Et je termine cette fic avec un épilogue qui arrive enfin à me satisfaire. Dans mes premières versions, il était question d'adoption (j'avais même imaginé qu'Alexi pourrait avoir un enfant et qu'il serait l'héritier d'Emily, mais ça ne me plaisait pas tant que ça).
Bonne fin de lecture, en espérant que l'attente en valait la peine~

Un immense merci à tous les lecteurs qui, même avec deux ans d'attente, continuaient de m'encourager.


Ce n'était un secret pour personne, mais c'était une vérité qui ne devait pas même être murmurée : l'Impératrice était stérile.

Son ventre, musclé et plat, n'aurait jamais l'occasion de s'arrondir, gonflant de vie, pour offrir à son empire un héritier. Pas de petit garçon au cheveux noir corbeau, pas de petite fille au teint caramel. La lignée des Kaldwin allait se terminer avec Emily.

La question d'héritier avait été déjà épineuse quand la relation entre l'Impératrice et le Grand Inventeur avait été confirmée : l'origine sociale plutôt obscure de Kirin Jindosh aurait pu être pardonnée par les nobles, mais ce qui les avait dérangés davantage, c'était cette obstination que les amants avaient à vivre chacun de leur côté. Emily Kaldwin restait à Dunwall, dirigeant son empire avec une fermeté qui rappelait son père plutôt que sa mère, tandis que Jindosh vivait toujours dans son manoir incongru, continuant ses recherches.

Il avait repris contact avec l'Académie et pendant un an, il avait mené des cours à distance, mais son narcissisme était tel qu'il n'avait pas été capable une seule fois de montrer un peu d'indulgence. Et pour le grand soulagement des autres philosophes, il abandonna ce projet d'enseignant — il justifiait cet échec en blâmant la stupidité des étudiants plutôt que son absence totale de pédagogie. Mais Jindosh n'avait pas totalement tourné le dos à l'Académie : sa relation avec l'Impératrice lui permettait d'être régulièrement sollicité. Ses collègues lointains espéraient que leurs hypothèses parviendraient aux oreilles de l'Impératrice qui était, personne ne l'ignorait, intriguée par les sciences.

Ni Emily, ni Jindosh ne ressentait le besoin de se marier, car ce projet de donner davantage de visibilité aux travaux scientifiques était leur pacte, ce qui les unissait.

Et aujourd'hui, creusant cette vision, Emily avait réglé la question d'héritier.

Au manoir mécanique, installée sur ce balcon qu'elle n'avait jamais cessé d'aimer depuis sa première visite, elle écoutait les cliquetis du robot qui arrivait, présentant un plateau où deux tasses de café fumaient. Après toutes ces années, Jindosh était parvenu à concevoir des automates plus petits que les soldats mécaniques : les engrenages étaient dix fois plus délicats et le bois de leur carapace était plus fin, mais ceux-là n'étaient pas conçus pour le combat de toute façon.

Emily s'amusa à remercier le robot — elle avait nommé celui-ci Sigfrid — et déposa les tasses sur la table et patienta en admirant le paysage. Jindosh s'éternisait au laboratoire, comme d'habitude, mais aucun risque que le café refroidisse trop vite avec la chaleur dehors, même en cette fin de journée.

L'impératrice extirpa une cigarette de son étui argenté et songea à ses parents : à chaque trimestre, elle passait deux semaines à Karnaca. Les premiers jours étaient réservés aux retrouvailles avec ses parents qui filaient des jours heureux — magnifiques n'aurait pas été une hyperbole — dans une demeure tranquille, aux abords d'un village à quelques kilomètres de la ville.

Les nobles de Dunwall, bien sûr, avaient acheté des maisons de vacances un peu partout autour du village, mais la dépense avait été excessive quand ils s'étaient rendus compte que Jessamine et Corvo n'avaient aucune intention de tenir des bals ou des réceptions. Impossible de les voir durant leur retraite.

Le couple, beau et amoureux comme aux premiers jours, apparaissait bien quelques fois dans l'année à la Tour de Dunwall, mais ils passaient tout leur temps avec leur fille.

L'ancienne impératrice assumait son visage blessé avec plus de naturel, supportant ses cicatrices comme les rides qui étaient apparues depuis. Quant à Corvo, quelques mèches de cheveux s'obstinaient encore à rester sombres, mais au lieu du noir dont sa fille avait hérité, elles tiraient plutôt sur un gris de cendre foncé.

Malgré les longues intervalles qui séparaient leurs retrouvailles, Emily ne voyait jamais d'emprise sévère du temps : leur retraite durerait encore de longues années.

Une ombre glissa sur le balcon, sortant Emily de ses espérances.

Jindosh posa un pot de fleurs sur la table, ignorant les tasses de café. Dans la terre noire était planté un cactus aux bras multiples. Sa peau lisse et vert se hérissait d'épines blanches, mais au sommet de chaque colonne, les pics laissaient place à des bourgeons encore solidement fermés.

« Oh, comme c'est original, Kirin. » Remarqua Emily en retenant de justesse un rire. « Les hommes offrent des fleurs pour exprimer leurs sentiments d'habitude, ou décrire la dame. Je suppose que je suis donc piquante ?

