Je tiens à m'excuser pour mon retard, il était plus ou moins justifié, notamment avec les examens, mais particulièrement à cause de critique (sur le site de la warner) qui m'ont particulièrement fait mal. J'ai eu beaucoup de mal à réécrire la suite de cette fic, alors que j'en prenais un réel plaisir. Bref, me voilà de retour, et j'espère que cela vous plaira !

Hermione5590, Racara, Lapieuvredudesert, Sfavillante, Mymy, Sphax6, Miya Black, Lolo, et les autres merci pour vos reviews !

Thys, tu devrais apprendre à lire la suite avant de dire des bêtises ! je suis pas stupide, je sais qu'on peut pas transplaner dans Poudlard, c'est pour ça que j'ai expliqué qu'il s'agissait d'un portail.

J'espère être moins lente pour vous mettre la suite !

Chapitre 30

Non, ce n'est pas ce que tu crois !

Ambre portait à ses poignets, et à ses chevilles, des bracelets, qui tintaient mélodieusement à chacun de ses mouvements. Elle s'agenouilla, face à la Vénérable, lui sourit un moment, puis baissa la tête, donnant aux musiciens le signal pour commencer à jouer. La musique, qui s'éleva, était douce, tout comme les gestes que la jeune femme, elle se releva doucement et gracieusement, puis se cambra , faisant onduler ses bras, cela ressemblait un peu à de la danse orientale. Plus elle se redressait, plus son corps ondulait au rythme de la musique, la grâce de ses mouvements étaient impressionnante, lorsqu'elle fut complètement redressé, la musique commença à changer progressivement de rythme, devenant, très progressivement, plus rapide. Ambre tournoyait, se cambrait s'envolait littéralement, se mettait sur la pointe des pieds en fait sa danse était un mélange de danse : oriental, hindou, classique, …mais devenait indéniablement moderne.

Au bout de plusieurs minutes, la musique suivait un rythme très rapide, et dans un saut, Ambre s'enflamma, tout d'abord l'extrémité de ses cheveux, puis au bout de ses doigts, laissant en suspension dans l'air de petites flammes, les mouvements de ses bras et de ses mains semblaient suivre un chemin précis et complexe. Ambre fut de retour au centre de la piste, les flammes, toujours petites, l'entouraient, il y en avait des centaines, plusieurs formaient des cercles, d'autres étaient par terre, ou étaient toujours en suspension dans l'air, n'ayant pas bougé depuis qu 'Ambre les y ai mis.

La musique se tut quelques secondes, le temps de figer la scène, puis reprit, plus calme et plus douce que jamais, mais tellement triste, tout comme le regard de Ambre. Sa danse était un véritable cadeau d'adieu, elle y exprimait tant de peine, que Mina ne put retenir ses larmes, comme beaucoup d'autres élèves.

Une à une les flammes s'éteignirent, ambre était toujours sous l'emprise de sa danse, mais au moment même ou s'éteignit la dernière flamme, Ambre posa un genou à terre, mais se redressa aussitôt, levant le regard au ciel. Toutes les flammes, qui s'étaient éteintes, reprirent vie comme par magie. Ambre joignit progressivement ses mains, tandis que les flammes avaient commencés une étrange danse, elles tournoyaient de plus en plus vite autour de leur maîtresse, la musique accentuant l'impression de vitesse. Lorsque les deux mains d'Ambre furent enfin jointes, le tourbillon s'avança progressivement, mais dans un ordre précis, vers le creux de ses mains.

La dernière flamme atteignit sa destination finale, Ambre l'enferma dans ses mains. Une éblouissante lumière sortit de ses mains, elle abaissa ses bras, et plaça ses mains devant son visage, elle y souffla en ouvrant lentement le creux, crée par ses mains la musique ralentissait à chacun de ses mouvements, et s'échappant de ce creux, mille et un papillons s'envola.

La musique s'arrêta, Ambre salua ses spectateurs, médusés par un tel spectacle. Le silence sembla régner des heures, alors que seul quelques secondes s'écoulaient, puis un brouhaha, pas possible, d'applaudissement éclata. Tous les élèves et les professeurs, allèrent voir la jeune femme pour la féliciter d'un tel spectacle. Mina n'osait aller la voir, de peur de pleurer devant elle, ou de se jeter dans ses bras, il savait qu'on aurait pu le reconnaître, mais il fut soulagé lorsqu'il aperçu le regard plein de tendresse de sa tante, Mina lui retourna le sourire.

