Chapitre 1 : L'inconnu du train

C'était devenu une habitude. Il est vrai que depuis tout jeune il avait toujours adoré les voyages, mais récemment c'était devenu plus que ça. Prendre le train n'avait jamais été aussi excitant. Et il consolait son porte-monnaie en se disant que c'était pour le bien de sa plume. Baekhyun était devenu écrivain un peu par hasard. Il avait toujours adoré les histoires et passait généralement des heures à la fin d'un bon roman à se rejouer les scènes dans sa tête. Étrangement il aimait aussi en devenir le personnage principal. Pourtant rien ne le prédestinait à en faire sa carrière professionnelle. Sa mère était secrétaire médicale et son père urgentiste. C'était à l'hôpital qu'ils s'étaient rencontrés et c'était vers ce domaine qu'ils avaient toujours espéré y voir leur fils évoluer. Ils le voulaient chirurgien, médecin ou psychologue. Malheureusement les plaies et le sang, Baekhyun ne les avaient jamais aimés autrement que couché sur du papier, dans les folles aventures d'un pirate ou d'un bandit.

Il s'était assez tôt destiné à une carrière plus artistique. Il avait été à l'université, étudié l'histoire et l'histoire de l'art. Il s'était imaginé comme conservateur dans un musée ou travaillant dans une galerie. Pourtant, peu avant de finir sa formation son chemin avait un peu dévié, sans qu'il l'ait véritablement prévu.

Il lui arrivait fréquemment de rédiger des poèmes ou de courtes nouvelles, pour se détendre. Il les publiait parfois, sous un nom d'emprunt, dans divers sites internet. Il n'avait jamais reçu des échos très importants mais il le faisait plus pour lui que pour sa communauté lectrice.

Il avait testé différents styles et univers d'écriture. Il s'était essayé à l'angoisse et au fantastique, le résultat avait été acceptable sans être satisfaisant. Il avait mis des mois à finir ses projets n'étant pas assez enthousiaste envers les scénarios. Ses brèves tentatives dans le policiers lui avaient confirmées que ce genre ne lui convenait pas. Non, il n'y avait qu'un seul genre où Baekhyun était véritablement bon et où il s'épanouissait personnellement. C'était son secret à lui, personne n'était au courant et comme un refuge personnel, il gardait cette facette de lui bien gardée. Baekhyun était doué pour écrire des romans d'amour.

Ce n'est pas véritablement sa vie personnelle qui l'inspire dans ses histoires puisqu'il n'a pas eu de petite amie depuis plus d'un an et que même au sommet de ses idylles, il peut clairement affirmer ne jamais avoir été sincèrement amoureux, pas comme ses personnages l'étaient en tout cas. Pas qu'il n'ait été avec ses anciennes amantes uniquement pour combler un besoin physique. Non, Baekhyun a toujours eu beaucoup d'affection pour les filles avec lesquelles il était sorti. Malheureusement, il est ce que l'on peut appeler un éternel romantique.

Baekhyun ne cherche pas la personne qui lui faut, celle qui économiquement, socialement et culturellement est irréprochable et complémentaire à son style de vie. Il ne cherche pas non plus l'opposée, celle qui est son antithèse – il sait pertinemment que les amours « ying-yang » ne fonctionnent pas, il faut des similitudes pour arriver parfois à concéder des compromis. Non ce qu'il cherche va bien au delà. Il veut Le Grand Amour. Le coup de foudre qui dure 50 ans. Rencontrer une personne, se noyer dans ses yeux un quart de seconde et savoir que l'accélération de son rythme cardiaque n'est pas alarmant car il prendra l'habitude de ces envolées à chaque fois qu'il reposera ses yeux sur elle.

Il sait qu'il est trop exigeant, qu'il n'y a bien que dans les films que l'on rencontre son âme sœur dans la vingtaine, quand on est le plus disponible et physiquement le plus attirant. Il sait que l'amour se transforme au bout de trois ans en un monotone sentiment d'affection. Il sait aussi que personne n'a lié sa cheville droite à celle d'une belle et sombre inconnue à l'aide d'un fil rouge. Pourtant si le cœur était rationnel, il dicterait à notre esprit de rester pragmatique et le monde se verrait affamé de nouveaux rêveurs. Alors, même si Baekhyun sait qu'il rêve un peu trop, cela ne l'empêche pas d'espérer.

En vérité ses fantasmes ne sont pas aussi extravaguant qu'ils pourraient paraître. Quand la majorité des gens se surprennent à imaginer plaquer leur crush contre un mur pour un round des plus sauvage, lui s'imagine simplement leur demander de penser à aller acheter du lait. Dans la plupart de ses scénarios Baekhyun est très terre à terre. Ce n'est pas l'aventure et le goût de l'interdit qu'il recherche, il ne sait que trop bien que ce feu brûle bien plus qu'il ne perdure. Il s'imagine très mal en Scarlett O'Hara, vivant des péripéties sans fin qui le laisseraient plus affamé que rassasié. Il n'aspire qu'à une vie paisible, presque banale, mais surtout très lente, pour avoir le temps de profiter de son amour, de le toucher du bout des doigts, avant de le savourer et de le chérir le plus longtemps possible. Ainsi, et c'est uniquement de cette façon, qu'il a l'impression qu'il pourrait ne plus jamais avoir le sentiment d'être seul. La passion dévorante et l'insatiabilité, il les laisse à ses personnages et son goût de l'aventure il sait qu'il pourra toujours le trouver dans ses romans alors que son apaisement bienheureux ne sera jamais que dans les bras de son amour.

