Bonjour tout le monde ! Tout d'abord, merci pour vos avis précédents ! :) Voici - enfin ! - un nouveau chapitre que j'ai écris en quelques heures. Je suis désolée pour mon retard ! J'ai eu quelque soucis avec mon ordinateur et j'avais perdu toute ma fanfiction et donc le nouveau chapitre déjà bien commencé. Bref, maintenant il est là et je vous laisse le découvrir. Merci à Chini-chan pour ses idées encore une fois !

Bonne lecture ! ;)


Chapitre 4 : Fin d'une rivalité ?

Harry s'étira de tout son long dans son lit de fortune. Il n'avait pas trop mal dormi cette nuit, pour une fois. Il regarda l'heure sur son réveil. Tante Pétunia n'allait pas tarder à se lever pour préparer le petit-déjeuner... enfin plutôt venir les réveiller pour que Draco et lui aillent faire le petit-déjeuner à sa place ! Le blond dormait encore. La lumière du soleil éclairait chaleureusement son visage pâle, ses cheveux blonds brillaient... Il avait l'air bien. C'était si rare de le voir ainsi... Harry ne voulut pas le réveiller. Il se leva, s'habilla tranquillement et descendit discrètement à la cuisine. Il commença tout de suite à cuisiner. Ce fût seulement quelques minutes plus tard que Tante Pétunia arriva. Elle avait l'air surprise de le voir ici mais pas mécontente. Ils ne se saluèrent pas.

- Ton ami n'est pas avec toi ? demanda-t-elle simplement.

- Non, comme tu peux le voir.

- Où est-il ?

- Dans la chambre. Il dort encore.

- Il DORT ?! A cette heure-ci ? Mais chez qui se croit-il ?! On l'accueille gentiment dans notre maison en plus de toi, comme si ce n'était pas déjà bien suffisant, et il se permet de dormir au lieu d'aider pour le petit-déjeuner ! Vous êtes tous pareils ! Profiteurs ! On aurait dû refuser de vous prendre chez nous avec Vernon.

Harry ne répondit rien. C'était toujours comme cela avec Tante Pétunia. L'oncle Vernon et Dudley arrivèrent peu après. Ils s'installèrent immédiatement à table pour manger. Harry se dit qu'il devrait peut-être aller réveiller Malfoy avant qu'il n'y ait plus rien à se mettre sous la dent. Il monta dans sa chambre et ouvrit doucement la porte. Il vit le blond assis sur le rebord du lit. Il se frottait les yeux et baillait. Il avait l'air si... enfantin.

- Enfin réveillé Malfoy ?

Le blond se tourna vers Harry. Draco se leva lentement puis s'étira avant de s'avancer vers lui.

- Tu es venu me chercher pour que je t'aide à faire le petit-déj' ?

- Non, je suis venu te chercher pour que tu ailles manger ce petit-déj'.

Draco le regarda étonné. Il avait déjà préparé le repas ? Mais pourquoi ne l'avait-il pas réveillé ? Ne devait-il pas participer aux tâches en tout genre que leur donnent les moldus ?

- Pourquoi ne pas m'avoir réveillé ?

Harry se contenta de hausser les épaules. Il ne savait pas lui-même. Enfin, il ne se voyait pas dire qu'il l'avait trouvé mignon pendant qu'il dormait.

- Allons manger Malfoy !

Il le prit par le bras et commença à l'emmener en bas. Draco se dégagea rapidement et dit :

- Attends ! Je vais m'habiller et on y va !

Harry soupira.

- Pas le temps Malfoy. Allez, grouille !

Il reprit le bras du blondinet et ils descendirent. Les Dursley avaient déjà bien attaqué. Harry et Draco se servirent de ce qu'il restait à table. Les Dursley ne leur dirent rien à part que tout à l'heure, ils partiraient en famille et que, pendant ce temps, les deux dégénérés qu'ils étaient devront nettoyer la maison.

Draco redoutait fortement cette journée de ménage. Un Malfoy qui nettoie ? La bonne blague ! Il laisserait Harry, enfin Potter, tout faire. En plus, ils ne pourraient pas utiliser la magie ! Ca allait être un enfer ! Potter s'en occupera très bien tout seul.

Harry et lui étaient retournés bien vite dans la chambre. Leur but commun était de voir les Dursley le moins possible. Draco continua son livre sur les potions qu'il avait commencé avant-hier. Ca ne faisait même pas trois jours qu'il était là... Et ça devait durer deux mois ? Non ! Il n'allait définitivement pas tenir ! Des coups retentirent soudain à la fenêtre. C'était son hibou. Il alla lui ouvrir. Une lettre était fixée à sa patte. Bien. Blaise lui avait répondu ! Il avait fait ça sacrément vite.