-Après ce fabuleux spectacle, commença le professeur Dumbledore, afin de faire le silence dans la salle. Mes amis, la prochaine danse va conclure ce bal, aussi je vous souhaite la bonne nuit.

Des voix s'élevèrent protestant, mais personne n'y pouvait rien. Les couples se dirigèrent vers la piste de danse, les musiciens commencèrent à jouer. Sirius se fit un chemin entre les admirateurs d'Ambre, et l'invita pour cette dernière danse, tandis que Severus commençait à danser avec Fleur. Drago proposa son bras, et entraîna Mina sur la piste.

La musique était lente et langoureuse ce qui permettait à chaque couple de s'enlacer encore plus. Drago sentit la gêne de sa partenaire lorsqu'il la serra contre lui.

-Cela te dérange ? chuchota t-il.

-Non pas vraiment, c'est plutôt que ça fait bizarre. réponda Mina, tout en baissant sa voix.

-C'est à dire ?

-Je ne sais pas, c'est comme si une partie de moi, je pense la partie féminine, apprécie ton étreinte, mais l'autre…est troublé !

Drago ne pu s'empêcher de rire doucement, ce qui énerva Mina.

-Arrête de te moquer !

-Tu te rend compte que tu es en train de me dire !

-Non ?

-Moi, Drago Malefoy, trouble le grand et courageux Gryffondor qu'est Harry Potter ! lui murmura t-il à l'oreille.

-Je voudrais bien te voir à ma place, ironisa Mina.

-Ca n'arrivera jamais !

-Et pourquoi ça ?

-Parce que je ne veux pas être autre que moi même !

Drago lui sourit fièrement, et dans un soupir, à le fois d'agacement et de résignation, Mina posa sa tête sur l'épaule de son cavalier. Lorsque la dernière note se tue, les couples à regret se séparèrent. Puis progressivement, tous quittèrent la salle, soit pour rejoindre leurs dortoirs respectifs, soit pour faire une dernière promenade au bord du lac. Drago, et Mina, avaient rejoint le groupe de professeurs.

-Professeur Rogue, je vais raccompagner Mina à vos appartements.

-Merci Mr Malefoy, je vais pouvoir en profiter pour aller faire un tour dans les jardins, pour vérifier que personne ne traîne dehors.

-Je vous accompagne, déclara Fleur.

Au dehors, Rogue eut vite fait de faire fuir rentrer tout les retardataires, après avoir enlever plusieurs points à ceux qui profitaient trop bien de la soirée, et après s'être assuré que plus aucun élève ne se trouve dehors il décidé de faire un dernier tour, avec Fleur, autour du lac.

Fleur était heureuse de cette intimité que lui procurait cette promenade, au bout d'un moment, ils s'arrêtèrent pour contempler la beauté de paysage illuminé par le quart de lune. Severus se tenait près de elle.

-Je ne sais pas si cela est raisonnable !

-Rien ne l'est en amour, répondit elle, en lui souriant.

-Je ne veux pas qu'on s'en prenne à vous.

-Vous vous inquiétez pour moi, alors mettez vous à ma place, vous risquez votre vie en jouant avec le feu !

-Je dois réparer mes erreurs.

-Au risque de perdre la vie ?

-Peut être, c'est le moindre que je puisse faire après ce que…

-Je vous aime, je ne veux pas vous perdre, et encore moins que vous me rejetiez !

-Comment pourrais je le faire ?

-Severus.

-Fleur, je tiens à vous, bien plus que vous ne le pensez, mais cette guerre doit cesser !

-Je prendrais le risque d'être à vos côtés !

-Fleur

-Severus quoi qu'il puisse arriver, je ne cesserait de vous aimer, alors acceptez le !

-Tu ne me connais pas !

-Mais je ne demande que ça !

-Tu es si jeune !

-Je connais ce refrain, vous me l'avez dit assez souvent ! peu m'importe votre age, peu importe ce qu'on dira de nous, je ne laisserais personne vous enlever à moi.

