Aloha mes loulous, bon je vous avais dis que cette fiction verrai le jour une fois terminée mais je ne pouvais pas m'empêcher de vous offrir tout de même ce premier chapitre.

Sachez qu'il s'agit aussi d'un univers alternatif mais qui est différent de celui de ma trilogie. Et comme je vous l'ai annoncé sur mon dernier OS "Soon we'll be 60 years old", il est en quelques sorte la suite de cette nouvelle fiction.

Vous pouvez aussi retrouver un albums sur les célébrités que j'utiliser pour mes personnages sur ma page FB : Danao's Fictions

Je vous souhaite bonne lecture mes loulous.

Disclaimer : Les personnages appartiennent à JK Rowling sauf pour les OC


.

1 – Deuil

.

Des cris retentissaient à travers un grand manoir au sud-ouest de l'Angleterre. Deux sorciers venaient d'être tués. Deux sorciers qui avaient pour habitude de les humilier dés qu'ils les rencontraient. Mais ce soir c'était leurs adversaires qui se réjouissaient. Plus jamais ils ne subiront leurs humiliations quand un combat s'annonçaient. Ils pourront enfin exercer la puissance de leur maître quand l'occasion s'annoncerait et ainsi toute la communauté magique connaîtra l'ascension du plus grand sorcier que le monde ait pu connaître depuis Gellert Grindelwald.

Les silhouettes débout devant les deux sorciers, retirèrent leurs capuchons et regardèrent les deux corps sans vie, la première étaient une femme de 32 ans. Elle commença à émettre un rire hystérique et en balayant les meubles de la pièces d'un simple coup de baguette. Le second était un homme de 34 ans ayant des yeux bleu perçant qui peuvent glacer sur place. Il regarda la femme en esquissant un mince sourire froids avant d'aller vers elle et de la prendre par les épaules. La troisième était un deuxième homme, de 58 ans dont les cheveux autrefois blond allaient vers le gris argent, ses yeux était marron mais son regard faisait froid dans le dos. Contrairement à ses disciples, il regardait les deux sorciers avant de leur retirer à chacun la baguettes qui se trouvaient dans leur mains. Et la quatrième était une jeune femme de 23 ans dont le regard qui était autrefois espiègle, n'exprimaient maintenant que de la froideur. Elle ne pouvait détacher son regard des deux morts sans avoir un flots d'émotions qui traversèrent son esprit mais elle ne laissait rien paraître. Elle regarda l'aîné prendre les deux baguettes avant de se tourner vers elle et de les lui tendre.

- Tu sais ce qu'il te reste à faire si tu veux qu'il ne lui arrive rien ! Lui dit-il

Elle prit les baguettes sans lui donner une réponse et sortis du manoir. Elle leva sa baguette et aussitôt une chouette de couleur noir arriva et se posa sur la clôture du manoir. La jeune femme lui donna les baguettes et aussitôt le hiboux prit à nouveau son vol en tenant les baguettes dans les pattes. Tandis que dans le ciel, une marque vert fluorescent apparut au dessus du manoir.

.


.

Quand il entra dans le jardin de ses parents, de nombreux Aurors étaient déjà présents et lui adressaient un regard désolés. Ne comprenant pas leurs expressions, il accélérât le pas suivit de ses deux meilleurs amis, qui avaient eux aussi remarqués ces visages fermés. Quand il entra dans le manoir où il avait vécut toute son enfance, il entendit des paroles dans le salon et s'y rendit. Il s'arrêta quand il remarqua la présence de son ancien directeur dans la pièce. Quand le vieux sorcier le vit, il coupa court à la conversation qu'il entretenait avec un Auror et s'approcha de lui.

- Que fais-tu ici ? Demanda le vieux sorcier

- Où sont mes parents ? Demanda-t-il

- Je suis désolé …

- Où sont ma mère et mon père Albus ?

Le vieux sorcier abaissa ses épaules et s'écarta légèrement afin de permettre au jeune homme de voir ce qu'il se passait. Le jeune homme sentit alors son cœur cesser de battre et malgré lui il avança vers les deux corps sans vie de ses parents avant de tomber à genoux à coté de sa mère. Il lui prit la main et eut un sursaut en constatant qu'elle était froide voir gelée. Puis des larmes franchirent la frontière de ses yeux et vinrent s'échouer sur ses joues. Une main vint se poser sur son épaule mais il fit geste qui retira la main. Il serra sa main libre et frappa le sol tandis que les larmes vinrent de plus en plus nombreuses.

Dans l'embrasure de la porte du salon, un de ses meilleurs amis abaissa la tête mais retenu ses larmes afin de ne pas craquer. Il se tourna vers le vieux sorciers et lui fit signe de la tête en direction de la cuisine. Quand ils se retrouvèrent tous les deux, le jeune homme sortit de sa cape deux baguettes.

- Voilà ce que nous avons reçut il y a une heure. Il voulait en avoir le cœur net en venant lui même ! Informa-t-il à son ancien directeur

- Je comprends, dit-il, a-t-il eut un message quand il a reçut ?

- Non ! Savez-vous qui a fait cela professeur ?

