Salut les loulous! (avec la tête trop drôle de The Mask)!

Voici la fin (relative) de "la valeur d'une nuit".

Bien cordialement, voici pour vous;


Chap 2: Rééducation.

Chica: Essaye encore!

...:-Mais c'est difficile!

Chica:-Tu te débrouille très bien.

...:-J'ais trop mal. Je peux faire une pause?

Freddy:-Pas avant que tu sois parvenus jusqu'à Chica. Allez du nerf!

.

Dans la salle de spectacle, Chica et Freddy se donnaient beaucoup de mal avec leur nouvelle amie.

l'Une devant, l'autre derrière, ils tentaient de l'aider à aligner trois pas sans tomber. Ce qui n'était pas chose aisée; elle avait les jambes encore très raides et son sens de l'équilibre laissait quelque peu à désirer.

Le tout doublé de jappements et de plaintes en tout genre à chaque fois qu'elle faisait un mouvement tellement les efforts étaient dur.

S'appuyant sur les chaises, les tables, et sur Freddy la plupart du temps, la nouvelle recrue soufflait bruyament et ses yeux clignaient de façon frénétique.

Elle ne maîtrisait vraiment pas bien son corps et aurait préféré s'écrouler par terre, sous le poid de la douleur.

Néenmoins les deux autres n'étaient pas prêts à lâcher l'affaire et faisaient preuve d'une patience de sage malgrés leurs soupirs.

.

Chica: Allez! Un dernier et après on s'arrête d'accord?

...: ...d'accord.

.

Inspirant profondément, elle se détacha de Freddy, parvint à faire une grande enjembée, se retint de hurler, et se rattrapa de justesse à Chica. Tremblante et la respiration hâchée.

.

Freddy: Bravo tu as réussi! Viens on va te poser.

.

La prenant chacun sous un bras, ils l'ammenèrent à la scène et la firent asseoir sur le bord de l'estrade.

Elle avait le souffle court mais les gratifia tout de même d'un regard reconnaissant.

.

Chica: ça va comme ça?

...: Oui merci.

Freddy:-En tout ca tu t'en sort de mieux en mieux. Bientôt tu vas pouvoir marcher sans assistance.

...:-Ah tu crois? C'est gen...

Bonnie:-Alors! Déjà fatigués?!

.

La voix joyeuse de Bonnie interrompit la conversation. Lui et Foxy étaient partis se balader dans les couloirs de la pizzeria (aucun des deux n'étant réputés pour leur patience) après les dix premières minutes.

.

Freddy: Si c'est pour nous casser les pieds que vous êtes là ce n'était pas la peine de revenir.

Foxy:-On s'ennuyait alors on est revenus voir oû vous en étiez.

Freddy:-On s'en sort très bien. Elle fait des progrès incroyables et ce n'est pas grâce à vous.

Bonnie:-Eh! On s'investit nous aussi je te signal!

Chica:-Foxy est excusable pour l'instant car elle ne peut pas encore courir mais toi tu ne t'en occupe que deux fois la semaine! C'est injuste!

Bonnie:-Moi je peux tout faire tout seul alors que vous, vous êtes obligés d'être deux!

Chica:-Eh! Nous mets pas dans le même panier veux-tu! C'est Freddy qui me réquisitionne à chaque fois quand tu te défiles. Sinon crois-moi, moi aussi je serais partie me promener!

Bonnie:-Eh oui. Comme moi tu ne tiens pas en place, et y'a même des moment oû t'es la première à...

Freddy:-Suffit vous deux! Puisque c'est comme ça je m'en occuperais tout seul! Vous, vous allez voir "l'autre", et ne revenez pas tant qu'il n'est pas en règle! Vu!

les trois autres:-(pouffent).

Freddy:-Quoi? Vous ne m'en croyez pas capable c'est ça!?

Chica:-Beeeeen...On peut pas dire que tu sois la douceur incarnée...

Bonnie:-On devrait peut-être rester. Juste au cas oû...

