2 mois chez les Moldus.


Les personnages ne m'appartiennent pas mais sont à J.K Rowling. L'histoire qui va suivre cependant est à moi. Je ne prend pas vraiment en compte les tomes : la guerre est finie et personne n'est mort à part des mangemorts et Voldy bien sûr.

Résumé : Quand des mangemorts décident de venger leur maître du Survivant Harry Potter et du traître Draco Malfoy, et quand Dumbledore veut les protéger du Mal... en les envoyant pendant les vacances d'été chez les Dursley ! Harry et Draco ensemble pendant deux mois ! Et chez des Moldus !

Bonne lecture !


CHAPITRE 1 : Une annonce qui... déplaît ?

- QUOI ?!

- Tu m'as très bien compris Harry, dit calmement Albus Dumbledore.

- Mais... Professeur... tenta Harry Potter suppliant. Vous ne pouvez pas me faire ça ! Je ne veux pas y aller ! Pas avec lui en plus !

- Tu crois que ça me plaît à moi, Potter ? dit une voix traînante qui cachait mal sa frustration derrière lui. Franchement... chez des moldus !

- Ferme-là Malfoy, répliqua Harry en serrant les dents. Professeur, je... commença-t-il.

- Harry. La décision est d'ors et déjà prise. Nous ne reviendrons pas dessus, annonça d'une voix un peu plus autoritaire le vieux directeur. Des bonbons au citron ? ajouta-t-il juste après.

- Non merci, Professeur, répondirent les deux adolescents mécontents.

Dumbledore reposa la petite boîte de bonbons qu'il avait pris pour en manger un.

- Je sais bien que ces vacances seront difficiles mais c'est uniquement pour votre bien ! Et puis, ça peut être l'occasion pour que vous appreniez à vous connaître, continua le directeur.

- Comme si nous avions besoin de ça... marmonna Draco Malfoy. Après six ans à Poudlard, je pense qu'on se connaît suffisamment.

- N'en soyez pas si sûr. Je pense qu'il y a beaucoup de choses que vous ne savez pas sur l'autre.

- Il suffit de lire les journaux pour connaître toute la vie de Potter professeur !

- Hé ! Ce n'est même pas vrai ! Tu ferais mieux de te la fermer Malfoy ! contesta Harry.

- Ah oui ? Et pourquoi donc Potty ?!

Dumbledore soupira. Cette scène se répétait depuis six ans à Poudlard. Les deux jeunes hommes se fixaient droit dans les yeux, toute leur colère passant dans leur regard. Comment ces deux-là avaient fait pour arriver à se détester autant ? Le directeur espérait que pendant ces deux mois ils réussiraient à s'entendre.
Il se leva, ce qui eut pour effet d'arrêter le petit combat des deux élèves. Il déclara en souriant :
- Bien. Messieurs, et si vous alliez faire vos valises pour prendre le Poudlard Express demain matin ?

- Hum... fut la seule réponse qu'il obtint.

Harry et Draco quittèrent le bureau du directeur en colère. Ce dernier les observa partir en soupirant. C'était vrai que la décision avait été dure à prendre et ne plaisait pas du tout aux deux concernés mais personne ne voyait d'autres solutions. Dumbledore laissa un petit sourire satisfait s'étendre sur son visage. Après tout, il savait très bien comment cette histoire allait se terminer...
Les deux rivaux marchaient côte à côte dans le couloir, retenant leur envie d'étriper l'autre. Ca aura toujours été ainsi : ils ne pouvaient pas s'empêcher de se sauter dessus et de s'insulter dès qu'ils se voyaient. Le brun brisa en premier le silence devenu pesant en marmonnant :
- Quand je pense que je vais devoir te supporter pendant deux mois...

- Je pourrais dire la même chose Potter. En plus, c'est chez des moldus ! s'exclama de façon désespérée, presque théâtrale, Draco qui fit soupirer Harry.

- Tu ne changeras donc jamais d'avis sur eux ?

- Non ! Désolé ô Saveur du monde ! Les moldus restent des moldus, répondit-il avec un rictus. Mais, c'est vrai que toi tu les adoooores ces moldus.

- Oui. Sauf certains...

Draco le regarda intrigué.
- Sauf certains ? répéta le blond en haussant un sourcil.

- Ouais, et particulièrement ceux chez qui on va devoir passer les vacances !

Remarquant la muette interrogation du serpentard, Harry ajouta avec un petit sourire en coin :

- Tu n'imagines même pas ce que tu vas endurer pendant deux mois...

