Bonjour/Bonsoir à tous ! J'espère que vous allez bien !

Ce chapitre est le dernier. Je veux vous remercier tous autant que vous êtes pour votre fidélité !

Un gros merci aux reviewers, spécialement aux guests à qui je ne peux pas répondre (créez vous un compte les gens!).

Je dois vous dire que j'ai été particulièrement chanceuse sur cette fic, vous êtes nombreux à me lire, et certains sont particulièrement fidèles dans les reviews. Ceux qui postent sans faute (ou quasi, à quelques chapitres prêts), vous avez toute mon admiration. Ceux qui n'ont pas l'habitude de laisser de reviews, mais qui m'en ont laissé une ou deux, voir trois (quelqu'un se reconnaîtra ), je vous remercie et vous encourage à en laisser chez d'autres auteurs. Ceux qui postent, une fois de temps en temps sur les fics à chapitres, parce qu'ils n'ont pas souvent l'inspiration d'une bonne review (je me compte parmi ceux là), je suis contente d'avoir su vous inspirer !

Je voudrais maintenant m'adresser à ceux (trop nombreux) qui sont des voix silencieuses qui me suivent. Je suis toujours heureuse d'avoir des petites notifications de follows et de favorites. Je suis un peu frustrée de ne pas savoir votre avis, mais je suppose que si vous vous taisez, c'est que vous devez aimer. Ça ne me pose pas de soucis personnellement, car j'ai des reviewers fidèles, toujours en première ligne pour commenter ce que j'écris. Mais je pense aux auteurs qui écrivent sur des fandoms peu connus, sur des persos peu appréciés, qui ont pour une raison ou une autre peu de reviewers malgré la foule qui les suit. S'il vous plaît, laissez leur des reviews, même très courtes, même une fois tous les cinq chapitres, qu'ils sachent que vous êtes vraiment là, et pas un noob qui a cliqué sur follow sans savoir ce que cela veut dire. Ils seront heureux de vous répondre et de savoir que vous n'êtes pas un robot-cliqueur. N'oubliez pas que votre review est source de motivation pour l'auteur.

Bon maintenant c'est le temps des remerciements ! Alors merci à ma maman même si elle ne sait même pas que cette fic existe , tu es la meilleure des mamans ! Et un immense merci à Ordalie dal Lugarqui est une bêta lectrice non officielle (y a pas d'autre terme), une correctrice à l'œil aiguisée, une commentatrice à la langue acérée et une rêveuse à l'imagination débridée ! Merci pour tes loooooongues reviews, tes bouts de dialogues inventés hilarants, tes réflexions saugrenues, tes anecdotes inattendues, et tes corrections efficaces (promis j'emporte mon bécherelle avec moi l'année prochaine). Dis moi que j'ai réussi à te faire rougir !

Important : je sais qu'il y a un petit problème de ligne temporelle, et que vu qu'Harry est né en 1980, il ne peut pas être en contact avec ce type de technologie à cet âge là. Mais passez outre, pour une fois je n'ai pas de réponse toute prête !

Disclaimer : Tout est à JKRowling et à Warner

N'oubliez pas la review et bonne lecture ! Si vous avez des questions sur le devenir de vos personnages préférés, n'hésitez pas !

Bonus : Entremetteur

Harry tourna la clef trois fois dans la serrure, appuya fermement sur le bouton de sécurité, redonna un coup de poignet et écrasa son index droit sur le pavé tactile dédié à la reconnaissance digitale. Il leva ensuite la tête pour fixer la caméra d'un regard fier : il avait enfin retenu la procédure pour entrer dans le quartier de haute sécurité. Le boîtier lumineux passa du rouge au vert, et il pénétra d'un pas vif dans l'allée. Il y régnait un silence de mort, rompu de temps à autres par un ronflement sonore.

