AN : Harry Potter ou The Gamer ne m'appartiennent pas. Cette histoire sera relativement lente, par nécessité, dans sa progression.

AN 2 : Ceci est une réécriture donc il y a forcément des choses, voir des paragraphes entiers qui viennent de l'original.

Chapitre 1 : This Is My Life

Harry Potter, le Boy-Who-Lived…

C'était mon nom et le titre que l'on m'avait donné. Ou plutôt, c'était le premier titre que l'on m'avait donné. Si mon histoire avait pu commencer à Godric's Hollow, celle-ci avait commencé dans les entrailles d'Hogwarts, alors que je me retrouvais face à face avec le fantôme de Tom Marvolo Riddle.

Poignarder le livre qui possédait la jeune Weasley alors qu'il allait mourir était une excellente idée. Malheureusement, il était trop tard pour sauver la jeune fille, et elle décéda dans la Chambre des Secrets. Heureusement, le fantôme n'avait pas encore réussi à retrouvé la 'vie'. Avant de quitter la chambre, Harry se dit qu'il était prudent de demandé à Dobby de cacher le manteau d'invisibilité de son père dans la Chambre des Secrets en ce disant qu'il aurait probablement besoin bientôt et que vu le tempérament explosif de Ron Weasley, il était préférable de lui retirer cette munition.

Se faire insulté de tous les noms par Ron et sa famille alors qu'ils cherchaient quelqu'un à blâmé n'était pas réellement une surprise -ni une première vu la manière dont les Dursley gérer les choses-, c'était même compréhensible a ceci prêt qu'Harry était très loin d'être le premier responsable. Ce n'était pas son école, elle n'était pas sa responsabilité et ce n'était pas lui qui avait ignoré sa sœur au point de ne pas ce rendre compte qu'elle était possédé.

Bien sur, hurlé ceci dans leur figure n'était pas une bonne idée, surtout quand dans un fit de colère Ron accusa Harry d'être celui qui avait tué Ginny. Harry avait eu une sensation bizarre de nausée et de mal de crâne depuis qu'il avait percer le livre, alors en entendant cette accusation, il se dit que s'était probablement lié. Malheureusement les autres virent son silence différemment, et Fudge -qui était arrivé avec Lucius Malfoy- ordonna aux Aurors qui l'accompagnait s'il y avait des similarités entre sa magie et celle qui était sur le livre. Après que l'Auror est confirmé qu'il y en avait, il vit un faisceau rouge se diriger vers lui avant qu'il ne perde connaissance.

Il se réveilla par un coup de pied dans les cotes dans une des cellules d'Azkaban. Fudge avait qu'il ne puisse pas se défendre lors de son procès avec pour justification le fait que les preuves étaient largement suffisante à une condamnation. Il se rappellerait toujours le visage haineux du garde alors qu'il l'informait qu'il passerait le reste de sa vie ici et que toutes ses possessions seraient répartit entre ses victimes.

SES victimes, la rage qui le prit à ce moment là ne fit que facilité la conviction qu'ils avaient sur sa santé mentale. Il passa les temps qui suivirent dans un mélange de rage, de désespoir et d'horreur alors qu'il entendait sa mère mourir en boucle des centaines de fois à CHAQUE passage des détraqueurs.

Sa chouette, Hedwige avait été assassiné tout comme son co-conspirateur Dobby, les accusations étaient tellement ridicule qu'il n'aurait pas su quoi répondre même s'il avait été réveillé pour son procès.

Ce qui semblait être quelques jours et était peut-être quelques semaines après son arriver, il entendu vaguement un garde dire que le traître qui avait mené Voldemort à ses parents s'était échappé… ce fut la première fois qu'il essaya de se suicider… il échoua évidemment comme avec tout le reste de sa vie.

Un jour, plus tard, au moins un douzaine de perte de connaissance en entendant les dernières paroles de Lily Potter plus tard, il eu la vague pensé que s'il était sortit des Dursley avec une santé mentale dans un état qui lui permettait toujours de continuer, aujourd'hui… c'était différent, la seule pour laquelle il ne s'était pas simplement fracassé le crâne contre le mur était que les gardes avaient placé un sort sur les murs en voyant qu'il avait essayé de se tuer de cette manière, et ils lui forcèrent des potions pendant quelques temps qui le vidèrent de toute les forces qui lui restaient.

