A/N : Bonjour, bonjour, amis lecteurs !

Me revoilà ! Alors, comme vous allez pouvoir le remarquer, je vais essayer de faire progresser la version anglophone de cette histoire et la version française en même temps. Ce qui est énormément de travail, alors même si j'ai pris de l'avance, comptez pas trop sur moi pour une mise à jour toutes les semaines. Je vais faire ce que je peux, mais je suis à peu près sûre que je vais pas y arriver. (C'est-à-dire que j'ai passé plus d'une après-midi à faire de la correction sur les deux versions…)

Mais, si cela peut vous consoler, la version anglophone n'ira pas plus vite, pour la simple et bonne raison que j'estime avoir besoin du français pour améliorer ma daubasse. Ouais, alors, pour être honnête, je suis pas du tout convaincue par les chapitres qui suivent, donc va sûrement falloir que je fasse du ménage, que je réarrange. Ce qui m'ennuie énormément. Mais j'essaie de faire quelque chose qui peut vous plaire, et j'avoue que ça ne me satisfait pas moi-même donc bon…

Dans tous les cas, je vous souhaite une très bonne lecture ! On reprend directement à la fin du chapitre précédent.


Pendant un certain temps, les deux femmes laissèrent la petite fille continuer ses dessins. Elle était sur une table, avec ses feuilles, ses crayons et sa peluche violette en forme d'ours, concentrée sur son œuvre d'art. C'étaient, apparemment, des… feux d'artifice ? Bref, c'était très coloré.

Puis, les trois d'entre elles mangèrent. La petite fille était toujours très silencieuse, mais Korra et Asami décidèrent de la laisser parler quand elle voulait, et, si elle ne le souhaitait pas, ce n'était bien entendu pas un problème.

Donc, elles vivaient dans un calme silence ; exception faite de quand les deux femmes parlaient. Cependant, elles avaient peur que la petite fille ne se renferme sur elle-même si elles parlaient trop. Elles ne voulaient pas qu'elle se sente rejetée : elle devait se sentir à l'aise.

Le problème c'était qu'elle se renfermait par elle-même. Donc, elles pensèrent qu'elles la laisseraient tranquille pour un temps. Pendant ce temps, elles parlèrent de choses sérieuses :

« Donc… hum, Korra commença, est-ce que tu as pensé au comment est-ce qu'on va s'occuper d'elle ? Ce n'est peut-être que quelques jours, mais on va être occupées…

- Non, je n'y ai pas pensé, avoua Asami avec aplomb.

- Tu n'y as pas pensé ? Voyez-vous ça, le légendaire monstre de la planification et de l'organisation, Asami Sato, n'a rien prévu !

- Ce n'est pas drôle, Korra ! Je n'ai pas pensé… Elle était juste comme un petit chaton abandonné ; je ne pouvais possiblement pas la laisser à son sort. Je sais que ça nous met dans une situation compliquée, mais… »

Korra mit ses mains sur les épaules d'Asami pour l'interrompre. Les yeux verts s'ancrèrent alors dans les yeux bleus, solides et déterminés.

« D'accord, arrête, ordonna fermement l'Avatar. Ça va aller. J'aurais certainement fait la même chose à ta place… Bon, c'est comme ça que j'ai eu Naga, sauf qu'elle n'était pas censée rester que pour quelques jours, mais plus pour toujours. Ça ne me dérange pas que la fille vive avec nous, je ne sais juste pas comment on va faire.

- Elle n'a pas besoin qu'on soit tout le temps derrière elle, je pourrais la prendre au bureau demain. Et peut-être que je peux faire en sorte de m'arrêter quelques jours pour m'occuper d'elle…

- Hé ! Tu fais pas ça pour moi ! dit Korra en faisant semblant de bouder pour rire.

- Il faut dire qu'à chaque fois que j'essaie, tu pars loin de moi.

- C'est vrai. Mais tu ne peux pas la plupart du temps.

- C'est vrai aussi.

- Je suis fatiguée, dit une petite voix provenant de plus bas. »

Les deux femmes sursautèrent de surprise. Une fois qu'elles remarquèrent que ce n'était qu'Isolina, elles se calmèrent, pensant qu'elles auraient à s'y habituer.

Asami regarda l'heure : il était 21 heures 13. Un peu tard pour un jeune enfant. Réalisant cela, le PDG pensa qu'elle aurait à faire plus attention aux besoins de l'enfant. Elle ne pouvait définitivement pas vivre comme deux femmes adultes. Asami devrait probablement changer ses habitudes…

« D'accord… Tu veux prendre une douche avant d'aller te coucher ? proposa-t-elle. Je ne sais pas combien temps tu as été dans la rue…

- Juste un jour, répondit Isolina comme si c'était la chose la plus naturelle au monde.

