I didn't mean it

OS en 2 parties

Bella POV

Cela faisait maintenant un an qu'Edward était partit. Un an qu'un trou béant avait prit place dans ma poitrine. Je n'avais plus rien. Plus de de rêves, de désirs, de joie ou encore, d'espoir. Il avait tout emporté. Et tout briser.

Cela faisait un an que je n'arrivais plus a parler de lui, de nous. Je ne parlais que très peu, économisant mon énergie pour survivre une journée de plus. Je savais qu'il ne reviendrait pas, qu'il était parti pour de bon. Edward l'avait dit. Il l'avait dit avec une conviction si forte, que j'avais senti mon coeur se briser. Il partait pour ne jamais revenir. Il ne m'avait jamais réellement aimé, et je n'étais pas assez bien. James l'avait dit, je n'étais que son fragile petit être humain. Son divertissement pour quelques temps. Rien de vrai. Rien de sérieux. Rien. Je n'étais rien. J'avais cru, pendant tout le temps où je l'avais diverti, que les Cullen tenaient à moi. Qu'ils ne m'abandonneraient jamais. Mais j'avais eu tort. Sur toute la ligne. Sur eux, sur Edward. Ils n'avaient jamais envisagé me transformer. Je n'étais là que pour quelques temps, au mieux, quelques années. Mais ma soirée d'anniversaire avait mis fin à tout cela. Après l'attaque de Jasper, ils ont panqiué. Ils ne voulaient pas qu'on découvre leur secret. Ma mort aurait tout révélé. Ce n'était pas ma vie qui devait être protégée, mais la leur. Leur existante était menacée par ma présence. Je n'étais qu'une humaine après tout. Pourquoi prendre autant de risque ? Alors, ils ont fait ce qui devait se produire des années après. Ils sont parti, sans moi. Me laissant dans cette foret, seule. Après m'avoir fait ses adieux, Edward disparu. Pour de bon. Ne voulant pas lacher prise, je courru. Aussi loin que je pouvais. Je ne retrouvais pas Edward. Je finis simplement perdue, seule, frigorifiée. Allongée au sol, je pleurais jusqu'à ne plus pouvoir bouger, jusqu'à ce que respirer me demande un effort incroyable. J'attendais la suite. Tout ne pouvait pas se finir ainsi. Il ne pouvait pas fuir. Pourtant, aucun Cullen ne me sauva, pas même Alice, pas même Carlisle, pas même lui. Je me réveillais dans mon lit, chez Charlie. Entourée par ce dernier et Jacob. Ils m'expliquèrent que Sam m'avait retrouvée, et Charlie me posa un tas de question sur ce qu'il s'était passé. Je ne su répondre. Je ne pouvais pas. Un regard vers Jacob me confirma qu'il avait deviné. Je me tournais dans le lit, faisant face à la fenêtre. Je ne supportais plus le bruit. Encore moins lorsque ce bruit n'était que des questions sur les Cullen. Je ne voulais plus que l'on me parle d'eux. Je mangeais peu, perdant ainsi énormément de poids. Mon corps était maigre, et faisait peine a voir. Mes os apparaissaient sous ma peau, ma peau si blanche. Les nuits remplies de cauchemars me laissaient des cernes noires, dont je n'arrivais à me débarrasser. Je passais le plus clair de mon temps assise à ma fenêtre de chambre, observant l'extérieur. Les feuilles qui tombent à l'automne, le verglas et la neige de l'hiver. Charlie me parlait, sans cesse, esperant sans doute que je lui explique. Que je lui explique comment on en était arrivé à cette situation. Mais rien ne me faisait craquer. Pas même Jacob et ses visites journalières, tentant de me sortir de cette torpeur. Mais même Jacob ne semblait pas comprendre.

J'ouvris les yeux après une nouvelle nuit chaotique. Et c'est là que l'idée arriva à mon esprit. Il voulait que je sois humaine. Alors je le serai. Je laissais alors un mot à Charlie dans la cuisine.

Je suis sortie prendre l'air. J'en ai besoin. Ne m'attends pas pour diner ce soir, ne t'inquiètes pas, je ne rentrerai pas tard.

Bella.

Je pris alors les clés de ma chevrolet, et pris la route. Durant la route, je réfléchissais à ce que j'allais faire. Non, je n'allais pas abandonner. Mais était ce un comportement suicidaire ? Est ce qu'au fond, je désirais la mort à ce point ? Je voulais mettre ma vie en danger, sentir l'adrénaline, la peur, être humaine, vivre, sentir mon coeur accélerer face à la dangerosité de mon geste. Je n'allais pas reculé. Pas maintenant. Il était trop tard. Et peu importe comment se finirait les choses, peu importe si ma vie prenait fin. Elle avait déjà pris fin, d'une certaine manière. Je n'étais plus que l'ombre de moi même. Mon corps en était la preuve. Marcher, respirer était un effort. Même si je ne le disais jamais à voix haute, même si je n'y réfléchissais jamais vraiment, j'étais anorexique. Mon corps me laissait tomber lui aussi. Il était fatigué, épuisé de tout ces efforts. De ces abandons. De son abandon.

Arrivée à la falaise, je contemplais la hauteur. Le vide dans lequel j'allais sauté. Peut être que tout se passerait bien, ou peut être que jamais je ne remonterais à la surface. Peu m'importais l'issue. Je devais être humaine, juste quelques minutes, quelques secondes, le temps d'une chute dans les eaux froides qui cognaient avec force contre la falaise. Je retirais mes bracelets, et autres objets que je portais. Je retirais ma veste. J'y étais. J'allais sauté.

Le saut ne dura que quelques secondes. Le vent frais n'était rien je le savais comparé à la froideurs des eaux dans lesquelles j'allais arrivé. Soudain, j'y étais. Sous l'eau. Les vagues secouaient mon corps dans tout les sens. Je tentais alors de rejoindre la surface de l'eau. J'y arrivais, mais ne pu évité la vague qui me ramena sous l'eau, a nouveau. Alors, voulant remonté à la surface, je rencontrais une seconde vague. Cette fois ci, mon corps était trop faible pour nager. Je le savais. Mon corps coula lentement, quelques bulles s'échappaient de ma bouche. Je ne me débattais plus. Je me laissais couler. Il était temps. Temps d'en finir. Temps d'avoir la paix intérieure que j'avais perdu un an auparavant.

Alors que je m'attendais à sombrer complétement, a ne plus rien sentir, je sentis une main attraper mon poignet. D'une poigne forte. Edward ?