A/N : Coucou tout le monde !

Alors, comment allez-vous ? Comment vivez-vous le confinement ? J'espère que vous allez bien, tout comme vos proches.

Je suis un peu en avance, mais c'est pour vous prouver qu'on peut tirer du positif de cette situation ! Donc, oublions un peu le monde et le virus un instant, ça repose l'esprit. Puis, un peu d'occupation ça ne fait pas de mal ! Enfin, j'imagine.

Donc, les informations pour ce chapitre : suite directe au dernier. Je vous rappelle donc que Korra et Asami sont sorties pour laisser un peu d'intimité à notre jeune couple.

Bonne lecture !


« Et donc ? On va pouvoir rentrer quand ? » demanda Korra.

Asami et elle étaient assises au coin d'une terrasse, profitant du beau temps en sirotant un cocktail.

Sa femme lui avait expliqué la raison de leur départ précipité et ça l'avait bien fait rire. D'ailleurs, quand elle y pensait, elle n'avait jamais eu ce problème-là avec Asami, pour des raisons tristement évidentes.

Mais là, ça devait faire bien une heure qu'elles étaient dehors, et… la situation l'embêtait un peu.

« Je ne sais pas, répondit Asami. J'aurais peut-être dû donner une heure limite…

- Peut-être oui. Parce que si elles s'y mettent sérieusement, je ne suis même pas sûre qu'on puisse rentrer cette nuit.

- T'exagères.

- Attends, c'est toi qui me dis ça ? »

Sa femme prit une gorgée de son cocktail et l'ignora. Mais Korra tint à lui faire savoir qu'elle n'avait absolument pas le droit de faire ce genre de réflexions.

« Pour rappel, la nuit blanche que tu m'as fait passer au pôle sud a failli nous faire rater une tradition super ancestrale !

- Il faisait très froid.

- Oh, et c'est sûr que c'est une très bonne excuse pour la tigresse qui est en toi !

- On est arrivées à l'heure, on a très bien dormi, et ce n'était pas une nuit blanche. »

Korra la dévisagea.

« Quoi ?

- Je t'assure que c'était une nuit blanche.

- Absolument pas.

- Bon, si tu veux. Mais si on considère le fait que tu m'avais déjà pas lâchée de l'après-midi, c'était une nuit blanche ! »

Asami sourit un peu malicieusement à ce souvenir. Peut-être oui, peut-être… Mais elles étaient jeunes et fougueuses, elles pouvaient bien se le permettre.

Constatant son petit sourire, Korra ne put que sortir un :

« Ah ha ! Prise la main dans le sac !

- Oh, arrête. T'as adoré ça. Je t'ai pas tyrannisée non plus ! Si tu n'avais pas une incroyable fierté, on aurait pu s'arrêter bien plus tôt. Mais soi-disant, Madame avait de l'énergie à revendre.

- J'ai très bien tenu. Et jusqu'au bout. »

Asami rit.

« C'est vrai, admit-elle avec une certaine tendresse.

- Bon, on fait quoi ? réitéra Korra. »

La femme d'affaires pensa un instant, puis elle sourit de nouveau, ce qui fit un peu peur à Korra.

« Et si on rentrait pas ? proposa-t-elle.

- Tu veux aller au Temple de l'Air, ou… ?

- On peut aller se trouver un hôtel et réitérer cette nuit blanche. T'en penses quoi ? ronronna-t-elle.

- J'en pense qu'on commence à être trop vieilles pour ce genre d'acrobaties.

- On a pas encore l'âge de la retraite ! C'est pas parce qu'on a plus 20 ans qu'il faut arrêter… Ce serait triste sinon. »

Korra rit.

« Tu as raison.

- C'est un oui ? demanda sournoisement Asami. »

Korra la regarda de biais, essayant de comprendre ses intentions. Était-elle vraiment sérieuse ?

« C'est moi qui paye », rajouta-t-elle.

Bon, oui, apparemment, elle était sérieuse ! Asami se leva et Korra la regarda faire.

« Qu'est-ce que tu fais ? demanda-t-elle.

- J'essaie de t'embarquer dans mon plan. »

Korra la regarda de travers, l'air de dire « vraiment ? » Asami se contenta de mettre de l'argent sur la table du bar, avant de rejoindre sa femme et de glisser sa main dans la sienne. Elle s'approcha de son oreille pour lui susurrer des mots doux. Quand elle se retira, elle put voir une étincelle d'intérêt dans le regard aux yeux bleus. Oh oui, elle allait lui faire aimer l'idée...

Elle finit par l'attirer pour rejoindre un hôtel pas trop loin. La nuit allait être longue...

Au manoir Sato, Isolina et Reena se réveillèrent quelques minutes après s'être assoupies, un peu surprises de s'être endormies toutes les deux, mais il fallait dire que c'était drôlement confortable.