C'est peut-être à cause de ce trop grand amour pour l'amour lui-même que ses précédentes relations n'ont jamais durées. Il en attendait toujours beaucoup trop et pourtant pour des choses si simples. Ses amis se questionnent souvent sur les raisons de ses ruptures et Baekhyun répond toujours de la façon la plus succincte qu'ils « n'étaient simplement pas fait pour être ensemble ». Ce que Baekhyun souhaite véritablement c'est quelqu'un qui pourrait le comprendre en un coup d'oeil. Une personne qui saurait lire en lui pour savoir quand il va bien ou quand il souffre. Quelqu'un qui saurait qu'il déteste pleurer en public et aurait simplement la présence d'esprit de rester là, allongé sur le sol avec lui à regarder le plafond. Il rêve d'une personne qui pourrait régler son ipod à sa place et saurait quelle musique il aimerait écouter en chaque circonstance. C'est sûrement anodin, mais il aspire à rencontrer celle qui comprendra que certains soirs on n'est pas obligé de parler mais que se lover dans le canapé devant la TV peut-être un moyen d'être heureux, ensemble. Des gestes simples, une main qui se tend au réveil, un sourire avant de partir, un baiser en rentrant le soir. C'est ce à quoi il aspire, mais malheureusement les désirs qui paraissent les plus accessibles sont parfois les plus insaisissables. Alors en attendant que ce grand amour viennent éteindre les lumières derrière son passage ou réparer cette maudite étagère dans l'entrée qui persiste à basculer sur elle-même, il se contente de donner de l'amour à ses personnages.

Cela fait maintenant trois ans que Baekhyun est un « professionnel » dans le roman d'amour. Un jour, alors qu'il était encore étudiant, il avait été contacté par un éditeur qui se disait intéressé par ses écrits. Il avait d'abord été un peu hésitant, ses récits avaient toujours été pour lui un moyen de décompresser, et il n'était pas sûr de vouloir s'investir dans un pari aussi risqué. Il avait fallut de nombreuses semaines à Kim Jongdae pour le convaincre que l'aventure en valait la chandelle. Il avait finit par signer mais à ses conditions. Son nom n'avait jamais été révélé et il continuait ses études d'art, au cas où.

Désormais, diplôme en poche depuis un an, il continuait sa vie sur les deux fronts. Les revenus que lui apportait ses ouvrages étaient correctes sans être faramineux. Il aurait pu en vivre, mais il préféra garder une occupation qui ne le confinait pas dans son appartement et qui se conciliait avec sa passion pour l'art. Depuis quelques mois maintenant il occupait donc le poste d'assistant auprès d'un galériste. Il s'occupait de chercher de nouveaux talents et de procéder à une première ébauche de leur possible exposition. Son travail lui plaisait, il avait des horaires souples, il rencontrait du monde, mais surtout il voyageait beaucoup. Et aussi improbable que cela puisse paraître, Baekhyun avait trouvé dans ce mode de transport son atelier de travail préféré. Il aimait cette ambiance restreinte et feutrée. Il s'amusait volontiers à imaginer la vie des autres passagers. Il tentait d'envisager leur vie, ce qu'ils faisaient, d'où ils venaient, où ils allaient et pourquoi. Le microcosme d'une wagon de train lui donnait toujours l'impression de remonter dans le temps, d'être un grand voyageur qui partait à l'aventure, pour mieux en offrir une à ses personnages.

Alors il en est là encore une fois, wagon 15 place 46, à se torturer les méninges pour trouver une façon réaliste de faire se rencontrer ses protagonistes une nouvelle fois. Il aime faire référence au destin dans ses histoires parce que c'est une puissance en laquelle il veut croire. Même s'il sait que c'est cliché et vieux jeu, il aime assez l'idée qu'un individu n'est jamais vraiment seul et qu'il y a toujours quelqu'un d'autre sur la planète destiné à le rencontré et le comprendre mieux que personne. Néanmoins cette fois-ci il lui fallait trouver autre chose. Ses lecteurs semblaient aimer sa plume de romantique, malheureusement il ne pouvait pas leur narrer le même coup du sort à chaque nouvelle romance. Son personnage principal était un homme intègre, simple, qui aimait les choses dans leur routine. Il allait devoir lier son destin à une personne plus jeune, plus dynamique et qui n'évoluait pas forcément dans les mêmes cercles que lui. Trouver l'endroit propice de rencontre de ses personnages était un vrai casse-tête pour Baekhyun. Il ne voulait pas rentrer dans les clichés vus et revus : on se rentre dedans dans un café, on découvre avoir un ami en commun ou on participe au même événement de charité. Il veut quelque chose de plus neuf, de moins usité et surtout de plus réel.

