Fluffy a Disparu ! ! !

Chapitre 05

A Poudlard, Ecole de Sorcellerie…

Dans la Grande Salle de l'école, pour être plus précis.

Le lieu de cette auguste bâtiment (vieux d'un millénaire où les sorciers et sorcières les plus respectables du monde magique avaient fait leurs études) qui servait au dîner. Et, accessoirement, au petit déjeuner, déjeuner, goûter, voir, à l'occasion, à des annonces comme 'Troll dans les Donjons' quand il ne se trouvait pas transformé en salle de bal, dortoir, terrain de boxe improvisé entre Gryffondors et Serpentards ou piste de rollers pour vieux sorciers en mal de sensations fortes. (Dernière course en date : Albus Dumbledore, 1er et record du temps actuel, Nicolas Flamel, arrivé 2d, sa barbe s'étant malencontreusement emmêlée dans ses roues à trois mètres dix-huit de l'arrivée, Filius Flitwich, seulement 3ème mais champion du slalom entre les pieds de tables et Poppy Pomfresh, championne toutes catégories des vociférations contre les 'Sorciers Qui Devraient au Moins Penser à se Tresser la Barbe ou à l'Attacher Derrière leurs Oreilles s'Ils Tiennent Tant à Essayer de se Suicider de Cette Manière'. Elle avait tout de même accepter de remettre la hanche du vieillard en place, bien qu'aveuglée par son short vert citron, ses lunettes de soleil et sa chemise hawaïenne.)

Enfin…

Un simple 'lieu qui servait au dîner' devrait faire l'affaire pour notre propos...

Dans la Grande Salle de Poudlard, donc, un ancien rouquin aux longs cheveux bouclés rose fluo tentait dignement d'ignorer les rires.

C'était difficile.

Son visage fardé aux lèvres rouges vif, (in)naturellement pulpeuses, se redressa un instant avant de se dissimuler de nouveau derrière le rideau couleur 'layette sous hallucinogènes' de ses cheveux.

Si seulement la poudre pouvait au moins cacher son embarras…

Pourquoi fallait-il qu'elle soit enchantée elle aussi ? De manière à 's'empourprer gentiment en même temps que lui' ?!

Des étoiles étincelaient dans ses yeux magiquement agrandis délicatement hourdés de bleu ciel et de vert fluo et ses cils recourbés d'une longueur sans pareille papillonnaient en dépit de ses efforts pour les immobiliser.

'Je suis un crétin fini' flashait de temps en temps sur son front.

Trois mouches se baladaient sur son visage. L'une sur son menton (à sa gauche), la seconde sur sa joue (à droite), la dernière sous son œil gauche.

Les bibendums qui gonflaient son corsage étaient gênants également.

Dans tous les sens du terme.

Il ne pouvait même pas croiser les bras !

Ou voir ses pieds sans se pencher…

Mais la manière dont tous louchaient dans son décolleté plongeant froufroutant de dentelles ne l'aurait pas trop gêné si ça avait été le seul détail qui attirait le regard.

Comme la ceinture de bananes.

Et vraiment, celle-ci ne l'aurait pas dérangé si.

Si celles-ci ne se relevaient pas suggestivement sur le devant.

Et si, surtout, l'une de celles qui se relevaient, parfaitement centrée, n'aurait pas fait les délices du légendaire gorille King de la province de Kong !

De quoi donné des complexes à n'importe quel mâle correctement monté.

Il voulait dire formé !

Il aurait aussi été moins gêné si cette banane particulière n'avait pas été accompagnée, encadrée, par une paire de noix de coco…

La culotte bouffante rouge et verte et les collants verts citron, il les avait caché sous la table. Mais pourquoi, pourquoi Hermione avait-elle décidée de prendre l'expression 'avoir un balai dans le cul' au pied de la lettre ?

C'était des plus inconfortable.

Et ça l'empêchait de s'asseoir.

Confortablement, s'entend.

Il aurait du savoir que comparer Hermione à Percy pour détendre l'atmosphère n'était pas une bonne idée…

Les grelots aux bouts de ses chaussures pointues sonnaient avec une joie écœurante et ce, même quand il ne bougeait pas.

Quand aux ongles rouges vif ornés de petits cœur roses de ses mains, ils n'étaient guère visibles dans ses poings pour l'heure, et serrés, et sous la table, mais il se demandait comment il allait faire pour manger… Sans les révéler.

Ron retint à grand-peine un juron.

Il avait découvert à ses dépends qu'il ne pouvait juré, des araignées et des chardons lui sortant de la bouche quand il s'y risquait.

Il lui avait fallu près d'une heure pour comprendre le principe…

Oh, et les sorts d'Hermione étaient puissants. Surtout quand elle était en colère. D'après Pomfresh, il en avait pour trois semaines... Et devait s'attendre à quelques surprises. Maudits soient les sorts à retardement !