Potions qui n'aidaient absolument pas à lutter contre sa perte de cohérence sur les événements qui l'entourait.

Il ne fut absolument pas surprit vu qu'il était dans son enfer, dans son pire cauchemar… il ne savait même pas ce qu'il avait fait pour subir une telle éxistance, il espérait chaque jour que ce serait le dernier mais ce n'était qu'un espoir futile, il avait été un monstre, il en avait parfois quelques flash-back, il ne sortirait jamais, et tant mieux car il ne méritait que la souffrance pour ses crimes.

De manière plus au moins consciente, Harry se retiré dans ce qui semblait être l'intérieur de son esprit, ou un délire de son cerveau qui avait craqué sous la difficulté des conditions l'entourant. Harry ne se rendra pas compte qu'a partir de ces moment-là, il ne vu plus de cauchemard des crimes qui semblait appartenir à une vie passé, il finira même par imaginer que c'était de 'simple' hallucination.

OoOoO

Amélia Bones tenait le dossier d'Harry James Potter après avoir reçu une lettre de Sirius Black stipulant que le jeune garçon n'avait pas reçu de procès dans les règles. La vérité c'était qu'il n'avait pas du tout reçu de procès… La vérité c'était surtout que Cornélius Fudge Ministre de la Magie, avait mentit en disant qu'il y avait eu un procès contre Harry. Il n'y avait même pas eu d'enquête !

La seconde où elle se rendit compte de cela, elle contacta le Département des Mystères, car un Ministre de la Magie qui était prêt à envoyer un gamin a Azkaban sans procès, il n'y a rien qu'il ne ferait pas. Et cela, même pour elle, c'était une pensée plutôt effroyable.

Malheureusement, malgré tout ses efforts, elle ne pu obtenir -grâce à l'aide du Département des Mystères et d'un Albus Dumbledore qui avait aidé mais avait refusé de le faire publiquement car cela le positionnait sois disant dans une position trop délicate en vu de son poste de Directeur d'Hogwarts, en plus, il avait exigé quelque chose afin d'accepter d'aidé. Tout ceci n'était pas une manière de faire qu'elle avait apprécier, et elle ne s'était pas gêner pour le lui faire savoir.

Elle supposait que le Département des Mystères avait aidé en ayant la même pensée effroyable qu'elle concernant le Ministre.

Malheureusement, Lucius Malfoy en avait profiter pour endommagé la position qu'elle avait au ministère, même sa nièce l'avait critiquée sur son choix d'aidé Harry.

Toute ces influences néfastes firent qu'Harry n'aurait pas de procès, que le fait qu'il n'en avait pas eu serait passer sous silence. En échange Harry serait relâcher et dédommager pour ses pertes -en utilisant une faute de procédure comme excuse-, et il ne pourrait plus jamais être inquiété par la injustice sur les faits dont il avait été accusé. Fudge serait désormais placé sous examination d Département des Mystères jusqu'à la fin de son mandat. Pour faire simple, c'était un sacré bordel qui dégoûterait un novice sur le fonctionnement de leur société magique.

Lorsqu'elle apparu devant la cellule d'Harry James Potter, cela faisait quinze mois qu'il était incarcéré… Elle ne voulait même pas imaginée les dégâts que cela ferait sur un garçon qui n'avait même pas treize ans lorsqu'il fut mis en prison.

Harry était inconscient lorsqu'il fut libéré puis transporté dans une aile sous haute sécurité de l'hôpital de St Mango, plus pour sa protection et l'isoler de la presse que par réelle nécessité médicale, un examen complet révéla les traces de poisons de basilique et de larmes de phœnix, ce qui mit encore plus de questionnement, pourquoi aurait-il du poison dans les veines s'il contrôlait le serpent ? De plus s'il était si maléfique que cela, pourquoi un phœnix lui aurait donné des larmes ?