Foxy:-Et puis je ne vois pas pourquoi on partirait "mettre l'autre en règle" puisque depuis qu'on s'est "occupés" du dernier ils ne lui ont pas trouvé de remplaçant.

Fredy:-...

Bonnie:-Quoi t'avais oublié!? Tu deviens gâteux mon vieux.

.

Et ils se mirent à sourir de toute leurs dents de plastique.

La nouvelle androide assise sur le stage aurait pu jurer qu'ils se payaient la tête de Freddy. Tête de Freddy qui se mis à trembler d'irritation devant les bouilles d'anges innocemment mais faussement, avouons-le, honnêtes de ses amis.

.

Freddy:... ... ... EH! MAIS C'EST QUI QUI COMMENDE ICI! JE VAIS VOUS APPRENDRE à DISCUTER MES ORDRES! DéBARASSEZ MOI LE PLANCHER! JE NE VEUX PLUS VOUS VOIR! ALLEZ, DU BALAI!

.

Et c'est en beuglant sa mauvaise foi que Freddy chassa les trois compères hilares de la salle de spectacle.

.

Freddy: Non mais j'vous jure. Y'en a pas un pour rattraper les autres.

...:-je suis désolée...

Freddy:-Hum. Pardon?

.

Freddy se retourna, surpris par la petite voix aigre de la nouvelle qu'il avait, un peu, oublié.

Elle se trouvait toujours assise sur le bord de la scène, tête baissée et vraissemblablement mal à l'aise.

Son corps se balançait doucement d'avant en arrière et elle évitait le regard interrogatif de Freddy de manière insistante.

Il ne comprenait pas ce qu'elle avait. Enfin...il ne pouvait le deviner. Ils ne se connaissaient que depuis trois semaines et seulement dans des circonstences...disons...de travail, oû il lui apprenait à se gérer toute seule.

.

Freddy: Quelque chose ne va pas? Tu peux tout me dire tu sais.

.

Freddy vint s'asseoir à son côté. Ce qu'il détestait par dessus tout c'était d'être inutile pour les autres quand ils avaient un problème; C'était lui le chef après tout. Son devoir était de veiller à la bonne ambience dans cet endroit, et par conséquent de protéger ses amis contre toutes les sortes d'ennuis qui pourraient venir entacher leur bonne humeur.

Donc il devait convaincre la nouvelle de lui ouvrir son coeur afin qu'il puisse l'aider. Mais pas de façon brusque attention! Il allait le faire tout en finesse, histoire de montrer aux autres qu'il pouvait être délicat quand il le voulait.

La recrue leva la tête vers lui, une moue un peu...endormie dans les yeux.

.

...: Je ne pense pas être à ma place ici...

Freddy:-Mais qu'est-ce tu racontes!? Bien sûr que tu es à ta place ici!

...:-Non. Je ne sers à rien! Je tombe à chaque fois que je veux faire un pas...Je vous embête plus qu'autre chose et ça se voit.

Freddy:-Mais absolument pas! On veut t'aider à fonctionner correctement, après tout c'est un peu de notre faute si tu es dans cet état. On doit assumer.

...:-Justement je ne veus pas être assumée! Tu t'es disputé avec tes amis parce-que vous devez vous occuper de moi. Et j'aime pas ça!

Freddy:-Oh ça? Mais ce n'était pas grave. Je me suis un peu laissé emporter mais on ne s'en veut pas le moins du monde. Il nous arrive des fois de nous chamailler mais c'est vite oublié. On se pardonne dans la famille.

...:-Mais je ne fais pas partie de la famille. Vous vous connaissez depuis longtemps, vous savez déjà vivre ensemble. Moi je ne suis qu'une intruse.

Freddy:-Mais non ça n'est...

.

Freddy marqua l'arrêt, à court d'arguments. En effet il ne savait pas s'il pouvait dire qu'elle faisait vraiment partie de la famille. Elle venait à peine d'arriver.

L'androide coq remarqua son trouble et baissa de nouveau piteusement la tête.