Pourquoi Crabbe rougissait-il en le regardant ?

Le serpentard le dévorait des yeux.

Il ne riait pas comme le reste de la salle.

NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO !


Sirius cligna des yeux. Les recligna. Les ferma. Les laissa fermés une minute entière avant de les ouvrir.

Pour les clignés encore une fois.

Il tourna finalement la lettre à l'envers. La mis sur le coté. De l'autre coté. Pour la remettre finalement à l'endroit.

De quelque façon qu'il la tourne, le texte ne changeait pas.

Fronçant les sourcils, il sortit sa baguette et lança quelques sorts sur la feuille de papier. Puis, s'arrêtant un instant, il leva le nez quelques instants avant d'acquiescer d'un air décidé et d'en lancer quelques autres. Plus puissants cette fois-ci. Et appartenant même pour l'un d'entre eux à la catégorie 'interdite'.

Toujours aucun changement.

« LUUNNAAAAAAAAAAAARRRD ! »


Hoquetant de rire, Draco Malfoy tourna la tête. Il ne pouvait pas, ne pouvait pas continué à regarder la belette ! Il allait étouffer !

Mais il pouvait regardé ses 'camarades' à la place…

Cette gourde de Chang au visage congestionné, nan mais comment Potter pouvait avoir le béguin pour cette cruche ? Elle avait l'air complètement constipé !

Et les poufsouffles tous plus crétins les uns que l'autres ! Quoique ça ne les changeait pas de d'habitude. Macmillan avait fait tombé un plat de pudding sur le crâne de Bones qui alternait entre lui hurler dessus et hurler de rire.

« Dommage que Flint ne soit plus là, il aurait adoré le spectacle… » Murmura-t-il.

Draco ramena son regard vers sa table.

Et tiqua en regardant Blaise.

« Ouch… »

Dans son hilarité, la 'frêle' et 'délicate' Millicent Bulstrode le cognait dans le dos et avait réussi à l'assommer. Il faudrait peut-être qu'il le sauve, si peu de serpentards de son année étaient dotés d'un cerveau…

En espérant que celui de Blaise n'ait pas trop souffert des coups…

Théodore 'le taciturne' Nott hennissait de rire. Le changement était des plus impressionnant, n'était sa coiffure et la chevalière aux armes de sa famille, il ne l'aurait jamais reconnu !

Tiens ? Pansy était en train d'étouffer. Un morceau de poulet en travers de la gorge, s'il fallait en croire ses gestes désespérés.

Il n'avait rien vu.

Grégory tremblait de tout son corps, le visage écarlate, des gloussements lui échappant régulièrement et ses couverts tordus dans ses grosses mains agitées de soubresauts... Être en proie au fou rire ne l'empêchait aucunement de manger, ses mâchoires mastiquant consciencieusement entre chaque gloussement. Pour un peu, il en aurait admiré sa technique. Dommage qu'elle soit si répugnante.

Quand à Vincent…

Vincent ?!

Draco Malfoy cligna des yeux.

Le regard concupiscent, le souffle court, Vincent Crabbe avait les yeux fixés sur la belette, le dévorant littéralement du regard. La brute épaisse qui lui servait de garde du corps depuis leur enfance poussa un soupir énamouré, déshabillant le rouquin (rosin ?) de ses gros yeux légèrement globuleux.

Draco dû retenir un haut de cœur, la bile lui remontant à la gorge à cette vision d'horreur.

C'était écoeurant, dégoûtant, c'était absolument…

C'était génial !

Un sourire torve se dessinant sur ses lèvres et une myriade de plans machiavéliques dansant derrière ses paupières mi-closes, Draco se tourna vers son molosse. (Un de ces jours il lui offrirait un collier à clous.)

Absolument parfait…

Fin du chapitre 05

Et un nouveau chapitre, Un !

Je n'avais aucune idée de ce que je ferais à Ron à la fin du dernier chapitre, je me suis débrouillé comme j'ai pu… Mââââ non, je suis pas sadique avec lui ! Et Crabbe aussi a droit à un peu d'amour dans sa vie ! En parlant de Ron, pour ceux qui ne s'en étaient pas rendu compte au chapitre précédent, la 'tite histoire de son ours en peluche transformé en araignée quand il était petit, origine de son arachnophobie, ne vient pas de moi mais de Rowling ! Vi vi, les persos ne sont pas la seule chose que j'ai piqué à l'auteur… grand sourire satisfait (Draco : C'est QUI que tu traites de chose ?!)

Un peu plus de serpentards dans ce chapitre, même si c'est pas Rogue (il va revenir, c'est juste qu'il est dans une salle remplie de chaudrons, sautillant de l'un à l'autre, touillant, préparant et ajoutant des ingrédients dans ses décoctions… Pauvre gryffondors s'il se décide à les utiliser…). Ron, Harry et Hermione garderont une certaine importance dans mon histoire : ne pas les inclure en leur donnant une partie des rôles principaux me parait impensable.