Il y a avait des blessures et une malnutrition marquée datant d'avant son arriver à Hogwarts, sans parler de celle qui venait de son temps en prison. Il y avait des résidus de Dark magie à l'endroit de sa cicatrice, venant probablement du Killing Curse de Voldemort, mais le staff de l'hôpital ne savait pas ce que s'était, et vu que ce n'était pas considéré comme étant dangereux sur le moment, il fut décidé qu'ils réexamineraient ceci lorsqu'il aura reprit des forces, car tout traitement pour ce genre de chose le tuerait aujourd'hui.

Quelques semaines plus tard, par curiosité, elle ouvrira le dossier de Sirius Black et se trouvera dans une colère noire contre certain individus.

OoOoO

La magie passive d'Harry sentit instinctivement qu'il était désormais dans de meilleurs circonstances, ce qui fit qu'Harry se réveilla quatre jours après son arriver à l'hôpital, une certaine Amélia Bones s'introduisit à lui et lui expliqua la situation, plusieurs choses étaient, et seraient encore en cour d'investigation pour de nombreux mois.

Lorsqu'Harry demanda s'il y avait des manières de prouver qu'il disait la vérité, elle lui parla de Véritaserum et Pensive, mais aussi du fait qu'elle n'était pas accepté en procès. Malheureusement, les souvenirs en pensive n'était pas considéré des preuves, uniquement des indices, et même dans ce cas-là, la rareté des pensives, le fait que l'on puisse modifier un souvenir et la subjectivité de la vision faisaient qu'ils étaient rarement utilisé. Par exemple, si quelqu'un utilisait une illusion, il serait impossible de le dire à travers le souvenir. Ajouté au fait que l'esprit peu INCONSCIEMMENT modifier un souvenir afin qu'il soit moins douloureux… De plus, elle expliqua qu'il était préférable pour sa santé qu'il n'utilise de souvenir dans les mois suivants une exposure au démentor, encore plus à son âge.

C'était le même genre de principe dans le cas du Véritaserum, la personne de pourrait uniquement dire ce qu'elle croyait être la vérité.

Le fait d'être libéré après quinze mois d'emprisonnement sur une faute de procédure était très loin de ce montré à la hauteur de la justice qu'il était en droit d'espérer, d'autant plus qu'Hogwarts lui avait été payé mais il devra y resté jusqu'à ses NEWTS pour pouvoir quitter l'école. 8 NEWTS réussis seront nécessaire avec des EE ou O comme notes, dont 4 dans les matières jugés principales ce jour-là (Défense, Charmes, Métamorphose, Potions, Botanique et Astronomie). Heureusement qu'ils avaient payé les 5 prochaines années de scolarité.

S'il obtenait une maîtrise avant de quitter Hogwarts, il n'aurait besoin que de 6 autres NEWT's dont deux dans des matières jugés principale. Et malheureusement, l'Etudes des Moldues n'avait pas de Maîtrise, cela aurait été trop simple. Il ne pouvait même pas changer d'école, la part de Dumbledore dans le deal. Même après la chambre et Azkaban il continuait toujours à manipuler sa vie.

Il était devenu émancipé partiel sous la tutelle d'Amélia -une spécificité du monde magique-, et il resterait ainsi jusqu'à ce qu'il ait quitté Hogwarts en tant qu'élève. Apparemment son traitement par les Dursley avait été découvert et ils étaient en prison, centre pour mineur concernant Dudley. Amélia avait fait un excellent travail pour garder cela secret -surtout qu'il était à Azkaban- mais quelque chuchotement s'était quand même échappé, heureusement pas dans la presse et donc pas jusqu'au grand public.

Malheureusement, Harry était loin d'avoir toute ces capacités mentales après les événements des dernières années… ce qui ce verrait sur pas mal de cas avant un certain événement. Il fut accueillit chez les Bones même s'il ne croisa jamais Susan ou Hannah qui passait apparemment pas mal de temps avec la nièce de sa tutrice.

Il s'était réveillé le 12 Août 1994, il avait donc moins de trois semaines avant Hogwarts, heureusement Amélia avait réussi à lui récupérer sa baguette et sa cape d'invisibilité auprès de Dumbledore. Malheureusement s'étaient les seuls choses qu'elle avait pu récupérer vu que les autres avaient été détruite ou voler, et Amélia avait garantit qu'elle essayerait de trouver les responsables. Elle lui avait bien sur donner la version officielle de Black, Lupin et Petitgrew, lorsqu'elle l'informa que Dumbledore l'avait approché pour arrangé une rencontre avec Harry, Harry déclara qu'il avait plus important à gérer que quelqu'un qui ne s'était pas intéressé à lui pendant plus de onze et demi, et qui en plus n'avait même pas la volonté de faire cette demande lui même.