- D'accord… Je vais te montrer où c'est, mais… est-ce que tu as besoin de moi pour te laver ?

- Asami, elle a cinq ans. Je ne pense pas qu'elle ait besoin de ton aide, interrompit Korra, exaspérée.

- Toi, tu as eu besoin de moi, et tu avais vingt-et-un an, répondit malicieusement Asami, avec un sourire en coin.

- Hé ! protesta l'Avatar, sur le point de souligner à quel point il était injuste d'utiliser un tel argument contre elle quand elle ne pouvait décemment rien répondre devant la petite. »

Mais avant qu'elle ne puisse dire quoi que ce soit, Isolina gloussa mettant ses deux mains sur son visage poupon et rieur.

« Oh, je vois, vous vous montez donc contre moi, constata l'Avatar en croisant ses bras et en boudant.

- Qu'en penses-tu, Isolina ? Pouvons-nous vaincre le tout-puissant Avatar, maitre de tous les éléments ? »

La fille gloussa de nouveau en réponse au sourire d'Asami.

« Je ne suis pas seulement le maitre de tous les éléments…

- Tiens donc ? répondit Asami, curieuse de la réponse. »

Elle jeta un coup d'œil à Korra, qui avait un léger sourire carnassier, les yeux d'un prédateur et l'humeur espiègle.

« Je suis aussi le maitre des chatouilles ! » s'exclama-t-elle avant de se jeter sur elle.

Elle commença à chatouiller les côtes de sa femme, qui se débattit un peu dans les bras forts qui s'accrochaient à sa taille, bien qu'une crise de rire lui échappât. Elle cria alors, riant :

« Ah ! Cours, Isolina ! Cours ! Elle va venir pour toi ! »

La jeune enfant éclata de rire, commençant à s'échapper maladroitement sur ses petits pieds, par de petits pas hasardeux.

« Oh non. Tu ne vas pas t'en sortir si facilement », déclara le vilain Avatar.

Elle tortura Asami avec un peu plus d'ardeur, saisissant la fille pendant que la jeune femme essayait de reprendre son souffle. Elle chatouilla Isolina un peu plus doucement qu'Asami, ne voulant pas briser la fille, qui était comme une sorte de petit objet fragile pour elle.

Les rires de la jeune fille redoublèrent, un rire jeune et innocent que seul un enfant pouvait avoir. Mais Asami, souriant toujours bêtement, essaya de libérer son alliée en attaquant leur ennemi commun. L'Avatar lutta, la fille toujours dans sa main.

« Oh non ! Je suis attaquée ! Imbéciles ! »

Elle rit à gorge déployée alors qu'Asami enfonça ses doigts dans ses côtes et dans son cou, au point qu'elle ait besoin de poser un genou au sol pour ne pas finir complètement affalée par terre.

« Arrête ça, Asami ! Je me rends, je me rends ! supplia l'Avatar, des larmes de rire dans ses yeux.

- Tu vois ça, Isolina ? On a gagné ! déclara le PDG en arrêtant sa douce torture, laissant Korra reprendre son souffle et libérer Isolina.

- Ouais ! s'exclama la fille, riant et souriant plus que jamais. »

Le PDG sourit également, puis se souvint de l'heure.

« Bon, maintenant, sur cette brillante victoire, allons se préparer pour aller nous coucher. »

Asami sortit de la cuisine, où elles étaient jusqu'à présent, et demanda à Isolina de la suivre. Elle la guida jusqu'à la salle de bain avant de parler :

« Donc… c'est ici… euh… Crie si tu as besoin de moi ? N'écoute pas Korra. Elle a été séparée de ses parents très jeune, donc elle suppose que tous les enfants sont capables de se débrouiller. Enfin, pour ce genre de choses, pas pour l'argent ou la nourriture… Elle arrive à peine à s'en occuper de nos jours. »

Asami fit un clin d'œil, essayant d'être drôle en taquinant sa femme.

« Je t'entends, Asami ! cria Korra d'une autre pièce.

- Je sais ! répondit Asami, criant elle aussi, avant qu'un sourire ne se dessine sur ses lèvres. Bon, je suis là si tu as besoin de moi, continua-t-elle pour Isolina.