- Malheureusement nous sommes dans l'incapacité de dire qui de ses sbires à fait … cela mais je le promet Remus, l'Ordre fera tout ce qui est en son pouvoir pour le découvrir. Avec Alastor et Kingsley nous allons personnellement nous occupez du meurtre de Fleamont et Euphémia Potter.

- En quoi Sirius et moi pourrions vous aider ? Demanda le jeune homme

- En soutenant James et faire en sorte qu'il ne commette aucune bêtise !

Le jeune homme fit un oui de la tête et tourna son regard vers ses deux meilleurs amis qui étaient toujours devant les corps des époux Potter. Puis il croisa le regard de Sirius qui était lui aussi inondé de larmes. Ayant tous les deux la même idée, Remus se dirigea vers eux et avec l'aide de Sirius ils levèrent James et l'amenèrent à l'extérieur. Quand James sentit le froid du mois de décembre s'écraser sur son visage, il se dégagea des bras de ses amis et laissa exploser sa colère en envoyant valser tous ce qui se trouvait sur son chemin avant de partir en courant à travers les rues de la ville de Bath. Automatiquement Remus et Sirius se lancèrent à sa poursuite mais quand ils atteignirent la foret, Remus resta sur place en laissant Sirius se transformer en chien pour suivre le cerf qui avait prit la place de James quelques secondes plus tôt.

Ce n'est que demie heure plus tard que Remus vit Sirius revenir soutenant à bout de bras leur meilleur ami. Le jeune homme alla l'aider et tous deux transplanèrent à Godric's Hollow.

.


.

C'est en passant le portillon du cottage dans lequel vivait James que Sirius et Remus virent la porte d'entrée s'ouvrir en laissant apparaître une jeune femme de 23 ans. Elle abandonna ses cheveux brun pour courir vers eux. Arrivée à leur hauteur, elle s'empressa de prendre James dans ses bras et de l'amener vers l'intérieur.

- Je vous remercie les garçons, je m'occupe de lui maintenant. Dit-elle en se tournant vers eux

- Willow je pense que l'on devrai rester, tu ne sauras pas comment réagir si il se met en colère ! Lui dit Sirius

- Je saurai comment calmer mon fiancé, merci de ton inquiétude Sirius ! Répondit-elle froidement

- Mais …

Willow Smith ferma la porte avant qu'il ne puisse répliquer ce qui énerva Sirius au plus au point. Remus posa une main sur son épaule et Sirius se calma petit à petit.

- Je pense que l'on devrai rentrer. Si jamais il y a un problème, Bathilda nous en informera !

- Je n'aime pas le fait de savoir Cornedrue dans cet état et qu'elle nous empêche de faire notre devoir de meilleur ami !

- Je sais Patmol, moi non plus je n'aime pas cela ! Tu sais bien qu'elle est devenu surprotectrice envers lui depuis …

Un blanc s'installa entre eux. Puis ils sortirent de la propriété de leur ami et se prirent dans les bras avant de transplaner jusqu'à leur domicile respectif. Remus entra dans son appartement et ferma la porte et se dirigea vers la salle à manger ou une bouteille de Whisky Pur Feu était encore ouverte avant leur départ pour le manoir Potter. Il prit donc la bouteille et se servit un verre avant de le boire cul sec et de recommencer encore et encore jusqu'à qu'il n'y ait plus aucune goutte. Et enfin, il se laissa aller à sa détresse lorsqu'il termina son dernier verre !

Sirius, quant à lui, marchait dans la rue. Ses jambes le menaient à tout hasard jusqu'à un immeuble dont il monta les marches avant d'arriver et de frapper à la seule porte du quatrième étage. La porte s'ouvrit sur une jeune femme brune et aux yeux gris vert qui était uniquement vêtu d'un pyjama et des pantoufles avec des pompoms de Noël. Toute endormit, elle reconnut son visiteur et demanda d'un voix agacée.

- Black qu'est-ce que tu fais là ?

- Les parents de James ont été tués !

Cette information réveilla instantanément la jeune femme qui s'empressa de prendre le jeune homme dans ses bras. Il répondit à cette étreinte et se laissa embarquer dans le petit studio qu'elle occupait. Elle fit asseoir sur le lit et alla lui chercher un verre d'eau. Il bu une gorgée et la jeune femme reprit sa lace à ses cotés.

- Je suis désolé, de t'avoir réveillé Caroline !

- Sois pas bête, tu as bien fais de venir me voir ! Comment ça les parents de James sont décédés ?

Sirius se mit alors à lui raconter sa soirée qu'il passait avec Remus et James dans l'appartement de Remus quelques heures plus tôt. La jeune femme l'écouta attentivement se fichant de l'heure avancée de la nuit. Puis quand il termina son récit, Caroline le prit dans ses bras et lui flatta le dos quand elle l'entendit pleurer ceux qui avaient été des parents depuis ses 16 ans.

.


.

Quelques jours plus tard de nombreux sorciers étaient présents pour un banquet suite à l'enterrement de Fleamont et Euphémia Potter. Certains vantaient les mérites qu'étaient ces deux sorciers dans la communauté magique de Grande-Bretagne, d'autres venaient voir James pour lui présenter leurs sincères condoléances et d'autres se remémoraient des souvenirs qu'ils partageaient avec les défunts.