Les clefs rebondissaient mollement sur sa cuisse recouverte par le tissu gris de l'uniforme, le tintement recouvrant entièrement le léger son de ses pas. Il vérifia la présence des prisonniers dans chaque cellule, sortant son téléphone portable pour cocher leurs noms au fur et à mesure. Dans le reflet de l'écran, il pouvait apercevoir John dont les longs doigts tenaient également un téléphone d'un orange criard. Ils étaient tous les deux connectés maintenant, bien que John semblât maîtriser ce nouvel attirail technologique bien mieux que lui. Le détraqueur affichait une mine concentrée, ses orbites vides plissées, qui se stabilisa lorsque son pouce violacé glissa sur l'écran de gauche à droite.

Harry haussa les épaules, il aurait bien le temps de se renseigner sur la nouvelle lubie de son ami lors de sa pause. Les deux compères quittèrent le couloir sans que rien ne soit venu perturber leur visite nocturne. Cela allait faire une semaine que le jeune sorcier avait commencé son stage dans la prison de Wandsworth, recommandé chaudement par son directeur de formation. Il avait été intégré à l'équipe assez rapidement et, même si on ne lui laissait pas de grandes responsabilités, il se sentait à sa place. Il pénétra dans la salle de repos, le sourire aux lèvres, avant de se diriger vers la machine à café. Sa collègue rousse, Meg, était étalée sur un fauteuil, ses longs ongles rouges tapotant l'accoudoir pensivement.

Le vrombissement de la machine et l'odeur du café emplirent l'air, Harry, la tête penchée sur le côté, observait avec une attention étrange le liquide chaud couler dans sa tasse préférée. Meg ferma fortement les yeux et massa ses tempes de ses doigts fins, tentant sans effet de faire passer son mal de tête persistant. Le nouveau était adorable et elle ne comprenait pas les violentes migraines qui apparaissaient soudainement lorsqu'il se trouvait à proximité.

Son café en main, l'ancien gryffondor s'assit sur le large pouf bleu au centre de la pièce, calant confortablement ses pieds sur la table basse. Il poussa un soupire de contentement en imaginant l'expression qui serait apparue sur le visage de son ancienne tête de maison s'il avait osé s'avachir ainsi dans son précieux bureau. La gorgée chaude qu'il avala lui laissa une fine moustache de mousse sur la lèvre qu'il tenta de retirer du coin de la langue avant d'être interrompu par le son caractéristique d'un appareil photo. Il fusilla du regard son détraqueur favori en représailles, avant de jeter un regard inquiet vers Meg : il n'avait pas spécialement envie de lui effacer la mémoire si elle avait par mégarde vu le téléphone criard flotter seul dans les airs. Heureusement, la jeune femme semblait plus préoccupée par son état physique que par son environnement, et n'avait même pas prêté attention au bruit.

Quelques minutes plus tard, Meg quittait la salle, son visage exprimant clairement son contentement à l'idée de mettre une distance plus importante entre elle et son porte-mal ambulant. Harry fit les gros yeux à son compagnon, il était presque certain que celui-ci faisait exprès d'atteindre psychiquement la jeune femme. En réponse, la créature lui tendit son téléphone sur lequel il distingua vaguement un logo orange en forme de flamme. Il l'attrapa en souriant, ravi de prendre enfin connaissance des dernières manigances de son allié. Il en avait assez de se faire prendre en photo sans signe avant coureur et de le voir faire glisser rapidement son pouce vers la gauche ou vers la droite.

« Tu as un mach.

-Quoi ?! »

J'ajoute un petit mot car apparement ce n'est pas clair pour tout le monde. John est depuis le début sur une appli nommée tinder. Je suis pas une spécialiste, j'ai jamais utilisé, mais c'est une appli pour rencontrer l'amoooour de sa vie (notés que je suis extrêmement dubitative). John prend donc des photos d'Harry pour son profil, fait une selection des profils proposés (On glisse à droite ou à gauche en fonction de notre intérêt pour le profil proposé). Et quand il a finit tout son barda, il annonce à Harry qu'il peut commencer à discuter avec une personne l'ayant sélectionné aussi. en gros John tente de trouver une/une petit-ami(e) à Harry via les nouvelles technologies et sans que Harry ne soit au courant. En espérant que ce paragraphe n'ait pas été trop rébarbatif