Harry, de son côté, était couché dans son lit et observait Malfoy. Il l'avait regardé se lever gracieusement pour aller ouvrir la fenêtre à son hibou. Il lisait tranquillement sa lettre, aucune émotions ne transparaissaient sur son visage. Harry fit sortir Hedwig par la fenêtre encore ouverte. Ca lui ferait du bien de sortir un peu dehors.

D'ailleurs, dehors, il faisait beau malgré quelques nuages grisâtres.

Une heure plus tard, les Dursley partirent. Harry et Draco étaient heureux de ne pas les voir jusqu'à tard dans la soirée mais en contrepartie ils étaient obligés de faire tout un tas de tâches ménagères.

- Potter, débrouille-toi sans moi ! dit Draco hautainement.

- Quoi ? Hé ! Non ! Malfoy !

Draco ne l'écouta pas et alla s'asseoir dans le canapé. Il faisait face à une boîte avec un écran noir sur le devant. Il avait vu quelques fois un des Dursley fixer des gens qui bougeaient, parlaient... Bref. Il les avait vu utiliser une autre boîte assez allongée, avec dessus pleins de petits boutons gris, verts, jeunes et rouges. Il appuya sur le premier bouton rouge. L'écran noir changea d'un coup et laissa place à des gens qui avaient des capes noires et des baguettes magiques. Des sorciers ? Abracadabra ? C'était quoi ce sort-là ? Et qu'est-ce que foutaient ces sorciers ici ? Malgré tout, c'était intéressant à voir... Draco ne pouvait pas détacher son regard de ces drôles de personnages qui bougeaient devant lui.

- Potter...

Harry était parti chercher de quoi nettoyer : aspirateur, chiffons, produits ménagers et tout le bazar...

- Potter !

- Malfoy, viens m'aider.

- Mais... Potter !

- Quoi ?

Harry rejoignit le blond dans le salon.

- Malfoy devant la télévision ? Eh ben ça alors ! s'exclama sarcastiquement Harry, plus qu'amusé.

- Ne te fous pas de moi Potty. Dis-moi plutôt qui sont ces sorciers en face et c'est quoi "abracadabra" ?

Harry explosa de rire.

- Ces sorciers sont la façon dont les moldus nous voient. Et "abracadabra" c'est le sort universel pour les sorciers imaginés par les moldus.

- Mais c'est ridicule ! bougonna Draco. C'est dégradant pour les sorciers ! Et puis qu'est-ce qu'ils font là ?

- Comment ça ?

- Potter, à quoi sert cette chose ? C'est pour espionner les gens ? Ou sont-ils enfermés dans cette boîte ?!

Harry rit à nouveau.

- Non Malfoy... C'est une télévision. Dessus, il y a des films, des séries, des documentaires et pleins de trucs qui sont diffusés.

- Diffusés ? Des films ?

- Oui, il y a des gens avec des caméras qui filment une scène, des gens et tout et puis c'est diffusé sur les télévisions par tout un système de transmission.

- Les moldus sont compliqués...

- Ils n'ont pas de magie surtout, dit Harry en soupirant avec un sourire en coin.

Puis, il reprit son sérieux.

- Bon, Malfoy... Tu viens m'aider ?

Draco se tourna vers lui en haussant un sourcil.

- T'aider ?

- Le ménage, Malfoy. Le ménage...

- Pas question. Un Malfoy ne s'abaissera jamais à de telles choses.

- Vraiment ? Comme c'est étonnant, Malfoy. Je vais me faire plaisir de t'obliger à m'aider alors, répondit-il en riant.

- Noooon !

Harry attrapa Malfoy, le souleva et lui mit dans la main l'aspirateur. Draco ne voulait absolument pas faire le ménage. Il acceptait de faire la cuisine, c'était largement assez selon lui. Mais Harry ne renonçait pas.

- Alleeeer... Malfoy ! Fais un petit effort pour une fois.

- Un PETIT effort ?!

- Faire le ménage c'est bien trop dur pour ton petit corps frêle de noble ?

Draco fronça les sourcils. Il n'avait pas un petit corps frêle ! Il était juste fin et le Quidditch l'avait joliment musclé. Il prit la machine rouge que tenait Potter.

- Je vais le faire.

- Parfait. Je te laisse passer l'aspirateur donc. Moi, je vais m'occuper de faire la poussière sur les meubles.

- Il n'y aura pas grand chose à faire... Ta tante passe son temps à ranger et laver.

- Oui, tant mieux pour nous ! Bon, allons-y !