Baekhyun souffle tout en laissant son dos se reposer sur le dossier de son fauteuil. Il est en manque d'inspiration, il a besoin de trouver de nouvelles idées. Il sait toujours reconnaître le moment où ses doigts ne veulent plus taper furieusement sur le clavier et où il vaut mieux qu'il prenne un pause avant de commencer à écrire des fautes tous les cinq mots. Il a sa petite routine à lui. Quand il sait qu'il est bloqué et qu'il a la chance d'être dans un train – comme c'est le cas à l'instant – il prend son ipod, cale son casque sur ses oreilles et choisi la musique la plus douce de son répertoire. Adossé à son fauteuil, il a alors tous le loisir d'observer ses voisins, de tenter de caler leurs gestes et conversations aux battements de la musique et de se laisser aller. Prenant le temps de détailler les expressions corporels et les détails matériels de ses voisins, il essaie de leur donner des noms, des métiers et des désirs.

L'homme, place 58 doit être un Lee, c'est probablement un gérant de supermarché ou un petit commerçant. Il a un petit sourire sur le visage, disons qu'il pense à son fils. Oui, son fils cadet, qui vient enfin de décrocher un job. Et il pense à sa fille, Seungmi, qui vient de leur annoncer qu'elle est enceinte. Il pense à sa petite famille et se dit qu'il a de la chance. Il repense à l'anniversaire de sa femme où il se sont réunit tous ensemble et ça le fait sourire. Ce sont les petits moment qu'il faut célébrer et Lee se dit aussi qu'il doit penser à acheter un cadeau pour féliciter sa fille. Un cadeau … oui un cadeau de naissance...

Ça y est Baekhyun le tiens. Il va les faire se rencontrer dans un magasin. Mais pas n'importe lequel.. un magasin pour bébé. Il va faire de son second personnage un vendeur dans un magasin de naissance.. ça c'est original ! Kris, son personnage principal va devoir y aller parce que sa sœur vient de lui annoncer sa grossesse et c'est là qu'ils vont se rencontrer. En plus, il peut rajouter une intrigue supplémentaire, Kris ne veut pas d'enfant, alors que son âme-sœur en est fou au point d'en avoir fait son métier. Parfait !

Un grand sourire collé au visage Baekhyun est content de sa trouvaille. Il remercie Lee mentalement en lui lançant un dernier regard pétillant et se re-penche sur son ordinateur portable. Il fait craquer ses doigts, change sa musique pour une chanson un peu plus rythmée et laisse glisser une fois de plus ses longs doigts sur le clavier. Il en a encore pour presque une heure avant d'arriver à destination, il a largement le temps de poser la discussion entre Kris et sa sœur avant de le décider à se rendre à Moncheun King - grand centre commercial, pour faire ses emplettes – et trouver l'amour de sa vie.

Se replongeant dans son monde Baekhyun se coupe complètement dans sa bulle, il ne fait plus attention aux haltes du train ou au nombres de gens qui montent et qui descendent. Il est à peine conscient que quelqu'un vient s'asseoir en face de lui.

Il a apprit au fil de ses voyages qu'il valait toujours mieux laisser les voyageurs s'installer avant de les regarder. Avec sa tête d'homme sympathique, il avait toujours eut la malchance d'attirer toutes les personnes désespérées qui aimaient raconter leur vie aux inconnus dans les transports en commun. Et même si parfois Baekhyun aimait bien ces échanges impromptus et éphémères – il ne remercierait jamais assez cette grand-mère de Changmyi qui l'avait aidé à tisser un passé sombre à son meurtrier de personnage principal – il tenait cette fois-ci une idée et n'avait pas envie de la laisser s'échapper. Il se décida donc à garder la tête baissé et les yeux rivés sur son écran. Pourtant quelque chose le dérangeait.

La première chose qui attira son attention, ce fut une odeur. Le parfum que portait cette personne n'était pas fort à proprement parlé, mais il dégageait une fragrance assez particulière. On aurait dit de la menthe et du citron, c'était assez singulier. La curiosité l'emportant, Baekhyun se permit de jeter un coup d'œil de côté. Il ne parvint qu'à voir une paire de bottines marrons et un jeans relevé. Son inconnu était un homme. La teneur du parfum n'en devenait que plus étonnante. Il vissa son regard sur son écran, tentant de se re-concentré. La musique changea dans son casque et il reconnu un de ses airs préférés. Il se sentit sourire bêtement et exercer un léger hochement de tête imprimant le rythme. Il ne se laisserait pas déconcentrer. Il reprit sa rédaction, laissant Kris quitter le building où il travaillait pour le faire rejoindre sa voiture.

Il aurait aimé réussir à s'investir dans l'histoire mais il sentait quelque chose sur lui. Il se surprit à cligner plusieurs fois des yeux et reprendre son souffle en se mordant la lèvre, il y avait quelque chose d'inhabituel. Quelque chose de bien plus qu'une odeur mentholée. Il se l'était pourtant interdit mais ce poids le long de son épaule c'était bien un regard. Il sentait comme une chaleur au creux de son cou qui avait tendance à remonter le long de sa mâchoire. N'ayant plus le choix il rompit sa promesse personnelle et releva ses yeux vers l'inconnu au citron.

Des iris noires. De très très belles iris noires. Il avait l'intention de lancer un regard peu amical à cet inconnu qui venait le déranger dans son récit. De lui faire remballer son regard brûlant mais il ne s'en sentit pas la force. Quand il releva ses paupières il découvrit que l'inconnu ne portait pas sur lui un regard de feu mais plutôt une chaleur confortable. Il semblait du même âge que lui, peut-être un peu plus jeune, les cheveux bruns, des pommettes hautes et ce petit sourire en coin, un peu taquin, un peu coquin. Il ne semblait pas vouloir le quitter des yeux et sans vraiment le vouloir Baekhyun rentra dans sa joute.

