Crossover: Black Butler/Harry Potter

Le grand patron: "La plaie qu'être Harry Peters"

Avertissement: voir prologue

Swiny:

Vous l'attendiez, vous la vouliez, voici mesdames et messieurs, la suite du "grand patron".

Avec mention spécial de démarrage à l'épisode 2 de la saison 1 pour ceux qui ont vu l'anime.

J'ai eu beaucoup de mal à me décider sur le moment choisi pour démarrer. Est-ce que je commence au tout début? Est-ce que je prends la saison 2 avec Alois mais inexistant dans le manga ? Est-ce que je commence sur le bâteau avec un certain problème de mort? Est-ce que je passe avec Ash Lander et Angela? Que de casse-tête pour mon pauvre cerveau...

Enfin bref, j'espère qu'elle vous plaira et que vous serez nombreux à me suggérer d'autres idées. Car j'essaye toujours de faire plaisir aussi après tout.


POV HARRY POTTER

Harry James Potter ou plutôt Harry Peters était occupé à bougonner alors que ces chaussures bon marché frappait rageusement la poussière des rues puantes de Londres une fois de plus.

- 1 semaine, gamin, qu'il avait dit. Ne vous inquiétez pas petit, cela ne prendra pas plus d'une semaine pour accomplir cette tâche. Une facilité déconcertante qu'il avait dit. Mon œil ! 1 mois, 1 mois de ma vie complètement perdue à cause de cet imbécile d'Italien.

Harry vit un caillou sur le dallage et frappa de toute ces forces avec pour espérer passer sa rage dessus avant de rentrer au QG. Son corps avait physiquement 19 ans dans ce monde. Il avait toujours ces yeux d'un vert Avada Kedavra mais ces cheveux étaient devenus d'un noir corbeau encore plus sombre qu'avant et tombait de façon lisse sur sa nuque en étant attaché par une fine cordelette. Sa chemise blanche possédait un col relevé masquant ainsi un maximum du haut de son corps et aussi sa peau tannée par le soleil. Il portait un pantalon simple et de la même couleur que ces chaussures noires désormais couverte de poussière. Il ne portait pas de lunette mais c'était uniquement parce que sa vue, bien que loin d'être parfaite, n'était pas aussi médiocre que dans ces premières vies. Enfin, il portait un long manteau d'un noir allant vers le bleu marine et son cou s'ornait uniquement d'un mince foulard bleu foncé couvert de motif doré. Oui, on aurait du mal à reconnaître son premier corps, bien que sa minceur soit toujours aussi caractéristique que son incarnation originale.

Le maître de la mort aurait vraiment voulu avoir un peu plus de muscles pour pouvoir frapper l'imbécile. Peut-être que lui forcer à avaler un de ces affreux cigares feraient l'affaire. Bon, il faudrait d'abord qu'il reçoive son argent en premier. C'est que la vie est chère à Londres, peu importe le monde ou la dimension en question, la capitale anglaise avait toujours ruiné Harry malgré ces meilleurs efforts. Heureusement, cette mission devrait lui rapporter un excellent pactole. De quoi lui permettre d'acheter à manger pendant plusieurs semaines. Manger un vrai repas chaud après tout ce temps et tout ce pain presque moisi, le rêve !

Sa mission avait été simple en plus ! S'assurer que chacune des planques à Londres étaient sécuritaires et abattre les hommes et/ou déplacer la came en fonction de leur état de sécurité. Un contrat très simple de la famille Ferro. D'ordinaire, Harry avait l'habitude d'offrir des informations aux multiples réseaux criminels en tout genre qui pullulait dans les rues de Londres mais depuis la venue d'un certain « Undertaker » et la montée en puissance d'un mafieux chinois, plus personne ne venait lui prendre des informations. Donc, cette mission était tombée au bon moment. En plus, tout le monde savait dans l'empire criminel qu'Harry était intègre et que si on payait bien, il le resterait. Cela ne ferait qu'améliorer un peu plus sa réputation dans cette vie libre de la mort.