- Je devrais m'en sortir… répondit Isolina, gigotant, un peu incertaine et nerveuse. Mais… qu'est-ce que je vais porter après ? J'ai pas d'autres habits…

- Par les Esprits ! J'avais pas pensé à ça ! grimaça Asami. »

Plus le temps passait, plus elle réalisait qu'elle n'était pas du tout prête à s'occuper d'une petite fille.

« Mais, moi, j'y ai pensé, dit Korra apparaissant derrière l'autre femme.

- Ah bon ? demanda Asami, surprise, se tournant pour faire face à l'Avatar.

- Ne semble pas aussi surprise ! J'ai un cerveau aussi, Madame le PDG. D'ailleurs, n'est-ce pas mon travail de penser à tout ce à quoi tu ne penses pas ? »

Asami embrassa Korra brièvement avant de répondre.

« Effectivement. Donc, qu'as-tu trouvé comme solution ?

- J'ai appelé Bolin et Opal. Ils ont plein d'habits de leur fille, qui est un peu plus âgée qu'Isolina et trop grande pour les porter dorénavant. Je suis désolée, Isolina, mais tous les magasins sont fermés maintenant, et j'ai pas mieux.

- Ça ne me dérange pas.

- Bien. Alors, je ferais mieux d'y aller. Je reviens tout de suite ! »

Korra partit, prit son bâton volant et vola, une fois au dehors du manoir, jusque chez Opal et Bolin.

« Tu sais quoi ? dit Asami. On te trouvera des vêtements demain. Je dois juste… »

Trouver du temps. Elle devrait trouver du temps pour le faire.

Cependant, elle ne finit pas sa phrase, ne voulant pas que la petite s'inquiète, ou qu'elle ait l'impression qu'elle était un problème. À la place, elle en commença une nouvelle :

« J'y arriverai. Donc, je vais te laisser à ce que tu as à faire. Prends ton temps. Et souviens-toi, je suis là si tu as besoin de moi.

- Merci, Asami. »

La femme sourit. Une fois qu'Isolina eut disparu dans la salle d'eau, le PDG commençait déjà à organiser sa journée suivante afin qu'elle puisse gagner du temps.

Elle s'installa dans la salle à manger et prit son agenda. Peut-être qu'elle pourrait annuler quelques trucs… Mais ce n'était en fait pas les réunions qui lui prenaient tout son temps, mais les responsabilités, dont beaucoup de paperasse.

Korra revint quelques minutes plus tard, avec un sac plein d'habits.

« Elle est toujours en train de se doucher ? demanda Korra.

- Ouais, répondit Asami, perdue dans ses pensées.

- Tu as pensé à lui donner une serviette ? »

Asami grogna, frustrée.

« Non, j'ai oublié, admit-elle. Je suis pas très douée pour ces choses-là, hein ?

- Non, tu es fatiguée et pas préparée, reprit Korra. C'est différent. »

Elle lâcha le sac, qu'elle posa au pied de la chaise d'Asami, avant de lui prodiguer un léger, mais apaisant, massage des épaules pour qu'elle se détende. Le PDG laissa son corps se relâcher légèrement, exhalant un léger souffle de satisfaction et fermant délicatement ses yeux verts.

Peu de temps après, cependant, Korra s'arrêta et l'embrassa sur la tempe, entendant l'eau s'arrêter de couler.

« Je m'en occupe, dit-elle, reprenant le sac d'habits. Tu devrais préparer sa chambre par contre.

- Oui, c'est ce que je vais faire. »

Alors que Korra amenait de « nouveaux » habits à Isolina, Asami prépara la chambre d'invité — qui ne se trouvait pas loin de la leur — pour la petite.

Elle arriva bientôt, amenée par Korra, dans un pyjama blanc et violet, s'accordant avec sa peluche qu'elle ne quittait jamais, mais un peu trop grand. Asami s'accroupit pour parler à Isolina.

« Donc, voici ta chambre. Ça te va ? »

La fille regarda autour avec ses yeux bleu clair, et hocha la tête.

« Bien. Je serai juste dans la chambre d'à côté si tu as besoin de quoi que ce soit, dit Asami. Viens quand tu veux. Je serai contente de t'aider. »

La fille hocha de nouveau la tête. Il semblait qu'elle avait décidé de ne plus parler.

Les deux femmes mirent Isolina au lit, s'assurant qu'elle soit à l'aise, avant de sortir de la chambre et de laisser la fille s'endormir paisiblement.

Puis, elles allèrent elles aussi au lit.

La plupart du temps, elles n'allaient pas se coucher aussi tôt, mais Asami avait peur qu'Isolina ne se perde dans le manoir en les cherchant et préférait rester là où elle pouvait les trouver sans difficulté. Elles parlèrent un peu, déjà en-dessous des couvertures.