Willow était à la recherche de son fiancé qu'elle trouva sur la terrasse seul entrain de consommer une cigarette. Elle décida donc de le rejoindre.

- James, le professeur Dumbledore souhaiterai te voir en privé, si tu as quelques minutes à lui accorder. L'informa-t-elle

- J'arrive ! Répondit-il

Il écrasa sa cigarette au sol avant de pénétrer à l'intérieur et de retrouver son ancien directeur qui était en grande conversation avec Alastor Maugrey. Quand les deux hommes le remarquèrent, le jeune homme les fit entrer dans une pièce, qui était le bureau de Fleamont, afin d'avoir une conversation privée.

Voyant cela, Willow alla rejoindre ses deux amies Harper Cooks et Lila Becker qui étaient en compagnie de Remus, Caroline, Sirius, d'Alice et Franck Londubat, de Marlène McKinnon et de Dorcas Meadowes. En s'approchant, elle entendit quelques brides de leur conversation.

- La dernière fois que l'on a vu James ainsi c'était quand Peter nous dévoilé sa véritable nature. Dit Harper en serrant la main de Remus, son petit ami

- Eh encore ce jour là, ce n'est rien contrairement à la fois où … commença Lila avant de s'interrompre et de regarder Caroline, où …

- La fois où Lily a disparut sans laisser de trace. Termina Caroline en baissant la tête

- Evans, n'a pas disparut, elle a laissée tomber James la veille de leur mariage. Elle avait juste honte de son geste et a préférée fuir que d'assumer ses responsabilités ! Surgit Willow

- Malheureusement Smith, tu n'en sais rien ! Contra Dorcas. Personne ne sait ce qu'il s'est passé quand Lily a disparut !

- Pourtant lors de l'enquête qui a été menée, il a été estimé qu'elle était partit sans prendre une seule affaire ! Si vraiment il lui serai arrivé quelques chose alors pourquoi a-t-on retrouver leur ancien appartement en ordre sans le moindre indices de lutte ou d'effraction ? Continua Willow. Et puis ça te vas bien de t'inquiéter pour elle Meadowes, vu que vous vous détestiez !

- Malgré les apparences, Lily et moi, on se détestait pas ! Nous étions seulement deux gamines entrain de nous chamailler pour un oui ou pour un non ! Mais j'appréciais Lily. Je la considérais comme une grande amie ! Se défendit-elle

- A d'autre très chère !

Piquée au vif, Dorcas se leva de sa chaise et partit du groupe. Lila regarda sa compagne partir avant de jeter un regard méprisant envers Willow et de rejoindre la jeune femme à l'autre bout de la pièce. Les autres n'avaient rien dit mais regardaient Willow avec insistance.

- Quoi ? Dit-elle. Je dis tout haut ce que tous le monde pense tout bas !

- Qui te dis que c'était réellement ce que nous pensions ? Demanda Caroline d'une voix tremblante. Tu n'étais pas à Gryffondor donc tu ne pouvais pas voir que Lily et Dorcas avaient une véritable amitié.

Elle se leva à son tour et partit se servir un jus de citrouille avant d'aller elle même sur la terrasse pour allumer une cigarette. Sirius ne supportant pas la fiancé de son meilleur ami plus de cinq minutes, se leva à son tour et alla rejoindre la jeune femme dehors. Willow ne les regarda pas partir et se contenta de regarder droit devant elle avant de retourner en cuisine pour apporter d'autres collations. Elle souhaita oublier la petite confrontation qu'elle avait eut avec Dorcas mais Willow était connu pour être une vrais petit teigne qui n'oubliait jamais rien. Elle était également connu pour être une jeune femme qui avait la rancune tenace.

- Tu étais obligée d'être désagréable tout à l'heure ? Fit la voix d'Harper qui l'avait suivit

- C'est juste que j'en avais assez de vous entendre parler d'Evans en lui donnant toutes les excuses du monde ! Personne ne pense à la souffrance qu'a enduré James quand elle a disparut ! Répondit-elle

- J'ai l'impression que tu confond tous ! Oui James a été dévasté par la disparition d'Evans …

- « Dévasté » n'est qu'un euphémisme Harper !

- Mais cela ne te donne pas le droit de dire des choses aussi horrible et qui plus est n'ont pas la moindre preuves de ce que tu avance ! Et puis de quel droit tu t'attaque à Dorcas ? J'ai été à Gryffondor et je peux te certifier qu'en dehors de leurs anciennes chamailleries, Dorcas et Lily étaient amies et qu'elles s'adoraient beaucoup.

- On peut arrêter de parler d'Evans ? Mon fiancé, vient d'enterrer ses parents aujourd'hui. J'aimerai que l'on pense tous à le soutenir pour l'année à venir !

.


.

Dans le bureau de Fleamont Potter, James fit face à Alastor Maugrey et au professeur Dumbledore qui avaient enquêtés personnellement sur le meurtre des époux Potter. James s'appuya contre le bureau en croisant les bras et attendit patiemment que les deux hommes en face de lui prennent la parole.

