Bonjour tout le monde !

Ça y est, je me lance et je reprend la coloc' ! Je compte la peaufiner mais aussi lui donner une suite ! Alléluia !

Je ne modifierai pas le texte qui a déjà été écrit (sauf si je trouve des fautes) par contre, il y aura des passages supplémentaires pour répondre un peu plus à vos attentes sur certains moments qui manquent cruellement de précisions. Je vous l'accorde, moi-même en la relisant je me suis dit "Mais euh... Pourquoi on voit pas ce passage là ?" Oui, parce que depuis le temps, j'ai oublié ma propre fic et je l'ai redécouverte en me disant "C'est moi qui est écrit ça ?" Je sais... Je suis surprenante ahah...

Et aussi, autre info, je vais modifier l'organisation des chapitres ! Peut-être en faire fusionner deux voir carrément en ajouter des nouveaux entre deux chapitres déjà existant ! De toute façon je vous préciserai ce qui est inédit de ce qui existait déjà ! ici, par exemple, j'ai regroupé les chapitres un et deux (car ils étaient très court) afin d'en faire un plus long ! Et surprise ! J'y ai ajouté mon premier tout petit passage bonus ! La rencontre entre Roy et Riza ! Oui bon, rien de folichon, mais je me suis dit "Pourquoi je n'ai pas mis ce détail ?".

Normalement le second chapitre devrait être totalement un bonus ! Je pense laisser le chapitre trois de la version de base tel qu'il est et aussi à sa place de chapitre trois !

Bonne journée !

Sei.


La coloc'

Chapitre 1 : Un nouveau coloc'.

Deux jours plus tôt…

- Je ne sais pas trop comment je dois le prendre… Rouspéta Riza en s'asseyant sur le gros pouf du salon.

Sa meilleure amie de longue date, avec qui elle était en coloc' depuis la fin de leurs études, venait de la mettre sur le fait accompli, elle partait vivre chez son copain… La laissant seule.

- Mais enfin Riz', tu sais bien que ce n'est pas parce que je pars, que je ne tiens plus à toi, souffla sa meilleure amie en s'asseyant à ses côtés. J'ai déjà vingt-cinq ans, ça fait deux ans qu'on est ensemble avec Jean, c'est normal qu'on ait envie d'aller plus loin et de vivre ensemble. Tu peux comprendre ça ?

- Oui, bien sûr, je savais très bien que ce jour finirait par arriver Reb'. Mais bon, je ne pensais pas que tu quitterais notre coloc' aussi rapidement…. Qu'est-ce que je vais devenir toute seule ? Soupira-t-elle en plongeant son regard dans celui de sa meilleure amie.

- Trouves une autre coloc', suggéra cette dernière en osant les épaules.

- Je n'aurais jamais la même complicité avec une autre fille… Soupira Riza pour la seconde fois.

- Et bien trouve UN coloc' dans ce cas ! S'exclama son amie tout en se levant pour se remettre à faire ses cartons.

- T'es pas sérieuse !? S'étonna la blonde incrédule.

Riza n'en croyait pas ses oreilles. Comment Rebecca pouvait imaginer une seule seconde sa meilleure amie vivre avec un homme !? Surtout depuis sa dernière liaison…

- Bien sûr que si ! Poursuivit la brune en levant son nez de son carton pour regarder sa coloc'.

A travers son regard plus que sérieux, Riza comprit que sa meilleure amie ne plaisantait pas. Mais qu'est-ce qui lui passait par la tête pour qu'elle ait ce genre d'idée ?

- Depuis ma rupture avec John, je redoute fortement un nouveau contact avec le sexe opposé…. Tu le sais très bien ! Pesta Riza, pas du tout d'accord avec cette idée de vivre avec un homme.

- Justement vivre avec un mec sans sortir avec lui devrait te faire du bien ! Ça te décoincera peut-être de cette idée dans laquelle l'autre abruti t'a plongé ! Argumenta la brune face à la réticence de la blonde.