Il ne sait pas trop pourquoi mais ce simple regard sur lui suffit à le clouer sur son siège et à bloquer sa respiration. Il avait envie de dire quelque chose mais il ne savait absolument pas quoi. Il avait envie de sortir de cette océan noir dans lequel il se noyait, mais il n'y arrivait pas. C'était comme il l'avait toujours imaginé et pourtant tellement différent en même temps. Il n'avait jamais ressenti ça, les picotements aux bouts des doigts, l'accélération du rythme cardiaque, les jambes en coton. Mais pourquoi personne ne lui avait dit qu'il était possible d'avoir des licornes lancés au triple galop dans ses veines qui avaient pour seul but de faire bouillir son sang ? C'était comme dans les livres, non c'est mieux. Il avait l'impression que des heures s'étaient écoulées, pourtant ce n'étaient que quelques secondes et avant qu'il n'ai eu le temps d'éclaircir le brouillard qui avait établi domicile dans sa tête, c'est l'inconnu qui prit la parole en premier.

« J'ai l'impression de te déconcentrer dans ton travail ».

La bulle éclate, comme une remontée en surface Baekhyun reprend brusquement conscience de sa musique qui joue en fond dans son casque, des gens autour de lui, du balancement du train sur les rails et son sang remonte d'un coup à son visage le faisant rougir violemment.

Il n'est pas sûr de la réaction qu'il doit avoir, il sent encore ses jambes flageoler et son cœur battre à tout rompre. Mais qu'est-ce-qu'il lui arrive ? Il se mord la joue et cligne quelques fois des paupières en reprenant sa respiration. D'un geste un peu maladroit, il retire son casque audio et relève ses yeux vers l'inconnu.

« Comment ? »

L'inconnu sourit. Ce n'est pas une expression qui va jusqu'à ses yeux mais il a ce petit air amusé peint sur le visage et Baek se dit qu'il est en train de faire une bêtise.

« Excuse-moi, je suis un peu curieux et c'est juste qu'à te voir concentré comme ça, je me demandais juste sur quoi tu travaillais ».

C'est direct. Mais Baekhyun ne se donne pas le temps de réfléchir. Il répond. Il ne sait absolument pas pourquoi mais c'est comme si une force le poussait à ne pas faire mourir cette conversation avec l'inconnu. Alors, il répond, tout simplement et en toute honnêteté.

« J'écris ».

Cette fois-ci l'homme en face se met à rire. C'est un petit éclat, sans extravagance et discret mais Baekhyun se dit que c'est le plus beau rire qu'il ait jamais entendu.

« Oui, j'avais remarqué. Mais tu semblais si .. exalté que je me suis dit que ça ne pouvait pas être professionnel. Personne n'est jamais si enthousiaste quand il travaille ».

Baekhyun est perplexe. Généralement il est la personne à qui on racontait sa vie, il n'est pas celui à qui on pose les questions, ou tout simplement pas celui à qui on s'intéresse. D'où vient ce gars qui lui parle si ouvertement et si familièrement ?

« Et pourtant si, c'est bien pour mon travail. » Il tente de rester ferme dans sa voix et de lui donner de la contenance, surtout quand il ajoute. « Mais pourquoi me tutoyez-vous ? Il ne me semble pas que l'on se connaissent ou que nous ayons pu établir que j'étais plus jeune que vous ? ».

L'inconnu se contente de sourire. Il a ses yeux ancré dans ceux de Baekhyun et ne semble pas vouloir les lâcher. Il pose doucement ses mains sur ses genoux et sans ce départir de son rictus il reprend la conversation.

« C'est vrai. Tu as raison.. ah je crois que je viens de le faire une fois de plus. » Il a un petit rire moqueur. « Je ne me l'explique pas moi non plus, pourquoi je te tutoies. Mais quand on y pense je ne vois pas non plus de bonnes raisons pour te vouvoyer ».

Baekhyun se retient de ne pas avoir un mouvement de recul. Mais qui parle comme ça ? Il sait qu'il devrait porter plus d'attention à la conversation elle-même et que le bon sens serait de lui répliquer qu'il y a des dizaines de raisons qui font qu'on ne parle pas si familièrement aux personnes que l'on vient de rencontrer. Malheureusement sur le moment son cerveau semble n'être en capacité de ce focaliser sur qu'un seul élément à la fois. Et depuis qu'il a ouvert la bouche, Baekhyun est complètement fasciné par la voix de son voisin. Un ton grave, une voix riche et presque – oui il peut se l'avouer – un peu sensuelle. Cet homme est décidément très envoûtant.

« Hum .. si, la bienséance et la.. coutume, veux que par convenance on ne parle pas si.. »

« si.. ? Facilement ? Tu vois j'ai toujours trouvé ça assez triste les rencontres dans le train. Tellement éphémère. On s'assoit à côté d'un inconnu, sans rien savoir de sa vie, sans rien révéler de la sienne. On donne un moment de notre vie à ce silence et on s'en va. N'est-ce pas un peu regrettable ? »

Baekhyun ne sait plus du tout comment il doit réagir. Répondre ou se taire, il est paralysé. Même son corps semble ne plus vouloir répondre à ses volontés puisque ses pupilles restent fixes, ancrées dans le regard de cet homme, ou peut-être que c'est justement sa volonté ?

