Donnée à connaître :

$ fourchelangue $

[ penser et télépathie ]

" écrit sur un support "

Ssssssssssssssssssssssssssssssssss

Le gardien d'Avalon

Chapitre 9 :

Un vent artificiel s'éleva progressivement, dans un petit parc de Londres. Le souffle augmentait en force, au fur et à mesure qu'un immense bâtiment aérien se rapprochait du sol. Huit personnes descendirent avant que le transporteur ne parte avec autant de bruit qu'il était arrivé, laissant ses anciens passagers derrière lui. Ces derniers se dirigèrent en direction d'une rue particulière. Leurs regards voyageaient entre chaque plaque de numéro de la rue. Cependant, arrivés vers les numéros dix, onze, treize, quatorze, ils se mirent à chercher le numéro manquants.

Après une bonne demi-heure de recherches, ils se rassemblèrent et l'un d'eux commença à maugréer.

-Chiottes, on s'est encore fait avoir, l'adresse est fausse, il n'y à pas de douze square Grimaud, invectiva Stark.

-Attend avant de sauter sur des conclusions. Ce n'est pas normal qu'il manque le douze dans cette rue. Réfléchis on a cherché partout et aucune trace du bâtiment, reprit Bruce Banner.

-Oui, cela est étrange en effet mais il faut penser, également, que le filou n'a jamais été trouvé donc le bâtiment est surement protéger et/ou dissimulé, renchéri Romanoff.

-Que faisons-nous du coup ? Demanda Rogers.

Nous continuons de chercher, ordonna Fury.

Plus de deux heures de recherche plus tard, l'équipe en était toujours au même point dans ses recherches.

-Je sens l'énergie, celle que j'ai sentis lorsque Harry… Potter, peu importe, l'a utilisé, déclara Thor. Cependant, les dernière fois elle n'était pas aussi constante, c'était… plus sauvage.

-Bonne observation, c'est parce qu'il s'agit d'une magie en position, c'est-à-dire qu'elle est externe à un flux évolutif d'énergies, elle est posé avec une intensité précise, qui restera la même dans sa puissance sauf en cas de dommages, où elle peut faiblir. Répondit Harry qui était apparu derrière le dieu nordique.

Tous regardèrent dans la direction de la voix si connue.

-D'où venez-vous ? Demanda Fury.

-Je viens de sortir de chez moi.

-Ah ! Donc il y avait une erreur d'adresse, affirma Rogers.

-Non c'était bien le douze.

-Mais où est-il ? On à fouiller tout le quartier, reprit Banner.

-Regardez bien, elle ne peut être visible que si on accepte sa présence.

Sur le moment, ils ne comprirent pas. Cependant ils se mirent à regarder dans la direction que pointait le jeune homme. Ils ne virent de premier à bord qu'une fissure, entre le bâtiment onze et le bâtiment treize de la rue. Ils continuèrent de regarder, en pensent aux paroles du plus jeune. Et c'est là qu'ils furent témoins d'une chose inouïe. Les deux bâtiments commencèrent à se séparer sous leurs yeux. Plus ils regardaient, plus ils purent voir apparaitre un petit pavillon à la façade délabrée.

Ils observèrent ce qui les entouraient, et comprirent que personne à par eux ne remarquait le phénomène. Fury voulu poser la question, mais Harry répondit avant qu'un son ne sorte.

-On appelle cela Fidélitas, un sort qui permet de dissimuler le lieu à tous ceux qui n'en connaissent pas l'adresse. Pour mieux vous expliquez, il vous est impossible d'indiquer ce lieu, ou d'en parler de façon explicite à une autre qui ne se trouve pas dans la confidence. Affirma le jeune brun.

Il avança vers la bâtisse, ouvrit la porte, et entra laissant la plaque de bois ouverte dans une invitation muette. Le groupe regarda un instant l'entrée de la maison délabrée, mais entrèrent tout de même.

Une fois que tous furent rentrés dans le couloir lugubre faisant office d'entrer.

Ils voulurent avancer, mais ils se firent royalement insultés, pas par une personne à proprement parler, non, par un portrait. Ce portrait si étrange représentait une femme au visage noble, aux cheveux noirs et bouclés, des yeux gris sombres emplis de colère, d'indignation, et de perfidie. Harry revint bien vite auprès de ses « invités », lorsqu'il entendit le portrait s'égosiller, criant de sa voix stridente des insultes plus colorés les unes que les autres.