Malheureusement, si le début de la mission avait été simple, le milieu avait été inexplicablement compliqué. Un des entrepôts qu'il avait déjà fouillé avait été retrouvé par la police parce qu'un incompétent de la famille Ferro avait voulu déplacer la drogue malgré le conseil d'Harry de ne pas le faire. Et maintenant, après avoir fouillé une dizaine d'autres emplacements, il avait dû partir à une chasse à l'homme et tué le crétin sous peine d'annulation de contrat. Le problème, c'est que cet idiot était protégé par la police anglaise et avait réussi à quitter la capitale de l'Angleterre avant qu'Harry ne puisse lui mettre la main dessus. Oh ! Bien sûr, l'immortel l'avait retrouvé mais cela lui avait fait perdre un temps précieux. Enfin, au moins, il pourrait enfin toucher la prime en question et même garder son bonus intact s'il jouait bien ces cartes.

Bientôt, il aperçut la planque de son patron : Azzuro Venere. Lentement, il grimpa une à une les marches en essayant de se frotter la semelle sur celle-ci afin de se débarrasser un peu de la poussière des rues avant de rentrer dans le bâtiment. Alors même qu'il allait entrer, il vit plusieurs hommes armés sortirent à toutes vitesse de la planque. Devant ces déplacements inattendus, il haussa simplement un sourcil avant de se déplacer à l'intérieur de la demeure.

Comme toujours, celle-ci débarquait directement dans la salle à manger où peu importe l'heure du jour, on pouvait y trouver des plats vides ou remplis sur une table couverte d'une nappe blanche. Pourtant, il fut surpris de voir aussi des hommes se poster en haut près de la balustrade afin d'avoir un bon accès de tir. Harry allait une fois de plus ignorer la scène, après tout, ce n'était pas la première fois qu'un ennemi rendait visite à un mafieux quand il sentit une immense main appuyé sur son épaule droite avant de dire joyeusement :

-Harry Peters, mon pote ! Qu'est-ce que tu fiches ici ? On croyait tous que t'était mort ou attrapé par les Keufs mon vieux !

Génial, Harry aurait reconnu ces longs cheveux châtain, ces yeux bleus, cette chemise rose avec cette veste grise à col ouvert à peu prêt partout. Léo Valdez, le bras droit d'Azzuro, youpi… Encore un gêneur entre lui et la fin de son contrat.

-Alors que j'avais encore un contrat actif ? Tu rêves ! Je reviendrais de la tombe juste pour avoir l'argent entre mes mains. Alors maintenant Léo, comme je viens de te le dire, l'argent et moi, on a du temps à rattraper ensemble. Répondit-il en écartant doucement la main de Léo avant de se retourner vers les immenses portes en bois.

-Ouais à ce propos… Ecoute Peters, Azzuro a eu une idée de génie pour récupérer la came. Alors, ce n'est pas vraiment le moment de valser entre ces pates, tu vois le genre ? Je ne voudrais pas avoir à t'abattre en ce moment alors que t'a fait le job, tu comprends, j'espère ?

Immédiatement, Harry se stoppa pour regarder Léo. Celui-ci avait son arme pointé sur lui. En ce moment, cela ne lui aurait fait ni chaud ni froid de mourir mais il ne tenait pas vraiment à revivre en plein milieu de la salle à manger remplis de membre de la famille Ferro. Surtout que s'il ratait son coup de résurrection, il risquerait de se faire récolter d'une manière ou d'une autre et serait de retour à cette dimension blanche, ce qui serait complètement exclu de sa liste aussi longtemps qu'Harry existe.

-Ok… Et je peux savoir quel genre de plan miraculeux est en cours ? Soupira-t-il en essayant de mieux comprendre la situation pour convaincre Valdez.

-Oh, le boss a kidnappé l'héritier Phantomhive, tu sais le gamin hyper riche avec les parents qui ont cramé ? Etonnamment facile à kidnapper et à retenir. En échange de leur précieux maître, les toutous voudront probablement rendre la drogue.

Harry fronça les sourcils devant l'idiotie de ce plan.