Harry commença par la cuisine. Il laissa Draco se débrouiller. Saint Potter ! Il ne lui avait rien expliqué à propos de la machine moldue ! Draco l'observa bêtement, ne sachant que faire. A quoi servait-elle ? Comment fonctionnait-elle ? Qu'est-ce que c'était ? Draco n'en savait strictement rien lui ! Il se souvenait juste que Harry lui avait dit de... passer... heu... l'asi... l'aspir... aspiteur... asirateur... Bref, il avait oublié le nom de la machine. Sincèrement, comment allait-il faire ? Il y avait bien deux boutons sur cette chose mais devait-il appuyer dessus ? Et puis, sur lequel ? Il ne voulait pas qu'il se passe quelque chose... Bon, de toute façon, ce serait de la faute de Potter qui ne lui a rien expliqué !

- Salaud... marmonna le blond en colère.

Il pourrait l'appeler et lui demander comment ça marchait. Mais il avait envie de montrer à Harry qu'il pouvait très bien s'en sortir sans son aide. C'était un Malfoy après tout ! Un Malfoy était puissant et intelligent ! Il allait passer l'asirateur sans soucis - ou presque... Bon déjà, les boutons. Le rouge a servi à animer l'écran noir alors ça animera peut-être ce truc... Il appuya. Rien ne se produisit. Alors il appuya sur le vert. Et là, un mugissement se fit entendre. Draco prit peur et lâcha l'asirateur moldu en criant.

Harry, alors qu'il s'amusait à observer de loin Malfoy tenter d'allumer l'aspirateur, rit quand celui-ci prit peur. Il alla le voir, toujours en riant légèrement.

- Alors Malfoy ? On a peur d'une petite invention moldue ?

Draco le fusilla du regard tout en rougissant de honte.

- Ferme-la Potty ! Je n'en serais pas là si tu m'avais prévenu avant !

Harry rit à nouveau. Cette journée allait être excellente. Il récupéra l'aspirateur et décida d'expliquer à Malfoy ce que c'était et comment ça marchait.

- Bon, ça, c'est un aspirateur, d'accord ? Tu l'allumes en appuyant sur le bouton vert et tu l'éteins en appuyant sur le bouton rouge, tu suis ?

- Je ne suis pas débile Potter.

- Tu le prends comme ça...

Harry lui montra la façon de tenir l'aspirateur.

- ... et tu fais comme ça pour aspirer la poussière.

Il fit des va-et-viens. Draco acquiesça.

- C'est bon Potter, j'ai compris.

Il prit en main l'aspirateur et le passa tranquillement tandis que Harry retournait, toujours un peu amusé, à ce qu'il faisait précédemment. Draco s'amusait à passer l'aspirateur - et pas l'asirateur. La poussière se faisait avaler facilement. Pouf ! Tout disparaissait ! Cependant, le bruit que cette machine émettait était affreux. Lorsque Draco eut fini de faire toute la maison, il soupira de bien être quand le bruit cessa enfin. Il retourna voir Harry pour lui annoncer qu'il avait terminé. De son côté, le brun avait fini aussi. Il ne restait plus qu'à nettoyer encore deux, trois trucs et ils auraient terminé pour de bon ! Il restait la salle de bain et les toilettes.

- Potter, je te laisse les toilettes.

- Ca ne m'étonne même pas ! Mais tu fais la salle d'eau alors !

- Très bien... répondit le blond de mauvaise foi.

Il s'apprêtait à remonter quand Harry l'arrêta.

- Tu ne veux pas manger un bout avant ?

- Oh... si.

Ils préparèrent ensemble un petit repas avec ce qu'ils trouvaient dans le frigo. Il n'y avait plus grand chose.

- On va devoir faire des courses tout à l'heure je pense, dit Harry.

- Des courses ? Les Dursley ne peuvent pas les faire avant de rentrer, non ?

- Je pense qu'ils vont rentrer et dire : "Oh bah puisqu'il n'y a pas assez à manger, vous deux vous n'aurez rien ce soir ! Vous n'aviez qu'à aller faire les courses !".

- Super... Mais as-tu de l'argent ?

- Tante Pétunia a laissé sa carte bancaire. Je suppose que rien que ça c'est l'indice pour nous dire d'aller faire les courses !

- Une carte bancaire ?

- C'est un peu comme... heu... les clefs pour ouvrir les coffres à Gringotts.

- Oh, je vois... Quand iras-tu faire les courses ?

- Quand on aura fini le ménage... Hé ! Tu viens avec moi Malfoy !

- Merde.

Le temps s'était un peu assombri. Harry et Draco était arrivé devant le Supermarché. Il y avait pas mal de monde. Draco regardait avec stupéfaction les portes automatiques. Ca amusait clairement Harry. Les moldus autour d'eux les observaient de travers. Ces deux jeunes avaient l'air étranges, surtout le blondinet qui s'amusait à aller devant les portes automatiques pour qu'elles s'ouvrent puis repartait en arrière et attendait qu'elles se referment pour y retourner encore une fois et les ouvrir. Harry n'aurait jamais cru possible de voir un jour Malfoy agir de façon si enfantine ! Il finit par le rejoindre devant les portes.