.

...: Tu vois...

.

Freddy ne savait que dire. Il aurait voulut lui assurer le contraire. C'est vrais quoi, c'était pas comme si il ne l'aimait pas, au contraire.

Il se leva et se mit à faire les cent pas nerveusement. Il maudissait son impuissance. C'était lui le chef ici pourtant! Il se devait de prendre les bonnes décisions au bon moment, et puisqu'elle vivait désormais avec eux il devait la protéger aussi.

Freddy enrageait. Si seulement il connaissait une règle lui permettant de tout résoudre. Mais il avait beau fouiller et refouiller sa base de données il ne trouvait rien.

Un mouvement attira son attention vers le couloir d'en face. Ses amis étaient là, à moitié cachés derière le mur. Leur visages laissaient clairement comprendre qu'ils avaient tout entendu de la conversation et semblaient tout aussi embarassés que lui.

Ah; ses amis! Freddy n'avait plus pensé à la manière dont ils s'étaient rencontrés, lui et eux, depuis longtemps. Pour ne pas dire jamais.

Enfin...il ne se rappelait pas. Les souvenirs étaient vagues dans sa tête. C'est vrais, c'était quand qu'il les avaient rencontré pour la première fois Bonnie, Chica et Foxy!

Lors d'une fête forçément! Il y avait tout les jours des fêtes ici.

Freddy adorait plus que tout au monde ses trois là. Ils pouvaient se montrer énervants, c'est vrais, à remettre sans arrêt en question son autorité, à n'en faire qu'à leur tête la plupart du temps quand il donnait des ordres et à le charrier avec les précieuses règles qui régissaient leur vie, mais au fond ils avaient le plus grand respect qui soit pour lui et le reconnaissaient quand même en meneur durant la journée. Il fallait bien qu'ils décompressent la nuit venue.

Il regarda ses amis avec tendresse. Ils étaient tout pour lui. Tout son univers ne se résumait finalement qu'aux murs du restaurent, à ses loies, à ses spectacles le jour, aux fidèles enfants qui piaillaient de joie dès qu'ils le voyaient sur scène, mais surtout aux moments qu'il passait le soir en compagnie de ses camarades.

Freddy ne connaissait que cela. Cette routine passée années après années en compagnie des autres lui était devenue si naturelle qu'il n'y avait finalement plus pensé jusqu'à aujourd'hui. Mais s'il était sûr d'une chose, c'est que pour rien au monde il ne voudrait changer sa vie.

Il se savait très heureux comme ça, et ses amis aussi.

Freddy se balançait d'un pied sur l'autre, le regard désabusé. Cela ne l'arrangeait pas du tout.

Il était sûr de connaître Bonnie et Chica depuis toujours et que Foxy était arrivé après. Malgrés tout, comme ils avaient été seuls pendant des années, il avait oublié ce qu'il avait pu ressentir lorsqu'il les avaient rencontré pour la première fois.

Personne n'était venus entre-temps pour lui rafraîchir la mémoire et il s'était tellement habitué à n'avoir à vivre qu'avec ces trois là que l'idée qu'un nouveau venu puisse entrer dans leur quotidien ne lui avait jamais éfleuré l'esprit.

Lesdits "trois là" sortirent du couloir et vinrent le réconforter, sans pour autant lui apporter plus de réponses.

Ils se pressèrent les uns contre les autres, en une espèce de cocon protecteur contre un ennemi invisible.

La nouvelle observait la scène d'un air mélancolique. Peut-être qu'il était temps pour elle de s'éclipser pour le moment.

Elle tenta de se relever pour partir, mais son équilibre laissant encore VRAIMENT à désirer, elle s'étala de tout son long sur le carrelage dans un bruit sourd.

Surpris, les autres accoururent vers elle, inquiets, pendant qu'elle marmonnait tout les noms d'oiseau qu'elle connaissait.

.

...: Nom d'un chien! Y arriverai-je seulement un jour!

Foxy: Bon écoute; on va en rester là pour ce soir...