Puis, il le planta là. Le brun se dépêcha d'aller rejoindre ses deux meilleurs amis – qui en passant sont ensemble, enfin ! - Ron Weasley et Hermione Granger. Il arriva rapidement devant un tableau, donna le mot de passe à la Grosse Dame et entra quand la porte s'ouvrit. La salle commune des Griffondors était certainement la plus chaleureuse de toute – d'après Harry – avec ses couleurs chaudes : du rouge principalement avec un peu de doré. Un doux feu crépitait dans la cheminée. Il y avait une ambiance amicale et douillette qui détendit aussitôt Harry.
- Ah ! Harry, tu es enfin là ! s'exclama soudain Hermione, assise sur un fauteuil près de la cheminée.

- Hey, répondit-il simplement en souriant.

Il s'avança vers ses amis. Ron jouait aux échecs contre Neville Longbottom tandis que Hermione lisait, encore et toujours, un énorme livre. Harry s'installa sur un confortable fauteuil à côté d'elle.
- Alors ? Que te voulait Dumbledore ? s'empressa-t-elle de lui demander.

- M'annoncer que je devrais retourner à Privet Drive pour les vacances.

- QUOI ?! Tu ne peux pas venir au Terrier ? Mais... Pourquoi ?! s'écria Ron.

- Je suppose qu'avec les mangemorts qui cherchent à se venger de toi, il est préférable que tu sois en sécurité dans le monde moldu, n'est-ce pas Harry ?

- C'est ce que Dumbledore a dit.

- Mais Harry sera en sécurité au Terrier ! fit Ron.

- Oui, mais pas autant que chez des moldus, Ron, dit Hermione.

- Hmmpf...

- Dumbledore t'a-t-il dit autre chose ? Demanda-t-elle.

- Oui... je ne vais pas chez les Dursley tout seul.

Harry fit une petite grimace.

- Avec qui y vas-tu ? demandèrent en choeur ses amis interloqués.

- Vous n'allez pas me croire ! Harry se mit à rire. Je dois y aller avec la fouine !

- Hein ?! La... LA Fouine ?! s'écria Ron abasourdi.

- Ouais, Draco Malfoy.

- Pourquoi Dumbledore doit te faire subir ça ?!

- A cause des mangemorts ? proposa hésitant Neville qui n'avait pas encore parlé.

-Bien sûr. Puisque Malfoy était de notre côté et jouait un rôle d'espion pour l'Ordre du Phénix, tout comme Snape. Les mangemorts le considèrent comme un traître donc doivent lui en vouloir. Dumbledore veut aussi le protéger d'eux, affirma Hermione sûre d'elle.

- Et personne n'irait chercher un Malfoy dans le monde moldu ! dit Harry en riant.

- Ouais, c'est bien la dernière personne qui irait là-bas, affirma Ron en riant à son tour. Ca va être amusant de le voir galérer pendant deux mois !

- Surtout qu'il n'aura pas le droit d'utiliser la magie, ajouta Harry.

- Il va souffrir !

Ils rirent tous ensemble un bon coup en imaginant Draco dans diverses situations : en train de peiner devant un micro-ondes ou pester contre l'oncle Vernon qui ne le laissera pas utiliser sa magie ou son balais ni même lire ses bouquins – Harry était quasiment certain que ses lectures devaient soit être à propos de potions soit d'autres choses aussi intéressantes que ce à quoi s'intéresse Hermione.
Brusquement, ils redevinrent un peu sérieux lorsque Neville demanda :
- Mais est-ce que ça va aller Harry ? Après tout, Malfoy et toi... vous ne vous entendez pas très bien.

Harry haussa les épaules.

- On va sûrement se disputer tout le temps.

- Il va falloir que vous fassiez un effort tous les deux, dit Hermione, le visage grave.

- Si Malfoy accepte d'en faire, j'en ferais peut-être ! Je refuse d'être le seul à faire des efforts. Surtout pour quelqu'un comme lui.

- Harry... Vous n'allez pas passer deux mois à vous disputer ! Les Dursley finiront par vous jeter dehors en plus !

Le brun fronça les sourcils. Se retrouver sans toit, avec toutes ses affaires sorcières et son ennemi qui ne connaît rien au monde dans lequel il se retrouverait soudainement lâché ? C'est vrai que ce n'était pas un bon plan. En même temps, il pourrait très bien laisser Draco tout seul. C'était son ennemi ! Il le détestait ! Donc il devrait normalement ne pas se préoccuper de lui. Cependant, il savait qu'il ne le laisserait pas seul. Encore son caractère de sauveur qui ressortait, sûrement... Harry soupira.
- Bon... D'accord, oui, je ferais quelques petits efforts.

- Bien ! répondit Hermione satisfaite.

Elle avait bien l'intention que Harry et Draco se rapprochent un peu... Ils avaient deux mois pour le faire.

