J'ai été inspirée par un dessin de Hidan-chan-my-foot sur tumblrs, ses dessins sont adorables. J'espère que les personnages ne sont pas trop OOC.


L'équipe de Sasori

Sasori était étonné d'avoir été convoqué par le quatrième kazekage en ce début d'après-midi, en général les missions étaient données dans la matinée, et comme ses deux partenaires habituels Pakura et Yashamaru n'étaient pas là, étant partis respectivement au pays du thé et à Kirigakure, il se demandait ce que le chef du pays lui voulait. Il frappa à la porte, et attendit d'y être invité pour entrer. Il pénétra dans la pièce et eut la surprise d'y découvrir trois enfants, debout devant le bureau du quatrième kazekage. Le petit-fils de Chiyo les reconnut immédiatement, il s'agissait de Temari, Kankuro et Gaara No Sabaku, les enfants de Rasa No Sabaku, l'actuel kazekage.

« Sasori, à l'heure comme toujours, nota Rasa

-Vous vouliez me voir ?

-En effet, hier soir une décision a été prise par le conseil et moi-même. Dorénavant les shinobis devront commencer à former leur future équipe très jeune afin de renforcer les liens entre le sensei et ses élèves. Comme tu dois déjà t'en douter, je t'ai choisi pour t'occuper de mes enfants, lui annonça-t-il

Sasori n'en revenait pas, il allait devoir entraîner la fratrie No Sabaku ! Certes ils semblaient présenter un fort potentiel mais ils n'étaient encore que des enfants. Temari devait avoir huit ans, Kankuro sept et Gaara n'allait jamais pouvoir en tirer quelque chose.

-Merci de nous consacrer votre temps Sasori-sensei, le remercia la seule fille du trio

Ses deux frères l'imitèrent en inclinant respectueusement la tête. Le scorpion ne savait pas comment réagir, c'était une lourde responsabilité et il ne pensait pas être le ninja idéal pour ce travail. Tout le monde à Sunagakure savait qu'il n'avait pas de patience. Il ne supportait déjà pas les erreurs de ses partenaires alors comment aurait-il pu endurer celles d'enfants. Le chef du pays du vent était tombé sur la tête.

-Des questions ?, lui demanda le père de la fratrie

Il ne pouvait pas refuser, et faire la moindre remarque pourrait lui être néfaste, son supérieur l'enverrait sur des missions inintéressantes pendant des mois.

- Vous ne pensez pas qu'ils sont un peu jeunes pour être entraînés, fit-il remarquer

- Trop jeunes pour être entraînés ou trop petits pour que tu arrives à les supporter, taquina Rasa

Le géniteur des enfants ne se permettait pas de plaisanter avec tout le monde, mais il connaissait Sasori depuis l'académie, et ils avaient même été dans la même équipe avec Karura, sous la direction du troisième kazekage. Il était assez proche du scorpion pour s'autoriser de plaisanter.

- Sasori est notre sensei !, dit Gaara content en s'accrochant à son pantalon

Il baissa les yeux vers le plus jeune des trois, il lui faisait un immense sourire et ses petits yeux bleus brillaient intensément. Cela allait être difficile de dire non.

- Que désirez-vous que je fasse avec eux ?, soupira-t-il

- Je veux que tu les prépares pour les futurs cours pratiques qu'ils auront à l'académie fais les courir pour les rendre plus endurant et plus rapide, faire leur lancer des kunais et des shurikens dans des cibles...Ne sois tout de même pas trop dur avec eux, ils sont encore jeunes, rappela le kazekage

-Comme vous voudrez,

-Tu peux leur faire effectuer certaines missions de rang D, mais pas au dessus, continua Rasa

- C'est vrai papa on va pouvoir accomplir des missions, répéta Kankuro étonné en se tournant pour faire face à son géniteur

- En effet, en dehors de vos heures aux classes préparatoires et lorsqu'il ne sera pas en mission lui-même, vous serez aux ordres de Sasori, qui vous formera au métier de ninja, confirma-t-il

- Est-ce que cela veut dire que nous sommes des genin à présent ?, demanda Temari

- Non pas encore, mais si vos résultats scolaires du premier trimestre sont excellents, et que Sasori me dit que vous vous en sortez bien, alors vous pourrez le devenir sans passer par l'académie,

La fille et ses deux frères restèrent sans voix, ne pas aller à l'académie et être un shinobi, ce serait génial.

- Allons-y nous avons perdu assez de temps ici, ordonna Sasori

-Bien Sasori-sensei !, obéirent les trois enfants

- Soyez sages !, cria leur père avant qu'ils ne disparaissent

-Promis »

Le scorpion n'en revenait pas qu'il avait accepté, pourquoi mais pourquoi avait-il dit oui pour devenir le sensei des No Sabaku. Rasa avait le droit d'avoir de l'estime et de l'ambition pour ses enfants, comme la famille de Sasori en avait pour lui, mais il n'était pas forcé de le mêler à ça.

Il était dans une zone réservée aux entraînements avec ces trois enfants, qui n'étaient même pas encore genin. Tous les trois le regardaient de leurs yeux grands ouverts, prêts à le suivre sans poser de questions, et maintenant, que devait-il faire avec eux ?

« Par quoi commence-t-on Sasori-sensei ?, demanda Gaara

- Montrez-moi comment vous vous débrouillez en lancé de shuriken, déclara-t-il

Kankuro fut le premier à se lever du rondin de bois qui servait de banc aux trois enfants, et se rapprocha du scorpion. Celui-ci lui donna un shuriken et lui indiqua une cible qui se situait à une distance moyenne d'eux. Le petit brun le lança sans réfléchir mais avec une précision qui faisait froid dans le dos. Il semblait bien avoir calculé son coup puisque l'objet atterrit en plein centre de la cible.