-Votre idée « géniale » est de prendre le limier de la reine, qui est l'une des figures emblématique de son pouvoir du mauvais côté des rues. Celui qui s'amuse à écarter les gêneurs de sa majesté et qui en reçoit tout les honneurs. Et cela en échange de votre came ? Et il ne vous est pas venu une seule fois à l'esprit que ce soit illogique qu'une telle figure importante soit aussi facilement kidnappé ?

-C'est Azzuro, le boss s'est le meilleur !

De deux choses l'une, soit Harry avait vraiment sous-estimé Azzuro. Soit la situation était plus grave qu'Harry le pensait. C'est alors qu'il posa la question qui commençait soudainement à l'inquiéter

-Léo, pourquoi on vous a déplacé exactement ?

-Oh, on va abattre le chien de garde qui vient chercher son maître. Ordre du boss, tu vois le genre… Dit-il en souriant nerveusement avant d'aller se poster en haut avec les autres en le gardant bien en viser.

Harry avait entendu des rumeurs sur le majordome des Phantomhive. Beaucoup prétendait qu'il s'agissait d'un démon qui aurait fait un pacte avec le jeune Ciel. Certains racontent qu'il s'agisse d'un assassin formé depuis la naissance pour protéger l'héritier de la famille Phantomhive. Enfin, certains disent que le serviteur était le comte Vincent Phantomhive lui-même revenu d'entre les morts pour protéger son fils unique. D'un point de vue personnel, Harry trouvait que cela n'augurait rien de bon peu importe le cas de figure. Après tout, les choix étaient contre l'adversaire actuel des Ferro était : Un mort, un démon ou un assassin entrainé à mort… Le jeune homme ne savait pas trop ce qu'il préférait en cas de combat singulier mais dans tout les cas, cela n'avait pas d'importance parce que l'informateur allait récupérer sa tune puis s'enfuir loin d'ici en quatrième vitesse.

L'immortel aurait vraiment voulu le mettre en application, vraiment… Malheureusement, il entendit des coups de feu à l'extérieur et il sut immédiatement que le majordome était là.

[-Démon, Assassin, Fantôme vengeur] Se demanda brièvement Harry avant de profiter de l'inattention des gardes du haut ainsi que de Léo qui se préparait à tirer vers la porte d'entrée pour rentrer dans la salle privé d'Azzuro.

Aussitôt, il vit l'arme du boss de la pègre Italienne pointé sur lui avant que celui-ci ne l'abaisse immédiatement pendant que le jeune homme fermait du pied la porte derrière lui. Il y eut un petit silence qui fut brisé par Azzuro qui cracha un peu de fumée de son cigare à son visage avant de dire :

-Je te croyais mort gamin.

-Même mort, je viendrais chercher le pognon Azzuro, tu devrais le savoir. Lui répondit-il en observant le gamin sur le sol.

Avec une attention non-feinte, il vérifia le pouls du petit garçon au niveau de sa gorge. Encore en vie après avoir passer des heures avec le chef de la mafia Italienne et être passer à tabac ? Il devait vraiment avoir de la valeur sinon Venere l'aurait déjà refroidi. Cependant, il avait l'air mal au point. Une minuscule partie de l'ancien Harry refit momentanément surface en voyant la cruauté infligé à ce gamin avant que sa propre personnalité actuelle le rattrape. Il en avait vu d'autre comme ce dénommé Ciel et souvent, il ne méritait même pas son attention. En plus, il respirait encore, il n'avait donc rien à craindre.

-Tu compte revenir sur ta parole l'Italien ? Demanda calmement Harry en se redressant.

L'ex-garçon-qui-a-survécu savait qu'insulter son honneur en tant qu'Italien alors qu'il méprisait déjà les anglais était une mauvaise chose. Cependant, Azzuro ne pouvait pas se permettre de le tuer tout de suite et s'il le fait, ce sera dans un coin sombre et puant où personne ne viendra le chercher. Et d'ici là, il aura déjà son argent et n'aura pas besoin de mettre son nez dehors pendant quelques semaines.

-Tu auras ta part du gâteau. Je n'ai qu'une parole l'Anglais. Répondit-il en rajustant le cigare dans sa bouche alors que des tirs pourraient être entendu de l'autre côté de la porte.