- Je ne sais pas trop… Tempêta-t-elle en retour.

- Allez Riz' ! S'exaspéra Rebecca. En plus j'ai déjà sélectionné le mec idéal !

Alors là… Riza fut tellement étonnée par la remarque de sa coloc' qu'elle faillit en tomber de son pouf. D'où s'était-elle acquise le droit de pouvoir « sélectionner » son nouveau coloc' ?

- Quoi !? Non mais en fait tu manigançais ton coup en douce toi ! S'énerva la blonde.

- Mais non, c'est Jean qui m'a donné l'idée ! se défendit la brune face à l'agressivité naissante de Riza. Un de ses potes vient d'arriver en ville pour son travail et il recherche un logement, du coup comme on savait tous les deux que ma chambre à la coloc' allait se libérer, Jean lui a proposé.

- Dis-moi que c'est une blague Reb'… Supplia Riza.

- Je suis on ne peut plus sérieuse Riz' ! S'excusa Rebecca.

- Pff… Pesta-t-elle. Et laisse-moi deviner… Le gars a accepté ?

- Evidemment.

- Et toi tu laisserais un étranger vivre avec moi comme ça… Siffla Riza entre ses dents.

Elle n'était pas du tout contente de cet arrangement qu'avaient comploté Reb' et Jean derrière son dos… Et ce gars… Comment pouvait-il accepter cette coloc' sans même venir se présenter !? Non, Riza n'était vraiment pas contente…

- Ne me prend pas pour une idiote, j'ai rencontré le gars et je l'ai questionné. Je ne vais pas laisser ma meilleure amie vivre avec n'importe qui, persista Rebecca devant le regard noir de sa meilleure amie.

Les deux filles restèrent là à se défier du regard, et comme d'habitude, Riza plia la première devant le regard de sa meilleure amie. Elle ne pourra jamais la changer…

- Et ta conclusion ça donne quoi ? Céda-t-elle finalement.

- Ça donne que j'ai accepté qu''il prenne ma place à la coloc', répondit Rebecca tout à coup tout excitée. D'ailleurs tu vas le rencontrer toi aussi, on s'est donné rendez-vous cet après-midi, il viendra visiter l'appartement.

Riza soupira.

L'après-midi arriva beaucoup trop vite à son goût. Elle redoutait un peu cette rencontre. Et si ça se passait mal ? Mais elle n'eut pas le temps de se poser plus de question que déjà son futur nouveau coloc' sonnait.

C'est Rebecca qui alla l'accueillir, l'ayant déjà rencontré. Riza patienta sur son pouf, tentant de se donner contenance.

Son futur coloc' semblait légèrement plus âgé qu'elle. Il la dépassait d'une tête mais restait beaucoup plus petit que Jean, le petit-ami de Reb'. Il avait l'air gentil, du moins en apparence. Il avait l'allure du rigolo de service qui se mettait facilement les filles dans la poche. Toutes, sauf elle, se dit-elle en l'examinant des pieds à la tête. Jaugeant son apparence.

- Bonjour, tu dois être Riza ? Je m'appelle Roy Mustang ! Se présenta le nouveau venu. Ça ne te déranges pas si on se tutoie et qu'on s'appelle par nos prénoms ?

- Bonjour Roy. Enchantée ! Répondit-elle simplement en retour, s'efforçant de sourire.

Et voilà... Les présentations étaient faites, brèves et concises. Pas besoin de plus... Rebecca, qui sentait le malaise arriver, débarqua avec trois tasses de café fumante. Décidément, Riza se montrait toujours aussi froide. Elle avait du pain sur la planche si elle ne voulait pas faire fuir son remplaçant au sein de la coloc'.

- Et si on apprenait à se connaître un peu plus autour d'un café !