- Malfoy, il est peut-être temps de cesser de jouer et de te faire remarquer, dit-il en riant.

Draco fit la moue puis entra, le nez en l'air, dans le supermarché. Ils parcoururent les rayons, à la recherche de leur bonheur. Draco découvrit pleins de nourritures moldues. Bien sûr, ça piquait sa curiosité toutes ces nouvelles choses et il demanda à Harry si ils pouvaient prendre quelques trucs pour eux.

- Oui. De toute façon, on a la carte de Tante Pétunia et elle n'est pas là... On peut faire une ou deux folies.

Ils se sourirent franchement.

Quand ils arrivèrent à la caisse, leur chariot était plein. Draco laissa Harry utiliser la carte bancaire. Il le vit l'insérer dans un boîtier qui disait "veuillez insérer la carte", puis "entrer le code", et "le code est bon" et enfin "veuillez retirer la carte". Drôle de machine, vraiment.

Ils sortirent du supermarché. Une pluie fine tombait.

- Mes pauvres cheveux... se plaignit Draco.

Ils allaient onduler d'une façon pas belle du tout et ça ne lui plaisait absolument pas.

Mais la pluie n'était pas leur seul soucis. Il y avait les courses. Ils allaient devoir transporter plusieurs gros sacs sous la fine pluie qui ne tarderait pas à devenir une tempête orageuse au vu des énormes nuages gris foncé qui se pointaient au loin. Ils prirent les sacs et se dépêchèrent de rentrer.

Une fois arrivés, ils rangèrent un partie dans la cuisine, l'autre, ils la montèrent dans la chambre. Ils s'assirent sur leur lit, épuisés.

Après quelques minutes de silence, Draco demanda :

- Potter... Puis-je t'appeler Harry ?

Harry ne répondit pas tout de suite, trop surpris par une telle demande.

- Pourquoi ?

- Je... Peut-être que si nous faisons des efforts nous nous entendrons bien.

- On ne sera jamais amis.

- Bien sûr ! ricana Draco. Mais au moins, on devrait cesser nos disputes... nos... enfantillages.

- Oui... je crois...

- Alors je peux ?

- Oui, appelle-moi Harry, Draco.

Harry tendit la main au blond.

- Ca me rappelle un mauvais souvenir cette scène... Mais je suis poli.

Draco serra la main tendue de Harry.

- D'ailleurs Draco, à moins que tu ne l'aies pas remarqué, mais je crois qu'on s'en sort très bien.

- Je crois aussi...

Il lui sourit sincèrement. Ca ne faisait que trois jours qu'il était chez les moldus avec Harry mais... ca ne se passait pas trop mal.

Les Dursley étaient rentrés de leur journée plus tôt que prévu. Ils avaient été surpris par l'averse. Le dîner se passa sans problème. Tante Pétunia ne les remercia pas d'avoir fait les courses. Tout était normal... Jusqu'à ce que l'Oncle Vernon annonce une très mauvaise nouvelle : dans une semaine la Tante Marge, allait venir ici.

Dans leur chambre, Harry et Draco discutait à ce propos. Harry avait l'air... désespéré, abattu.

- C'est si dramatique que ça qu'elle vienne ?

- Draco... si on peut s'enfuir avant qu'elle arrive ce serait fantastique ! Cette femme... C'est l'Oncle Vernon version femme qui ne sait pas qu'on est des sorciers. En plus, elle a un horrible chien.

- Par Salazard et le caleçon de Merlin...

- On a une semaine avant de subire un cauchemar...

Des petits coups retentirent à la fenêtre. C'était Hedwig. Harry quitta son lit pour aller lui ouvrir.

- Et où voudrais-tu aller si on part ? Je te rappelle d'abord qu'on ne peut pas partir ! Le vieux citronné nous l'a ordonné, répliqua Draco.

- Le vieux citronné ? Dumbledore ?! Haha, excellent surnom ! répondit en riant, Harry. Oui, on ne peut pas partir... On ne devrait pas en tout cas.

- On va bien survivre juste pour cette journée.

- Je ne te savais pas aussi courageux et positif, Draco.

- Tu ne sais pas grand chose de moi Harry...

- C'est vrai...

- Bon... heu... moi, je vais me coucher.

- Bonne nuit.

- Bonne nuit...

Ils se couchèrent chacun dans leur lit, appréhendant d'ores et déjà la visite de Marge. Draco observa Harry qui dormait. Encore une fois... Ca ne faisait que trois jours... Trois petits jours... Ils s'étaient rapprochés déjà. Ils s'appelaient par leurs prénoms. Draco ne pensait pas que Harry allait accepter aussi simplement, aussi facilement. Draco repensa aux conseils de Blaise dans sa lettre... Le premier pas avait été franchi. Il lui enverrait une lettre demain. Comment ça allait se terminer à la fin des deux mois ?