Amélia garda le silence a part pour dire qu'elle transmettrait le message, mais elle semblait comprendre son raisonnement. Amélia avait également récupéré les livres de cours de ce qui aurait du être ses trois premières années à Hogwarts, afin qu'il se re-familiarise avec le travail scolaire. Elle avait également obtenu une autorisation d'utilisation de magie pour lui jusqu'à la rentrée afin qu'il réhabitue à l'utilisation de sa magie et qu'il soit en positon de pouvoir suivre le curriculum scolaire.

Après une longue discussion avec Amélia, il réalisa qu'il serait dans le même dortoir et dans la même classe que les anciens camarades de Ginny Weasley, ce qui n'aiderait en rien sa situation. Comme il serait un troisième année, il devait choisir au moins deux cours supplémentaires, et après en avoir longuement discuté avec Amélia -et après avoir étudié des livres sur chacune des matières- son choix se porta sur les Soins aux Créatures Magiques, l'Arythmancie et les Anciennes Runes. Malgré le fait que les deux dernières étaient -selon Amélia- les deux matières les plus difficiles intrinsèquement.

En apprenant l'existence du tournois, il avait pensé à un transfert et en avait parlé avec Amélia, pour apprendre qu'il ne pouvait même pas changer d'école, la part de Dumbledore dans le deal. Même après la chambre et Azkaban il continuait toujours à manipuler sa vie. Bien qu'avec le recul, il doutait si une autre école l'aurait prit vu son image et ses soucis de santé.

Amélia avait réussi à lui épargner le voyage dans l'Hogwarts Express, le déposant au château quelques minutes avant l'arrivé du train.

Les deux mois avant Halloween n'était rien de plus qu'un long chemin de croix… Il n'oublierait jamais le plaisir sur le visage de Ronald lorsque celui-ci lui annonça qu'il avait brûlé le reste de ses affaires. Mais si Harry avait des doutes pour son balais, McGonnagal l'avait envoyé chier lorsqu'il l'avait approché sur ce point.

Après quelques jours de harcèlement plein d'insulte par les élèves et certain professeurs, de coup de coude en passant et de croche-pied dans les escaliers, de blagues qui masquaient mal la volonté d'humiliation de leurs créateur… Il était prêt a en finir quand un jour, la Dame Grise -un fantôme d'Hogwarts- qui apparemment était au courant de son innocence lui offrit l'accès à la salle sur demande. Après cela, il ne retourna qu'une fois dans la tour de Gryffindor, pour récupérer ces affaires et il prit tout ses repas dans la salle après avoir dit ce qu'il souhaitait à voix haute. Il s'était refermé sur lui-même quasi complètement en retournant à Hogwarts, il découvrit qu'il avait inconsciemment apprit l'art de l'occlumencie. Il découvrit l'existence des deux autres arts associés, la légilimencie et l'art oublié de l'augéomencie grâce à la salle.

Harry se rendit compte que l'isolement qu'il avait fait dans sa cellule et avait refait depuis son retour dans l'enfer d'Hogwarts était de l'occlumencie. Grâce au livre qu'il venait de trouver, il avait pu pour la première fois, faire l'exercice correctement et avait donc eu la possibilité de voir son noyau magique. Il n'avait pas eu l'occasion de faire l'exercice avant Hogwarts, donc il ne pouvait pas faire de comparaison…

Il se rappelait également avoir entendu parler d'une protection magique placé par sa mère le soir de sa mort. Il avait découvert que Dumbledore agissait en tant que son gardien, c'était donc lui -ou avec son accord- qu'il l'avait placé chez les Dursley… Harry doutait que passé sa jeunesse en tant qu'esclave des Dursley était l'idée qu'avait Lily Potter en créant la fameuse protection. Mais cette protection, ou en tout cas, la manière dont elle avait été utilisé était lié au numéro 4 de Privet Drive. La protection de sa mère avait été ...perdu lors de son séjour à Azkaban.