Elle regardait le lac, Severus constata, en la regardant, que des larmes coulaient, il ne put résister plus longtemps et la prit dans ses bras.

-Je t'aime Severus, ne l'oublie jamais !

-Je t'aime Fleur, mais je ne peux pas encore m'engager avec toi, bientôt, tout s'arrangera.

Fleur enfouie son visage dans le cou de son amoureux, elle savait qu'il allait encore se mettre en danger, mais compris que si elle, elle était en sécurité, alors il ne ferait pas de chose inconsidéré. Il se pencha vers elle, et l'embrassa délicatement, comme si il avait peur de briser cette beauté, Fleur lui fit comprendre qu'elle était moins fragile qu'il le pensait. Ils restèrent ainsi quelques temps, ils ne voulaient pas ce moment de bonheur et de quiétude.

Pendant ce temps là, Ambre se disputait avec Sirius et Remus, parce qu'elle avait voulu espionner Severus.

-Ambre, tu es infernale ! s'écria Sirius.

-Je n'ai rien fait de mal !

-Tu as juste voulu savoir ce qu'ils faisaient.

-Bah quoi ? Vous n'avez jamais été curieux ?

-Ambre ! crièrent à l'unisson Remus et Sirius.

-Ok, si on a plus droit de plaisanter !

Rachel, Drago et Mina les regardaient se disputer, en rigolant.

-Apparemment, commença Drago. La curiosité est un gène qui se transmet facilement dans ta famille.

-La curiosité, l'habitude à ne pas respecter les règles, continua Rachel. L'inconscience, toujours tendance à foncer vers le danger, et j'en passe !

Drago se retenait pour ne pas rigoler, tandis que Mina lançait un regard noir à son professeur. Ils se retournèrent vers Ambre qui commençait à faire semblant de se battre avec Sirius, mais comme elle était toujours en robe de soirée, c'était beaucoup moins évident. Les trois spectateurs ne purent s'empêcher de rigoler, surtout lorsque Remus se plaça entre les amoureux et leur donna à chacun, une tape sur la tête.

-J'en ai marre de vos gamineries à vous deux ! Venez, dit –il en s'adressant aux autres, qui rigolaient encore plus. Laissons les se disputer, ils vont peut être finir par se parler vraiment.

-Tu crois que c'est possible, répondit Rachel, un soupçon de rire dans sa voix.

-On peut toujours rêver !

-Mina, tu dois croire entre eux, après tout c'est ta famille !

-Ils feraient mieux de s'avouer leurs sentiments respectifs au lieu de se chamailler continuellement !

Sur ces dernières paroles, ils quittèrent la grande salle, laissant Ambre et Sirius seuls. Le silence devenait pesant.

-Ambre, on ne peut rien faire pour l'instant, en es-tu consciente ?

-Bien sûr, Harry est trop en danger, et je ne veux pas qu'il soit malheureux !

-Nous détruirons le règne de Voldemort !

-Oui, mais tu sais qu'il n'y a que Harry qui puisse le détruire.

-Je sais, c'est ce qui me fait le plus peur, que ferons nous s'il…

-Il survivra ! Je lui ai donner ma parole que nous lui offrirons une vraie famille. Je lui même promis qu'il deviendra grand frères !

-Que veux tu dire ?

-Tu ne veux pas m'épouser pour que nous l'adoptions ?

-Non !

-Quoi ?

Sirius s'approcha d'Ambre, passa ses bras autour de sa taille

-Je t'épouserais avant tout parce que je t'aime !

-Je t'aime aussi, Sirius.

Sirius se pencha vers elle pour l'embrasser.

De l'autre côté de la porte, quatre curieux avaient regarder la scène, puis ils fermèrent la porte doucement.

-C'est pas trop tôt !

-Alors comme ça Ambre t'as promis d'être grand frère ! demanda Rachel.

-Ambre sera une mère parfaite pour toi, tout comme Sirius le sera comme père.

-Je n'en doute même pas, bien que c'est pas un peu risquer ?

-Pourquoi ? demanda Remus.

-Sûrement parce ce qu'ils sont plus inconscients les uns que les autres, répondit Drago.

Tous rigolèrent, car cette réponse était évidente.

Peu de temps après tous se quittèrent pour aller dormir, Drago décida, vu l'heure, de raccompagner Mina jusqu'aux appartements du professeur de potion ils discutaient de chose et d'autre, lorsqu'ils furent arrêtés par une voix.