...: Hors de question! Je peux le faire!

Chica: Arrête!, ne t'entête pas! ton corps est quand même assez vieux, si tu forces trop, là tu seras paralysée pour de bon.

Bonnie: Chica a raison. C'est pour éviter ça qu'il faut y aller doucement au début.

...: Mais j'en ai marre de ne rien pouvoir faire!, j'ais l'impression d'être estropiée avec vous qui me tournez autour sans arrêt!

Freddy: Sois patiente! On te laissera plus de liberté quand tu seras pleinement autonome, alors pour l'instant tu te tais et tu nous laisse gérer!

...: ...

.

Freddy avait haussé le ton de façon à ce qu'il ne soit plus possible de répliquer. Le Coq femelle détourna donc son regard de verre, un peu vexée. Le silence pesant de la nuit retomba.

Chica et Bonnie lui attrapèrent chacun une épaule et la relevèrent tandis que la concernée faisait une énième grimace.

Malgré son air placide apparent, cette nouvelle recrue ne leur facilitait pas tellement la vie, et ce soir était le premier où elle se montrait aussi agressive.

Freddy se doutait bien que le sentiment d'exclusion devait la travailler en permanence, mais ce n'était pas une raison pour les envoyer sur les banderoles alors qu'ils essayaient de l'aider!

.

Freddy: Bon! Vous tous!, écoutez-moi! J'ais une annonce à vous faire!

Bonnie: Holà! Attention, Monsieur Freddy va entamer un discours! Vite tout le monde, mettez vous en veille ou on va encore y être jusqu'à demain soir!

Freddy: Bon sang Bonnie!, ne peux-tu pas te montrer sérieux une minute!, et vous deux arrêtez de gloussez! C'est pas vrais! Avec vous j'ais l'impression de faire des journées supp' à la place de nuits! écoutez!; il faut que nous trouvions une autre méthode pour faire s'intégrer notre nouvelle amie! Je vous rappelle qu'on la connaît depuis maintenant trois semaine, quatre nuits et trois heures du matin...

Bonnie: Vive "EncycloFreddy"!

Freddy: Ehrm!...Je disais; il serait peut-être temps pour nous de nous montrer un peu plus familier, histoire qu'elle se sente plus intégrée! Qu'en dites-vous?

Bonnie: poil au cou~!

Freddy: MAIS BORDEL BONNIE!, LA TU VAS TROP LOIN!

.

A bout de patience, Freddy se jeta littéralement à la poursuite de Bonnie qui s'enfuit aussitôt. Le premier poursuivait l'autre en pestant tandis que le deuxième ne pouvait se retenir de s'esclaffer.

Ils continuèrent leur manège dans l'ensemble de la pièce, en tournant autour des tables, à tel point que Foxy et Chica, que le spectacle amusaient beaucoup au début, décidèrent de stopper Freddy avant qu'il ne leur fasse une surchauffe.

Ils l'agrippèrent chacun d'un côté et le retinrent autant que faire ce peu, car le concerné était loin de se laisser faire.

Il essaya de défaire de leur poigne en vociférant tout les noms d'oiseaux de son respectable vocabulaire, ce qui ne fit qu'accroître l'hilarité du lapin mauve;

.

Freddy: LACHEZ MOI VOUS DEUX! QUE JE LUI REGLE MOI-MEME SES BAFFLES, HISTOIRE QU'IL SE TAISE ENFIN!

Bonnie: là là Freddy~ Quel langage que le tien! Il y a des manières plus polies de te faire comprendre, tu sais? Là, on voit clairement que tu essais de communiquer mais cela ressemble plus à des grognements qu'à des paroles civilisées. A mon avis tu stress beaucoup trop, c'est pourquoi tu es si irritable.

Freddy: C'EST UNE BLAGUE J'ESPERE! C'EST TOI LA SOURCE PRINCIPALE DE MON STRESS D'ABORD!

Bonnie: Tu devrais consulter mon vieux.