Harry haussa un sourcil comme pour l'oser de rajouter quelque chose mais Azzuro ne lui accorda même pas cet intérêt. A la place, celui-ci pointa son fusil vers la porte. Harry, quand à lui, choisit un des fauteuils bleus près de la porte et s'installa dedans en attendant l'inviter qui allait certainement passer cette porte, si le manque de bruit de feu et les bruits de talons frappant le sol était un indicateur. Si Azzuro était intelligent, il tirait directement sur l'individu dès qu'il entre.

Lorsque l'invité en question entra, Azzuro ne tira pas. Quel dommage, le boss Italien croyait visiblement avoir encore son contrôle qui n'était désormais plus qu'une maigre illusion si rien d'autre.

-Bonsoir, je viens chercher mon maître. Dit le majordome à Azzuro en s'inclinant comme si on ne le visait pas en ce moment même.

Rien que cette insouciance frottait mal les poils d'Harry. Le majordome avait une peau pâle, des cheveux noirs court et raide ainsi qu'un costume classique en queue de pie pour les majordomes de familles prestigieuses. Rien à dire sur son apparence. Pourtant, il y avait une aura sombre qui entourait le serviteur. Il était dangereux, très dangereux si son aura était un indicateur.

Azzuro ne le vit pas évidemment. En fait, il eut un petit ricanement nerveux même s'il semblait soulagé. De toute évidence, il baissait sa garde mais la maintenait quand même… Donc, idiot mais pas trop non plus.

-Quelle bonne surprise. Je m'attendais à un gorille et voilà que je me retrouve devant un Roméo en queue de pie. T'es quoi toi exactement ? Je ne peux pas croire que tu ne sois qu'un serviteur…

[-Moi non plus] Pensa Harry.

D'un autre côté, Harry avait déjà joué au serviteur dévoué une fois, c'était pour un roi, un roi très intéressant. Peut-être que l'être devant lui voulait juste s'amuser à son tour ?

-Et pourtant, c'est ce que je suis et cela me convient parfaitement… Un majordome.

-Ouais à d'autre. Qui que tu sois, tu es prévenu. Moi, je ne vais pas y aller par 4 chemins. Je vais droit au but.

Azzuro fit alors la pire idiotie qu'Harry n'ait jamais vue et il en avait vu des imbécilités dans ce genre. Il attrapa le comte par les cheveux et le tira en montrant bien à quel point celui-ci s'était fait tabassé à l'être qui s'en préoccupait. Harry pouvait sentir l'aura noire et oppressante autours du majordome s'agrandir sensiblement. Le maître de la mort fut surpris de constater qu'Azzuro n'avait toujours pas pris le soupçon et avait maintenant son flingue posé sur la tête du comte.

-J'espère que tu m'as apporté ce que je t'ai demandé ? Demanda Azzuro

-Bien sûr… Tout est là…

En une fraction de seconde, Harry entendit de multiples coup de feu venant du tableau juste à côté de lui et qui perforèrent le majordome sans pitié. Celui-ci fut bientôt étendu sur le sol, complètement mort.

[-Assassin alors…] Se dit Harry mentalement. Les occupants de la pièce semblait l'avoir complètement oublié.

Il faut dire qu'il était habitué. Son âme était tellement vieille qu'elle était presque éthérée et son aura était complètement masquée. Même les humains avaient une aura à peine visible autours d'eux ou une forme d'odeur. Harry n'en avait aucune, ce qui fait que les humains avaient du mal à ne pas l'oublier ou à se rendre compte qu'il était toujours là. C'était un excellent avantage quand on devait apprendre des infos. S'en était une autre quand on voulait les revendre.

-Désolé Roméo, tu as perdu. Se vanta Azzuro au cadavre du majordome.

-Ce n'est pas encore fini. Signala Harry pour couper ce qu'allait dire celui qui détenait encore son salaire, tout en remarquant du coin de l'œil la réaction impassible de Ciel qui était beaucoup trop calme. Ces yeux verts, quand à eux, ne quittèrent pas le cadavre du moindre pouce. L'aura devait bien venir de quelques parts et celle-ci ne s'abaissait pas mais ne faisait que grimper d'intensité une fois de plus.

