Je me possède aucun des personnages de la série.

Petit recueil de drabbles prenant place dans l'univers de la série Leverage. Pour ceux qui ne connaissent pas le principe, on vous donne un mot et vous avez 7 minutes pour écrire un texte.

Alors les mots de cette liste sont le résultat des soirées drabbles du groupe papotage, lecture, écriture et bonne humeur !

Vous trouverez un peu de tout sans ordre chronologique.

N'hésitez pas à me proposer des mots si vous en avez envie.

En espérant que cela vous plaise

Bonne lecture

PS : Si vous cherchez à mettre de l'ordre dans mes fics, faites un tour sur mon profil, la liste est à jour et vous avez un ordre pour les lires biens que la plupart soit des OS.


QUELQUES MOTS SUR LEVERAGE

Organisation (125 mots)

Nathan le savait, tout était une question d'organisation ! Il montait les plans, Sophie se chargeait de manipuler leur cible, Hardison contournait les systèmes d'alarmes, Parker récupérer ce dont il avait besoin et Eliot… Eliot ratissait large pour leur éviter les problèmes, il évitait les mauvaises surprises, neutralisait les gros bras et faisait en sorte que tout le monde aille bien… Oui, tout fonctionnait parfaitement bien parce que tout était organisé, sauf que par moment, il pouvait avoir des grains de sables. Sterling était ce grain de sable, il avait crée un nœud dans lequel ils venaient de se faire prendre et il ne parvenait plus à contacter personne. Cela rendait cette mission bien plus effrayante qu'il ne l'avait imaginé, il devait les retrouver !

...

Petit salé aux lentilles (186 mots)

L'odeur des saucisses qu'il avait doucement grillées émanait de la cuisine et attira Hardison, curieux de savoir ce qu'Eliot était en train de cuisiner, mais il fut prudent et demanda avant de rentrer.

- Permission d'envahir la cuisine chef ?

Eliot lui répondit par un soupire.

- Si tu veux !

Le geek ne se le fit pas dire deux fois et entra dans la pièce. Il observa son ami en train de découper une gousse d'oignon, observa les morceaux de porcs salé dans un faitout et en profita pour soulever le couvercle d'une marmite dans lequel mijotaient des lentilles.

- Par contre, je ne t'ai pas autorisé à fouiner.

- Mais je veux juste savoir ce que tu prépares !

- Un petit salé aux lentilles !

- Un quoi ?

- C'est une recette que m'a enseigné Toby quand…

Eliot ne finit pas sa phrase, mais n'en eu pas besoin. Hardison savait très bien ce que le vieux chef représentait pour son ami, il fit semblant de ne pas voir son émotion et lui demanda.

- Et c'est bon ?

- Eh bien tu me le diras toi-même. Tiens, passe-moi la passoire derrière-toi.

...

Prompt : « Je suis malade comme un chien » (203 mots)

Eliot regarda sa montre et fit la moue. Hardison n'était jamais très rapide, mais là, ça dépassait tout… Leur cible n'allait pas les attendre et même s'ils avaient été de surveillance toute la nuit dans cette ruelle, il avait besoin de lui, il dormirait après la mission. Il se redressa donc et alla taper à la porte de la chambre. Sans réponse, il décida d'entrer en bougonnant.

- Allez marmotte debout !

Il fut accueilli par des grognements et vit son ami s'enterrer sous son oreiller pour ne pas voir la lumière.

- Mais enfin, Hardison, qu'est-ce que tu fais ? Debout !

- Non !

- Comment ça non ?

Le geek se redressa un peu et laissa apparaître une tête fatiguée.

- Tu ne vois pas que je suis malade comme un chien !

- Malade ?

- Oui ! Tu m'as fait rester dans une ruelle par – 5° pendant six heures ! Pas étonnant !

L'ancien mercenaire secoua la tête.

- Petite nature…

Il fit mine de sortir et Hardison le retint.

- Qu'est-ce que tu fais ?

- Qu'est-ce que tu crois, je descends à la pharmacie, ils doivent bien vendre quelques drogues pour te remettre sur pieds !

...

Ami (232 mots)

Eliot avait claqué la porte de chez lui quand il avait eu dix huit ans. Il y avait trop de choses qu'il ne pouvait plus supporter chez son père, il avait besoin d'air. L'armée avait été sa porte de sortie, mais rien ne s'était passé comme prévu. Il y avait eu les misions secrètes, l'abandon en Birmanie et les boites de milice privée pour tenter de survivre… Pendant toutes ces années, il avait été seul, totalement seul… Jusqu'à ce qu'il rencontre Nate et les membres de l'équipe… Eliot avait découvert ce qu'était de faire parti d'un groupe, de compter pour des gens, d'avoir des amis, des amis qui étaient devenus les personnes les plus importantes de sa vie, sa famille… des gens qu'il aimait et pour qui il était prêt à se sacrifier, quitte à renouer avec ses vieux démons… Traumatisé par une partie de son passé, Eliot avait juré de ne plus toucher une arme de sa vie, mais là, il devait sauver Nathan et tous les autres alors, il agrippa le pistolet, l'arma d'une main qui trembla un peu, expira et adressa un regard sombre à Nathan qui tenta de l'arrêter en posant une main sur son bras.

- Eliot, tu n'es pas obligé de faire ça.

- Sors là d'ici, répliqua l'ancien mercenaire, puis il jaillit de sa cachette et ouvrit le feu, personne ne toucherait à son équipe.

..

IMAGE 46 (181 mots)

Quand il était gosse, Eliot aimait les fêtes foraines, comme tous les gamins, il voulait y passer des après-midi entiers avec ses amis. Aujourd'hui il les aimait un peu moins. Il y avait trop de monde, trop de zone à couvrir, trop de choses qui pouvaient mal tourner. Même vide le parc était dangereux. Pourtant Molly était là, quelque part et il devait la retrouver.

Il l'appréciait cette petite, c'était une ado un peu perdue, mais intelligente et douce. Elle n'aurait pas dû se faire enlever. Il devait le retrouver et la ramener chez son père. Hors de question qu'elle meurt pour des histoires qui ne la concernaient même pas. Il allait la retrouver et la ramener même s'il devait fouiller toutes les attractions et éliminer la douzaine de mercenaires qui s'y cachaient en attendant leur venue. Ça ne lui faisait pas peur. Il ramènerait Molly… et il contourna la grande roue pour se diriger vers le palais des glaces, faisant de son mieux pour ignorer son mal de crâne et le sang qui baignait la partie gauche de son visage.