- Bien, au cours de notre enquête de ces derniers jours, commença Maugrey, nous avons découvert que, comme nous le pensions, ce sont des Mangemorts qui ont assassinés vos parents. Nous pensons que cela devait être une revanche puisque vos parents avaient l'habitude de les malmenés quand ils se rencontraient …

- Ce n'est un secret pour personne ! Mes parents ont toujours eu un sainte horreur des Mangemorts. Mais ce que je veux savoir c'est pourquoi eux en particulier ? Alors qu'il y a autant d'Auror ou membre de l'Ordre qui affronte ces monstres et de les humiliés comme ils l'ont fait !

- Nous continuons nos recherches pour ce point là ! Bien entendu tu seras mis au courant de nos résultats dés que nous en saurons plus ! Fit Dumbledore

- Savez-vous au moins combien de Mangemorts ont été présent quand … quand cela est arrivé ? Demanda le jeune homme en réajustant ses lunettes

- A mon humble avis, ils devaient être un petit groupe afin de ne pas attirer l'attention ! Annonça Maugrey

James fit un oui de la tête et dévia son regard vers l'extérieur ou le soleil commençait à se coucher durant ce jour du mois de décembre. Selon les Moldus, il y avait cinq étapes lorsqu'un un deuil survient, il y avait le déni, la colère, le marchandage, la dépression et l'acceptation. Il avait déjà subit le déni puisqu'il refusait de croire que ses parents avaient trouvés la mort tragiquement, il subissait le marchandage toutes les nuits en priant Merlin pour que ces derniers jours ne soient qu'un mauvais rêve, il subissait la colère jour et nuit mais il savait qu'avec le temps elle se dissiperait, il avait peur de tomber en dépression et que cela l'empêche de réclamer justice pour ses parents, et enfin l'acceptation … l'étape la plus dur en soi. Faire partir ses parents en paix et de ne laisser que ses souvenirs qu'il avait pour lui faire retrouver le sourire. Ces étapes, James les avait déjà en quelques sorte traversé quatre ans plus tôt. Mais la situation était différente.

Il repensa alors à une vieille affaire dont le bureau des Aurors avait la charge et se demanda si il y avait du nouveau de ce coté là.

- Dite moi … dit-il, qui s'occupe du dossier de la disparition de Lily Evans ? Je savais que ma mère s'en était chargée personnellement mais elle m'avait informée qu'elle devait léguer le dossier en raison qu'elle était un membre de la famille.

- C'est vrais, elle ne pouvait pas s'occuper ce dossier puisqu'elle était membre de la famille. Notre directeur à décidé de s'en occuper lui même mais sans aucuns résultats. Il n'y avait que des impasses. Cependant depuis son départ pour la retraite, j'ai repris le dossier avec moi et je compte bien m'y pencher d'ici peu de temps. Répondit Maugrey. Comme votre mère je sens qu'il n'y a quelque chose qui n'est pas normal dans cette affaire et je compte bien le découvrir !

James le remercia et Maugrey pris congé. James se trouvait donc en compagnie du professeur Dumbledore dans le bureau. Le directeur regarda son ancien élève en tentant de décrypter ses pensées mais James abordait un visage sans aucune expression. Il savait que James tenait beaucoup à Lily et c'est encore le cas aujourd'hui, il n'y a qu'à se remémorer des moments qu'ils avaient passés ensemble à Poudlard où le jeune homme faisait tous pour que la jolie rousse sorte avec lui. Après plusieurs refus, plusieurs rejets ce fut avec joie qu'Albus Dumbledore vit naître le couple phare de Poudlard. Un couple qui aurait vécut heureux si la jeune femme ne s'était pas mystérieusement volatilisé quatre ans plus tôt.

- Cela faisait longtemps que tu n'avais plus parlé de la disparition de Lily. Dit le vieux sorcier

- J'y ai pensé par hasard. Tout comme pour mes parents, j'aimerai savoir pourquoi elle n'est pas venue à l'autel quatre ans plus tôt ! Dit-il en haussant les épaules. Même si je sais que plus les années passent plus les chances de la retrouver sont minimes. Je me suis déjà habitué à la savoir morte.

Un silence s'installa alors entre les deux hommes, seul le bruit de leur respiration se fit entendre et le brouhaha qui se trouvait dans le salon parmi les invités.

- Je voulais aussi vous dire que … que je souhaite que la maison de mon enfance devienne le nouveau QG de l'Ordre.

- James je ne pense pas que cela soit …

- Au contraire professeur. Je suis certain que c'est ce que mes parents auraient voulut alors je souhaiterai que le manoir Potter soit le nouveau quartier général de l'Ordre du Phénix. Les pièces à vivre sont assez grande pour accueillir les membres quand il y aura des réunions, l'atelier de potion de mon père peut être utile pour la préparation des potions de médecines, l'étage où se trouve toutes les chambres peuvent servir à être l'infirmerie quand il y a des blesses après un combat. Énuméra James. Accepter Albus, en l'honneur de mes parents s'il vous plaît !

C'est donc à contre cœur que le directeur de Poudlard et le fondateur de l'Ordre accepta la requête de son ancien élève.

.


.