« Et en y réfléchissant je ne pense pas que tu sois le genre d'homme qui aime le conventionnel. Donc je vais m'excuser de te parler de façon non-formelle » – il ajoute avec un petit sourire – « tout en continuant de le faire. Mais si tu le permets, je ne m'excuse pas de m'intéresser à toi ».

« S'intéresser à moi ? »

« Oui, ça m'intrigues, enfin tu m'intrigues. Je prend ce train assez souvent et généralement je ne vois que des passagers obnubilés par leur téléphone ou qui tentent de dormir. Je suis assez curieux de savoir ce qui te fais sourire comme ça ».

Cet inconnu avait un sourire de dingue. Baekhyun n'arrivait pas à en détacher les yeux. De toute façon il était perdu. Depuis qu'il avait levé ses pupilles et qu'il les avait posé sur cette inconnus, il avait perdu toute force motrice et n'avait pas réussit à impulser à son système nerveux l'information qui l'obligerait à s'en décrocher. Il voulait prendre une seconde pour reprendre son souffle et essayer de mettre de l'ordre dans ses idées mais l'étranger ne souhaitais apparemment pas lui laisser ce répits.

"Jongin. Mon nom, c'est Jongin". En voyant que l'homme en face de lui ne répondait pas il lui sourit d'un air malicieux et ajoute "j'aime assez bien mettre un nom sur un visage. Généralement je suis assez doué avec les noms et surnoms. Personnellement j'ai une bonne tête de Jongin, mais toi, toi je sais pas trop". L'homme ne répond toujours pas. Alors Jongin se penche un peu sur son siège et d'un ton plus bas il entretien la conversation, même si elle semble tourner au monologue, "je commence à être insistant mais normalement c'est le moment ou toi aussi tu me dis ton nom - il se redresse en souriant - ou alors je peux continuer à t'appeler mentalement Sexy mais je suis presque sûr de le laisser échapper à voix haute à un moment ou un autre et tu risque de t'empourprer".

Baekhyun n'a apparemment pas besoin de cela pour sentir ses joues chauffer. Il écarquille un peu les yeux et sans bien savoir pourquoi il laisse échapper un "Baekhyun" d'un ton brusque.

Son compagnon de voyage sourit en murmurant son prénom une nouvelle fois "Baekhyun. Oui ça te va comme un gant". Et Baek se maudit intérieurement. D'habitude il ne donne jamais son prénom, il ne laisse pas les inconnus rentrer aussi facilement dans son intimité, surtout quand il est sûr de ne jamais les revoir.

" Bon alors dis moi Baekhyun. Tu m'as dis écrire d'une façon très vague, et que ta prose actuelle était professionnelle. Je suis toujours aussi curieux de savoir sur quoi tu travailles".

Baekhyun prend le temps de se redresser dans son fauteuil. Il ferme son ordinateur, il sait très bien qu'il est désormais incapable d'ajouter une ligne de plus à son roman, même pas un mot supplémentaire. Il est bien trop troublé pour ça. Son voisin semble prendre son geste pour un signe de retrait car il se penche une fois de plus sur son siège pour se rapprocher et se racle la gorge.

"Mais oui, où ais-je la tête, je pose bien trop de questions. Je te demande ce que moi même je ne fais pas". Il décoche à Baekhyun un grand sourire plein de dents et continue de parler. "Moi je suis vétérinaire. C'est pour ça que je prend ce train aussi souvent. J'ai des patients, enfin des propriétaires de patients, qui habitent en dehors de Séoul et j'y vais pour des suivis réguliers. Ah et pour la question du tutoiement, hum j'ai vingt-sept ans. Je ne suis pas sûr que tu sois beaucoup plus vieux. Je suis même presque persuadé qu'on a le même âge". Il se redresse et d'un signe de la tête il invite son compagnon à le contredire.

C'est absolument hors de contrôle, Baekhyun est totalement incapable de ne pas se livrer. Ses lèvres s'entrouvrent sur des sons qu'il n'a pas conscience d'avoir voulu émettre.

"Non j'ai vingt-huit ans"

Jongin éclate d'un rire clair.

"Devrais-je donc t'appeler Hyung alors. Je préférais bien plus Sexy".

Baekhyun à un sursaut " Non !". Il regarde autour de lui, autant pour s'assurer que personne n'a entendu le sobriquet de son voisin que pour s'excuser de son éclat. "Ne m'appelle pas comme ça ! Aucun des deux ! "

Jongin se pose contre son dossier avec un sourire satisfait.

"D'accord, d'accord ! Mais vas-tu finir par satisfaire ma curiosité ?"

Baekhyun le regarde d'un air interdit, et quand Jongin lui désigne son ordinateur fermé du menton, il laisse échapper dans un souffle : "Ah.., je suis romancier". Il était déjà surpris d'avoir révéler cette information, mais il ne sais plus à quels démon se vouer quand il s'entend ajouter des précisions. "J'écris des romans érotiques".

Jongin en face ne sais plus non plus s'il doit éclater de rire ou garder cet air ahuri sur le visage. C'est un mélange des deux qu'il présente quand il répond à son tour.