Peu importe ce que le mafieux allait dire, sa simple remarque l'enleva rapidement alors qu'il surveillait plus attentivement le corps étendu sur le sol et que les 4 tireurs embusqués ouvrirent la porte pour rentrer. Azzuro regarda alors son otage avec attention et dans l'espoir de le déstabilisé, il lui enleva son bandeau pour mieux surveiller sa réaction qui resta étonnamment impassible. Une réaction peu commune chez un otage qui vient de perdre son seul secours.

-ça va là-bas, tu t'amuses bien ? Tu vas continuer encore longtemps à faire semblant de dormir ? Finit par demander le comte avec une pointe d'agacement.

Harry prit note avec un certain amusement de la remarque à peine audible du majordome avant qu'il ne se mette à bouger.

[-Quand il faut y aller] Se répéta mentalement Harry en enregistrant bien le ton. Combien de fois ne s'est-il pas répété cela encore et encore avec exactement la même intonation dans la dimension blanche ?

-Attends, je n'y crois pas ! Il n'est pas mort. Dit Azzuro tout étonné.

[Bien sûr qu'il est étonné, c'est un mortel. Maintenant, qu'est-ce qu'est notre invité est une bien meilleur pensée. Démon ou fantôme vengeur ou bien… Autre chose ?] Dit Harry dans la sécurité de ces pensées.

Harry vit avec amusement l'homme se relever tout en commentant sa prétendue mort devant les hommes de la famille Ferro qui semblait aussi effrayé et incrédule que leur patron. Les mortels, je vous jure…

-On fait des revolvers de très bonne qualité de nos jours. Rien à voir avec la camelot qu'on trouvait il y a un siècle. Dit le majordome.

[-Attends de voir ceux qui arriveront d'ici 200 à 300 ans] Se moqua Harry mentalement tout en appuyant sa main sur son menton en essayant de ne pas perdre la moindre miette des réactions des différents individus dans la pièce lorsque le prétendu mort cracha les balles dans sa main. C'était vraiment tout un spectacle.

-Tenez, je crois qu'elles sont à vous… Dit-il en les tendant vers Azzuro Venere qui commençait lentement à comprendre que son plan était réellement un très mauvais plan.

-Qu'est-ce que vous attendez ?! Tirer ! Ordonna le chef de la mafia Italienne de Londres.

Harry observa avec attention le combat très rapide entre les hommes et le majordome qui se soldait en moins d'une seconde par la victoire de l'invité dans la demeure.

-Oh quelle misère, mon costume est fichu, troué de partout.

-ça t'apprendra à faire le clown. Tu l'as cherché.

-De nous deux, je ne sais pas qui remporterait le concours de la posture la plus amusante. Dit le serviteur des Phantomhive en s'avançant lentement vers son maître.

-Stop n'avance pas.

Harry n'écouta pas vraiment le reste de la conversation. Oh, bien sûr, il gardait une oreille sur celle-ci au cas où ils laisseraient tomber quelques choses d'intéressant mais le jeune immortel s'intéressait beaucoup plus à la raison pour laquelle le petit garçon gardait son œil fermé aussi fermement.

[-Que caches-tu, gamin ?] Se demanda Harry en essayant d'imaginer quel genre de blessure horrible pousserait un enfant à garder son œil droit fermé malgré la situation critique.

-Enfin monsieur, ne vous ai-je pas appris la formule ? Le sort conjuratoire ? Demanda l'entité debout alors que le petit garçon ouvrit enfin l'œil.

Un œil violet couvert d'un pentacle. Mais quel genre de détraqué a mis un sceau sur l'œil d'un…

-Sauve-moi, c'est un ordre. Dit le jeune homme alors que le symbole s'illuminait.

Il y eut un coup de feu et Harry eut du mal à suivre à cause de sa vision limité mais apparemment, non seulement Azzuro avait finalement craqué mais en plus, le majordome avait sauvé son maître et semblait avoir attrapé la balle en plein vol, tout en lui cassant son bras si Harry avait bien remarqué. Un bel exploit de vitesse, pas moins. Harry était presque tenté d'applaudir… Presque.