Riza savait très bien qu'elle parlait plus pour eux deux que pour elle, puisqu'elle avait déjà rencontré Roy et appris tous ce qu'elle voulait savoir à son sujet... Mais Riza, n'avait pas vraiment envie d'en savoir plus... Pour le coup, elle préférait avoir confiance en sa meilleure amie... Elle avait peur qu'en sachant qui était cet homme, elle ne s'y attache trop ou qu'au contraire, elle le déteste complètement...

Du coup, elle lança un regard noir à la brune. Regard qui ne passa pas inaperçu aux yeux de Roy.

- Je ne pense pas que se soit la peine ! Après tout, nous allons vivre en coloc' avec Riza, on aura tout notre temps pour apprendre à nous connaître !

Riza ne pu s'empêcher de lui échanger un sourire de remerciement. Pour le coup, il marquait un point. Il devrait faire un bon coloc' ! S'il se comportait ainsi au quotidien, elle devrait réussir à s'habituer à sa présence au sein de l'appartement.

- Bon et bien... Puisque aucun de vous deux ne veut faire d'effort ! Allons-y pour la visite de l'appart ! s'indigna Rebecca en reposant son plateau sur la table.

Aujourd'hui...

La jeune femme soupira au souvenir de cette conversation qu'elle avait eu avec Rebecca deux jours plus tôt. Elle avait toujours le don de l'exaspérer en se mêlant de sa vie privée et même aujourd'hui, alors qu'elle venait d'emménager avec son copain, elle avait fait en sorte de lui trouver un coloc' qui avait réussi « l'examen d'entrée » …

Une tasse à café dans la main, Riza se dirigea vers le pouf qu'elle appréciait tant. Rebecca ayant emménagé dans l'appartement de son copain, elle n'avait pas eu besoin de récupérer les meubles de leurs coloc', bien qu'elle aussi adorait le pouf en question, Rebecca l'avait finalement laissé à Riza. Heureusement pour elle. C'était l'endroit où elle se sentait le plus à l'aise, et avec l'arrivé de son nouveau coloc', elle allait en avoir besoin de son pouf.

La jeune femme soupira de nouveau. Pourquoi avait-elle accepté la proposition de sa meilleure amie ? Bien qu'elle eût rencontré le jeune homme en question, et qu'elle avait pu elle-même constater que c'était un garçon très charmant, elle ne pouvait s'empêcher de redouter son arrivée. Un certain malaise ne la quittait plus depuis la veille. Les souvenirs de sa dernière relation refaisant surfacent...

- Allez du nerf Riza, ce n'est pas John et en plus ce n'est pas ton petit ami mais ton coloc', se dit-elle à voix haute comme pour se convaincre elle-même.

Sa meilleure amie avait plié définitivement bagage hier en fin de journée et son nouveau coloc' devait arriver dans la matinée. Elle avait donc passé sa première et dernière nuit seule. A partir de ce soir, un homme dormirait dans la chambre à côté de la sienne. Dans la chambre où il y a encore deux jours, c'était sa meilleure amie qui y dormait…

Riza ravala les larmes qui menaçaient de tomber à cette pensée et sortit son portable de sa poche. Ce dernier venait de se mettre à vibrer.

C'était un appel de son coloc', avec qui, ils s'étaient échangés leur numéro lors de leur première rencontre deux jours plus tôt. Se disant que ce serait plus utile de pouvoir joindre l'autre en cas de soucis.

- Allo, Dit Riza en décrochant.

Elle tenta d'être le plus clair possible, ne laissant pas paraître son trouble.

- Bonjour Riza, C'est Roy, entendit-elle de l'autre côté du fil.

Ils s'étaient tous les deux mis d'accord pour se tutoyer et s'appeler par leur prénom dès le début afin d'éviter certains malaises. Après tout ils allaient vivre ensemble alors, autant se parler comme de bon ami dès le départ.

- Je voulais savoir si tu étais à l'appart' ? Poursuivit-il. Je suis en bas de la rue, et j'aimerais rentrer dans le parking privé, mais je n'ai pas le bip pour ouvrir le portail, Rebecca m'a dit qu'elle l'avait laissé à l'appart en partant hier soir.