Sirius regarda Caroline consommer cigarette sur cigarette, après toutes ces années d'amitiés, il avait comprit que ce geste démontrait qu'elle était contrariée et sur les nerfs. Il avait bien réussit à lui faire diminuer sa consommation, même si il était également fumeur, mais ces efforts partaient en vrille quand la jeune femme était irritée.

- Le chef de la Gazette du Sorcier a décidé de ne pas faire de gros titre sur les Potter. Dit-elle en s'allumant une nouvelle cigarette. Mais il tient tout de même à faire une page en leur honneur … mais pour cela il souhaite avoir l'accord de James !

- C'est sympathique de sa part.

- C'est ce que je lui ai dis mais il m'a clairement dit que ce n'est pas « sympathique » mais normal. Tu savais qu'il avait fait sa scolarité avec Mr Potter ?

- Non, je ne le savais pas ! Dit-il

Un silence s'installa alors entre eux et le jeune homme continua de regarder la jeune femme consommer sa cigarette tout en fixant le rosier qui était devant elle. Sirius savait qu'elle pensait à sa meilleure amie et aux propos que Willow avait tenu quelques instant plus tôt. Il passa donc bras sur son épaule et la rapprocha de lui.

- Oublie les paroles de Willow, tu sais bien qu'elle parlait dans le vide ! Dit-il

- Je sais mais … ça me fait mal d'entendre une personne parler de ma meilleure amie de la sorte ! Je connaissais Lily mieux qu'elle ne se connaissait elle même ! Je suis donc la seule à pouvoir parler d'elle ainsi ! Que s'est-il passé il y a quatre ans ?

- Je ne sais pas … j'aurai aimé te donner une réponse mais je n'en ai pas malheureusement ! Répondit-il en serrant d'avantage son étreinte

- Bon cessons de parler de Lily. Parle moi d'autre chose … n'importe quoi !

- Mary et mon frère ont trouvés un prénom pour leur fille.

- C'est quoi ?

- Eliana Margaret Black !

- C'est jolie … mais comment tu le sais ? Je croyais que ton frère et toi étiez toujours en froids !

- C'est le cas mais … il m'a envoyé une lettre où il m'annonce que Mary souhaiterai que nous fassions la paix, que nous tournions la page … pour le bien de ma future nièce ! Mary aurait bien aimée venir soutenir James mais mon frère m'a informé que la fin de sa grossesse se passe très mal et donc les médicommages l'ont forcés à rester au lit … en clair elle est alitée.

- Elle a tout a fait raison en ce qui concerne la paix entre Regulus et toi ! J'espère qu'elle nous pondra une petite fille en bonne santé et à terme de sa grossesse. Qu'as-tu répondu ?

- J'ai répondu a sa lettre en disant que je serai ravi de repartir de zéro avec lui mais que pour ce faire, nous devions nous retrouver tous les deux afin de mettre tout à plat pour repartir sur de bonnes bases !

- Tu as bien fais ! Dit-elle en lui prenant la main

Elle posa sa tête sur l'épaule du jeune homme et ils restèrent ainsi à regarder le rosier d'Euphémia. Le vent du mois de décembre se levait mais ils en avaient que faire, ils ne voulaient pas bouger par peur de mettre fin à cette étreinte qui leur réchauffait le cœur.

De loin on pouvait penser qu'ils formaient un couple mais ce n'était pas le cas. Sirius et Caroline étaient de grands amis, qui passaient leur temps à s'envoyer des joutes verbales et qui de temps en temps passaient les nuits ensemble. Une situation qui dure depuis quelques mois qui suivirent la disparition de la meilleure amie de la jeune femme.

- J'ai pas spécialement envie de rester seule ce soir ! Dit-elle après un long silence

- Moi non plus !

.


.

Près du buffet, Marlène se servit un verre de jus de citrouille et bu une gorgée quand elle sentit son estomac se torde avant d'émettre un léger bruit. Elle plaqua une main sur son ventre et reposa son verre sur la table. Mais elle sentit le goût du jus de citrouille revenir et plaqua sa main libre sur sa bouche mais le goût devient amer ce qui fit donc que la jeune femme marcha précipitamment en direction des toilettes. Entre temps sur son chemin elle bouscula James qui remerciait un couple de sorcier qui était venue présenter leurs condoléances.

- Excuse-moi James !

- Ce n'est rien … tu vas bien Marlène ?

- Oui … peux-tu m'indiquer les toilettes ?

- Au fond du couloir, la dernière porte à gauche !

- Merci !

Elle prit la direction indiqué par le jeune homme et y entra tout en relevant ses cheveux et tous ce que contenait son estomac sortit. Elle toussa quelques secondes avant de reprendre une respiration normale. Quand la crise passa, elle s'essuya la bouche et tira la chasse d'eau avant d'aller se laver les mains.

Elle en profita pour s'asperger le visage avant de se regarder dans le miroir. Seulement son reflet lui fit peur et elle prit donc la serviettes pour s'essuyer. Elle souffla et resta quelques minutes de plus dans les toilettes avant qu'un coup sur la porte ne se fit entendre.

- Marlène tout va bien ? Fit la voix de James

- Oui oui !

Elle sortit quelques secondes plus tard et fut face à James qui s'était appuyé contre l'embrasure et qui leva son regard vers elle dés que la porte s'ouvrit.

