Yosh !

Revoilà un bout de chapitre. J'ai un peu de mal à bien découper ces chapitres, surtout parce qu'à la base, il s'agissait de morceau d'histoire envoyé à un ami au fur et à mesure. Et sur Skype, ben deux pages words, ça fait tout de suite beaucoup x) ... Alors bon, il a fallu que j'en combine plusieurs en espérant que ça passe, sauf que ça passe moyen, meh.

Bonne lecture !


Rapport Laboratoire Sud 29 Octobre.

Plusieurs nouvelles importantes sont à noter. Tout d'abord, les tensions au-dehors semblent s'accentuer de jour en jour, mais nos partenaires vont auront sans doute déjà transmis ces éléments. Ensuite, une seconde expérience Alpha pourrait bientôt passer en tant qu'amélioration à part entière, veuillez s'il vous plait vous référez au sujet n°23. Enfin, quelques dissensions internes sont à noter du côté d'Altaï. Peut-être est-il temps de lui offrir un autre point de vue sur nos bistouris.

(…)

Sujet n°23, utilisé en Alpha (Sakha) :

Le sujet a pris conscience très rapidement de son nouveau sens sans qu'une intervention explicative ai même été nécessaire. Il a trouvé la sphère en moins de dix minutes, bien qu'handicapé par sa jambe droite brisée (les dernières radiographies sont jointes au rapport). La perte de la vue a peut-être un rapport avec cette capacité d'adaptation prodigieuse puisque le poussant à utilisant au maximum ses autres capacités, ou bien cela est-il simplement dut à sa condition de ninja ? Toujours est-il qu'il s'est de plus récemment mis à scruter l'un des tubes de verre. Les chances pour qu'il ait détecté la forme de vie à l'intérieur sont élevée : il s'agit d'un de nos tests sur une anguille électrique, elle produit donc (bien que n'étant rien de plus qu'une larve amorphe incapable du moindre mouvement) des décharges à intervalles réguliers.

Physiquement parlant, l'opération n'a laissé aucune trace, cicatrices mises à part. Bien que pouvant être décrit comme maigre au sens strictement médicale du terme (IMC à 17.2) le sujet se porte bien, aucune complication n'a été détectée et les plaies les plus importantes ne devraient plus représenter le moindre danger dans quelques jours. J'émets l'hypothèse que, selon la théorie de la plasticité cérébrale, les airs du cerveau dédiés à la vue, puisque désormais inutile, vont être utilisé pour ce nouveau sens. Bien que le confier à nos collaborateurs pour tenter d'étayer ce raisonnement soit fort attirant, je ne peux m'empêcher de craindre qu'on ne me ramène le sujet en petit bout, ce qui serait fort navrant au vue de son potentiel.

D'un point de vue purement psychologique, comme il fallait s'y attendre il nourrit un fort ressentiment à notre égard, mais cela semble plus dû à la perte de sa vue qu'à son utilisation en tant que cobaye. En fait, ce point l'a très clairement enragé, et il ne se montre coopératif que, semble-t-il, pour acquérir de quoi combler son handicap. Néanmoins, a-t-il réellement conscience de l'endroit où il se trouve ? Sa situation ne lui permet guère de repérage. Il serait intéressant d'engager une conversation avec lui, d'autant qu'il s'est montré réceptif aux premières allocutions. J'essaierais dans peu de temps.

Bien à vous.

PS : Si vous pouviez me descendre une nouvelle bouilloire pour mon thé, j'ai tenté une petite amélioration sur la mienne pour diminuer le temps d'attente, mais j'ai bien peur que cela ait échoué…

Sujet n°24, utilisé en Beta (Altaï) :

(…)

.

.

Naruto s'arrêta sur une branche pour observer la progression de ses compagnons, qui n'avaient apparemment pas parfaitement saisi l'urgence de la situation. Sakura affichait une mine résignée qu'il détestait par-dessus tout, comme si elle savait déjà pertinemment que ce qu'ils pourchassaient n'était qu'une illusion.

-Allez, magnez-vous !

La rose releva la tête, et, pour la énième, prononça une phrase que le blond abhorrait.

