Re - hello !

J'espère que cet épilogue vous plaira.

Bonne lecture :)


Épilogue

Ils avaient été nombreux, ce jour-là, dans le cimetière de Godric's Hollow. La nouvelle n'avait pas mis longtemps à se répandre. Bien sûr, il y avait ceux qui avait souri, ri, et laissé éclater leur joie. Bien sûr, Voldemort était tombé. Mais à quel prix ? Malgré la liesse générale de la communauté magique, qui avait suivi la chute du mage noir, tous ceux qui avaient connu les jeunes gens avaient voulu rendre hommage à ceux qui, ils l'espéraient, avaient été les derniers à payer le prix de leur vie.

.

Il y avait Mary, tout d'abord, en larmes.

Mary, qui n'avait pas pu supporter la descente des cerceuils dans le caveau, et que Bathilda avait dû éloigner.

Mary, qui, en une nuit, avait perdu sa meilleure amie, son ami, et son fiancé.

Mary qui, quelques mois plus tard, perdrait la vie dans un duel face à l'un des derniers sbires de Voldemort.

Mary qui fermerait à jamais les yeux sans savoir que celui qu'elle avait aimé depuis son adolescence était innocent.

.

Remus, ensuite, qui s'était tenu raide, face à la tombe, une fois qu'elle avait été refermée.

Remus, qui n'avait pas sentit ses larmes rouler sur ses joues pâles, tandis qu'il se tenait hébété, incapable de croire à ce qui se jouait sous ses yeux.

Remus, à qui Mcgonagall avait tapoté l'épaule, en murmurant qu'il ne pouvait plus rien faire pour eux, qu'il devait les laisser partir en paix.

Remus, qui en une nuit avait perdu ses meilleurs amis, coup sur coup. Remus, qui sentait que jamais il ne sortirait indemne de cette guerre sans nom.

.

Mcgonagall qui, en apprenant la nouvelle, avait juré qu'elle ne pardonnerait jamais à Dumbledore cet abandon des Potter, le soir où ils en avaient le plus besoin.

Mcgonagall, qui avait passé des nuits à pleurer sur le sort de ses anciens élèves, et sur le sort de celui qui le serait plus tard.

Mcgonagall, qui avait essayé de rire à travers ses larmes, en se souvenant des frasques de James et de la gentillesse de Lily.

Mcgonagall, qui avait eu l'impression de perdre deux de ses enfants.

.

Hagrid, également, qui surplombait cette masse sombre, formée par la foule, sans pouvoir la distinguer, à travers ses larmes.

Hagrid, qui avait vu les cadavres, tandis que Sirius montait chercher son filleul.

Hagrid, qui n'avait pu passer une seule journée ou une seule nuit, depuis, sans pleurer à chaudes larmes sur le destin de ce jeune couple.

Hagrid, qui revoyait le visage endormi de leur enfant, encore baigné des larmes qu'il avait versées.

.

Tom, qui avait menti à Gabrielle pour ne pas lui avouer cette nouvelle tragédie.

Tom, qui revivait une nouvelle fois le deuil, sans savoir comme y faire face.

Tom, qui associait à ces visages juvéniles, le visage de celle qu'il avait déjà perdue, quasiment un an auparavant.

Tom, dont les larmes coulaient sans discontinuer, qui finissait par ne plus se raccrocher qu'à Gabrielle, devenue sa fille adoptive, pour s'empêcher de sombrer.

.

L'Ordre, et ses divers membres, qui avaient côtoyé le jeune couple, avant de le protéger envers et contre tout.

L'Ordre, qui venait de perdre, en plus de deux membres, deux figures devenues des exemples.

L'Ordre, qui avait combattu sans relâche, et qui pourtant n'avait pas gagné cette bataille.

L'Ordre, qui se promettait enfin de ne plus jamais laisser une telle chose se produire.

.

Pétunia, encore, qui avait tenu à être là, même si elle ne s'y sentait pas à sa place.

Pétunia, qui avait reçu de Mary, sanglotante, le vœu de Lily, qu'elle avait exprimé avant de mourir, alors qu'elles berçaient Harry.

Pétunia, qui avait haï son neveu dès qu'elle l'avait reconnu, justement parce qu'elle reconnaissait en lui sa soeur décédée

Pétunia, qui faute de trouver un coupable à blâmer, hormis la société sorcière, rejetait sur Harry sa douleur et son chagrin.

.

Mais, au-delà de ceux qui étaient réunis, en ce matin glacial, dans ce petit cimetière d'un coin perdu en Angleterre, il y en avait un autre, qui souffrait peut-être plus qu'eux, et qui ne serait plus jamais le même. Dans une cellule sombre d'Azkaban, alors que l'ombre des détraqueurs, menaçante, planait à travers la fente de la grille, Sirius pleurait, sans se soucier du bruit ou du reste, celui qu'il avait considéré comme son frère, et celle qu'il avait admiré tout au long de sa vie.

.

Sirius, qui en découvrant la trahison de Peter, s'était précipité vers le cottage des Potter, avec l'espoir qu'il n'était pas trop tard.

Sirius, que personne n'avait pu retenir, qui était parti en hurlant que la véritable attaque n'était pas cette diversion, au nord de l'Écosse.

Sirius, qui avait déboulé dans les rues de Godric's Hollow comme un fou furieux, tandis que sa moto faisait un tintamarre du diable.

Sirius, qui s'était arrêté net en reconnaissant Hagrid, aux épaules secouées de sanglots, et qui n'avait pas eu besoin de plus pour comprendre la vérité.

Sirius, qui avait fermé les yeux de James, refusant l'aide de Hagrid, et qui avait rassuré Harry avant que le garde-chasse ne l'emmène.

Sirius, qui par cette tragédie, était devenu un autre. Qui n'avait pas hésité quand la vérité lui avait éclaté au visage.

Sirius, qui avait été près de frapper le traître. Qui avait sentit sa métamorphose en espérant qu'elle lui permettrait d'obtenir vengeance.

.

Ils étaient tous, ici ou ailleurs, touchés par cette tragédie.

Tous avaient en mémoire la scène macabre.

Et aucun d'entre eux n'oublierait.


Et c'est fini ...

Je n'aime pas finir les fanfictions, et celle-ci encore moins, parce qu'elle a vraiment compté pour moi.

J'espère quand même que vous avez aimé, et que je n'ai pas trahi trop de fois l'histoire mise en place.

Je vous remercie pour tous vos encouragements, pour tous vos commentaires, pour tous les messages qui m'ont permis d'échanger avec vous.

Je vous remercie pour ces plus de huit mille vues, actuellement au compteur. Pour ces reviews, toujours plus nombreuses.

Je vous remercie, enfin, d'avoir cru en moi, même quand je doutais.

À une prochaine, j'espère ;)