Freddy: ATTEND UN PEU QUE JE T'ATTRAPE ET JE TE JURE QUE C'EST TOI QUI AURAS BESOIN DE CONSULTER!

Chica: ça suffit vous deux! Freddy calme-toi!, tu donnes le mauvais exemple là!

Foxy: Quant à toi Bonnie, arrête de le provoquer tout le temps! Un de ces quatre, tu verras, il mettra ses menaces à exécutions et LA, tu riras moins!

Bonnie: Ok Ok j'arrête! Allez quoi!, on à eu une dure journée quand même! Si on peut plus décompresser alors je ne vois pas comment on pourrait appeler notre vie autrement que "Tyrannique"!

...: ... ...pfff-fff...

Freddy: ...!

Bonnie: ...!

Foxy: ...!

Chica: ...!

.

Tout le groupe s'immobilisa de concert, Freddy encore tordu dans tous les sens pour échapper à la prise de Chica et Foxy, et tout les animatronics portèrent leur attention vers la source d'un bruit inhabituel.

Là, à un petit mètre et demie de leur drôle de figure acrobatique, se tenait la nouvelle. Elle était complètement pliée en deux et son micro produisait un espèce de soufflement anarchique et inquiétant.

Tout le monde se précipita à son chevet, un peu alarmés.

.

Freddy: Eh petite!, ça va?

Bonnie: Quelle question idiote! Tu crois vraiment que produire un son pareil est signe d'une bonne santé!

Freddy: Moi, au moins, je m'intéresse au sort d'autrui!

Bonnie: Eh!, je ne te permet pas d'insinuer que je...

Chica (le coupe): Fermez-la un peu! Elle est certainement en train de faire un surmenage!

Foxy: ... euh, les gars?...

Freddy: Un surmenage?! Manquait plus que ça! A peine arrivée qu'elle va nous claquer entre les doigts!

Bonnie: Tout ça c'est de ta faute Freddy!

Freddy: MA faute?! Dois-je te rappeler que c'est toi qui à commencé à chahuter en premier!

Chica: Mais c'est toi qui t'es mis à hurler comme un cuisinier grincheux!

Freddy: Quoi, toi aussi t'es contre moi? D'où je serai le seul responsable ici?!

Bonnie: Parce que t'es sensé être le chef!, t'as oublié?

Freddy: ça n'a rien à voir! Moi depuis le début j'essais de régler les problèmes de tout le monde alors que je suis exténué et que vous me cassez tous le micro! Serait-ce trop demander que d'avoir un minimum de reconnaissance pour l'ensemble des bons et loyaux services que je vous rends, bande d'ingrats?!

Foxy: Les gars...

Freddy: Et puis Bonnie, je te ferai remarquer que si tu t'étais bougé le costume en début de soirée pour nous aider avec la rééducation, rien de tout ça ne serait arrivé!

Chica: C'est vrais! T'investir un peu plus ne t'aurais pas fait de mal!

Bonnie: Eh, Chica!, T'es dans quel camp bon sang!

Chica: Aucun des deux! C'est juste que j'en ai marre de vos disputes et que j'ai l'impression d'être la seule à véritablement bosser ici! Je sature! Regardez!, même Cupcake il en a plein les oreillettes (le prend à témoin) et c'est vous dire car il en a PAS!, d'oreillettes!

Foxy: Les gars!...

Freddy: Je rêve!, c'est l'hôpital qui se moque de la charité ou quoi?! Le seul qui devrait avoir le droit de dire qu'il sature ici; c'est moi! Et puis d'abord, pourquoi vous vous évertuez toujours à me remettre en question? On n'en serait pas là à bêtement se bagarrer si vous suiviez mes instructions sans râler!

Chica et Bonnie: Tout simplement parce que t'es CHI-ANT!, Fred...

Foxy (hurle): LES GARS!

Les autres: ...

.

Freddy, Bonnie et Chica, qui étaient à la limite de l'étripage collectif, furent coupés dans leur accrochage par un Foxy plus qu'irrité.