-Veuillez les pardonnés de leur impolitesse Lady Black, je ne les avais pas mit au courant de votre somptueuse présence. Déclara de façon flatteuse le jeune Lord.

-Mon jeune Harry, toute cette impolitesse est excusée par votre simple présence, répondit la femme peinte.

-Vos paroles m'honorent My Lady, nous allons vous laisser vous reposer, votre beauté est l'une de ces perles, que l'on ne peut se permettre de trop admirer, de peur de la briser.

-Vile flatteur, filez donc éclaircir les idées de ces gens, dit-elle en désignant le groupe encore abasourdis par la simple présence du portrait.

Sur ces paroles le jeune homme les mena directement dans un petit salon sans un mot ne soit prononcé. Chacun fut invité à prendre place sur les fauteuils et canapés présents. Harry vint s'assoir sur un large fauteuil de velours noir.

Ce fut Stark qui lança les hostilités en demandant ce qu'était ce tableau. Avant de répondre, Harry fit quelque chose qu'aucune des personnes du groupe ne s'attendaient.

-Kreatur !

Un « pop » retentit et fit sursauter les personnes de la pièce.

-Petit maître à appeler Kreatur ? Demanda un petit être aux oreilles en forme d'ailes de chauve-souris et aux yeux globuleux, la peau fripée, portant une vieille serviette trouée pour seul vêtement.

-Oui, peux-tu apporter du thé et du café s'il te plaît, ainsi que du sucre pour ceux qui n'aime pas l'amertume, je te pris.

-À vos ordres, répondit la créature.

Avant que l'être ne disparaisse, on pu l'entendre maugréer contre un « petit maître trop généreux pour son bien ».

-Bon, le tableau comme vous avez pu le voir est vivant, enfin façon de parler bien sûr. On a juste transféré la mémoire, et la personnalité de la personne peinte, dans la toile même, pour ainsi que le portrait soit une pâle copie de la personne décédée. Et oui, la peinture ne peut prendre vie qu'une fois la personne morte.

-Et la petite créature ? Demanda Rogers.

-Un elfe de maison, le serviteur le plus fidèle qu'il puisse exister. Cette catégorie d'elfe, est, ce que l'on appelle des elfes domestiques, une fois liés, ils ne peuvent plus se délier d'eux même, ils ne peuvent pas vivre plus de quatre ans sans êtres lier à une personne, famille, lieu. Ils sont des êtres très puissants et de nature soumise. Ils adorent aider et dépérissent lorsqu'ils ne peuvent se rendre utile.

Malheureusement la plupart des personnes les traitent comme des esclaves, mais n'étant pas facilement repérables je ne peux pas les sortirent facilement de leur enfer.

-Ok, maintenant…Commença Fury avant de se faire interrompre par le petit elfe de maison, qui revint avec un plateau contenant tasse de café et de thé.

Harry fit un vague mouvement avec un bout de bois. Les tasses s'élevèrent dans les airs et se dirigèrent vers chacun des occupants de la pièce, du sucre ou du lait accompagnant certaine avec des cuillères, tout cela en fonction de leur envie. Puis Harry reprit la parole.

-Quelle est la raison de votre présence ?

-Nous voulons des réponses, affirma Romanoff.

-À propos de quoi ? Reprit le plus jeune.

-La prophétie…Lui répondit Thor.

-Et je n'y répondrais pas…

-Pourquoi, de quoi avez-vous si peur ? S'écria l'agent Coulson.

-Pour la simple raison, qu'en sachant se que révèle cette prophétie, vous aller vouloir influencer la balance, et c'est en faisant cela que vous déclencherez obligatoirement celle-ci dans sa forme néfaste. Une prophétie est là pour avertir, pour guider la destinée le plus positivement possible et surtout pas pour que l'on tente de diriger le destin. Une prophétie est un avertissement aux actes. Moi, oui, j'ai peur de quelque chose, mais cette peur n'appartient qu'à moi.

-Je comprends, repris Banner pour tempérer le militaire et ne surtout pas pousser le petit brun dans ses retranchements. Dans ce cas, dites moi comment vous avez fait pour le calmer.

-Pas lui, vous ! Vous n'êtes qu'un, deux face de votre personnalité sous deux forme distinctes, une sauvage et une civilisé existant simultanément dans un même corps, le dialogue n'est simplement pas encore établie, vous avez beaucoup de mal à vous comprendre c'est tout. Après, il se trouve que je vous calme en vous rassurant tout simplement.