Effectivement, depuis son pouf Riza pouvait apercevoir le dit « bip ».

- Ah d'accord, pas de soucis, je suis là, je viens t'ouvrir. Répondit-elle.

- Merci, à tout de suite, ajouta Roy.

- A tout de suite, répéta-t-elle en raccrochant.

Riza soupira et quitta le confort de son pouf. Elle enfila ses baskets à la va-vite et récupéra le bip du portail électrique avant de quitter l'appartement.

Elle descendit l'escalier à moitié en courant et sortit dans la rue. Elle fut surprise par la fraîcheur du matin et se dit qu'elle aurait peut-être dû enfiler une veste.

Elle se rendit néanmoins devant le portail où était stationné son nouveau coloc'. Il lui adressa un sourire de remerciement tandis qu'elle actionné l'ouverture du portail. Elle le laissa se garer tranquillement à la place de parking qui, hier encore, était celle de Rebecca et l'attendit dans le hall de l'immeuble ou il faisait un peu plus chaud.

- Désolé de t'avoir dérangé, s'excusa Roy une fois qu'il l'eu rejoint dans le hall.

- Ce n'est pas grave, répondit-elle tandis qu'ils montaient l'escalier, tu veux un coup de main pour monter tes affaires ? Se proposa-t-elle le voyant les bras chargés.

- Non, ne t'embêtes pas, dit-il en la remerciant. Je vais me débrouiller, je n'ai pas beaucoup de carton vu que ton amie a laissé son mobilier et que je suis arrivé ici avec le moins de bagage possible.

- D'accord, pas de soucis, tu veux peut-être un café ? J'étais en train de boire un quand tu m'as appelé.

- Ce ne sera pas de refus. Dit-il tandis qu'ils pénétraient dans ce qui serait désormais « leur » appartement.

oOo

Ça fait aujourd'hui un mois que Riza vit en colocation avec Roy. Les premiers jours furent difficiles pour elle car elle n'avait pas l'habitude de partager son intimité avec un corps étranger autre que Rebecca. Mais elle apprit finalement à apprivoiser Roy. Ils avaient établi une espèce d'organisation dans leur routine de vie afin de faciliter la vie de chacun ainsi que leur cohabitation.

Se levant beaucoup plus tôt qu'elle pour aller travailler, Roy passait donc à la salle de bain le premier. En général il en sortait quand Riza se levait, ce qui lui allait à merveille car elle n'aimait pas devoir attendre que la salle de bain se libère pour aller se doucher. Concernant les tâches ménagères, lui n'étant pas un grand expert du coup de balai, c'était elle qui s'en chargeait. Ça ne la dérangeait pas plus que cela, surtout que Roy partait le matin de bonne heure pour ne rentrer la plupart du temps que très tard dans la soirée. Pour faire court, il n'était là que le weekend et elle n'allait certainement pas attendre le weekend pour qu'il fasse sa part du ménage alors qu'elle, elle rentrait tous les jours du boulot vers dix-sept heures. D'ailleurs, mine de rien, elle aimait quand son coloc' rentrait aussi tard, ça lui permettait d'avoir un moment d'intimité dans la journée.

Même si en réalité, Riza découvrit assez rapidement que Roy n'était en rien envahissant. La semaine il travaillait et en général le weekend il sortait avec ses amis. Elle ne le voyait pas souvent, au point qu'au bout d'un mois, elle se rendit compte qu'elle ne connaissait rien de son coloc à part ce qui vient d'être énuméré précédemment. D'ailleurs, ils eurent leur première dispute environ à cette période-là, lorsque Roy lui avait demandé, le weekend précédent, si ça ne lui posait pas de problème qu'il ramène une fille pour la nuit. Sur le coup elle avait été surprise, mais avait accepté, ce disant qu'ils ne sortaient pas ensemble et qu'il avait le droit d'avoir une copine si cette dernière ne s'imposait pas trop à la coloc'. Oui, car leurs chambres respectives sont côte à côte et il est facile de deviner ce qu'il se passe dans la chambre d'à côté quand un couple y est... Riza avait donc passé une bonne partie de la soirée dans son pouf avec ses écouteurs dans les oreilles pour éviter d'entendre des bruits qu'elle n'avait pas vraiment envie d'entendre.

