aussi aux dortoirs", me renseigna Kise.

"Sérieux ?"

"Yep", me sourit Kise.

"Mais c'est le bâtiment opposé au tien, on est côté garçons."

"Ah d'acoord", dis-je.

"Tu veux qu'on te raccompagne ?" Proposa Kasamatsu.

"Nan merci ça devrait aller", souriais-je.

Cette fois ci nous nous dîmes réellement au revoir et je retrouvais mon chez moi. Après une aussi émouvante journée rien de mieux que dormir. Seulement au moment d'ouvrir ma porte d'entrée je remarquais un petit post-it collé dessus.

« Tu ne l'emporteras pas au paradis. »


Voilà voilà ^^ j'espère que ça vous a plu! En tout cas n'hésitez pas à me dire ce que vous pensez de tout ça peu importe en bien ou non.

Ça m'aidera à améliorer certains points ^^

Je ne sais pas encore quand je posterai la suite bien qu'elle soit déjà écrite :P Je pense attendre de m'avancer un peu avant.

A la revoyure mes petits loups !

Tchuss

Grimmy06