-Ça ne sert à rien et tu le sais.

La muette approbation de Kakashi augmenta d'un cran l'énervement, et par conséquent l'agitation, de l'Uzumaki. Il se mit à mouliner copieusement l'air de ses bras, à sa glorieuse habitude, alors que le ton de sa voix haussait d'un cran pour appuyer sa râlerie.

-Mais on doit le retrouver ! Tu lui as mis une jambe en vrac, il a pas pu aller bien loin tout seul, même en plus de deux semaines !

La medic-nin secoua la tête tristement. Elle ne pouvait guère lui en vouloir, leur dernière rencontre avec le troisième membre de l'équipe avait été des plus frustrantes : là où l'affrontement avait clairement tourné en leur faveur, il avait fallu qu'ils soient attaqué par deux membres de l'Akatsuki au moment critique et l'Uchiha en avait profité pour battre en retraite. Ils avaient tous failli perdre la vie ce jour-là. Quant à Sasuke, il avait bien entendu disparut à leur retour.

-Ce n'est pas ça Naruto. Écoute, avec les blessures qu'il avait…

-Ouais, quelqu'un a dut l'aider, il doit être tranquillement dans un lit à penser qu'on ne viendra pas le chercher.

Il sourit, incapable de penser à l'hypothèse la plus probable. Ramener son rival de toujours était son objectif principal et tant qu'il ne l'aurait pas accompli, l'autre était à ses yeux tout simplement immortels. Le blond ne permettrait pas qu'il meure, pas d'autre chose que de sa propre main en tout cas.

-C'est une occas' en or, faut qu'on se dépêche !

La kunoichi poussa un lourd soupir. Elle-même, lorsqu'elle avait entendu parler de la mort d'Itachi, avait espéré voir revenir l'Uchiha. Après tout sa vengeance accomplie, rien ne l'empêchait plus de retourner au village, seulement le déserteur avait préféré s'enfoncer un peu plus dans les ombres et désormais Sakura n'y croyait tout simplement plus. Au mieux, elle espérait pouvoir l'arrêter par les poings avant qu'il ne commette le pire. C'était ce qu'ils avaient tenté de faire, voilà déjà deux semaines : le stopper dans sa course folle. Elle doutait que l'Akatsuki l'ait récupéré, les dangereux ninjas n'avaient que faire d'un blessé et n'auraient de toute façon pas su comment soigner autant de blessures. Pour la rose, le brun était mort.

Elle emboita néanmoins le pas à Naruto lorsqu'il s'élança à nouveau d'arbre en arbre. Il fallait qu'elle garde un œil sur lui, il était de plus en plus la cible d'attaque, principalement de l'Akatsuki. Kakashi lui-même ne devait les suivre que pour cette raison seule, son unique œil visible ne reflétant que la résignation d'un vieux guerrier face à l'inévitable.

Une fois arrivé, le tour des lieux était rapidement fait.

La clairière était encore marqué par le combat, ici un arbre brisé par un Rasengan, là des traces de boules de feu, là encore un cratère crée par ses propres poings. La piste laissée par Sasuke était encore faiblement présente, bien qu'effacé en grande partie, aussi la remonter ne leur posa que peu de problème. Comme la dernière fois, elle s'arrêtait nette, prêt d'un vieux chêne. Sakura aurait juré que lors de leur dernier passage, le bois portait des traces de sang, pourtant il en était désormais totalement exempt.

C'était l'un des premiers jours de l'hiver, un de ses jours où malgré le ciel teinté presque exclusivement de bleu pâle le froid est déjà là. Les arbres s'étaient dénudés depuis longtemps, leur branche paraissant soudainement bien plus intimidante sans touche de vert. Une fine couche de neige était tombée la veille, juste assez pour recouvrir en partie le tapie de feuilles du sous-bois et le faire craquer à chacun de leur pas, aussi léger fussent-ils. Par endroit, l'herbe parvenait encore à apparaître de manière erratique, dernier vestige de l'automne alors que le givre commençait doucement à prendre place çà et là. Malheureusement pour eux, si ce genre de journée pouvait être magnifique bien à l'abri dans une maison, elles étaient également désastreuse pour une traque.