"Des romans érotiques hein ! hum ! Je ne l'aurais pas deviné de moi même je pense. Mais avec ça tu m'intrigues encore plus". Il se rapproche de la tablette centrale et laisse sa main flotter à quelques centimètre de l'ordinateur. "Je sais que je dépasse déjà toutes les limites imposées par la - qu'est-ce c'était déjà - la courtoisie ? la bienséance ? - mais là il faut absolument que je vois ça. Je meurt de curiosité". Son ton est ironique mais amical.

Baek réagit au quart de tour, il agrippe son ordinateur et le colle sur son torse. "Non, non ! c'est.. c'est en brouillon ! je déteste montrer mes histoires quand elles sont en cours".

"Mais il faut t'arracher les informations et tu ne laisses rien transparaître. Tu ne peux pas me dire que tu écris des textes érotiques et ne rien ajouter". Jongin insistes, il sait qu'il ne devrait pas, mais il sent que l'homme en face de lui à déjà baissé sa garde. "Tu me laisses deviner alors ? Tu écris de charmantes histoires un peu historiques où les personnages passent de la haine à l'amour ? non ? trop cliché c'est sûr. Hum.. tu écrits à la française sur des amours psychologiques et poétiques ? Non plus ? Alors peut-être que c'est simplement très bestiale ou la fille..

"Non ! j'écris des histoires gay ! ". Baek n'a aucune idée d'où lui vient cette sincérité. Mais il vient de la laisser sortir. Oui Byun Baekhyun, hétéro, aime - à ses heures perdues - devenir un romancier de textes érotiques gays !

Quand Baekhyun avait commencer à écrire des histoires romantiques, il avait été très avare en détails. Il ne voulait pas assommer ses lecteurs avec de longues descriptions ou les personnages échangeaient de flamboyantes déclarations au milieu de leurs attouchements. Il aimait laisser l'imagination à ses lecteurs et refermait toujours la porte de la chambre à coucher avant qu'un œil externe n'ai pu les observer.
Il avait pensé pendant un moment que c'était sa pudeur qui lui faisait écourter les moments intimes dans sa prose. Cependant avec le temps il s'était rendu compte que sa plume était toujours beaucoup plus fertile quand il écrivait des histoires qu'il avait pleinement imaginé plutôt que celles dont son quotidien pouvait l'inspirer. Il était bien plus à l'aise pour écrire les choses qu'il ne connaissait pas et que donc il ne pouvait pas déprécier. Garder cette part de mystère lui permettait de conserver le fantasme.

Finalement de fil en aiguille sans s'en rendre compte, il s'était laissé embarqué. Il avait commencé par écrire des histoires d'amour platoniques entre hommes, puis certaines plus abouties et il avait fini - presque impulsivement et inconsciemment - par concrétiser charnellement le désir de ses personnages et de ne plus rien laisser à l'imagination. Il fut surprit de constater qu'au lieu de s'en plaindre, la grande majorité de ses lecteurs - dont beaucoup de lectrices - étaient très satisfait de ce changement. Le genre s'était depuis longtemps établi désormais et, si Baekhyun continuait à laisser la romance dominer ses œuvres, il les saupoudrait de moments brûlants sans plus aucun embarras.

Ce fait était peut-être une nouvelle raison qui expliquait pourquoi le jeune homme ne parlait pas de sa seconde profession à ses amis. Qu'il n'en parlait même jamais, à personne. Il était donc d'autant plus étonnant que pour cet étranger dont il ne connaissait rien de plus que le prénom, il se livrait aussi facilement. Comment cet homme faisait-il pour que Baekhyun se sente à ce point figé dans son siège, le cœur en artifice et les cordes vocales déliées? C'en était symptomatique et inquiétant, il ne réfléchissait pas une seule seconde avant d'ouvrir la bouche et répondait mécaniquement à Jongin, en toute sincérité.

Portant de suite sa main à sa bouche, Baekhyun prend la mesure de ce qu'il vient de révéler. Il lui faut une respiration supplémentaire pour oser relever les yeux qu'il n'avait pas eu conscience de baisser, et regarder son voisin. Il n'est pas sûr de ce qu'il va trouver dans les prunelles brunes de Jongin : de la peur ? du dégoût ? de l'incompréhension ? Il s'attend tellement à une expression négative qu'il ne sait comment réagir quand la seule chose qu'il rencontre c'est de l'amusement. De l'amusement et peut-être quelque chose de plus qui fait briller un peu plus ses prunelles et étirer les coins de sa bouche en un sourire malicieux ; mais dont Baekhyun est incapable de donner un nom pour l'instant.

Il repose lentement son ordinateur qu'il serrait toujours contre lui et presse ses paumes l'une contre l'autre. Il ne sait pas quoi ajouter. Doit-il parler en premier ? Se justifier ? Non, il combat mentalement cette idée, il n'a pas à le faire ! Mais que doit-il faire ? Il lance un regard interrogateur à son voisin, il attend une réaction de sa part. Mais Jongin ne fait que sourire. Sourire et laisser ses paupières jouer les timides pendant qu'il se mordille les lèvres.

"Intéressant, mille fois plus intéressant". Il laisse un grand souffle sortir de sa gorge et il éclate de rire.

C'est un rire dont Baekhyun se souviendra pour longtemps, il en est certain. Un rire joyeux, qui atteint ses yeux et transforme son visage en un immense sourire lumineux. Baekhyun sait qu'avec son âme d'artiste il s'est déjà surprit à contempler des individus, à remarquer la beauté qu'il y a en chacun d'entre-eux et en ce moment il est sûr d'une chose : la plus grande beauté de Jongin c'est ce rire, ce sourire de fou qui réchauffe comme un feu et adoucit comme une caresse.