-Mais comment ? Habituellement …

-Parce-que je suis le protecteur des êtres comme vous.

-Comme… Il y en à d'autre ? Demanda Fury le regard à la fois méfiant et calculateur, dirigé vers le plus jeune.

-Oui et oublier tout de suite votre idée ni eux, ni moi ne sommes des armes, dit le petit brun d'un ton glacial.

-Je peux m'en débarrasser ? Demanda Banner.

-Jamais ! Cria Harry interloquer par les propos. Vous en débarrasser ? C'est une partie de vous, l'abandonner c'est vous donner la mort, et même par l'au-delà il sera encore et toujours présent.

-Mais pourquoi… Commença Stark.

-Parce-que c'est en lui depuis le jour de sa naissance, il n'a fait qu'accélérer l'apparition de son héritage, c'est pour cela que son être est divisé ainsi, ils sont en conflit avec eux même, donc les deux faces de son existence souffrent, et s'engouffrent dans chaque faille de la défense de l'autre pour s'exprimer. Cette destructivité n'est due qu'à cette souffrance accumuler par le combat interne.

-Vous voulez dire que pour ne plus être dangereux, je dois accepter entièrement ce que je suis ?

-Oui mais pas que, il faut aussi vous faire confiance, vous écoutez. Si vous voulez je pourrais vous aidez.

-Oui ! Ne plus êtres un danger, c'est mon vœux le plus cher, alors oui, aidez moi par pitié je ne veux pas faire de mal à ceux qui m'entourent.

-Soit, dans ce cas vous allez devoir trouver par vous-même ce que vous êtes. Vous devez comprendre que vous ne faites plus uniquement partie de ce monde, mais aussi du monde de Magie.

-Magie ? Dans la prophétie vous en avez parlez.

-Je sais.

-Qui était désigné par « l'enfant de Magie », reprit Romanoff.

-Vous le saurez en temps voulu si vous êtes honnêtes dans vos actions.

-Comment vais-je savoir ce que je suis ?

-Les bibliothèques existe, la mienne vous est ouverte, je peux vous conseiller les rayons des êtres magiques.

-Merci ! Puis-je y aller dès maintenant ?

-Kreatur !

-Vous avez appelé Kreatur, il est là pour servir le petit maître.

-Emmène Mr…

-Banner.

-Banner dans la bibliothèque du troisième étage.

-Oui petit maître, si Mr veux bien suivre Kreatur.

Sur ces mots, le scientifique suivit le petit Kreatur jusque dans une pièce immense, où les étagères, remplie de livres en tout genre, montaient jusqu'au plafond.

Dès lors, il se mit à chercher toute les informations possibles sur ce qu'il était, mais pas uniquement, il chercha également la raison de l'apparition de la créature en lui.

Bruce Banner, alias Hulk, fut tellement absorbé par tous ce qu'il apprenait qu'il ne vit pas du tout le temps passer.

Pendant ce temps, dans le petit salon, les questions affluèrent sur le jeune homme aux yeux vert émeraude.

-Vous savez ce qu'il est ?

-Oui.

-Qu'est-il ?

-Il vous le révèlera lorsque le moment sera venu.

-Pourquoi vous cachez ?

-Pour ma sécurité et celle de ceux qui m'entourent.

-Quel est le monde de Magie dont vous avez parlez plus tôt ?

-Dans la bibliothèque où se trouve votre ami, les livre « L'histoire du monde magique » et « Avalon le dernier refuge » devrait répondre à votre question Mr…

-Rogers, Steve Rogers.

-Pourquoi votre énergie ressemble à celle d'Asgarde ?

-Mon prince, toi dont le destin est d'être roi, tu devrais connaître l'histoire des tiens.

-Je la connais, mon père me l'a raconté dès qu'il en fut temps. Mon peuple fut en guerre de nombreuses fois…

-Idiot, il n'a raconté que son règne, as-tu seulement été ouvrir un livre pour connaître la création du peuple d'Asgarde ?

-Pourquoi aurais-je fais cela, le roi Odin m'a apprit tous ce que j'avais besoin de savoir.

-Te battre, quel belle éducation, t'a-t-il apprit les pourparlers ? La politique, la conciliation ?

-Je…c'était…

-C'est bien ce que je pensais. Le problème à Asgarde, c'est que vous ne vous reposez plus que sur la loi du guerrier. Tu as oublié la valeur de la magie. Il ne me serait pas étonnant que d'ici cinq générations, votre force, vos pouvoirs, votre longévité, tous ce qui représente les asgardiens disparaissent, vous deviendrez aussi simple que les personnes de la Terre, ou comme vous aimez l'appeler Midgarde.