Ils tournèrent, de concert, leurs visages vers lui, se demandant bien pourquoi il avait haussé le ton, lui qui d'habitude se tenait à l'écart quand ça commençait à péter.

.

Foxy: Elle ne fait absolument pas de surmenage! écoutez, plutôt, au lieu de vous offrir en spectacle devant elle comme des malappris! Je vous rappelle qu'on est sensés montrer l'EX-EM-PLE!

Les autres: ...

.

Les trois réprimandés obtempérèrent en silence. Très honteux de l'image horrible qu'ils avaient dus donner à leur nouvelle compagne.

Bonnie et Chica auraient bien voulut donner un coup de coude à Freddy, juste pour la forme, mais ils se retinrent.

Comme le bruit bizarre qu'elle émettait persistait à se faire entendre, Ils s'approchèrent plus près, intrigués.

.

...: Pffff-ffff...

Tout le monde: ...

...: pffff-ffff...ffff...

Tout le monde: ... ...

...: pfff... Ah ah haha aah!

Tout le monde: ... ... ... !

.

Il fallut quelques secondes avant que le trio ne se rendent compte de la nature véritable de la chose qui était en train d'agiter le corps de l'androïde coq.

Un rire...oui, elle était bel et bien en train de rire.

Ils continuèrent de demeurer incrédule tandis que ses gloussements s'amplifiaient jusqu'à ce qu'on entende plus que eux dans toute la pièce. Foxy, quant à lui, s'apaisa puisque la puissance des bruits était néanmoins devenue plus supportable pour lui. Même Cupcake semblait content.

Freddy s'affaissa en poussant un formidable soupir de soulagement, heureux que ce ne soit que ceci. Pendant un instant il avait vraiment cru que son unité centrale était définitivement en train de les lâcher.

Tous rassurés, ils attendirent alors que la novice daigne reprendre ses esprit afin qu'elle s'explique.

.

...: Désolée-haha...c'est juste...hum, attendez...vous êtes-haha-si incroyable!...

Freddy: J'aurai pu qualifier notre comportement de bien des façons, mais "incroyable" ne me serait jamais venu à l'esprit.

Bonnie: Je suis d'accord avec toi, pour une fois.

Chica: J'ajouterai même qu'on pourrait facilement le qualifier de "scandaleux".

Foxy: heureux de vous l'entendre dire! Je n'aurai pas besoin de vous repasser l'enregistrement pour que vous puissiez réfléchir sur vos actes.

Freddy: En tout cas, et au nom de tout le monde ici présent, je tient à présenter nos plus sincères excuses quant à notre attitude de tout à l'heure. On était, comment dire...

Bonnie: "Quelque peu sur les nerfs"?

Chica: "relativement fatigués"?

Foxy: "Terriblement mal à l'aise"?

Freddy: ...C'est cela, merci les gars. Ce que je veux dire, c'est que tu n'as absolument pas à t'en faire au sujet de ton intégration! On t'aime déjà tous beaucoup, et on aimerai que toi aussi tu te sente chez toi ici, autant que faire ce peu. Toujours est-il que ce fut un moment d'égarement et on te promet que ça ne se reproduira plus! N'est-ce pas vous trois?

Foxy: Bien sûr!

Bonnie: évidement!

Chica: Absolument!

.

Tous avaient approuvé les dires de leur leader avec aplomb.

La petite, mais également grande, dernière cligna des yeux puis leur souris, très touchée des efforts qu'ils faisaient pour elle.

.

...: Vous tous; très sincèrement je tient à vous remercier. Vous faites des journées doubles pour vous occuper de moi et me faire me sentir bien. Votre sollicitude m'embarrasse une peu puisque je ne vous rend pas la tâche facile. Mais comme je vais maintenant vivre ici alors...eh ben moi aussi j'aimerai beaucoup apprendre à vous connaître pour qu'on puisse passer du bon temps ensemble. Je sais que vous êtes très fatigués donc moi aussi je vous fait une promesse; celle de ne plus râler et d'essayer de ne plus être un boulet!