-Vous allez vraiment très bien ensemble, on dirait que tu as choisi une cavalière qui te ressemble, tout aussi sournoise que toi.

-Qui est là ? s'écria Drago.

-Et bien, tu ne me reconnais déjà plus, c'est pouf te fait perdre la tête !

Une silhouette sortit de l'ombre.

-Pansy ?

-Oui, qui voulais tu que ça soit ?

-Tous sauf toi ! Que nous veux tu ? As tu accepté le fait que je sois le cavalier de Mina.

-Bien sûr que non, mais je me suis fait une raison. Après tout, elle n'est là que pour le week-end, dès qu'elle sera partie, tu reviendra vers moi !

-N'en soit pas si sûr, Pansy. Mina et moi nous nous entendons trop bien pour nous séparer comme ça ! répliqua Drago, en prenant la main de Mina, qui le regardait inquiète.

Pansy avançait vers eux, son visage était encore caché par la pénombre, mais lorsqu'elle arriva près de l'éclairage de torche, Mina et Drago constatèrent la fureur qui se dégageait de son visage. Elle faisait peur à voir, son regard exprimait tant de rage et de fureur, que la tension se ressentait dans l'air. Drago prit l'initiative de se placer devant Mina, Pansy allait les attaquer, il en était sûr, mais que faire si elle avait pris sa baguette, puisqu'ils étaient désarmés.

-Ne prend pas de risque, lui chuchota mina.

-Pansy laisse nous passer, commença Drago. Tu sais ce qu'il t 'arrivera si tu oses nous attaquer ! Mon père ainsi que le professeur Rogue ne te pardonneront pas.

-Je me fiche de ton père et encore plus de Rogue, ils n'ont rien à faire dans cette histoire, cela se passe entre toi et moi, et l'autre déchet !

-Je t'interdis de la traiter ainsi !

-Tu m'interdis ? répéta t-elle, en brandissant sa baguette. Tu n'es pas en position pour m'interdire quoi que ce soit !

-Pansy baisse ça, tu sais très bien ce qu'il arrivera si tu nous attaque.

-Soumets toi à moi, et j'épargnerais ta vie !

-Si je le fais, laisseras tu partir Mina ?

-Mmm…Non !

-Alors je suis ton ennemi à partir de maintenant, je ne te laisserais pas lui faire du mal. Il joignit ses gestes à la paroles, et se précipita sur Pansy, qui hélas pour lui fut plus rapide.

-Locomotor mortis !

Drago s'effondra par terre, les jambes collés l'une à l'autre.

-Batlerius ! s'écria Pansy, en pointant sa baguette sur Mina.

Celle ci ne sentit rien sur le moment, puis elle eut le souffle coupé tant la douleur était insupportable, elle avait l'impression que son corps était déchiqueté de tout part.

Drago ne pouvant la laisser ainsi rampa jusqu'à elle, mais Pansy le remarqua aussitôt.

-Leuktrysarum, lança t-elle sur Mina.

-Petrificus totalus ! en visant Drago.

Mina ne put supporter la deuxième attaque, elle tomba à genoux, se tenant le ventre, du sang s'échappait de ses lèvres, elle regarda tristement drago , qui la regardait en pleurant.

-Que dis tu de ce sort Drago, le maître lui même me l'a appris. 9a diffuse la douleur que l'on ressent lorsque le corps est traversé par une balle, de type moldue. Mais contrairement à chez eux, la balle entre lentement dans le corps, la douleur doit être insoutenable pour ton amie.

Elle fit une geste et libéra la bouche de Drago pour qu'il puisse parler.

-Arrête ça tout de suite, je t'en supplie ! s'écria t-il.

-Oh ! Un Malefoy qui supplie ! Ton père va t'en vouloir !

-Arrête Pansy, je ferais tout ce que tu voudras !

-Je n'ai pas envie d'arrêter ! Elle n'a que ce qu'elle mérite.

Mina endurait la douleur, mais ne voulait pas donner le plaisir à Pansy de l'entendre hurler, aussi elle se força à ne rien laisser sortir de sa bouche. Pansy arrêta le sortilège sur Mina, mais était encore furieuse contre elle et n'en avait pas fini de la faire souffrir.