Kakashi enchaina quelques signes pour invoquer l'un de ses chiens, mais le canidé eut beau renifler aux alentours aucune trace odorante n'avait persisté. Il revint la queue entre les jambes, la tête basse, et eut malgré tout droit à une gratouille de la part de son maître pour l'effort. Les marques physique qui auraient pu témoigner du passage du déserteur avaient été soit effacé par la neige, soit piétiné par quelques animaux, soit tout simplement trop amoindri par le temps. En fouillant l'endroit au maximum, tout ce qu'ils purent retrouver fut un morceau de tissu délavé, piétiné, gorgé d'eau et en partie gelé. À tel point qu'il était impossible de déterminer si sa couleur rougeâtre était celle de base ou s'il était imbibé de sang séché. Le ninja au Sharingan l'accrocha tout de même à la poche de kunai qu'il portait à la cuisse. Il s'agissait surement, après tout, du dernier souvenir laissé par son troisième élève.

Naruto tentait encore vainement de trouver la moindre piste. Ses compagnons avaient abandonné mais aucun des deux ne souhaitaient briser l'espoir du jeune homme, aussi ils restaient là à attendre qu'il se lasse. Sakura s'était assise contre le chêne, persuadé qu'il s'agissait là du dernier geste de l'Uchiha, scrutant le ciel en tentant d'imaginer ce qu'il avait bien put voir avant de fermer définitivement les yeux. Kakashi caressait d'une main machinale le poil de son chien, le regard perdu dans le vague, son esprit hanté par de sombre pensée.

Il fallut une heure de plus de recherche infructueuse pour que le blond se résigne enfin.

Le voyage de retour se fit dans une ambiance pesante.

.

.

Sasuke tendit la main.

Dans son monde constitué désormais essentiellement de points et de lignes bleutés, ses doigts trouvèrent sans problème la couverture à terre pour l'agripper. Il l'a traîna jusqu'à un coin de sa cellule ou trônait un énorme tube qu'il supposait en verre, n'ayant pour détecter de quelle matière il s'agissait que le son qu'elle avait produit au contact de son poing, et s'assit devant autant pour reposer sa jambe blessée que pour terminer sa petite expérience.

L'aveugle avait passé le premier jour de sa détention à tenter de trouver et de plier à sa volonté cette chose qui lui permettait de voir sans voir. La voix s'était peu manifestée, à peine une ou deux fois, essentiellement pour lui annoncer qu'il fallait désormais qu'il prenne soin de ses bras. En tâtant l'intérieur de ces derniers, il avait rapidement détecté des cicatrices trop droite et propre pour ne pas correspondre à ce qu'il cherchait. Une fois cette constatation faite, le gros du travail avait commencé.

Il s'agissait d'abord de définir un tant soit peu les contours de la pièce dans laquelle il se trouvait, ce qui se révéla rapidement un véritable calvaire. Encore peu habitué à ce que pouvait lui offrir ce nouveau don, l'Uchiha n'avait réussi qu'à détecter la bête qui flottait paisiblement dans l'un des trois tubes accroché à l'un des murs. Une fois sur qu'elle ne pouvait ni l'attaquer, ni servir de repas, il s'était replongé dans son travail sans grand succès, si ce n'était une migraine naissante. Le ninja avait fini par s'endormir dans un coin, le ventre vide, prêt à s'éveiller au moindre signe.

Le second jour avait été un peu moins frustrant. C'était un son léger, à peine un chuintement, qui l'avait sorti d'un état vaguement léthargique plus que d'un vrai sommeil. Il s'était redressé comme il pouvait en scrutant la zone d'où provenait le son : il y avait eu le bruit du glissement d'une plaque sur une surface lisse, puis à nouveau le chuintement et plus rien. Après s'être farci la distance qui le séparait de l'éventuel objet qu'on avait introduit dans la pièce, à cloche-pied, avec l'aide d'un mur, il avait découvert qu'on venait tout simplement de le nourrir. À partir de ce moment, il fut à chaque fois réveillé par le même son de la porte, annonciateur du repas, qui s'ouvrait et se refermait en ne restant ouverte que quelques secondes à peine.