Du lendemain lorsque Riza s'était réveillée, la fille en question était déjà partie et la vie reprit son cours normal dans la coloc', jusqu'au weekend suivant...

Oui car le problème, c'est que le weekend d'après, Roy est rentré à la coloc' avec une autre fille et a recommencé le même scénario que le weekend précédent... Dans la normale, comme si c'était une petite routine régulière. Et ça, ça a légèrement énervé sa blondinette de coloc qui n'a pas apprécié de voir son appart' se transformer en « love hôtel ».

- Je te signale que je t'ai demandé si ça ne te dérangeait pas si je ramenais une fille la semaine dernière et tu m'as répondu que non ! Se justifia Roy face à la fureur de Riza.

- Non mais je rêve... ! S'emporta Riza face à cette réplique. Quand j'ai accepté, je m'attendais à « UNE » fille comme tu dis... Genre ta petite amie ! Une fille que j'aurais rencontré régulièrement... Pas à...

Riza était tellement énervée qu'elle ne trouvait pas les mots pour décrire le comportement de son colocataire.

- A quoi !? Poursuivit Roy s'emportant également. A ce que je vive ma vie !? Je suis majeur et vacciné et en prime, tu n'es ni ma mère, ni ma copine, je n'ai aucun compte à te rendre.

- Pardon !? S'écria Riza à son tour. Aucun compte à me rendre !? Je te signale que même si je ne suis ni ta mère, ni ta copine, on vit ensemble ! Et ce que tu fais, est un manque de respect envers moi !

- Je ne vois pas en quoi je te manque de respect... Faut sortir de ta bulle mademoiselle la Sainte-Nitouche... Répliqua Roy sèchement. Ça ne te va pas de rester enfermée derrière tes bouquins, tu devrais sortir et rencontrer quelques mecs qui t'apprendraient à te décoincer un peu et à passer de bon moments ! Poursuivit-il sur sa lancé.

- Tu n'es vraiment qu'un pauvre type ! Lui cracha-t-elle au visage avant de prendre son sac à main et de claquer la porte d'entrée.

Le silence se fit dans l'appartement. Roy tapa du poing sur la table, furieux, tentant de calmer sa colère.

Riza, quant à elle, était partie se réfugier chez sa meilleure amie pour se plaindre du coloc qu'elle lui avait imposé... En effet, elle se demandait si Rebecca connaissait vraiment le garçon qu'elle lui avait « choisi » comme coloc... Parce que si ce dernier continuait à prendre l'appartement pour un moulin, elle n'allait pas le supporter bien longtemps... Surtout après l'insulte qu'il avait osé lui sortir du matin. Comment osait-il l'insulter de Sainte-Nitouche !?

- Ce n'est pas un mauvais garçon Riza, tenta de lui expliquer Jean après qu'il eut écouté les lamentations de la blonde. Il est vrai que je ne lui ai jamais connu de relations stables et sérieuses et je crois même qu'il préfère plutôt enchaîner les histoires sans lendemain, mais en tout cas, je sais que c'est un ami respectueux et tu peux avoir confiance en lui en tant qu'ami.

- Je peux comprendre ton dégoût ma Riz', renchérit Reb' à sa suite. Mais bon, Roy est majeur et vacciné tu ne peux pas lui interdire de vivre sa vie comme bon lui semble. Au pire, demande lui de ne pas ramener trop de filles à l'appart et d'essayer d'aller plutôt chez elles.