.

Freddy, chica, Bonnie et Foxy se regardèrent et éclatèrent de rire à leur tour. Elle était gentille finalement la nouvelle! Un peu endormie et fataliste, mais gentille quand même!

Maintenant que la bonne humeur était revenue, Freddy regarda l'horloge et annonça qu'il était temps de retourner à sa place, car il était plus de cinq heure du matin.

Tranquillement, Tout le monde se dirigea vers la réserve pour remettre La nouvelle à sa place.

En bonne escorte, à savoir Foxy devant, Freddy derrière, Bonnie et Chica sous ses bras, elle traversait les couloirs avec cet insistant sentiment de déjà vu. Mais elle n'arrivait pas très bien à se souvenir des circonstances...Bah, peu importe. Tout le monde était épuisé ce soir. Elle demanderait demain.

.

...: Dites...

Freddy: Hum?

...: J'ais hâte de pouvoir enfin bouger toute seule! J'ais très envie de découvrir d'autres pièces que la mienne et celle de réception!

Bonnie: Ne t'inquiète pas, ça va venir! Et peut-être qu'à ce moment là tu rencontreras Ce bon vieux Golden!

...: Golden? Attendez, tu veux dire qu'il y a quelqu'un d'autre qui vie ici?

Chica: C'est vrai que tu ne l'a pas encore aperçu. Golden est le plus vieux d'entre nous. Il était déjà ici bien avant que Freddy, Bonnie et moi ne soyons mis en service. Il est sage et très instruit. Il n'est pas très bavard mais c'est un grand perfectionniste comme toi, je suis sûre que vous vous entendrez à merveille!

...: Ah...Et il ressemble à quoi?

Bonnie: A ça!, tu peux pas te tromper; il a la même trombine que Freddy! En beaucoup moins moche et irritable!

Freddy: Mais t'as vraiment envie que je t'arrache les oreilles, c'est ça!?

Bonnie: Relax Freddy, je blaguais! Sur la beauté je veux dire!, car, avoue-le, il a largement plus le sens de l'humour que toi!

Foxy: C'est qu'il est surtout assez sourd pour pouvoir supporter tes bouffonneries incessantes.

Bonnie: ...

Freddy (lui tapote l'épaule): Et pan dans les dents! Merci Foxy!

Foxy: Oh mais de rien~

...: ...Et c'est normal que je ne l'ai pas déjà vu?

Freddy: Oh il ne sort pas beaucoup. Il est très vieux, donc il évite autant que possible les chahuts. Il ne se montre que si quelque chose l'intéresse, alors ne t'en fais pas; ce n'est qu'une question de temps avant qu'il ne vienne t'adresser ses politesses.

...: Ah...D'accord.

.

Ils arrivèrent enfin à la salle de la réserve.

Ils placèrent la novice dans le fond et lui souhaitèrent chaleureusement "bonne journée".

Mais, à l'instant où ils fermaient la porte, elle demanda;

.

...: Au fait! Comment vous avez dit qu'il s'appelait, mon costume?

Freddy: Il me semble que son nom est "Choco"...ou un truc du genre. Je demanderai à Golden demain. Lui, doit savoir.

.

La pièce se retrouva plongée dans le noir et le bruit des pas des camarades s'éloignèrent jusqu'à s'éteindre totalement.

Ce fut donc en compagnie des couinements des souris et la tête pleine de rêve que l'animatronic femelle coq, fraichement baptisée Choco, se laissa happer par un sommeil réparateur.

Elle devait être en forme pour pouvoir marcher demain.


Chap 3: La neige tombe, tombe et retombe sans fin.

N°1: ...oh...EH OH TU M'ECOUTES?!

N°2: Hmm? Ouais quoi, qu'est ce q'y a?

N°1: Tu rêvassais?

N°2: Non, pas vraiment...j'pensais à des choses...

N°1: Mais t'as pas entendus?

N°2: Quoi donc?