La légilimencie était l'art de lire les pensées de quelqu'un, alors que l'occlumencie était l'art de les protéger. Ce que beaucoup avait oublié c'était que bien que l'occlumencie avait d'autres bonus : meilleur contrôle de ses émotions, résistance au sort avec un effet mental et substance affectant l'esprit, meilleur mémoire et concentration.

Ces bonus découlait des basiques de l'augéomencie, mais c'était un art tellement douloureux mentalement et difficile que les gens finirent par se contenter de l'occlumencie. De plus bizarrement -on croirait l'inverse- votre niveau maximum en augéomencie était également votre niveau maximum de votre occlumencie, on ne pouvait aller plus loin en augéomencie que l'on en était en occlumencie.

Après s'être mis dans une position relaxante, il commença. Beaucoup de gens croyaient savoir ce qu'était l'oclumencie, c'était justement ce qui avait fait disparaître les connaissances sur l'augéomencie ! Aujourd'hui l'occlumencie était devenu un sujet tabou par le ministère. Par le principe, mais surtout, car si on progresse suffisamment loin, on commençait forcément les bases de l'augéomencie.

Et les informations sur l'augéomencie était grandement limité dans la majorité des pays du monde, son apprentissage était illégale sans accord express du Wizenmagot ou du chef du Département des Mystères. Le livre qui en parlait qu'il avait trouvé avait plusieurs siècle et avait d'ailleurs été difficile a comprendre à cause de l'évolution des langages.

Pour commencer l'occlumencie, il était préférable d'atteindre son noyau magique à travers la méditation. Pour quelqu'un qui avait déjà fait cet exercice, c'était relativement facile, d'autant plus lorsqu'on considérait qu'il était beaucoup plus puissant que la moyenne.

Il se sentit tomber dans le néant quelque instant avant qu'il n'aperçoive un boule de lumière blanche avec quelques nuances de bleu clair. L'occlumencie était l'art de sentir les intrusions -qu'elles soient l'œuvre de potion, sort ou autres- et d'isoler l'esprit de ses influences et intrusion, qu'elles soient ponctuelles -telle une attaque de légilimencie- ou au long terme, contre l'effet des détraqueurs lorsqu'on était prisonnier d'Azkaban, par exemple.

Toute ses influences et intrusions, avaient un point commun qui concernait l'occlumecie. Pour atteindre l'esprit de quelqu'un de manière magique, il fallait passer par le noyau magique. Certes, la légilimencie ne faisait que frôler le noyau pour atteindre l'esprit, par le canal qui les reliaient, mais elle y passait quand même. Et c'était précisément là que l'occlumencie faisait son entrée, il s'agissait de l'art de protéger le canal les reliant, bien sur au bout d'un certain niveau, on se lançait dans la protection directe du noyau, ce qui amenait, à terme, à l'augéomencie, qui était l'art d'organiser et d'améliorer l'esprit, il permettait également d'améliorer également le fonctionnement du noyau.

Ses défenses naturelles étaient en très mauvais états, une structure noire/verte foncée les avaient grandement traversé et elle se rependait sur son noyau magique. Seul la moitié de son noyau magique était protégé et le parasite recouvrait prêt de la totalité de la surface non-protéger du noyau, avec en plus quelques parties où le bouclier avait été transpercé par des filaments. Il assuma que cette structure était le résultat d'avoir d'un venin de basilique et des larmes de phœnix dans son corps et plus précisément dans son sang. Mais eu trop peur des possibles conséquences s'il essayait d'en parler à quelqu'un ce qui fit qu'il garda ses découvertes pour lui-même, il était sure que Fudge se jetterait sur la première opportunité qu'il aurait de se débarrasser du cas gênant qu'était Harry Potter.

Il prit une décision qui était au moins partiellement contaminé par une grande panique, il poussa ses boucliers à affronter la masse vertes. Malheureusement, avant qu'il ne puisse vraiment se lancer dans cette branches de la magie, Halloween arriva et son nom sortit de la coupe.