-Tu ne veux pas me faire plaisir, Miss Rogue. Allez hurle pour moi, supplie moi d'arrêter, d'abréger tes souffrances.

-Jamais je ne te ferais ce plaisir, tu es folle !

-Tu l'auras voulu, mais je crois que je vais continuer sur mon cher Drago, il mérite une leçon pour m'avoir trompée !

-Finite incantatum

Il fut libéré de ses liens et se dirigea vers Mina, mais alors qu'il allait a rejoindre, Pansy lança un sort sur lui.

-Endoloris !

Drago eut l'impression que ses os étaient en feu, que sa tête se fendait de part et d'autre. Il hurla et se tordant sur le sol. Mina s'approcha de lui et le prit dans ses bras.

-Arrête ça Pansy, il n'a rien fait de mal, dit-il à bout de force.

Pansy la regarda puis afficha un sourire triomphant et diabolique.

-Crucio lança t-elle à nouveau sur Drago.

Celui-ci cracha du sang, sentant des centaines de lame s'abattre sur sa chair.

-Tue moi, murmura t-il.

Mina ne pouvait rien faire pour l'aider, elle allait perdre la raison, comment faire pour arrêter ça, comment…Elle hurla et s'évanouie sur Drago. Pansy arrêta le sort, et les regarda, ce qu'elle avait fait était monstrueux, surtout pour une adolescente de 15 ans, mais elle s'en fichait. Son honneur lui était rendu, et elle échappa un petit rire.

-Cela te fait rire, demanda une voix à glacer le sang.

Pansy arrêta de rire et chercha d'où venait la voix, il n'y avait aucun doute que cela provenait des deux corps allongés, et meurtris devant elle. Mina se redressa lentement, tout en restant assise par terre, elle prit le corps de Drago entre ses bras, puis leva sa tête vers son agresseur.

-Comment as tu assez le toucher ! déclara t-elle calmement.

Sa voix était si froide qu'elle fit frémir Pansy, cela lui rappelait tant la voix de son maître. Et lorsqu'elle aperçu les yeux de mina, elle ne put se retenir de pousser un cri de stupeur. Ces yeux étaient rouges, aussi rouges que le sang, aussi rouge que ceux de Voldemort. Pansy recula, voulant s'enfuir, mais fit stopper par une barrière invisible.

-Je ne peux pas te pardonner.

A ces paroles, le corps de Pansy s'éleva dans les airs et s'abattit violemment contre le mur en pierre, elle perdit momentanément conscience. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle put voir Mina se pencher sur Drago et l'embrasser sur la bouche.

-Je ne laisserais personne te faire du mal.

Puis elle posa ses mains sur le corps inanimé.

-Curation.

La magie s'opéra et le corps de Drago, qui était auparavant couvert de cicatrice se refermèrent, ne laissant aucune trace de ce qu'il venait de subir. Il reprit vite conscience et regarda Mina dans les yeux, en lui souriant. Mina passa sa main dans les cheveux de son ami et l'embrassa à nouveau. Drago se laissa faire, mais lorsqu'il reprit complètement ses esprits, il se recula, la regardant intensément dans les yeux, il posa sa main sur le visage de Mina.

-Qu'est ce qu'il est arrivé à tes yeux ? lui demanda t-il. Et où est Pansy ?

-Elle n'a eut que ce qu'elle mérite, dit-elle, en faisant un signe de tête en direction de Pansy.

-Relâche la, demanda t-il, en constata avec frayeur que son ennemie était dans un sale état.

-Pourquoi le ferais je ?

-Parce que tu n'es pas elle, et que tu ne peux pas faire ça.

-J'ai tout les pouvoirs, pourquoi ne pourrais je pas le faire ?

A ça, elle leva la main vers l'adolescente, qui s'enfonça encore plus dans le mur. Drago entendit les côtes de la jeune femme craquer. Pansy le regarda en le suppliant du regard, puis s'évanouie.

Drago se retourna vers mina.

-Arrête, je t'en supplie, je ne veux pas que tu l'as tue, tu n'es pas un tueur.

Mina se figea, des larmes coulaient de ses yeux, des larmes de sang, elle commençait à reprendre ses esprits, elle aussi.