N°1: Le garde de nuit! Ils en on trouvé un nouveau! Elle arrive ce soir!

N°2: "Elle"?

N°1: Oui, je me suis permis d'écouter aux portes. C'est une fille qui nous arrive, et en plus il paraît qu'elle est canon!

N°2: Laisse tomber, t'as aucune chance. "serveurs-stagiaires" c'est pas trop l'genre de cv qui fait craquer les d'moiselles.

N°1: Roh, ce que tu peux être rabat joie! Mais bon, c'est pas trop pour la draguer je voudrai lui parler.

N°2: Quoi!, t'es encore bloqué sur c'te histoire!? C'est bon, arrête d't'en faire. Ce sont ces gens qui décident d'prendre le job, donc c'est eux qu'ça r'garde. T'as aucun droit d't'impliquer la d'dans.

N°1: Mais quand même,un joli brin de fille...elle pourrait trouver mieux que cette pizzeria miteuse, tu ne penses pas?

N°2: Bon, j'vais t'poser une question très simple alors.

N°1: Vas y.

N°2: Pourquoi TOI, tu as pris c'travail d'abord?

N°1: Ben c'est évident, non?, c'est parce que j'ais pas un rond en poche. Tout comme toi d'ailleurs.

N°2: Eh ben c'est certainement la même chose pour elle alors. Elle aussi doit êt' au bout du rouleau pour accepter c'travail ingrat et êt' payé une misère par d'ssus le marché!

N°1: ...

N°2: Fais pas c'te tête. C'est toujours mieux que d'faire l'trottoir, si tu veux mon avis.

N°1: Mais et si elle disparaissait, comme les autres! Je sais pas ce qui se passe ici la nuit, mais ça doit être suffisamment flippant pour qu'on ne veuille plus y remettre les pieds! Pourquoi, bordel de m*rde, les gens continue de venir remplir ce rôle!

N°2: ...

N°1: ...

N°2: ...Dis, tu connais la chanson?

N°1: Quelle chanson?

N°2: ~"La neige tombe, tombe, tombe...La neige tombe, tombe et retombe sans fin"~

N°1: Je vois pas où tu veux en venir.

N°2: " Tant qu'y aura des gens miséreux, y aura des jobs comme ça. Comme tant qu'y aura des jobs de misère, y aura toujours des pauvres diables prêt à tout pour un peu d'blé".

N°1: C'est dépriment ce que tu me chantes là.

N°2: Peut-être...mais c'est comme ça.

.

Et les deux employé se réattelèrent à leur besogne, chacun essayant d'oublier les terreurs de la nuit et les gardiens fauchés au futur incertain...


ET VOILA FINIT!

Bon d'accord ça ne ressemble pas trop à une fin, plutôt à l'achèvement d'un arc.

C'est parce que c'est le cas en réalité.

En effet "la valeur d'une nuit" est une fic qui est sensée être beaucoup plus longue que ça. Mais bon, entre les études et le sentiment de ne pas faire assez d'efforts pour arriver à pondre de bon œufs dans un espace réduit...eh ben ça donne ça...

Non pas que j'ais peur de recevoir des critiques négatives. J'aurai même tendance à penser que si je ne donnais pas ma propre introspection, les gens continuerons de me dire que cette fic est super.

Elle est très bien! (je ne dirai pas le contraire, après tout c'est moi qui l'ai écrite!) Cependant je ne la trouve pas à la hauteur des messages que j'aimerai transmettre.

Comme je suis un peu prise par le temps et que j'ais plus d'inspiration pour autre chose, j'ais décidée de l'abréger au premier arc, ce qui me semble être correcte.

Je m'attaquerai certainement à la suite dans quelques années, quand j'en aurai finit avec mes autres fics.

J'ais des idées; normalement après cet arc d'autre personnages sont introduis, et le "oublier" de la fin vous laisse clairement entendre le rôle philosophique qu'on les deux stagiaires dans l'histoire.

Bon...à plus tard et en espérant que "la valeur d'une nuit" vous aura plu! ;-)