Il avait déjà énormément de mal à suivre les cours de début de troisième année, surtout sur le plan pratique, alors un tournois prévu pour le meilleur élève de chaque école ? C'était un suicide. Avec les connaissances d'un début de troisième année élevé par des moldues… Après quinze mois à Azkaban qui détruisirent sont physique et affaiblirent sa magie… Il avait de la chance d'être encore relativement saint d'esprit. Il n'y arriverait jamais, mais, en mémoire de ses parents, il ferait de son mieux et n'abandonnerait pas. Il ne pouvait avoir entendu le sacrifice fait par sa mère des milliers et des milliers de fois et cracher dessus.

Légalement, sa participation au tournois n'avait rien changé si ce n'était qu'il avait désormais la possibilité légal de vivre seul. Il pouvait également apprendre officiellement le transplanage et en obtenir un permit au ministère. De manière logique il lui était possible d'utiliser sa magie hors de l'école ou l'été, comme un adulte standard, enfin il n'aurait la possibilité de faire tout cela que s'il survivait le tournois.

Hermione avait succombé à la pression de ses camarades et l'avait laissé seul. Elle lui avait tout de même laisser laisser une liste de livre dont il aurait besoin. Liste qui, si sa condition au retour de prison n'était pas si mauvaise l'aurait probablement beaucoup aidé en vue du Dragon. Il avait en plus du passé plus de la moitié de ses nuits en Septembre dans l'infirmerie entre sa santé et les 'blagues' des autres élèves. Draco et Snape avait bien sur énormément profiter de la situation. Il vivrait avec la haine de l'homme lorsqu'il observa s'amuser à lui donné des détentions injustes pour couper son temps d'études et ensuite son temps de préparation à la tâche.

Après le gobelet, il décida de quitter la classe d'Hagrid -ce qui était son droit, vu qu'il en prenait deux autres et qu'elle était optionnelle-, la directrice de Gryffindor l'ignora en insultant ses habitudes de travail ce qui fit qu'il dut allé voir Hagrid en personne pour lui expliquer la situation, celui-ci accepta malgré son ton de voix polaire. Ce qui n'empêcha pas la professeur de métamorphose de lui mettre deux heures de détention par cours où il ne présentait pas. Bien entendu, Harry ne les avaient pas fait, ce qui qu'elle était de plus en plus agressive la première tâche approchant.

Lorsqu'il découvrit, une semaine avant l'épreuve, qu'il devrait affronter un DRAGON, il savait qu'il était mort. Il avait atteint ses onze ans sans amis, il mourrait sans amis. Enfin, vue les amis, peut-être la solitude était préférable.

Parce qu'honnêtement, il avait fait 15 mois à Azkaban, AUSSI car Ginny était trop stupide ou faible mentalement par rapport au journal de Tom Riddle. Fan-Girl inutile… Ces frères auraient également du remarquer la différence de comportement -dont il n'avait entendu parlé qu'après. Et ceci était loin d'être la seule chose bizarre.

Le fait qu'Hagrid est été celui qui lui avait fait découvert le monde magique alors que ce n'était clairement pas son boulot. C'était celui de McGonnagal. Le fait que Molly Weasley avait oublié le numéro du quai alors qu'elle avait du y allé une bonne centaine de fois. Le fait que Ron Weasley avait utilisé l'excuse que tout les autres compartiment était plein alors que c'est impossible, car d'autre se rajoute quand il n'y en plus de vide. Le fait qu' Albus Dumbledore lui ait fait cadeau de quelque chose qui lui appartenait de droit avec la cape d'invisibilité. Après qu'il ait vu des dragons, les défenses en place pour la pierre philosophale paraissait facile, beaucoup trop facile, tellement facile que cela en serait risible si la conclusion n'était pas aussi effrayante.

Il était impossible que le parcours d'obstacle stop un Voldemort avec un minimum de ses capacités… Peut-être que le fait de 'cohabiter' avec Quirell l'avait affaiblit mentalement ?

L'engagement en tant que professeur du fameux Gilderoy lorsqu'il était clairement incompétent. Le fait qu'il était si bon à effacer les mémoires alors qu'il avait une cinquantaine de jolie adolescente en tant qu'élèves était terrifiant. Le fait qu'on ait jamais entendu parler de tout cela était… -pour le moins- troublant.