" Tu va me rendre dingue Sexy !"

C'est sûr ! Baekhyun est certain d'être rouge écrevisse en cet instant. Cet homme lui fait un rentre dedans flagrant et lui au lieu de le repousser il lui avoue écrire des histoires érotiques gay ! Mais qu'est-ce qu'il lui prenait, il était hétéro ! Comment mieux envoyer de faux signaux, il se le demandait ? Qu'est-ce qu'il lui prenait de rentrer dans son jeu comme ça ? Baekhyun n'avait jamais été attiré par les mecs ? A la rigueur il avait convenu qu'Adam Lévine des Maroon 5 était sexy ou qu'il pouvait comprendre que le chanteur Lu Han pouvait plaire aux deux sexes mais c'était tout !

Pourquoi ce mec là lui faisait il tel effet ? Il ne pouvait tout de même pas tourner gay juste parce que ce gars lui avait dit qu'il était sexy ? C'était quand même pas la première fois. Il ne se l'expliquait décidément pas et il ne savait pas quoi faire. Il se sentait stupide à rester comme ça, rougissant et gauche, vissé sur son siège.

Il avait complètement perdu de vu la réalité autour : son histoire abandonnée sur son ordinateur, sa musique qui jouait encore toute seule dans son casque et le train qui continuait inexorablement son chemin.

Il a un sursaut en y repensant : le train !

Il relève les yeux et voit que Jongin est en train de lui parler, il ne s'en était pas rendu compte. Il balance son regard plus loin se redressant sur son siège. Il trouve enfin l'écran numérique et voit avec stupeur qu'ils viennent juste de dépasser son arrêt. Lui qui était toujours prudent avec les horaires ! Il avait totalement perdu la notion du temps, tellement obnubilé par ce Jongin.

Se reprenant vivement, il se lève d'un bond, attrape son manteau et commence à ranger ses affaires dans son sac. Il ose un regard à son voisin qui s'est tendu sur son siège et lui lance un regard d'incompréhension.

"Qu'est-ce qu'il se passe ?

- Je dois partir, lui dit précipitamment Baekhyun en enfilant sa veste, j'ai loupé mon arrêt il faut que je sortes".

Le jeune homme commence à se dégager de son siège et lance un dernier coup d'oeil à l'inconnu - mais doit-il encore l'appeler ainsi? Doit-il prendre congé de Jongin ? Quoi faire, quoi lui dire ?

Il n'a pas le temps de réfléchir plus avant, une voix dans le haut parleur annonce le prochain arrêt, il doit absolument sortir ! Il esquisse un pas en arrière, Jongin se relève sur son siège. Il a un regard un peu implorant, il lui demande très rapidement son numéro de téléphone.

Baekhyun hésite. Il ne sait pas quoi faire. Il n'a jamais ressenti un truc comme ça ; mais sa raison semble pencher sur la logique et il se surprend à se morigéner : c'est un mec et il ne le connaît même pas ! Il faut qu'il arrête de déconner.

Soudain le train s'ébranle une dernière fois avant de s'arrêter. Une jeune femme pousse Baekhyun en se frayant un chemin vers la sortie et ré-freinant son envie d'y repenser, il suit sa première initiative. Sans lui lancer un dernier coup d'œil - brutalisant son nerf optique qui semble pour le coup avoir eu un vrai coup de cœur pour Jongin et vouloir retourner à sa contemplation - il se retourne et serre plus fort la lanière de son sac tandis qu'il descend précipitamment du train.

C'est le courant d'air froid qui le surprend le premier. Il laisse le flot des voyageurs pressés le dépasser. C'est comme s'il sortait d'un rêve. D'un rêve ou d'un fantasme. Baekhyun se sent encore tout engourdi. Il a besoin de reprendre quelques respirations, de se secouer la tête ; avant de lui aussi finalement reprendre le chemin de la gare.

Mais que vient-il de faire ? Est-ce vraiment lui qui vient de laisser passer son arrêt parce qu'il était trop obnubilé par un mec ? Mais qu'est-ce qui ne va pas avec lui ! Se sent-il seul à ce point ! Il se maudit intérieurement. La station dans laquelle il vient de descendre est celle la plus proche de sa destination initiale mais elle est aussi trop petite pour avoir un bon réseau de transport. Il regarde nerveusement sa montre. Il va être en retard ! Son client l'attend. Il peste une nouvelle fois et se décide à appeler un taxi. Ces foutues iris noires vont finalement lui coûter un bras.

De son côté Jongin n'est pas moins chamboulé. Il s'était levé au moment où Baekhyun avait échappé à sa vue et c'est un peu sonné qu'il se rassit lentement dans son fauteuil.

Non ! Non, non ! Il ne pouvait pas lui échapper comme ça ?

