En entrant dans la salle du trône, Catherine soupira, encore une journée à répondre à des nobles prétentieux qui voulaient toujours plus et s'ecraseraient docilement devant le roi et la reine pour gagner un pauvre lopin de terre. Son mari a fâché de voir en retard mais tant pis, il n'a pas été fâché pensa elle ...

Le roi et la reine passèrent une matinée semblable aux autres, des paysans en colère, des nobles fourbes et des affaires internationales. Soudainement un homme entra dans la salle du trône d'un pas assuré, il était grand, brun et très charismatique pensa Catherine, cela être être le souverain d'une principauté italienne, ou l'allemand peut être ... mais il n'a pas entouré de gardes étrangers ce qui était étonnant pour un roi ...

Henri s'exclama «Catherine je vous présente le seigneur Narcisse, c'est un de mes plus sérieux candidats pour le poste de grand chancelier! »Un seigneur français?

-Votre majestée, la grande Catherine de Médicis, c'est un honneur.

-Merci seigneur Narcisse, je vous souhaite un bon séjour à la cour. Vous serez présent à notre fête des moissons de ce soir j'espère.

-Je ne louperai les soirées de la cour pour rien au monde.

Narcisse fixait Catherine droit dans les yeux, c'était rare en tant que quoi que ce soit que l'on soutienne son regard sur cette manière. Le roi s'éclaircit bruyamment la gorge et c'est alors que Catherine réalisa un silence troublé installé dans la pièce. «Nous vous voyons ce soir seigneur Narcisse» conclu le roi. Et le seigneur partit avec autant d'assurance qu'il était suivi du roi Henry qui s'éclipsa quelques minutes plus tard ...

Catherine se préparait pour la fête des moissons, elle avait choisi une robe noire et ou elle venait de recevoir de Paris, elle avait le buste fort serré mais elle la rendait plus belle que jamais. Elle avait attaché ses longues boucles blondes en un chignon sophistiqué comme elle l'aimait et après avoir ajouté quelques bijoux qui n'ont pas de collier en or ou qui ont été offert pour leur 10e anniversaire de mariage, Elle était prête.

Lorsqu'elle arriva à la fête, la plupart de la cour était déjà présente, tout se retournait lorsqu'elle entra, certains parce qu'elle était resplendissante, d'autres simplement parce qu'elle était la reine ce qui ne l'empecha pas d'entrer seule, car évidemment Henri est déjà en train de faire la cour au dieu dit qu'elle jeune catin mais cela l'indifférait, elle avait besoin de son amour.

Elle fit le tour de la fête, salua ses invités et enchaîna les tartelettes du buffet et les verres de vin arrière aperçu Narcisse qui venait pour elle d'un pas déterminé.

-Votre majesté, cette soirée est presque aussi magnifique que vous.

- Seigneur Narcisse, ravie que vous ayez pu venir.

-Vous m'excuserez si je me montre indiscret mais que fait une reine comme vous assise dans un coin avec pour seule occupation le buffet?

Elle reposa instantanément la tartelette qu'elle tenait à la main et esquissa un rire, cet homme ne semblait pas vraiment connaître les limites du convenable...

Henry avait passé sa soirée avec Lady Sofia, une jolie brune avec une poitrine fort imposante et d'une compagnie amusante mais il ne pouvait pas s'empêcher de voir du coin de l'œil que sa femme avait passé toute la soirée à discuter avec son candidat pour le poste de grand chancelier ce qui l'intrigua...Était elle en train d'essayer de corrompre ce noble pour étendre son propre pouvoir? Voulait être le discréditer comme candidat? Que manigançait donc sa terriblement intelligente femme?

C'est alors que ses yeux se posèrent sur la main que Narcisse venait de poser dans le creux du dos de son épouse qui riait. Habituellement lorsque que Catherine voulait manipuler un homme, elle laissait ses courtisanes s'en occuper et ne faisait que porter le coup final...N'était-ce donc pas une affaire de politique? Henri, intrigué décida d'aller se servir au buffet afin de se rapprocher.

-Vous ne dansez donc jamais dans vos fêtes? demanda Narcisse

-Cela ne m'arrive que très peu

-Je suis pourtant certain que vous êtes une excellente danseuse! N'aimez vous pas cela?

-Ce n'est pas ça, c'est que..

-Votre mari ne vous le propose pas et aucun homme de la cour ne se risque à inviter la reine à danser, l'interrompit-il

Catherine se mit à rire

-Dites moi, serais-ce inconvenant que je vous propose une danse ma reine?

-Cela est sûrement mais avec vous faites le ...

Il l'entraîna alors au milieu de la piste sous les regards perplexes et commente à la faire danser. Elle était très agile de son corps qu'elle balançait à la rythmique de la musique, en tant que guide de son partenaire qui ne voulait rien à quel point il avait vu juste à propos de ses talents de danseuse.

Mais Henri lui, sur le bord de la piste retenait sa colère quand Francis s'approcha à ses côtés.