Le fait que trois second année avait trouvé la Chambre des Secrets en quasiment six mois, alors que Dumbledore avait eu 50 ans ce passait de commentaire. Le fait qu'il n'ait jamais vu un auror enquêter cette année là alors que des élèves étaient pétrifiés. Et qu'en plus il fut envoyé à Azkaban sans enquête, et donc sans procès était tout simplement dégoûtant.

L'existence de coffre familiaux qui lui ont été prit par le ministère mais pas rendu à sa libération, alors qu'il ignorait leur existence et qu'il n'avait reçu de document de la part des gobelins durant toute sa vie lui donnait une rage sans limite. Notamment car Dumbledore était forcément responsable, au moins partiellement vu que c'était sous son autorité qu'Harry avait été placé chez les Dursley.

Le fait qu'il avait été inscrit contre son gré dans un tournois qui lui coûtera la vie sous les yeux du staff n'aidait en rien sa vision des choses. Toutes ces choses ajoutés, donnaient une image très troublante. Si on ajoutait que Voldemort semblait avoir un intérêt particulier envers sa mort…

'Ma vie ne m'avait semblé n'être qu'un long cauchemar. Oh, il y eu quelques rayons de soleil, mais ils semblaient bien terne comparé au reste...' Était la pensée dominante d'Harry alors qu'il observait le dragon miniature qu'il avait retiré du sac. S'il avait un quelconque espoir de survie, il fut éteint lorsqu'Harry ce rendit compte qu'il avait tiré le pire des dragons, apparemment, il avait été décidé que tout serait mis en œuvre afin qu'il ne survive pas cette tâche.

Les seuls d'Hogwarts qui l'avaient défendus étaient les chasseurs de Gryffindor, et même si ce n'était pas très marqué, c'était présent. Fleur Delacour l'avait défendu auprès de sa propre école, ce qui lui avait évité des problèmes avec Beauxbatons. Il avait été surpris que la française l'ait défendu, et lorsqu'il lui demanda, juste avant qu'elle ne descende dans l'arène pourquoi, elle répondit :

"Désolé de le dire comme cela, mais vu ta condition, qui est clairement visible, il faudrait fou pour s'inscrire dans un tournois aussi dangereux. Pour moi, tu n'as pas l'air d'un fou... ou en tout cas, pas ce genre de fou." Elle commença à se retourner avant de faire une pause et de lui souhaiter, "bonne chance !" Par dessus l'épaule, Fleur avait été la dernière personne a qui il avait parlé avant de descendre dans l'arène, et vu l'état des choses, il n'y avait personne de vivant avec qui il aurait eu envie de parler.

Une fois qu'il était dans l'arène, il fallu moins d'une minute avant qu'il ne soit violemment fracassé par la queue du dragon, alors qu'il ne sentait plus rien, à part une douleur sourde dans tout son corps et ne qu'il ne voyait presque plus rien, vu que ses lunettes avaient été projeter par l'impact, la dernière vision qu'il eu fut celle d'une masse rouge et chaude arrivant vers lui.

AN : Lorsque j'ai cette idée d'histoire pour la première fois, j'avais plein d'idée et je savais comment je ferais la première vie d'Harry, mais j'hésitais entre plusieurs moment pour savoir comment la redémarrée, trois pour être exacte. Le premier qui m'était venu à l'esprit était durant son temps à Azkaban mais je me suis rendu compte qu'en plus d'être difficile à écrire, cela ne serait pas intéressant.

Le deuxième idée était de le faire revenir avant qu'Harry ne reçoive son invitation à Hogwarts, mais le faire pour l'été de ses onze ans était une histoire faite de nombreuse fois… donc j'avais décidé de le faire revenir l'été de ses six ans. Ceci était l'histoire que j'avais précédemment publié, mais même en affaiblissant volontairement Harry je me suis rendu compte que le principe même du Gamer et de faire OP, alors faire un personnage qui avait une bonne idée de son future avec 5ans de temps libres avant Hogwarts, un personnage dont il avait obtenu la nature même de la volonté de progresser ? Il serait forcément God-like,et pas un God-like intéressant puisque les challenges d'Hogwarts de simple péripétie plus que les vrais défis qu'ils sont sensés être.