Les troisièmes, quatrièmes et cinquièmes jours s'étaient déroulés exactement de la même manière. Ça n'avait été qu'un long entrainement quasiment ininterrompu pour parvenir à utiliser de manière correct son sixième sens et se faire à l'idée que le cinquième avait disparu –bordel, il valait mieux qu'il ne pense pas trop à ça. La voix se faisait presque toujours entendre lors de ses rares pauses, globalement très curieuse à propos de ses progrès. Sasuke lui répondait au début à demi-mot, tentant en bon ninja d'extorquer le plus possible des informations plutôt que d'en céder. Puis devant le peu de résultat il se contenta de son dialecte habituel, c'est-à-dire de phrases monosyllabiques agrémentées de « hm » et de grognement quasiment inaudible. Il nourrissait pour la voix quelque chose qui ressemblait à une très forte rancune comme lui seul pouvait en développer plus qu'à de la haine pure et dure. Probablement parce si son Sharingan avait disparu, on ne l'avait pas non plus totalement laissé dans un coin à croupir d'inutilité en attendant qu'on lui passe une lame sous la gorge. Et on l'avait sauvé, aussi. Ça comptait pour quelque chose.

Une semaine de plus avait ensuite passé. Sa jambe guérissait doucement, ses quelques discussions rythmaient lentement mais surement les jours. Il y eut un moment où il perdit le compte et ne sut plus depuis combien de temps il se trouvait là, avant de se surprendre à ne pas réellement s'en soucier. Pour rester en forme, il s'exerçait régulièrement, que ça soit en matière de combat rapproché ou de technique, bien que l'aveugle se garde bien de dévoiler les plus puissantes d'entre elles à ses geôliers. C'est lorsqu'il testa quelque Raiton qu'il eut la plus grosse surprise. Là où il ne voyait que de manière assez indistincte ses autres attaques, le moindre fil de shakra un tant soit peu électrique lui apparaissait aussi clairement que si il l'avait vu, voire mieux. Pour en conclure que son nouveau don était basé sur cet élément, il n'y avait qu'un pas qu'il franchit rapidement.

Peu à peu, la pièce dans laquelle il se trouvait s'était dessiné de plus en plus nettement jusqu'à être totalement modélisé sous forme de point et lignes bleutées, de son contour jusqu'au plus petit détail. Et depuis quelques heures à peine…

L'Uchiha ne vérifia même pas la présence de la créature dans son bocal de verre, il savait parfaitement qu'elle se trouvait là. Il plaqua la couverture contre la paroi, curieux. Comme il s'y attendait, malgré un élément obstructeur les formes de la bête lui apparaissait toujours très clairement. Ce qui signifiait que la silhouette qui se dessinait peu à peu derrière l'un des murs de sa prison n'était pas dut à un quelconque dérèglement de son sixième sens. Il s'agissait d'un humain, plus vraisemblablement, au vue des contours de plus en plus précis, d'un homme adulte.

Derrière la vitre sans teint, blindée comme il se doit, à deux mètres de hauteur par rapport au sol de la cellule, Sakha fixait son sujet, les deux coins de ses lèvres levés difficilement en un sourire tellement peu habituel que tous ses assistants avaient déserté la pièce. Le scientifique appuya sur le bouton du micro, il y eut un crépitement sec alors que le haut-parleur se mettait en marche. Les yeux du n°23 ne cillèrent pas, toujours figé sur sa position.

-Tu viens de dépasser tous mes espoirs.

Sou sourire retomba, non pas à cause d'une quelconque déception, mais ses zygomatiques ne supportaient plus un travail auquel on les avait trop peu habitué. Il réfléchit un instant, pesant le pour et le contre de son idée, avant de reprendre.

-Le temps de faire bouillir un peu d'eau et je descends te voir.

Et il descendit.


Gnaaaah, n'oubliez pas de me dire ce que vous en pensez :3 !