- Est-ce mon imagination ou je t'ai entendu vomir ?

- Dans mon état c'est normal c'est ce que l'on appelle une nausée !

- Pardon ?

- Zachary et moi ne voulions faire l'annonce que dans quelques jours afin de ne pas exposer notre joie face à cette nouvelle. Nous voulions te laisser le temps de te remettre de tes émotions. Expliqua-t-elle

- Tu as un polichinelle dans le tiroir ?

- Oui ! Mais je t'en supplie ne le dis pas aux autres maintenant !

- Promit …

Il la prit dans ses bras afin de la féliciter et ils retournèrent dans le salon où la plupart des convives prirent congés.

.


.

Le soir arriva il ne restait uniquement que les trois Maraudeurs, Lila, Willow, Dorcas, Caroline, Marlène, Harper, Alice et Franck. Ils furent rejoint par Zachary White et Damian Philips qui avaient été retenue pour une mission d'ordre auror. Ils présentèrent leurs condoléances à James qui répondit à leur poignet de main.

- Bon, je ne veux pas casser l'ambiance mais … je souhaiterai porter un toast à Fleamont et Euphémia. Et je souhaite que nous disions tous une qualité que nous leur avons trouvés en eux lorsque nous les avions rencontrés ! Dit Sirius. Par exemple, ils furent non pas des sorciers mais des personnes extraordinaire !

- Des sorciers exceptionnels ! Dit Dorcas en se levant

- Des personnes admirables ! Ajouta Willow en se levant à son tour

- Mr Potter avait un grand sens de l'humour et Mrs Potter était bienveillante. Dit Marlène

- Ils étaient des exemples en tant que personne et tant qu'Aurors. Dit Zachary

- Ils étaient sympathique. Dit Harper

- Ils furent compréhensif. Dit Lila

- Ils étaient droits. Dit Franck

- Ils étaient juste. Ajouta Alice

- Ils savaient se faire respecter. Dit Damian

- Mr Potter était un gaffeur et Mrs Potter avait un bon caractère. Dit Caroline

- Il n'y en avait pas deux comme eux ! Dit Remus

- Ils étaient les meilleurs parents qu'un fils ait pu avoir ! Dit James

Ils trinquèrent et burent chacun une gorgée avant de prendre le chemin de leur propres appartement. Avant de fermer la maison qui habitait de nombreux souvenirs de son enfance, James regarda une dernière fois l'entrée. Ils sentit une main sur son épaule gauche et une autre sur son épaule droite. Il reconnut les mains de ses meilleurs amis et se décida donc de fermer la porte afin de rentrer chez lui.

.


.

- ENDOLORIS !

La personne qui était au sol se recroquevilla sur elle même tout en criant de douleur. Elle subissait cela depuis plusieurs minutes mais ne pouvait donner une réponse à la question qu'on lui avait posé. Puis la douleur se termina et des pieds s'avancèrent à nouveau.

- Je te pose la question une dernière fois Queudver ! Où est-elle passée ? Demanda une voix aïgue

- Je … je … je … je ne sais pas mon Maître ! Quand … quand je suis revenu pour lui donner à … à manger, sa cellule était ouverte et elle n'y était plus ! Répondit le dit Queudver

- Tu étais responsable de sa surveillance, tu n'aurai pas dû la quitter une seule seconde des yeux !

- Veuillez … veuillez me pardonner !

- IL SUFFIT ! Cria la voix aïgue. Lucius !

Un homme ayant les cheveux blond virant au blanc, s'avança et s'inclina le plus bas possible et fit face à son maître.

- Maître ?

- Occupe toi de Peter et tente de lui soutirer le plus d'informations possible

- Bien Maître !

Lucius prit donc Peter par le bras et le força à le suivre dans la pièces d'à coté. Les autres s'écartèrent tout en regardant le malheureux d'un air hautain. Puis ils firent à nouveau face au Seigneur des Ténèbres qui se tenait droit comme un I devant la fenêtre dos à eux. Un serpent passa entre leur jambes avant de ramper jusqu'à son maître. Puis ce fut des sifflements qui vinrent à leurs oreilles, ils comprirent alors que leur Maître avait une grande conversation avec le serpent. Puis subitement, le Seigneur des Ténèbres se tourna vers l'un d'entre eux et le pointa du doigt.

- Fais jouer ton rôle de membre de la famille, retrouve la, ramène la et cette fois-ci assure toi qu'elle ne s'échappe pas Richard !

- Bien Maître ! Dit-il en s'inclinant

Le Mangemort sortit de la pièce et s'en alla tout comme le reste des Mangemorts. Ainsi le Seigneur des Ténèbres se retrouva seul avec son serpent.

- Il faut absolument la retrouver … mais comment y parvenir ? Se demanda-t-il en fourche-langue

Le serpent émit un sifflement et Lord Voldemort trouva cette idée intéressante mais décida de ne pas l'utiliser pour le moment.

.


.

