Disclaimer : Les personnages cités dans cet ouvrage ne m'appartiennent pas. Ils sont la propriété de la merveilleuse JK Rowling, sans qui l'univers d'Harry Potter n'existerait pas (ce qui serait tout de même dommage). Seul le texte est de moi.

Bonne lecture !

Le soir tombait doucement sur le parc du Château. Celui-ci semblait assoupi, mais en haut de la tour de Gryffondor, une lumière brillait encore.

- Échec au roi ! Je t'ai battu Ginny, s'exclama Ron en réalisant une danse de la victoire tout à fait ridicule.

De dépit, le roi du jeu d'échec version sorcier de Ginny lança sa couronne au sol avant de se faire écraser par la tour de Ron. Dépitée, Ginny l'était. Elle croisa ses bras sur sa poitrine et commença à bouder.

Ron s'était assis, et à côté d'eux Hermione referma son Mensuel de la métamorphose en réprimant un sourire. De son côté, Harry ne cachait pas son hilarité. A chaque fois que Ron battait Ginny à ce jeu, c'était la même chose, elle boudait pendant approximativement trois minutes cinquante-trois secondes avant de vouloir prendre sa revanche et de perdre à nouveau.

- Bon, personne pour affronter le maître incontesté des échecs dans toute sa suprématie ? Harry ? Hermione ?

- Oh non, lui répondit cette dernière, merci mais je dois finir cet article pour le cours de McGonagall.

- Hermione … Tu sais très bien que nous n'avons pas de devoirs en métamorphose, lui répondit Harry.

- Oui, peut-être, mais je n'ai pas bien réussi ma métamorphose au dernier cours, je dois donc m'entraîner.

Harry et Ron soupirèrent profondément et lui lancèrent un regard dépité. Au dernier cours, seule Hermione avait réussi à faire disparaître un tant soit peu sa souris, mais les oreilles étaient restées. Depuis, elle n'avait fait que s'en plaindre, ce qui avait le don d'énerver prodigieusement Harry et Ron, qui étaient tous deux restés avec leur souris sur les bras, bien que Ron prétende que la sienne avait légèrement changé de couleur.

- Bon tant pis, dit ce dernier. Harry, tu veux jouer ?

- Oh que non ! s'exclama l'intéressé. Certainement pas ! En plus, je suis un adversaire trop faible, tu sais très bien que je ne sais même pas bien jouer.

- Arrête, tu n'as pas joué depuis la première année, tu ne peux donc pas savoir si tu es doué ou pas ! le rabroua Ginny.

- Oui, mais au vu de ma lamentable défaite, je ne meure pas d'envie de recommencer.

Ron s'esclaffa. Tous avaient en mémoire la mémorable défaite d'Harry en première année. Ses pions avaient été décimés par ceux de Ron, qui l'avait mis en échec au bout de trois coups.

- Bon tu ne veux vraiment pas jouer ? insista Ron.

- Non, je suis vraiment mauvais ! répondit Harry

- Si tu veux, je t'apprendrai, lui proposa Ginny en lui faisant un clin d'œil.

Harry se sentit rougir sans comprendre exactement pourquoi un simple clin d'œil lui faisait cet effet là. Hermione laissa échapper un petit rire, mais Ron proposa à Ginny de tenter de prendre sa revanche. Harry secoua la tête pour tenter de reprendre ses esprits, et celle-ci accepta.

Et alors la nuit s'installait doucement sur cette partie du globe, dans la tour d'un château écossais, une jeune fille s'apprêtait à perdre encore une fois sa partie d'échecs contre son frère.