Finalement, Asami lâcha, sans raison particulière :

« Je suis désolée.

- De quoi ? demanda Korra, incrédule.

- Isolina. J'ai tout fait par impulsion et je n'ai pas pensé toi. En plus, je suis pas préparée pour pouvoir m'occuper d'elle. Pas du tout préparée.

- Asami, arrête d'avoir de telles pensées. Tu as fait ce que tu pensais être juste et je pense que c'était la bonne chose à faire. Tant que la fille est à l'aise avec nous, c'est bon, non ?

- Je ne sais pas…

- Elle te fait confiance, Asami.

- Oui, et je trouverai sa famille. On a pas le choix.

- Je suis sûre que tu réussiras. »

Korra et Asami s'embrassèrent légèrement, en un tendre baiser où les mains à la peau foncée caressèrent les cheveux de jais, et où celles à la peau pale se glissèrent sur les joues brunes. Mais, les interrompant, une petite voix dit :

« J'arrive pas dormir. »

Isolina était à la porte, qu'elles avaient volontairement laissée ouverte, les regardant et tenant son doudou violet, qui trainait par terre, dans une main. Est-ce qu'elle allait leur tomber dessus à chaque fois qu'elles s'embrassaient ?

Asami regarda l'heure. Il était plus de 23 heures. Elle était très certainement trop effrayée pour dormir seule.

« Alors, viens », dit le PDG.

La fille s'approcha et grimpa dans le lit. Elle alla vers Asami, qui la fit se glisser sous les couvertures avec elles.

« Vous dormez dans le même lit aussi ? » demanda la fille avec curiosité.

Son innocence et sa naïveté firent sourire Asami.

« Eh bien, n'est-ce pas ce que les couples font ? répondit-elle.

- Je suppose… »

Le jeune PDG caressa les cheveux noirs de la fille, en un mouvement apaisant pour qu'elle s'endorme. Mais la fille frémit quand elle la toucha.

« Tu veux que j'arrête ? » demanda Asami, inquiète de la mettre mal à l'aise.

La fille secoua la tête et se rapprocha du corps d'Asami, se pressant contre elle. Asami s'arrêta de bouger un court instant, se raidissant légèrement, puis regarda Korra. Elle était un peu surprise : elle ne s'attendait pas à ce que la fille soit si affectueuse.

Finalement, elle reprit son mouvement, et Korra haussa les épaules.

« Tu es froide », dit Isolina.

Alors, elle alla vers Korra, qui écarquilla les yeux.

À vrai dire, elle n'avait pas trouvé que ce soit si surprenant que la fille aille vers Asami : elle l'avait sauvée, donc elle avait certainement développé un genre d'affection envers elle. Et Asami avait été douce et attentionnée tout le temps. Ce qui n'était pas aussi vrai pour Korra. Elle était très certainement gentille à sa façon, mais elle avait pu passer moins de temps avec l'enfant.

Mais la voilà, appuyée contre elle pour trouver de la chaleur. Asami sourit sournoisement devant la confusion de Korra, continuant de caresser les cheveux d'Isolina.

Peu de temps après, la jeune fille était endormie paisiblement.

« Il semble qu'elle t'aime bien, murmura Asami.

- Seulement parce que tu n'es pas assez chaude pour elle, répondit Korra tout aussi bas que sa femme.

- Je ne pense pas. Elle ne t'approcherait pas sinon. »

Korra fredonna un instant.

« On devrait dormir aussi, ajouta Asami.

- Ouais… C'est ce que je ferais si je n'avais pas peur de l'écraser pendant que je dors ! »

Asami gloussa doucement.

« Voyons, Korra, bien sûr que tu l'écraseras pas. »

Elle embrassa sa femme en guise de bonne nuit, parce qu'il n'y avait plus rien à ajouter. Korra n'était pas très d'accord. Elle n'était pas du tout sereine à l'idée de dormir avec cette petite chose collée à elle. Cependant, elle finit par s'endormir, et elle ne réduisit pas la fille en miettes pendant leur sommeil.


A/N : Alors, je sais que je suis chiante, mais une petite review, ça vous dit ? Ce serait gentil. Et puis, là, j'ai vraiment besoin de savoir ce que vous en pensez, parce que si je savais pas cette suite est tellement attendue, j'aurais baissé les bras xD M'enfin bon, merci beaucoup pour la lecture, j'espère que vous avez apprécié ! À la prochaine !