Jongin l'avait dit lui même, il prenait ce train régulièrement. Il n'appréciait pas particulièrement ce trajet : un peu long, pas trop de monde mais toujours trop pour lui. Ce matin, comme les autres fois, il n'était pas spécialement guilleret de ce retrouver à la gare. Cependant la pensée de retrouver Seungjin et Yooni, suffisait à lui redonner le moral. Ce jeune couple agriculteurs venaient venaient juste de se lancer dans leur affaire et n'avaient pas beaucoup de moyens. Ils avaient eu du mal à trouver un vétérinaire qui acceptait de se déplacer. Les animaux ce n'étaient pas ce qu'il manquait à Séoul mais les professionnels préféraient bien plus sécuriser leur clientèle en animaux domestiques que de ce déplacer pour des poules et des chèvres. Cela avait été un soulagement quand ils avaient rencontré Jongin. Ils étaient toujours aux petits soin pour lui. C'est bel et bien le thé corsé et les petits gâteaux de Seugjin qui avaient donné du courage à Jongin pour monter dans le train ce matin.

Malheureusement ce dernier était comme d'habitude. Il y retrouvait des yeux fixés sur des écrans de téléphone ou clos pour un second sommeil. Laissant son esprit divaguer, ce n'était qu'en surprenant un balancement de tête que son regard le sortit de ces idées sombres.

La vingtaine, châtain, chemise bleu et veste bordeaux posée à côté de lui ; oui ce mec était canon. Mais ce qui l'était encore plus c'était ses doigts qui couraient d'un bout à l'autre de son clavier pendant que sa tête se balançait au rythme d'une chanson apparemment entraînante. Il y avait quelque chose de fascinant chez lui. Au contraire des autres passagers amorphes et apathique, ce jeune homme semblait totalement plongé dans son travail, dans sa bulle bienheureuse. Et Jongin trouva ça sexy.

Une personne passionné, qui aimait ce qu'il faisait et diffusait sa bonne humeur gratuitement. Sans s'en rendre compte il se surprit à se rapprocher du jeune homme pour l'observer. Il commença à se poser pleins de questions : ce qu'il faisait ? Où il allait ? Il y avait quelque chose de très attirant et de fascinant.

Sans plus y réfléchir il prit la place libre juste en face de lui et sourit autant pour lui même que pour l'inconnu quand il réalisa qu'il le fixait sans pouvoir en détacher les yeux. Il se mit à le détailler des pieds à la tête. Ce gars avait un corps à se damner, un corps fin mais qui semblait musclé, de larges épaules et deux yeux en amandes totalement grisante. Il n'avait pas envie de le lâcher du regard, cela faisait bien trop longtemps qu'il n'avait pas ressentit ce noeud dans l'estomac et ce vibrant frisson qui appelait une peau contre la sienne.

Jongin avait très vite su pour son homosexualité. Loin d'en faire son sordide secret il embrassa cette facette de son identité. Il assumait pleinement sa sexualité sans pour autant se faire le porte-parole de la communauté. Il avait toujours pensé que moins on en faisait, plus cela paraissait norconmal. Il avait du essuyer quelques insultes et injustices mais rien qui ne l'ai mis à terre. Au contraire, à devoir plus se battre pour se faire reconnaître, il s'était formé une détermination de fer. Quand il voulait quelque chose il savait faire preuve d'opiniâtreté et de ténacité. Et ce mec, bien trop beau pour son propre bien, allait bientôt le découvrir lui aussi.

Malheureusement tout ne se passa pas comme il l'avait imaginé. L'inconnu était bien plus intéressant qu'il ne l'avait imaginé, et bien plus tentant. Pourquoi est-ce qu'il ne le rencontrait que maintenant ? Sa manie de porter ses doigts à ses lèvres quand il était gêné, sa franchise si innocente et ses sourires mutins : il était parfait. Intoxiqué de sa simple présence, Jongin se dit qu'il fallait absolument qu'il fasse un truc, qu'il marque à tous prix son esprit pour que Baekhyun ne l'oublie pas. Qu'il le chamboule assez pour se donner l'occasion de se revoir. Il avait eu la conversation la plus absurde et la plus passionnante de sa vie. Pourtant, qu'est-ce qu'il s'était passé pour qu'en un quart de seconde Baekhyun parte comme ça, sans un mot et sans un regard ?

Assit sur son fauteuil, Jongin n'arrive pas à se chasser Baekhyun de la tête. Il se repasse la conversation en boucle, en se maudissant de n'avoir pas réussit à lui soutirer son numéro de téléphone. Lui qui d'habitude savait si bien y faire pour charmer ses proies, avait laissé filer le temps comme s'il lui appartenait. Comment le revoir ? Il savait si peu de chose. Il doutait fortement de pouvoir le retrouver grâce à sa profession, on utilisait peu souvent son vrai nom quand on était auteur.

Passant une main de ses cheveux, il souffle un grand coup avant que son oeil tombe sur un morceau de papier blanc. Une carte de visite. S'empressant de la prendre, il la lit rapidement.

Galerie d'art Kim

Les coordonnées sont précises. Il est certain que cette carte n'était pas là avant, Baekhyun a dû la laisser tomber. Ce n'est peut-être qu'un faible indice mais c'est mieux que rien.

Jongin retrouve un sourire coquin. Il ne sait pas encore comment, ni combien de temps cela prendra ; mais Baekhyun sera à lui.

C'est la première fois que je sors du sentier battu du One-Shot et que je me lance dans une histoire d'envergure.
J'espère que ce début vous à plu et donné envie de lire la suite.
Si c'est le cas, ou si vous avez des questions, ou juste envie de partager .. laissez moi un commentaire. Ca me ferais très plaisir :)