Froid, noir … c'est tout ce que je ressens mais je suis libre. Libre enfin, après … je ne sais même plus combien de temps à errer avec un seul but : la vengeance.

Je ne sens plus mon corps, je me sens léger. Sur le coup je n'ai pas envie de bouger et de juste rester là à me reposer… mais au bout d'un moment, je sens quelqu'un me secoué doucement pour me faire sortir de ma léthargie. J'ouvre doucement les yeux : deux garçons devant moi ou plutôt ce qu'il reste d'eux, c'est-à-dire leurs âmes … flottant à côté de moi, l'un : blond avec un bonnet vert et long, me tend la main. Je souris et attrape cette main tendu avant que précédé par la deuxième âme, qui porte un bonnet blanc et jaune, nous nous engouffrions dans un couloir. Au bout de ce dernier, une grande salle plongée dans l'obscurité. Il y fait trop sombre pour que j'y voie quelque chose. Mes deux amis commencent à s'élever vers le ciel. Cet endroit que nous avions tant espérer. Alors que je leur emboîte le pas, un cliquetis retentit dans la pénombre. Un cliquetis semblable à celui que j'émettais il y a peu. J'hésite ! Suivre mes amis ou ma curiosité ? Ma curiosité finit par prendre l'avantage et je me dirige vers le cliquetis qui s'amplifie. Une grande scène apparaît à mes yeux. Sur celle-ci, cinq silhouettes imposante.

Je me stop soudain. La plus grande vient de bouger et tente de se relever. Une fois stabilisée, elle m'envoie son regard bleu cobalt métallique. Alors que je me retourne pour m'enfuir, elle m'appelle. Sa voix synthétique me rappel quelque chose mais quand je me retourne les 4 grandes silhouettes sont devant moi. Celle au regard cobalt me saisit par la tête. Elle me tient si fort que je ne peux pas me dégager mais de toute façon pourquoi m'échapper, son regard est si rassurant que je me détends et j'aperçois enfin ces 5 silhouettes. La plus petite n'est qu'une tête hideuse avec des grandes dents et une chevelure arc-en-ciel mais rien de plus. L'une à ma gauche : blonde avec une bavette « Let's eat ! », une petite jupe rose et une barrette en arête de poisson et un cup cake sur son serre-tête. Une deuxième dans le font : toute noire, des cheveux gris attachée en queue de cheval, un maquillage blanc rouge et violet, avec un uniforme japonais noir. Une à quatre pattes complètement pourrie : sa robe rose est tachée de pourritures vertes, violettes et noires. Et la dernière, celle qui me tient, son regarde cobalt se fait tendre, un sourire semble s'étirer sur son visage figé. Ses cheveux bleus cobalt, il tombe doucement sur les yeux et son relève en chignon sur le haut de sa tête. Habillée en ballerine avec un uniforme de lycéenne japonaise, elle répète mon nom en litanie. Elle me supplie, m'implore…et je craque ! Je me défais doucement de sa prise qui s'est faite moins dure. Et je me retourne, regarde mes amis partir sans se retourner et je retraverse le couloir. Je m'arrête devant ce qui est détruit par terre. J'attrape la tête du costume et je la mets sur ma tête. Je suis alors aspirer dans le costume que j'avais quitté.

Quand j'ouvre les yeux, la ballerine est avec moi. Nous dansons sur la scène comme avant, mais là je ne regrette pas d'être avec elle. Ma liberté ? Mon repos ? Je peux encore attendre et puis le temps passera plus vite avec elle, même si j'aurais préféré qu'elle ne tombe entre les mains de Ganon, comme ça a été notre cas! Mais bon, maintenant Circus Déo est de retour ! Et après tout…

THE SHOW MUST GO ON!