Bonjour tout le monde!

J'espère que votre confinement s'est bien passé ^^.

Alors oui, je suis d'accord ce chapitre s'est un peu fait attendre ... Et c'est entièrement de ma faute, p'tit monstre l'a écrit il y a plusieurs mois et c'est ma flemme qui est entièrement responsable de ce retard monstrueux.

Donc, désolée, désolée et encore désolée.

Ceci dit sur espère qu'il vous plaira. Bonne lecture!

oOoOoOoOo

Chapeau de Paille... C'était le surnom le plus ridicule que Frank avait pu entendre depuis longtemps, et pourtant il avait côtoyé les Avengers. Mais c'était la seule chose qu'il avait pu tirer de Lorenzo, un des lieutenants du fameux Chapeau de Paille.

"Écoute, voilà ce qu'on va faire, je ne veux même pas savoir de qui il a récupéré l'information ou pourquoi il l'a faite exploser. Mais tu vas lui envoyer un message un pour moi..."

"Quel... message ?..." bredouilla Lorenzo, en sang, la mâchoire brisée par les coups de l'ex-Marine

"Tu n'as pas besoin de le connaître" répondit-il, sortant un 9mm de son dos, abattant froidement sa victime avant de sortir de la cave sombre qu'ils occupaient.

oOoOoOoOo

Pour Chapeau de Paille tout était parfait, son organisation grandissait jour après jour et il avait réussit là où tout les autres avaient échoués : il s'était défait du Punisher. Le chef de gang était très fier de lui et l'explosion de la planque du justicier lui avait permis de s'affirmer au milieu des Wilson Fisk et autres Comte Nefaria, cela tout en montrant que le Punisher était tout aussi mortel qu'eux.

La nuit tombait sur New York, mais l'entrepôt qui servait de base au gang du Chapeau de Paille était en pleine effervescence car, comme selon l'avis même du gangster : "le crime paie seulement quand il ne dort pas". Le chef de gang sorti son téléphone et composa un numéro, avant de jeter son téléphone à terre de rage.

"Putain mais quelqu'un à vu Lorenzo ?! cria-t-il soudainement, cet enfoiré répond même pas à son téléphone"

Tout à coup une explosion retentit et, quelque secondes plus tard, un camion noir traversa le gigantesque trou qui venait de se créer dans le mur est de l'entrepôt, traversant étalages et XXX avant de s'écraser sur le mur ouest. C'était le chaos dans l'entrepôt du Chapeau de Paille, la marchandise et les hommes brûlaient là où d'autres nombreux membres du gang gisaient au sol, inanimés. Mais seul le camion intéressait le mafieux, et c'est Uzi à a main qu'il commença à faire le tour du camion, épaulé par trois de ses hommes. Arrivé à l'arrière du camion, il était impossible de rater le gigantesque crâne peint en blanc. C'est tremblant qu'il ouvrit la double porte arrière et trouva Lorenzo, allongé sur le sol du camion, la chemise initialement blanche devenue rouge, avec une courte phrase peinte à ses côtés : "J'arrive"

oOoOoOoOo

Puisque ses ennemis changeaient de tactique, Frank avait décidé de modifier aussi la sienne. Il avait fait peur à Chapeau de Paille, tellement peur qu'il était parti demander la protection du Caïd en échange de 35% de son chiffre d'affaire annuel. La rue parle, et elle disait à Franck que Chapeau de Paille était plus vulnérable que jamais, qu'il lui avait fait tellement peur qu'il ne faisait même plus confiance en son propre personnel. Aujourd'hui, le Chapeau partait pour Cuba, négocier un contrat qui devrait lui rapporter gros. C'est accompagné de trois gardes du corps, fournis par le Caïd, qu'il sorti de chez lui, chapeau sur la tête, écouteur dans les oreilles. Il ne lui restait que deux gardes du corps le temps qu'il descende les escaliers et plus qu'un seul, le temps qu'il arrive au rez-de-chaussé. C'est dans le hall de l'immeuble qu'il sentit le canon pointé sur sa tête, se retournant il ne put entendre que le "Je suis finalement arrivé" du Punisher avant de se prendre un balle en pleine tête, s'écroulant alors en arrière, son crâne rebondissant devant la porte de l'immeuble, rougissant le paillasson.

FIN du chapitre