Rebecca sourit à Riza en lui tendant une tasse de thé fumante, elle la trouvait déjà bien assez énervée pour lui proposer du café. Cette dernière soupira, sa meilleure amie prenait le parti de son coloc'... Elle se retrouvait seule contre tous... Alors que dans l'histoire c'était elle la victime !

- Vous avez sans doute raison... bafouilla-t-elle dans sa barbe.

Que pouvait-elle dire d'autre de tout façon ? Rebecca et Jean ne feront que lui trouver des excuses et elle se sentirait tout simplement minable... D'ailleurs le mot lui convenait plutôt bien, elle s'était enfuie comme une lâche lorsque Roy l'avait insulté... Elle n'avait pas apprécié la remarque et avait donc pris la poudre d'escampette... Mais en même temps, après le savon qu'il lui avait passé...

- Je suis minable... Poursuivit-elle après un temps, son regard perdu au fond de sa tasse de thé.

- Riza, tu es une grande fille, tu ne vas pas venir pleurer dans mes jupons à chaque fois que tu te disputeras avec quelqu'un tout de même, s'exaspéra Rebecca. Je veux bien que je sois ta meilleure amie, mais il y a des limites. Je suis là pour soigner tes peines de cœurs et t'écouter quand ça va mal, mais il faut que tu apprennes à gérer toute seule tes disputes.

Riza se sentit encore plus minable face à la remarque de sa meilleure amie...

- Tu y vas quand même un peu fort Reb', tenta Jean.

- Non, elle a raison, le coupa Riza. J'ai agis stupidement, je vais rentrer à la coloc' et tenter de m'expliquer calmement avec Roy.

- Je préfère entendre ça, sourit Rebecca.

Après avoir terminé son thé et poursuivit sa discussion avec son amie, Riza décida qu'il était temps pour elle de rentrer. Le trajet du retour lui parut interminable, une boule s'était nouée dans sa gorge, elle redoutait sa confrontation avec Roy, surtout qu'elle était partie sans rien dire...

Lorsqu'elle rentra, l'appartement était calme, au début, Riza pensa qu'il était vide, elle fut surprise de retrouver Roy dans la cuisine en train de se préparer un sandwich.

- Je suis désolée.

- Je suis désolé, dirent-ils à l'unisson lorsque Riza entra dans la cuisine.

Ils rirent un instant de leur remarque simultanée. C'était comme si il n'y avait jamais eu de dispute.

- Je n'aurais pas dû te traiter de coincer, s'excusa Roy en s'arrêtant dans la préparation de son sandwich.

- Et moi je n'aurais pas dû t'insulter en retour... Ni m'enfuir à la première remarque. C'était très puéril de ma part, poursuivit Riza en rougissant et en s'asseyant sur l'un des tabourets du bar, en face de Roy.

- Oh, je ne t'en veux pas, je l'avais bien cherché.

Ils restèrent là à se regarder un instant sans savoir quoi dire. Lui derrière le comptoir devant son sandwich inachevé et elle, en face, mal à l'aise devant le regard de son colocataire.

- On oublie tout et on repart de zéro ? réagit soudainement Riza, ne supportant plus ce silence pesant.

- Ça me va ! Et si vraiment ça te dérange, j'essayerais de ne plus trop ramener de fille à l'appart', dit-il en lui souriant.

- Merci, c'est gentil de ta part.

Riza sourit timidement et quitta finalement la cuisine pour aller se réfugier dans son pouf. Son cœur battait vite, beaucoup trop vite, quelque chose n'allait pas. Roy, avec son sourire, avait produit en elle quelque chose qu'elle n'arrivait pas à s'expliquer. Pourquoi se trouvait-elle tout à coup aussi gênée d'être en sa présence ?

- Oh mon dieu, je n'avais pas réalisé à quel point il est beau, Chuchote-elle pour elle-même.

Cette révélation ne risquait pas d'arranger les choses pour elle... Elle risquait d'en souffrir à force... Comment va finir cette colocation !?...

To be continued...