— Fascinante. » Corrigea l'Inventeur. Des cheveux blancs avaient commencé à apparaître à ses tempes. Du bout de son index en porcelaine, Jindosh pouvait toucher les épines sans se blesser. « Mais cela n'a aucun rapport avec toi, c'est un…

— Un cactus.

— Un echinopsis pachanoi. Les plantes évoluent en suivant des structures précises, Emily, pour s'adapter à leur environnement, pour survivre, et j'ai observé que pour celle-ci, c'est… »

Cela faisait deux ans que Jindosh travaillait sur ce qu'il avait nommé la morphogenèse, une particularité qui, il en était certain, rendrait service à la technologie. Un rapport qui était incompréhensible pour Emily. Abdiquant à cette passion, l'Impératrice le laissa parler sans cacher son rictus.

Durant les réceptions et balls, il était courant d'entendre les femmes de haut rang se plaindre d'avoir épousé un homme plus bête qu'un âne, mais pour son cas, Emily se plaignait plutôt de l'inverse.

« Kirin. » Les tasses de café étaient à présent vides et Emily écarta le pot du cactus d'un geste de la main. « J'ai besoin de ton appui pour une proposition que je vais faire à l'Académie.

— Je refuse de tenir la vingtième cérémonie pour la mémoire de Sokolov. » Répliqua Jindosh en prenant un air hautain, mais Emily lui tapota la main pour le rassurer.

« Non, rien de tel. J'ai parlé de mon idée à mes parents, ils ont été surpris et je pense que l'empire entier hurlera au scandale, mais j'y tiens. » Elle avait son attention, supplantant enfin le cactus et sa morphogenèse. « Nous le savons depuis longtemps, nous ne pouvons pas avoir d'enfant. Tu as toujours trouvé injuste cette succession par le sang, et l'occasion se présente pour changer cette tradition.

— Tu connais mon avis, oui. Le sang ne fait pas l'intelligence d'un empereur.

— Je sais. Si je meurs demain, ce sera un cousin lointain ou une cousine de je-ne-sais où qui viendra prétendre au trône, or, je ne peux pas léguer ce que j'ai accompli à une personne dont j'ignore tout et qui pourrait tout détruire. J'ai songé à un moyen pour empêcher ça. » Elle lui prit la main, sachant déjà qu'il serait ravi d'entendre ce qu'elle s'apprêtait à lui proposer : « Quand j'étais encore une sirène, nous avions eu une conversation à propos des successions. Il est peut-être temps que… le royaume entre dans une ère savante.

— Tu veux dire… ?

— Un héritier ou une héritière qui ne sera pas du sang Kaldwin, mais plusieurs venant de l'Académie. En transformant une partie de l'école en milieu politique, ils sauront reprendre les affaires de l'empire et améliorer la vie de ses citoyens. Sokolov a trouvé une solution à la peste qui aurait décimé la moitié de la population, Hypatia a conçu des remèdes pour les mineurs à Karnaca et toi, tu as fait avancé la chirurgie et la technologie. »

Jessamine avait toujours élevé Emily dans le respect des connaissances, et son histoire avec Jindosh confirmait l'importance des savants dans un empire aussi vaste.

« Ce ne sera pas une seule personne, bien sûr, et ce groupe sera épaulé par un conseil, tout comme je le suis moi-même, mais je pense qu'il est temps d'accorder plus d'importance au savoir et de lui attribuer plus de pouvoir. »

Les yeux du savant brillèrent.

« Tu as conscience que, si les nobles seront estomaqués par cette décision, certains philosophes seront contre également. Ils sont toujours un peu arriérés, surtout depuis le décès de Sokolov.

— Je m'y attends, oui. »

La bouche d'Emily était devenue soudain rigide. Cette expression dure rappelait vraiment les fleurs du cactus, car belle et dangereuse à la fois.

La dernière fois que Jindosh avait aperçu ce visage remontait au début du règne d'Emily : exceptionnellement, il avait quitté Karnaca pour passer plusieurs jours à Dunwall, honorant le couronnement de sa présence. Après la longue journée, la première décision de la nouvelle impératrice avait été cruciale : elle avait brûlé le tableau qui piégeait Delilah et Breanna, détruisant à tout jamais ses ennemies.

Dans le salon, seul avec l'Impératrice, l'Inventeur avait été le complice de ce secret, car sans aucun jugement moral. Cette exécution avait confirmé qu'Emily Kaldwin, tout comme lui, avait choisi de vivre selon ses principes. La moralité était une notion parfois superflue et une dirigeante devait connaître le sens du sacrifice.

Et Emily avait choisi de sacrifier sa propre descendance, n'ayant pas recours à un enfant adopté dans le secret.

La médecine, la science et les arts seraient les vraies aides du peuple, pas le luxe ou le faste, mais l'Impératrice saurait gérer les protestations.

« En treize ans de règne, j'ai réussi à faire mes preuves. Si j'amène ce projet progressivement, même sur plusieurs années, il aura plus de chance d'être accepté. » D'être imposé, était son sous-entendu.

Heureux de cet avenir, heureux de ne pas s'être trompé, Jindosh tendu sa main mutilée à cette femme qu'il aimait plus que tout.