XxXxXxX

De son côté, Draco fulminait. Rester deux mois avec Potter ?! Chez des moldus en plus ?! Qu'est-qui était passé par la tête de Dumbledore encore une fois ?! Et son parrain, le professeur Snape, n'avait rien dit à ça ? C'était n'importe quoi ! Jamais un Malfoy n'irait vivre chez des moldus ! Et encore moins avec Potter ! Draco n'allait pas tenir deux mois... il n'y survivra pas... Et Harry n'a pas l'air de les apprécier ces moldus-là. Pourtant, Draco avait toujours été persuadé qu'il devait vivre dans une petite famille aimante, qui l'adorait parce que c'était le Sauveur ! Le Garçon-qui-a-survécu ! C'était Harry Potter tout simplement. Qui n'est pas en admiration face à lui ? Même Draco le trouvait extraordinaire... Hein ? Quoi ? Qui a dit ça ? Jamais Draco serait en admiration devant Harry Potter ! Draco n'admirait qu'une seule personne : lui-même. Et d'autres personnes comme son parrain parfois pour les potions – par pour les cheveux, brrr... surtout pas – ou Dumbledore pour sa puissance magique – et pas ses idées complètement folles – ou encore certains joueurs de Quidditch, souvent des attrapeurs comme Harry...

Draco descendait aux cachots. Il donna le mot de passe et entra dans la salle commune des Serpentards. Il la traversa sans un regard pour personne et se rua dans sa chambre de Préfet-en-Chef. Cette année avait été sa première en tant que tel. Il le sera encore pendant sa septième année, après ses terribles vacances. Les autres années il avait été choisi pour être préfet. Il aimait beaucoup les avantages que lui donnait ce titre : le respect de tous, à part celui ce Potter et des ses amis, aller où bon il voulait quand il voulait dans Poudlard, dans la mesure où il respectait un minimum les règles, et il avait aussi sa propre chambre. Et ceci... c'était selon lui le meilleur avantage ! Avoir le respect des autres élèves et des professeurs, il l'avait déjà avant même d'être préfet. Avoir une chambre à part par contre... c'était carrément autre chose ! Il avait découvert la bonheur de dormir sans les ronflements affreux de Crabbe et Goyle, même s'il avait fini par utiliser un sort pour ne plus les entendre, de travailler en toute tranquillité, d'éviter facilement Pansy Parkinson... Draco s'y sentait bien dans sa chambre. Il se décontracta quand il entra dans celle-ci et s'assit sur son confortable lit vert et argent. Sa colère avait fini par se calmer un peu.

Il se releva en soupirant et décida de faire sa valise consciencieusement tout en maugréant encore contre ce « foutu Gryffondor », ces « moldus inutiles » et le « vieux fou qui dirige cette école ».

Soudain, on frappa à la porte. Draco s'arrêta et alla ouvrir en fronçant les sourcils. Il n'avait pas vraiment envie de recevoir de la visite maintenant.

- Draco ! Tu m'as complètement ignoré tout à l'heure !

C'était Blaise Zabini, celui qu'on pouvait peut-être comme étant le meilleur ami du blond. Ce dernier le laissa entrer. C'était bien la seule personne qu'il acceptait dans sa chambre et qui y venait régulièrement. Blaise s'assit sans gêne dans un siège alors que Draco lui tourna le dos pour continuer à préparer ses bagages.
- Tu rentres au manoir ? demanda Blaise.

- Non. Je vais chez Potter, répondit froidement Draco sans se retourner.

- Chez Potter ? Harry Potter ? Tu veux dire... que tu vas chez des moldus ?

- Oui. C'était pour me dire ça que Dumbledore m'a appelé dans son bureau.

- Haha, je t'imagine bien être totalement perdu devant les inventions moldus, dit Blaise en rigolant fortement.

- Blaise ! Ce n'est pas drôle ! s'offusqua Draco. Oui, je n'y connais rien à ce monde et je n'ai pas envie de le connaître. Ce sont des moldus !

- Et alors ? Tu ne changeras donc jamais d'avis sur eux, Draco ?

- Rah, non mais tu ne vas pas t'y mettre toi aussi ! s'énerva le blond.

Blaise le regarda sans comprendre. Draco lui expliqua que Potter lui avait fait la même remarque.

- Pour une fois que je suis d'accord avec Potter, rit Blaise.

Draco, quant à lui, fit un rictus désapprobateur.

- C'est à cause des mangemorts que tu vas là-bas, dit le serpentard à la peau foncée.

Draco ne répondit pas. Ce n'était pas la peine. Blaise savait très bien qu'elle était la réponse.
- Tu crois que c'est si dramatique que ça d'aller vivre avec Potter pendant deux mois ? demanda Blaise pour changer un peu de sujet.

Draco lui lança un regard noir.

- Bien sûr ! Je ne vais pas VIVRE avec lui ! Je vais essayer de SURVIVRE !