-Super j'y suis arrivé et du premier coup, je suis le meilleur !, s'écria Kankuro

Sasori resta interdit quelques secondes, les enfants qui présentaient cette caractéristique étaient en général les plus disposés à devenir des marionnettistes, et cela intrigua le jonin. Son élève n'avait que sept ans, cela était extrêmement jeune. Le petit-fils de Chiyo n'avait été considéré que comme un futur maître des marionnettes à onze ans.

- C'est bon tu n'as pas besoin de t'en vanter non plus, tout le monde peut le faire, râla Temari

Son cadet se tourna vers elle, un air triomphal sur le visage, et bomba fièrement le torse, elle était juste jalouse et il le savait. Il la battait à cet exercice et sa sœur avait horreur de ne pas être meilleure que ses frères.

- Si c'est si facile que ça tu n'as qu' à venir nous montrer tes talents, la provoqua-t-il

Elle se leva et son tour et prit la place de son frère, qui lui était retourné s'asseoir à sa place initiale. Gaara le félicita et espéra qu'il pourrait en faire autant. Kankuro, en bon grand frère, lui assura que oui, qu'il ne fallait pas qu'il stresse.

Tout comme au petit brun, Sasori tendit un shuriken à la petite blonde qui le remercia. Elle se concentra à son tour, et lança l'objet qui vola encore plus vite que celui de son cadet. Il était trop haut en altitude, elle fronça les sourcils, et sans s'en apercevoir fit un mouvement vers le bas avec sa main. Cette action, non préméditée, eut pour effet de dévier la course du shuriken qui finit par atterrir en plein centre de la cible, détachant au passage celui qui y était déjà. Sasori ne montra rien mais cela le laissa sans voix, ce qui venait de se dérouler devant ses yeux n'était pas normal. La trajectoire du shuriken n'aurait jamais dû se terminer ainsi. Temari avait agit là dessus, mais comment, c'était ça la question.

- Alors Kankuro tu disais quelque chose, c'est bizarre je ne t'entends plus, nargua-t-elle

Le plus vieux de ses frères bouda, c'était injuste il était pourtant si sûr qu'elle ne pourrait pas faire mieux.

- Gaara, viens c'est à ton tour, l'appela le scorpion

Le concerné dégluti avant de se dépêcher de rejoindre son sensei. Il avait souvent entendu son père dire que Sasori n'était pas quelqu'un qu'il fallait faire attendre, la patience n'étant pas sa plus grande qualité. Le plus jeune des No Sabaku n'avait pas du tout envie de s'attirer ses foudres.

Il prit de sa petite main tremblante l'arme que lui tendait le maître des marionnettes qui ne pu s'empêcher de se revoir au même âge. Lui aussi avait été timide à cette époque, mais cela commençait à remonter, presque quinze ans. Autant dire une éternité pour un shinobi. Gaara regarda sa fratrie qui lui firent des signes d'encouragements.

Le petit garçon se concentra de toutes ses forces, il ne pouvait pas échouer, pas devant un homme comme Sasori, pas alors que son frère et sa sœur avaient assuré.

Fais-le petit, tu n'es pas aussi nul que tu le croies, lui murmura la voix de Shukaku, le démon qu'il abritait en lui.

Le démon s'était attaché à son hôte, même si ce dernier manquait cruellement de confiance en lui ce qui ne plaisait pas toujours au tanuki géant. Il avait beaucoup de volonté, cela compensait. L'enfant s'exécuta et lança le shuriken avec plus de force que l'avaient fait ses aînés. L'arme, après une course assez courte, se planta dans la cible, dans le deuxième cercle le plus près du centre. Déçu de sa performance, il baissa les yeux vers le sol, trop honteux pour oser affronter le regard de son sensei.

Sasori s'accroupit à son niveau, et lui remonta fermement le menton.

- Très bon travail Gaara, à ton âge c'est excellent, surtout quand on sait que tu as moins d'années de pratique que Temari ou Kankuro, le félicita-t-il

Les joues du petit garçon prirent la même couleur que ses cheveux, le jonin était fier de lui, et cela le rendait heureux.

- Ce sera tout pour aujourd'hui, il se fait tard, et demain vous avez cours, annonça le scorpion

-Déjà, mais on vient à peine de commencer , bouda le brun

-Kankuro, je vous ai simplement testé, demain, si je n'ai pas de missions hors du village, je vais vous entraîner, et je ne serais pas aussi gentil qu'aujourd'hui, expliqua-t-il »

Ils retournèrent tous les quatre devant la maison familiale, le marionnettiste frappa à la porte, et ce fut Karura qui lui ouvrit. Ils bavardèrent quelques minutes, et il informa leur mère qu'il avait prit sa décision et qu'il acceptait de devenir leur sensei. La femme de Rasa, le remercia, et il s'en alla, laissant la petite famille ensemble.

Si on lui avait dit un jour qu'il serait le chef d'une jeune équipe, il ne l'aurait pas cru une seconde, mais ces trois-là avaient un énorme potentiel, et Sasori, en tant qu'artiste, ne pouvait pas passer à côté, et les donner à quelqu'un d'autre. La fratrie du sable, sous son commandement, deviendrait la meilleure équipe du pays du vent tout entier.