Sans plus de cérémonie, le majordome qui se tenait derrière le boss remit la balle dans la poche de la veste blanche de celui-ci. Azzuro s'écroula presque immédiatement de douleur sur le sol après la remise de la balle. Il se démenait encore d'ailleurs en refusant de tomber inconscient. Harry aurait presque voulu l'achever si ce gars ne détenait pas son argent du mois en ce moment même et qu'il n'avait pas besoin de lui vivant.

-Je ne sais pas toi mais moi, je ne trouve pas que ce jeu soit très amusant. Dit le comte tout en se faisant emmener plus loin vers Harry.

-Pourriez-vous… ? Demanda poliment le serviteur en faisant signe vers le fauteuil.

Harry haussa un sourcil mais se leva pour laisser la place au comte qui le regardait comme s'il était un vulgaire insecte. Arrogant à un si jeune âge, il lui rappelait presque Tom Jédusor quand il était petit sauf qu'il était plus riche… Tellement plus riche…

Harry soupira mentalement à la promesse d'argent qui l'attendait. Une promesse qui semblait s'éloigner de plus en plus de lui.

-Attends, ne t'en va pas, je te prends à mon service. Si tu deviens mon garde du corps, je doublerai ton salaire. Je te ferai goûter les plus grands vins et tu pourras avoir toute les femmes que tu veux. Alors… Dit l'Italien avant de se faire interrompre par une lanière de cuir qui se cassait sous les doigts du majordome.

Celui-ci avait donc de la force, Harry se demandait aussi si l'augmentation continue de son aura de noirceur avait une influence sur le corps du majordome. Et vu la vitesse avec laquelle son niveau montait, il sera bientôt tangible et visible même pour Azzuro Venere.

-Je suis désolé monsieur Venere… Mais j'apprécie très peu les plaisirs en vogue chez la gente humaine. Vous comprenez ? J'ai d'autre goût. Ceux d'un diable de majordome. Dit-il en révélant des yeux qui avaient trop brûlés au point d'avoir observer la vision de l'enfer. Harry y avait été une fois, c'était un souvenir dont il se passerait bien.

-Un diable ? Dirent les deux travailleurs Ferro, physiquement pour Azzuro et mentalement pour le maître de la mort alors que son aura grimpait au poids de presque faire réagir sa propre énergie. C'était une très mauvaise idée.

Harry transpira un peu alors qu'il retenait sa propre nature et sa véritable apparence de se montrer pendant que le démon leur expliquait la situation. Harry n'en écoutait pas un traitre mot. Cet aura était trop similaire à celle d'un démon qu'il avait côtoyé en enfer, comment par merlin s'appelait-il encore ?

C'est alors que le petit garçon prit la parole parmi l'aura ténébreuse du démon qui envahissait complètement la pièce :

-Désolé, mais pour vous, le jeu s'achève ici.

[-Pour VOUS ? Comment ça ?!] Se demanda Harry alors que Ciel ordonnait (toujours de manière aussi indifférente à leur vie pour la plus grande frustration d'Harry) à l'être de les tuer.

En quelques secondes, la créature fut sur eux et alors qu'Azzuro fut transpercé à l'estomac par un des gants immaculés du majordome. Harry sentit son cou se faire claquer. Il était mort sur le coup, tout comme son employeur. Super, plus d'argent et une résurrection à faire une fois de plus…

Au moins, il fallait voir le côté positif, Harry avait au moins eu la réponse à sa question avant de se faire joliment claquer le coup : Démon.


POV Grell Sutcliff

-Olàlàlàla, regardez moi ce carnage. Il y à peine assez de rouge malgré la blessure évidente au ventre. Ce n'est pas possible, Willy fait express de m'envoyer sur des missions ennuyeuses. Comme si une femme comme moi avait le temps pour de telles choses. Déclama Grell Sutcliff alors qu'elle utilisait sa faux de la mort, une tronçonneuse aussi rouge que sa tenue pour observer la lanterne cinématique d'Azzuro.