Elle ne regardait pas où elle allait mais une chose était sur c'était qu'elle courrait à en perdre haleine. Elle tenait sa longue robe de sorcière noire et son chignon, habituellement bien serré, avait des mèches qui s'en été échappées. Elle courrait tellement qu'elle trébucha contre une branche déracinée et elle tomba à terre. Rapidement elle se mit en position assise et tenta de reprendre son souffle dans ses poumons qui la brûlaient. Elle en profita pour libérer ses cheveux qui lui arrivaient jusqu'à ses hanches.

Puis elle se leva malgré que son corps était victime de spams et de fort tremblement. Après une longue inspiration, elle reprit sa courses folle afin d'aller le plus loin possible de ce village sombre et glacial. Elle ne savait pas où aller mais elle savait qu'elle devait continuer à courir pour sa survit, courir pour ne pas mourir, courir pour dire tous ce qu'elle savait, courir pour rester en vie. Mais, durant sa course, elle se demanda si elle avait bien fait ? Si sa fuite ne serai mettre sa vie en danger ? Si sa fuite ne renforcerai pas l'épée de Damoclès qui planait sur ceux qui se battent contre eux ?

Si elle y retournait elle ne donnerai pas chère à sa peau mais elle garantirai la vie de plusieurs innocents mais si elle continue il y a de faibles chances pour mettre fin à cette guerre insoutenable qui dure depuis bien trop longtemps ! Elle devait continuer et trouver une personne qui la ramènerai près du sorcier le plus puissant et qui pourrai la protéger sans aucun doute.

Combien de temps avait-elle passée avec eux ? Elle ne saurait le dire, elle avait cessée de compter les jours depuis bien longtemps mais elle savait qu'elle avait passé assez de temps pour apprendre leurs faiblesses et surtout sa plus grande faiblesse ! Elle devait trouver le professeur Dumbledore et lui dire ce qu'elle savait.

Elle cessa de courir au bout de plusieurs kilomètres de l'endroit où elle était tombée et rien qu'en regardant le ciel, elle pouvait constater qu'il faisait presque nuit. Elle se mit donc à réfléchir le plus rapidement possible. Courir la nuit lui coûterai cher, elle pourrai se perdre et ils pourraient facilement la rattraper. Elle regarda donc tout autour d'elle mais elle ne vit que des arbres puis il lui semblait voir de la lumière. S'accrochant à ce faible espoir, elle se remit donc à courir, tout en reprenant sa robe dans ses mains. C'est avec un petit soulagement qu'elle remarqua de ne pas s'être trompée. Il y avait bien un village mais encore faudrait-il savoir si il y avait des personnes de son monde dans ces lieux. C'est alors qu'elle décida de s'accorder une pause jusqu'au lendemain matin. Elle chercha donc un endroit où dormir sans que personne ne la voit.

C'est avec une marche rapide, qu'elle traversa ce petit village jusqu'à atteindre l'hôtel de ville qui indiqua le nom du village dans lequel elle se trouvait : Loutry Ste Chaspoule. Si ses souvenirs sont exacte, ce village était semi-magique, il devait donc y avoir quelques sorciers dont elle pourrai demander de l'aide. Elle continua donc de chercher un semblant de famille sorcier quand elle bouscula un enfant et qui la fit tomber à terre.

- Veuillez m'excusez miss, je ne vous avais pas vu ! Dit le garçon en se relevant. Je courrai sans regarder devant moi afin de ramener une plante pour la po … pour une infusion que prépare ma mère.

- …

- Vous allez bien ? Je ne vous ai pas fait mal ?

Elle répondit non de la tête et se releva pour ensuite aider le garçon qui était lui aussi au sol. Elle le regarda de la tête aux pieds, il avait les cheveux roux, des yeux bleu et assez grand puisque sa tête arrivait jusqu'à son buste.

C'était pour elle une première rencontre depuis bien longtemps, et il fallait que ça tombe sur un enfant qui devait être Moldu vu les vêtements qu'il portait.

- Merci, vous êtes nouvelle dans le coin ? J'ai une bonne mémoire pour me souvenir de la tête des personnes qui habitent dans ce village ! Demanda le garçon.

- …, faisant oui de la tête

- Vous êtes sûre que tout va bien ? Demanda-t-il

Elle garda le silence pour aucune raison, mais elle ne voulait pas compromettre la vie de ce jeune garçon si jamais certains de ses anciens assaillants étaient dans les parages. Mais elle fit à nouveau un oui de la tête ce qui fit froncer le jeune garçon des sourcils.

- Vous en avez pas l'air ! On dirait que vous manquez cruellement de sommeil et que vous pourriez tomber à tous moment de force.

Ils se regardèrent et le jeune garçon se mit à réfléchir quelques instants à l'idée qu'il venait d'avoir. Ses parents lui avait toujours apprit qu'il ne fallait jamais abandonner une personne qui semblait être dans le besoin. Et selon lui cette jeune femme était dans le besoin. Mais il n'était qu'un enfant et il savait par expériences qu'il fallait parfois se méfier des apparences.

Mais il rejeta cette idée quand il vit la main de la jeune femme tenir sa robe en tremblant.

- Venez, je pense pouvoir vous aider !

