Bonjour, ceci est un nouveau chapitre. Il est légèrement plus long que le précédent.

Les personnages ne sont toujours pas à moi, mais à JK Rowling. Les homophobes peuvent s'en aller et

J'espère qu'il va vous plaire, bonne lecture.


- Parole entre des personnes

«Pensée»


Petit rappel du chapitre précédent.

- Jeune homme, vous allez prendre, cette potion.

- Pas dû poussos, c'est dégoûtant et en plus douloureux.

- C'est pour cela que tu vas prendre ensuite-ci. Potion de sommeil sans rêve.

- Ce n'est pas mieux niveau goût.

- Vous comptez vous plaindre encore longtemps. Répliqua l'infirmière.

- Buvez et taisez-vous! Ordonna la voix venant du fond.

- Humph

Harry mais les potions sans rechigner plus longtemps. En même temps, aux yeux du regard noir de l'infirmière, il valait mieux que l'énervé. Il s'endormit dès lors sans plus de cérémonie. Il était épuisé, et même s'il ne le dirait pas, il remerciait mentalement l'infirmière pour l'avoir sauvé.


Un réveil compliqué

Harry se réveilla quelques heures plus tard. Il avait la bouche pâteuse et rêver d'un bon verre d'eau.

- De ... l'eau

Il entendit un tissu de tissu, juste à côté de lui, mais il n'arrive pas à tourner la tête. Il avait trop mal pour cela.

- Tenez M. Potter.

- Merci

- Bon, voulez-vous vos lunettes?

Avant même qu'il ne répond pas, il sentit qu'on lui a déposé ses lunettes sur le visage. Sa vision est encore plus claire et il met l'observateur son environnement.

Ce qu'il vit le choqua.

- Professeur?

- Qui at-il Mr Potter? Demanda le professeur d'une voix douce.

- Vous étiez mort. Je vous ai vus mourir. Vous êtes mort dans mes bras.

- En effet, mais j'ai reçu de l'aide peu après votre départ.

- Par qui?

- Quelqu'un. Il éluda la question et reprit. Mais ce n'est pas le plus important. De plus, vous m'avez vu à votre premier réveil.

Harry ne dit pas. Puis il se voit ce qui était arrivé aux autres.

- Qui a t'il? Et ouais mes amis?

Il regarde le visage de son professeur. Il a vu ce dernier était très fatigué, d'énormes cernes trônait sous ses yeux. Son regard d'onyx était vide, et son teint était blafard. Après sa question, il remarqua que son professeur s'est tendu.

- Non pas ça! Dites-moi qu'ils ne sont pas tous mort, dites-moi! Je vous en supplie ... Sa voix s'éteignit sur la fin.

- Ne vous en fait pas pour eux, ils sont vivants.

- Pourquoi ne sont-ils alors pas là?

- Les jumeaux sont à Sainte-Mangouste, dans un état stable, mais ils ne peuvent pas pour le moment pas sortir. M. Londubat, et au chevet de sa grand-mère, elle est mourante, il est passé vous voir à plusieurs reprises et s'excuse de ne pas être là pour votre réveil. Ensuite, à Miss Miss Lovegood, toute sa maison a été détruite elle à une fracture du bras, mais rien de grave. Cela a été fait avec la magie noire, la réparation à la moisissure et elle est très épuisée.

- Merci, professeur comment va Hermione et Ron?

- Je suis désolé, mais ce n'est pas à moi de dire le dire. Répondit-il d'une voix légèrement énervée.

- Ils sont mort, ça ne peut être que cela. Demanda Harry d'une voix défaitiste. "Cela ne doit pas être ça, mais pourquoi ses amis ne sont pas venus le voir?"

- Non ils ne sont pas mort, ce qui est bien dommage d'ailleurs.

- Pourquoi dites-vous cela, leur état est grave à ce point, ils sont dans le coma? Répondez professeur par Merlin! Explosa Harry, en traitantant.

- Ils vont bien, mais calmez-vous. Vous allez vous faire du mal.

- Mais je ne comprends pas, vous venez de dire qu'il serait préférable qu'ils soient morts ...