Celui-ci n'avait pas eu une vie très passionnante et sa lanterne le prouvait. Encore un mortel magouilleur sans la moindre passion. Comme c'était ennuyeux ! Il avait quoi entre 20 et 30 ans ? C'était l'âge où la passion frappait, où on suit nos instincts, nos pulsions et ce mafieux de pacotille… RIEN ! NIET ! NADA ! Que de l'ennui ! Enfer, il était toujours vierge ! Il n'y avait rien à grappiller. Une fois la lanterne terminée, il se tourna vers son compagnon. Un mortel encore plus jeune que le précédent… le dieu de la mort poussa un immense soupir de frustration avant de donner un coup de faux au jeune homme au beau yeux vert qui rappelait étrangement le vert des yeux de tous les dieux de la mort. Il ne manquerait plus que l'anneau jaune autours de cet iris et il pourrait presque se faire passer pour un des leurs.

-Oh moins, tu as de beaux yeux. Dit Grell en abaissant résolument sa faux sur le corps du jeune homme pour en extraire sa lanterne afin de classer son âme.

Il regarda avec soupir comment le garçon avait été abandonné à la naissance, comment il avait grandi et prospéré dans les rues et ainsi de suite. Absolument rien de glamour comme prévu.

-Dépêche toi fichu lanterne, je veux retrouver madame Red avec qu'elle ne remarque mon absence. Finit-il par dire à la lanterne en soupirant affreusement avec sa tronçonneuse encore occupé à la récolte.

Au moins, ça ! C'était une femme avec de la passion. Elle tuait méticuleusement en enlevant à toute ces femmes indignes le don de la vie elle-même avant de les tuer lentement. Il tardai à Grell d'aller la retrouver dans une ruelle pour l'observer commettre encore et encore ces meurtres.

Soudainement, alors que Grell rêvait encore une fois de rouge, de William, etc. Il vit avec autant d'irritation et d'incrédulité que la lanterne, repartait dans l'autre sens ?! En plein milieu de sa récolte ?!

Mais ce n'était pas possible ça ! Leur existence même était de déterminer si l'âme en question pouvait changer la face du monde au point de permettre à l'individu de vivre un peu plus longtemps que prévu et sinon de la récolter. Mais là, la lanterne repartait toute seule en arrière dans le corps alors que Sutcliff n'avait rien fait ! Comment même était-ce possible ?!

-Hors de question, il est mis que j'ai deux âmes à récolter et je récolterais deux âmes point à la ligne. Je ne vais pas me faire battre par une vulgaire lanterne à la gomme ! Dit le dieu de la mort rouge avant de tirer avec sa faux une fois de plus dans l'espoir de la faire repartir dans la bonne direction.

A sa plus grande horreur, celle-ci n'alla que plus vite pour rejoindre le corps et il vit avec effroi un doigt bouger alors que le cou du jeune homme mortel craquait tout seul sur le sol. En désespoir de cause, il voulut agripper la lanterne avec ces mains mais il eut à peine le temps de l'effleurer que le corps du jeune homme était déjà en partie debout et lui avait attrapé les poignets au vol pour l'empêcher de bloquer la lanterne.

-Bonsoir, je suis désolé mais c'est à moi. Dit le jeune homme dont les yeux verts se reflétaient sous la douce lumière de la lanterne cinématique qui finissait de rentrer dans son corps.

Grell allait protester quand il sentit une intense douleur au niveau du visage qui fit tomber les lunettes de son nez. Heureusement que celle-ci possédait un cordon pour les retenir autours du cou. Elle les remit rapidement alors qu'elle voyait la lueur de la lanterne disparaitre dans le corps du jeune homme qui était encore très flou. Elle vit la tâche qui ressemblait désormais à une figure humaine parfaitement reconnaissable partir en courant vers la porte. Le dieu de la mort se dépêchait de le poursuivre mais rien à faire, une fois à l'extérieur le garçon avait disparu.

Comment allait-elle-même commencer à expliquer cela à Willy quand il viendrait râler après son rapport ? Peu importe, il trouverait, il trouvait toujours… Et sinon, cela lui laisserait plus de temps pour parler avec son Willy.