-Que se passe t-il ? s'écria alors une voix, que Drago reconnu entre mille.

Le professeur Rogue arriva en compagnie de Fleur.

-Qu'est ce..

Ils s'arrêtèrent brusquement en voyant l'état de Mina puis aperçu Parkison.

-Mr Malefoy que s'est il passé ?

-Pansy nous a attaqué, et Mina a …

Cette dernière s'évanouie dans les bras de son ami, tandis que Delacour s'occupait à détacher de mur la Serpentarde, et la déposait sur une civière. Rogue s'occupait de voir comment était Mina, et Drago.

Les professeurs avaient emmenés les trois adolescents à l'infirmerie, ils prirent soin de mettre Mina dans une autre pièce, Drago voulut aller avec elle, mais Mme Pomfresh et Miss Delacour l'en empêchèrent. Rogue attendit, en compagnie de Malefoy, que Dumbledore, Sirius et Ambre arrivent, pour savoir ce qu'il s'était vraiment passé. Malefoy leur expliqua tout, décrivant la rage dont avait fait preuve Parkinson, mais ne pu expliquer du moment où il s'était évanouie jusqu'à ce qu'il se réveille dans les bras de Mina. Il rougit en expliquant le comportement bizarre de Harry, mentionna le baiser, et finit son récit sur l'arrivée des professeurs.

-Mr Malefoy, Miss Parkinson vous a-t-elle blessé gravement ? demanda Sirius.

-Le dernier sort qu'elle m'a lancé est le doloris, mais je crois qu'elle m'en a lancé plusieurs. A vrai dire, j'ai eu tellement mal que je ne sais plus très bien, je crois avoir perdu connaissance à ce moment là.

Ambre semblait soucieuse depuis un moment, elle finit par prendre la parole.

-Comment t'es tu senti avant d'ouvrir les yeux, et avant que Mina t'embrasse ?

-Euh…bafouilla Drago, qui aurait préféré oublier cet épisode. Je ne sais plus trop…A vrai dire, je crois que je me sentais vraiment bien, comme si…

-Comme si tu n'avais jamais subi de Doloris ? finit Ambre.

-Oui, maintenant que vous me le faites penser. C'est vrai que je n'avais plus mal, au contraire, il y avait quelque chose en …plus.

-J'aurais du m'en douter, s'exclama Ambre.

-Pouvez vous nous expliquer ? demanda le directeur.

-Comme vous le savez, Harry n'a pas tout ces pouvoirs, mais en même temps, il n'a pas toute la connaissance génétique de notre famille. Or, je pense que pour guérir Mr Malefoy, il a inconsciemment utilisé un sort familial, un que l'on ne peut transmettre que par le sang.

-Comment ça ? interrogea Drago.

-Mr Malefoy, je pense que vous voir dans cet état, à mis Harry dans un état tel, qu'il a du entrer dans une sorte de transe. Si bien, qu'il a utilisé un sort, que seule ma famille possède. Si Harry t'a embrassé, c'est pour te lier à lui, d'une manière magique, afin d'utiliser le sort curation à son maximum. Tu aurais pu être à la limite de la mort, qu'il aurait pu te ramener tout aussi facilement. Ensuite, il a du t'embrasser, à nouveau, pour couper le lier qui vous unissait.

Comprenant l'étendu des pouvoirs de Harry, le directeur, suivit par Rogue et Black, allèrent prendre connaissance de l'état de leur jeune prodigue.

-Que ce serait-t-il passé, s'il n'avait pas rompu le lien ? demanda Drago, à part à Ambre.

-Je ne sais pas trop, vous auriez partagé votre magie. Je ne crois pas que cela aurait été une bonne chose pour vous.

-Professeur McPeterson, pourquoi Harry a-t-il usé d'un tel sort sur moi ?

-Tout ce que je peux te dire, c'est qu'il tient à toi, comme toi, tu tiens à lui.

-…

-Ne t'es tu pas mis entre lui et Miss Parkinson, pour le protéger ?

-…Je tiens à lui, c'est mon ami.

-Il en est de même pour lui. Il serait bon que vous alliez une conversation ensemble.

-Oui.

Ils rejoignirent les professeurs, qui semblaient satisfaits de l'état de santé du Survivant.

A bientôt pour la suite ^_^