- Je sais encore ce que je dis. Je ne suis pas sénile.

- Expliquez-moi alors, pourquoi avez-vous dit cela? Vous ne les aimez pas au point de leur vouloir la mort. C'est monstrueux!

- Parlez-moi sur un autre ton, je ne vous permets pas! Répondit Snape d'une voix basse.

- Je me permets ... Il n'eut pas le temps de finir sa phrase, l'infirmière vient d'arriver le regard sévère.

- M. Potter ne terminez pas cette phrase. Dit-elle en regardant Harry. Et vous Severus, vous n'avez pas honte? Vous chamaillez comme un enfant avec Mr Potter?

Severus pain de colère devant la réprimande, pendentif que Harry rigolait de voir son professeur grondé comme un enfant par l'infirmière.

- Vous avez ce drôle Mr Potter?

- Oui très ... Euh non pas du tout.

- Je préfère cela.

- Bon, quand est-ce que je peux sortir de l'infirmerie?

- Vous vous trouvez peut-être en état? Nan, mais je rêve ... Même au bord de la mort, il me veut faire croire que tout va bien ...

Harry préféra se taire plutôt que d'énerver un peu plus l'infirmière. Pendentif ce temps, Severus déclaré dans une pièce de monnaie et observateur le manège de son élève. En effet, après que l'infirmière a quitté pour aller à ses occupations, ce dernier s'est mis à bouger contre les dragons intransigeants qui ne le laissez pas partir se promener. Il laissa Harry se reposer pendant que lui sortait un livre sur les potions disparu.

§§§ POV Severus §§§

«Je ne sais pas pourquoi je reste près du gamin. Je ne l'ai jamais aimé, je ne le haïsse pas comme peut le penser Potter ou même ses amis, mais je ne l'aime pas non plus. Il est trop imbu de sa personne et il aime trop la célébrité. Je suis sûr qu'il est pourri gâté par sa famille un peu comme Draco mon filleul. Mais c'est différent lui, il est mignon et le mérite. Bon, je ne suis peut-être pas très spartiate mais qui a dit que je l'étais tout à fait moi. »

Un rictus apparut sur les lèvres du maître des potions.

«Je doisi arrêter de procéder aujourd'hui, ça m'apporte rien de bon. D'ailleurs, il faut que j'arrête de l'appeler le gamin, voiture il bien grandi. Il est loin la petite première année qui ressemble à une crevette. Maintenant, c'est un beau jeune homme ... Beau, mais qu'est-ce que je raconte, il faut vraiment que j'arrête de penser ».

Snape se mit à rire de lui-même, sans remarquer une paire d'yeux interrogateurs.

§§§ Fin du POV §§§

- Monsieur? Vous vous sentez bien? Demanda Harry inquiet

- ... Snape se sentit gêné d'être pris en flagrant délit de rire.

- Monsieur?

- Quoi Mr Potter, un problème?

- Non, mais vous rigolez tout seul depuis 5 bonnes minutes. Je me pose des questions sur votre santé mentale.

- Pas besoin, je vais très bien. Vous n'êtes pas prévenu de votre santé mentale. Répliqua un Severus énervé.

- Si vous le dites. C'est vous qui voyez, je m'inquiète juste pour vous.

- Vous, vous inquiétez pour moi. Depuis quand? Ce serait bien la première fois que cela arrive. Répliqua Severus dubitatif.

- Non, mais vous m'avez veillé tout au long de mon coma, et même vous êtes encore ici. Donc, je peux très bien vous renvoyer l'appareil.

- Je vous remercie, mais je vais très bien. Je suis en excellente forme.

- Si vous le dites.

- Je vous le dis! Maintenant reposez-vous, j'ai des potions à brasser! Ordonna-t-il.

Il partit dans une envolée de cape, sans se retourner. Il ne vit donc pas le regard triste posé sur lui.

- Vous pouvez vous vous mentir à vous même. Je vois bien que vous n'allez pas bien

Après cela, Harry s'allongea confortablement dans le lit, avant de s'endormir.


Ce chapitre a été corrigé et modifié le 11/02/2018. Bisouille