-Non, notre magie est…

-En train de mourir, vous ne l'honorez plus, regarde simplement comment vous avez rejeté Loki, tout cela parce que son pouvoir était plus abstrait, moins brut que ce que demande votre immature croyance. Aucun de vous n'à réaliser de cérémonie d'hommage à Magie, depuis plus de trois générations, elle s'affaiblit. Vous ne la renforcez plus, pourquoi vous renforcerait-elle ? Elle avait choisi ses protégés, et ces derniers on finit par l'oublier.

-Non ! Nous l'honorons chaque année !

-Ah, Ah, Ah ! Quand, par vos guerres stupides ? Elle pleure à chaque vie gâchée. Par vos fêtes fastueuses ? Elle s'affaiblit à chaque fois que l'un de vous est mis à l'écart injustement. Par vos prières, par le respect au souverain ? Quand as-tu vu, toi le prince, pour ne serait-ce qu'une seule loi créer des liens apparaitre sous tes yeux, quand à tu une seule fois transmis ta propre force à Magie pour la nourrir ? Dit Harry d'un ton dur et froid.

-Jamais, répondit le dieu nordique d'un air dépité.

Un silence lourd s'installa dans la pièce à la suite de cette leçon de moral au dieu. Il ne fut brisé que par la reprise de parole d'Harry.

-Je te raconterai l'histoire d'Asgarde, mais tu dois arrêter de réfléchir, jugé uniquement par ce que l'on te raconte. Tu es manipulable ainsi. Apprend à faire des recherches pour obtenir la vérité.

-Monsieur Potter, commença Fury, vous semblez avoir de nombreuses connaissances sur les forces qui semblent nous dépasser. Le diadème que vous avez récupéré à la vente dégagerait une énergie similaire à un objet présent dans nos locaux, nous voudrions le récupérer.

-Impossible ! Si votre objet à cette énergie cela signifie qu'il s'agit d'un artefact de mon monde. Vous n'avez aucun droits dessus, je dois le récupéré et le sceller.

-Il est hors de question que…

-Que je vous laisse tenter de voler la magie comme par le passé ! Les gens comme vous on déjà essayé de soumettre Magie à leur volonté. Je ne vous laisserez pas faire une nouvelle fois du mal à mon peuple ! Criait désormais le jeune homme. Je ne vous laisserais pas faire une arme de Magie !

Un vent violent s'élevait dans la pièce projetant tous les objets de petite taille contre les murs. La tempête des émotions du jeune homme redoubla de plus belle et ce fut au tour des meubles de se diriger progressivement vers les murs de la pièce. Les autres personnes présentent de l'équipe prenaient alors tous conscience de la puissance du petit brun devant eux.

C'est alors que le directeur du Schild se mit à crier. Les yeux vert émeraudes étaient braqués dans les siens. Fury sentait que son cerveau était transpercé par quelque chose. Puis tous s'arrêta.

-Vous n'êtes qu'un idiot Nick Fury, ils ne savent même pas la réelle raison de l'existence de ce groupe. Vous me dégoûtez, vous ne leur faites même pas confiance et vous voulez qu'il vous face confiance.

-Tu as lu dans mon esprit ?

-Oui et je vous ai volontairement fait mal.

-Tu…

-Le teresack ne vous servira à rien, c'est une clé, elle ouvre les univers entre eux, je dois le sceller dès que possible.

Lorsque l'homme borgne allait de nouveau parler. Des pas lourd et rapides se firent entendre dans l'escalier. La tête du scientifique apparu dans l'entrée de la pièce. Tous se tournèrent vers lui. Un sourire se forma alors sur le visage du plus jeune présent.

-Tu as trouvé, ce que tu es, n'est-ce pas ? Demanda ce dernier.

-Oui je suis, un…

-Géant des forets, termina Harry.

Banner hocha de la tête confirma les dires du jeune homme.

-Et qu'est-ce que c'est ? Demanda Romanoff.

-Il s'agit d'êtres gigantesques liés aux plantes et à la magie de la terre. Réponses le scientifiques

-C'est exact, cependant il est également lié à la magie de la lumière, il se nourrisse grâce à la lumière de la même façon que les fleurs. Leur force est renforcée en fonctions de leur environnement, plus celui-ci est polluer, plus le Géant sera mal et s'exprimera davantage par la violence et la colère. Reprit Harry.