- Mais bien sûr...

- Et puis c'est... c'est Potter !

- Justement Draco... c'est Potter !

- C'est ce que je viens de te dire.

- Tu ne comprends pas ! Tu vas passer deux mois avec Potter ! Rien que lui et toi...

- Blaise... Tu ne m'avances pas. Je le sais déjà tout ça.

- Et doooonc ? Pousse le raisonnement un peu plus loin !

- Heu... Potter et moi... seuls... on ne va pas arrêter de se disputer ?

- Par salazard ! Et c'est toi qui a les meilleurs notes juste après Granger ?

- Tu aurais pu omettre le « juste après Granger » tu sais ? dit Draco avec un rictus.

Il n'aimait pas être deuxième. Surtout après Granger... Un jour, il la vaincra et obtiendra la première place !

- Haha désolé, Blaise fit un sourire amusé. Bon... j'essaie de te faire comprendre que c'est l'occasion parfaite pour que tu te rapproches de lui.

- Pourquoi j'irais me rapprocher de Potter, Blaise ? Draco haussa un sourcil.

Il ne comprenait décidément pas où voulait en venir son ami.

- C'est ton ennemi n'est-ce pas ?

- C'est même ma Némésis...

- Et quel est le dicton ?

Draco réfléchit un petit instant avant de dire avec un sourire serpentardesque :

- « Garde tes amis près de toi et tes ennemis plus près encore ». Intéressant... Pendant ces deux mois je pourrais me rapprocher de lui et apprendre pleins d'informations dont je pourrais me servir contre lui après à Poudlard ! Excellent Blaise.

Draco avait l'air ravi. Blaise avait un sourire rayonnant même s'il était forcé. Il voulait que Draco et Potter se rapprochent mais pour qu'à la fin ils...

- Du coup, cela veut dire que je vais devoir faire l'effort de ne pas me disputer avec lui ? le coupa dans ses pensées le blond.

- Ouais, répondit Blaise. Et ce sera quand même plus agréable de passer deux mois sans disputent, non ?

- Je pense que oui. J'espère au moins que Potter fera quelques efforts de son côté aussi !

- Il en fera, j'en suis certain.

Draco ne répondit pas. Il continua à préparer sa valise tout en se demandant à quoi allait ressembler la famille qui l'accueillera. Blaise le regardait faire.
Après quelques minutes, il se leva et s'apprêta à quitter la chambre quand il lança une dernière phrase à Draco :
- Arrête de te cacher Draco et de te voiler la face... Pour une fois ne sois pas un lâche et fonce conquérir ce que tu tentes d'atteindre désespérément depuis des années !

Il lui fit un petit clin d'œil et partit. Le blond, de son côté, était rouge jusqu'aux oreilles. Il avait très bien compris ce qu'avait voulu sous-entendre Blaise. Depuis quand était-il au courant ?! Depuis quand... Il faudra qu'il lui pose la question un jour. Draco se reprit et termina son rangement. Mais ses pensées étaient revenais sans cesse à une seule personne : Harry Potter. Celui qu'il aim... non, celui qu'il détestait au plus haut point ! Pourquoi le haïssait-il autant ? Tout d'abord, c'est un gryffondor. Ensuite, c'est le Sauveur. Il se croit tout permis, il est prétentieux, célèbre et aimé, admiré... Il a des amis, même si c'est Miss-je-sais-tout et la belette, qui sont prêts à tout pour lui, fidèles et loyaux. De vrais amis... Et puis, il est certainement hétéro puisqu'il est sortit avec Cho Chang et la belette fille. Il le détestait aussi parce qu'il avait refusé SON amitié en première année ! Il ne lui avait pas serré la main ! Qui refuse de serrer la main à un Malfoy ?! Il s'était sentit insulté. Bon, d'accord, il avait peut-être un petit peu insulté Weasley juste avant... Mais ce n'était pas tout : Draco détestait surtout Harry parce celui-ci le détestait. C'était peut-être idiot de réagir ainsi mais il n'y pouvait rien. Depuis que Harry avait refusé son amitié et avait manifesté du dégoût pour lui, Draco l'avait de plus en plus détesté et s'était détesté lui-même...

XxXxXxX

Harry venait de terminer sa valise. Il n'avait jamais eu beaucoup d'affaires donc ça avait été plutôt rapide. Il se mit en pyjama et alla se coucher une dernière fois dans son grand lit chaud à baldaquin avant de retrouver son pauvre lit de Privet Drive. D'ailleurs, il en connaissait un qui n'allait pas être heureux du tout en voyant sa chambre demain... En s'imaginant la tête de Draco devant l'état de sa chambre, il pouffa doucement dans ses couvertures puis se laissa emporter par le sommeil.