Commentaires, please !

Alors, le 'bonus' désormais traditionnelle de ma fic ! (Aka la fic en second) :

"La vie d'un Auteur de Fanfics"

Épisode VI

suite des épisodes précédents: Les Serpentards dorment tous avec un ours en peluche, c'est désormais connu du aux révélations de Zeynel. Révélations qui ne plaisent guère à ces derniers, on se demande bien pourquoi. Par chance, quand Lucius et Severus tentent de la tuer, leurs sorts se percutent mutuellement ce qui les assomme et Zeynel en profite pour les fourrer dans le même lit. Lucius, encore dans les bras de Morphée, prends Sévérus pour Narcissa quand à ce dernier, il a sagement décidé d'essayer de se rendormir : avec de la chance, tout sera rentré dans l'ordre quand il se réveillera. Du moins l'espères-t-il… Il semble avoir oublier qu'il n'a jamais été connu pour être particulièrement chanceux. Mais fin du résumé, il est temps de retourner à l'histoire :

La salle sur Demande, Poudlard.

« Hm… »

Lucius Malfoy commençait à vaguement réalisé que quelque chose clochait

« Uhu… »

L'homme ouvrit à moitié un œil expectatif… Pour le refermer aussitôt.

« Erm… »

se raclant la gorge –et essayant de se persuader que non, il n'avait pas les bras serrés autour d'une vieille connaissance passionnée de Potions–, Lucius murmura, la voix glaciale

« Pitié, dis-moi que c'est un cauchemar. »

« … »

« … »

Derrière son rideau et le mur de silence dont elle s'est entourée, Zeynel glousse en regardant la lettre que les jumeaux Weasley lui ont adressée. Appréciant les sorts dont leur jeune frère a été l'objet, ils demandent 1Où trouver les sorts, un autre de leur frère pouvant, à coups surs, profiter de ceux-ci et 2Si Zeynel ne serait pas ouverte à quelques suggestions ?

« C'est ce dont j'essayais de me persuader moi-même. »

Zeynel répond rapidement à Fred&George, leur fournissant une liste complète et exhaustive des sorts utilisés par Hermione ainsi que des intéressants effets secondaires du mixage de certains d'entre eux et les assurant que toute suggestion pour les mésaventures de Ron sont les bienvenues, qu'elles proviennent d'eux… Ou de n'importe quel lecteur regard entendu vers les lecteurs

« … »

« … »

« QUOI ?! »

Lucius se redressa d'un seul coup, indigné

« Un… CAUCHEMAR ?! »

« … »

« TU étais en train de te persuader que te réveiller à MES cotés était un CAUCHEMAR ?! »

Sévérus fixa son compagnon, impassible. Le père valait le fils pour ce qui était du narcissisme… Il baissa les yeux un instant avant de cligner des yeux

« SEVERUS ! »

« …Boxer ? »

« ? »

Lucius cligna des yeux à son tour –maladie locale, pourrait-on dire– avant de baisser son regard. Oui. Il avait son boxer.

« On est pas tout nus ? » s'exclama-t-il, interloqué.

Glissant une main sous les draps, Severus vérifia que oui, son petit slip de Dim était bien à sa place avant de répondre d'un ton posé

« Non, il semble bien que non. »

Les deux hommes échangèrent un regard

« L'auteur doit être une poufsouffle. » Déclara Lucius d'une voix méprisante.

« Il n'y a qu'eux pour suivre à ce point les règles de la bienséance… »

« Tu veux dire pour être aussi coincé. » Corrigea le blond, soulagé.

Derrière son rideau, Zeynel haussa les épaules…

« Même pas vrai. »

…Juste avant qu'un sourire diabolique se dessine sur ses lèvres

« Je s'rais plutôt tendance serpent… »

Ignorant la jeune femme –que de toutes façons ils ne peuvent entendre–, les deux anciens serpentards échangèrent un regard entendu avant de se lever d'un commun accord…

« Niark ! »

Le sourire de Zeynel s'élargit

« Foutons le camp d'ici. »

…Pour se diriger vers leurs vêtements, commodément posés par terre à l'autre bout de la pièce…

« Rappelle-moi de tuer tout les poufsouffles. »

…Et ce n'est que lorsqu'ils sont à deux pas de ceux-ci, alors que Sévérus s'étire nonchalamment et que Lucius se penche devant lui pour attraper son pantalon...

« Niark ! Niark ! »

…Que celui-ci disparaît, de même que le reste de leurs vêtements, l'arrondi nacré des belles fesses blanches pommelées de Lucius s'offrant désormais au regard de son compagnon.

« BINGO ! »