Il lui prit la main et elle fut parcourus d'un immense frisson, mais elle le suivit malgré tout. Ils traversèrent le village jusqu'à en arriver à l'entrée avant de passer devant plusieurs plaines. La nuit tombait de plus en plus et un vent d'hiver arriva faisant frissonner la jeune femme. Si elle regardait bien les vêtements du garçon : un manteau, des gants, un cache-oreille et les lumières qu'avait les fenêtres des maison, ils devaient être en hiver mais elle ne saurait dire si c'était le mois de novembre, décembre ou janvier.

Ils continuèrent de marcher encore quelques mètres avant qu'une maison se présenta à eux. Elle regarda l'habitat et remarqua qu'elle était autour d'un gigantesque champ de blé, qu'un potager se trouvait à l'entrée de la propriété et qu'un abri de jardin se trouvait au fond. La maison s'étendait sur une hauteur de plusieurs étages, il y avait de la lumière du rez de chaussé jusqu'au dernier étage.

- Bienvenue chez moi, bienvenue au Terrier miss !

Il la fit entrer dans le jardin et l'amena à l'intérieur afin d'être au chaud le plus rapidement possible. Quand ils entrèrent, le garçon accrocha son manteau et retira ses chaussures parmi d'autres chaussures de plusieurs tailles.

- Restez ici, je vais prévenir mes parents ! L'informa-t-il

Il la vit faire un oui de la tête et il alla rejoindre ses parents qui se trouvaient dans la cuisine. Ils étaient tout aussi roux que lui et dont la femme avait les yeux marrons et le père les yeux bleu comme son fils.

- Tiens maman, voilà la plante dont tu avais besoin.

- Merci, mon chéri. Dit sa mère en prenant la plante pour la découper en petit morceaux. Qu'est-ce qui t'a prit autant de temps ?

- Eh bien, sur le retour j'ai bousculé une jeune femme et comme un enfant bien élevé, je me suis excusé.

- C'est très bien ! Fit la voix de son père.

- Seulement, je l'ai sentis perdue et elle n'est pas originaire de Loutry Ste Chaspoule ! Et puis j'ai beau lui avoir parlée, elle me répondait que par des hochements de têtes. Je pense qu'elle a besoin d'aide, c'est pourquoi je l'ai amené ici !

- William Arthur Weasley, tu as ramener une inconnue chez nous ? Par les temps qui coure ? Fit sa mère horrifiée. Mais qu'est-ce qui t'as pris ?

- Tu m'as toujours appris de venir en aide aux personnes dans le besoin. Et je peux te jurer que quand tu la regarde, tu peux constater sans effort qu'elle est complètement à l'ouest !

Ses parents se regardèrent et le père haussa les épaules.

- Molly, il faut avouer qu'il a raison, nous lui avons enseigner ceci !

- S'il vous plaît c'est juste pour une nuit après, j'ai pense que tu pourrai la ramener dans un hôpital … moldu. Chuchota le jeune garçon

- Où est-elle ? Demanda son père

- A l'entrée !

L'homme se leva et alla à la rencontre de cette inconnue, laissant mère et fils seuls dans la cuisine.

- Sais-tu si c'est une moldue ou une sorcière ?

- Non

- Et comment allons-nous faire pour dissimuler la magie de la maison ?

- Je peux faire un sortilège de Dissimulation !

- Bill, tu es revenu hier de Poudlard pour les vacances de Noël et tu veux transgresser le règlement ?

- Dis par celle qui a transgresser le règlement pour faire une virée nocturne avec papa et revenir à quatre heure du matin ! Sourit le garçon

- Oh tais toi ! Rougit-elle

Au même moment le père de famille revient vers eux.

- Il n'y a aucun, danger, elle ne semble pas armée mais seulement apeurée et elle tombe de fatigue. Et je pense que l'on devra trouver une bonne explication … dit-il gêner

- Pourquoi dont ? Demanda son épouse

- Le balais que tu as ensorcelée est passé devant elle et elle le fixait quand je suis allé la rejoindre.

- A-t-elle fait ou dit quelque chose ? Demanda son épouse à nouveau

- Eh bien …

Il sentit une main se poser sur son épaule et les trois visage regardèrent l'inconnue qui était derrière lui. Puis délicatement elle sortit une baguette de sa robe et la montra.

- Vous êtes une sorcière ? Demanda Bill

Elle fit un oui de la tête.

- Vous ne faites pas partie du groupe qui sème la terreur dans notre communauté ? Demanda Molly

Elle fit un non de la tête.

- Bien, je vais préparer la chambre d'ami ! Dit la maîtresse des lieux


Olé j'en ai des frissons, alors qu'en avez-vous pensez ? J'espère que cela vous à plu car j'ai eu plusieurs intrigue dans la tête mais c'était celle-ci qui me plaisait le mieux. Bon vous ne savez pas de quoi je parle mais ce n'est pas grave ! Sachez que je posterai les chapitres tous les mois le temps que je terminer cette histoire. Quand elle sera enfin terminée, je passerai pour un chapitre toutes les deux semaines.

Il faut que vous sachez aussi je commencer bientôt les examens du second semestre donc je ne pourrai pas vous donner de mes nouvelles mais je penserai tout de même à vous !

N'oubliez pas la page Facebook : Danao's fictions

Bisous bisous mes loulous

Danao