-Vous voulez dire que je suis moins dangereux dans un lieu sans pollution ?

-Pas moins dangereux à proprement parler, vous vous contrôlerez mieux et serez moins empreint à la colère. D'ailleurs il y a des livres spécifiques sur votre peuple dans le rayon civilisation. Je vous laisserais continuer vos recherches plus tard, vous avez déjà bien travaillé. Bien que diriez-vous d'un bon repas pour rependre des forces, je suis certain que Kreatur a fini de tout préparer.

Sur ces mots il se leva, et mena la petite troupe jusqu'à la cuisine où les attendait une table, sur laquelle reposaient de nombreux plats en tous genres. Tous prirent place sur les chaises autour. Avant qu'il ne commencent à ce servir, une petite fiole remplit d'un liquide étrange apparut devant Stark.

-C'est quoi ? Demanda le super héro de métal.

-Une potion, vous avez été gravement blessé et vous ne vous êtes presque pas reposer, elle va vous éviter le contre coup. Mais après manger Kreatur vous emmènera dans une chambre à l'étage et vous donnera une potion de sommeil qui vous fera dormir jusqu'à l'heure du dîner. Mes soins ne peuvent pas tous faire.

-Mais je vais très bien…

-Vous n'avez rien mangé, votre corps est lourd, et vous avez failli tomber inconscient plusieurs fois, j'ai du vous envoyer plusieurs vagues de magie pour vous garder éveillé. Je suis même certain que vous n'avez même pas été consulter un médecin.

L'homme ne pu qu'obtempérer, il grogna et bu le liquide.

-Beurk, mais c'est quoi ce goût horrible ?

-Queue de lézard à cinq pattes, yeux de triton albinos, terre de souffre, crotte de gnome, feuilles de basiliques, écorce de citron, lait de mandragore et poudre de lutin de Cornouaille.

-Des crotte de quoi ? Mais c'est déguelasse ! S'écria le grand brun.

-Et encore, vous ne voulez pas savoir ce qu'il y avait dans celle de régénération sanguine, répondit le plus jeune un sourire aux lèvres.

Sur ces mots plus personnes ne parla, le repas se passa tranquillement, seulement accompagner du bruit des couverts.

Une fois le dessert terminé par tous, Stark fut guidé à une chambre dans laquelle se trouvait un lit double à baldaquin, le drap et le rideau d'un bleu clair très léger.

Le milliardaire essaya de s'esquiver à la mixture que Kreatur lui ordonnait de boire. Cependant lorsque le petit elfe de maison le menaça de lui écraser les parties génitales pour le faire boire, s'il continuait à marchander, le brun avala d'une seule traite le liquide.

La fiole vidée, elle disparut. Stark s'allongea et tomba presque instantanément dans le sommeil. Kreatur sortit de la pièce une fois sa mission accomplie.

Les autre membres de l'équipe, eux, visitait la demeure de long en large. Le jeune historien les avait abandonnés à leur découverte, pour s'enfermer dans son bureau. Ils voulaient obtenir des réponses à leur nombreuse question, mais cela ne serait pas pour tout de suite, alors ils se rendirent pour la plupart dans la bibliothèque pour obtenir un minimum de réponses à leur nombreuses questions.

Fury c'était isolé dans le jardin, réfléchissant à certaines paroles du petit brun. Devait-il enfermé le jeune homme ou bien tenter de l'intégrer aux Avengers ? Comment le contrôler ? Et ces pouvoirs, il était sûr que le jeune historien n'en avait montré qu'une infime parti. Il y avait également cette notion de deuxième monde, était-ce un danger pour le monde humain ou un allié ?

Ssssssssssssssssssssssssssssssssss

À SUIVRE ...

Petits mot de l'auteureCoucou tout le monde désolé de ne pas répondre à vos rew mais un grand merci pour tous vos encouragements. Je sais que je ne suis pas régulière dans ma publication et j'en suis désolé.

maintenant le chapitre 10 est en cours faut m'excuser pour les fautes d'orthographe et remercie ma beta pour tout le travail qu'elle a fait pour me corriger.

je vous propose un jeu vous allez mettre dans votre commentaire entre parenthèses ou entre guillemets une petite phrase que vous voulez que l'un des personnages prononce dans le chapitre 10 attention je vous demande aussi de bien me dire quel personnage doit prononcer cette phrase. kiss à la prochaine.