« J'aime bien… dit Isolina, souriant alors qu'elle se blottissait encore un peu plus contre sa petite-amie.

- Tu aimes bien quoi ?

- Ça.

- Hum… Tu aimes bien qu'on fasse l'amour ou qu'on dorme ensemble ? »

Isolina gloussa un peu. Ça pouvait porter à confusion, effectivement.

« Les deux. Mais pour le coup, je parlais de me réveiller auprès de toi.

- J'aime bien aussi. Les deux, hein. Tu sais quoi ? Après le lycée, on pourrait peut-être habiter ensemble !

- Toutes les deux ? Tu quitterais le Temple de l'Air ?

- Oui !

- C'est mignon. Mais je ne pense pas que ça va pouvoir se faire…

- Oh… Tu veux rester vivre avec Korra et Asami ? Je veux dire, je comprends… ce sont tes mères et elles t'ont toujours protégée…

- Non, c'est pas ça… Je… vais peut-être devoir partir…

- Quoi ? s'alarma Reena. Où ça ?

- Aux Tribus de l'Eau. Je ne sais pas encore si j'irai au nord ou au sud, mais pour apprendre à guérir, ils ont des maitres très réputés… Je crois que c'est la meilleure solution.

- Mais… tu comptais m'en parler quand ?

- Il n'y a encore rien de définitif. Et puis, tu sais que j'ai toujours voulu être une guérisseuse…

- Une des meilleures, je sais oui. Tu fais déjà partie des meilleures, d'ailleurs…

- Oui, peut-être, mais… je peux encore me perfectionner. Je fais tout à l'instinct, mais je pourrais être plus efficace si j'en apprenais un peu plus sur le corps humain et sur les techniques de guérison. Reena… c'est mon rêve, soigner les gens, utiliser ma maitrise pour réparer plutôt que de tuer… Tu le sais, hein ?

- Je sais, je sais… Peu importe au fond…

- Que veux-tu dire ? »

Cette fois, ce fut à Isolina de s'inquiéter : et si Reena décidait de la quitter subitement en se disant que ça ne valait pas le coup de subir une relation à distance ? Elle la vit se relever, puis elle planta son regard verdoyant dans le regard bleu transparent de sa petite-amie.

« Je viendrai avec toi, dit-elle solennellement. Peu importe où tu vas. Je viendrai avec toi et je serai toujours là pour toi. Je veux qu'on soit toujours ensemble.

- Mais… et tes études ? Et ta famille ?

- Ils comprendront… Et puis, je suis une maitre de l'Air. Nous étions des nomades, et aujourd'hui nous parcourons le monde pour aider les gens, alors je peux bien parcourir le pôle nord et le pôle sud pour aider les gens. Je ferai quand même mon travail et je pourrai m'entrainer avec toi.

- Tu ferais vraiment ça ?

- Bien sûr… Hors de question qu'on soit séparées par quoi que ce soit maintenant. »

Isolina était impressionnée. Elle savait Reena très déterminée quand elle voulait quelque chose — elle se souvenait encore, amusée, du jour où elles s'étaient rencontrées — mais le fait qu'elle soit prête à faire tout cela pour elle avait un immense attrait qui la bouleversait et la touchait au plus haut point.

Elle ne put répondre, ou même formuler un semblant de réponse cohérente dans sa tête, car la fille aux yeux verts fondit sur elle pour l'embrasser. Puis, ça ne lui suffit pas et, encore folle de ces exploits précédents, elle se mit à caresser la peau d'Isolina, qui frémit.

« Mmmm… euh… Attends, deux minutes ! l'arrêta-t-elle. Je croyais que tu étais crevée ?

- On vient de faire une sieste.

- Et tu veux remettre ça ?

- Absolument !

- Mais… attends… Mes mères reviennent quand ?

- Comment veux-tu que je sache ? Je suis allée voir Asami, je lui ai dit qu'on avait besoin d'intimité, puis elle m'a sorti un « amusez-vous bien » avant de détaler avec Korra. Elle m'a pas vraiment informée du retour…

- T'es vraiment incroyable, tu lui as vraiment sorti ça comme ça ?

- Plus ou moins… Mais on s'en fiche, non ?

- Ce qui m'étonne le plus, c'est qu'elle ait accepté sans rien dire… »

Reena l'ignora et l'embrassa dans le cou, passant une main sur son sein.

« Reena ! Mais si elles rentrent ? Ou si elles sont déjà rentrées ?

- Elles savent déjà ce qu'on est en train de faire, alors qu'est-ce que ça change si elles nous entendent ou pas ? »

C'était pas faux… Et puis… Non, l'avoir contre elle, comme ça, ce n'était pas soutenable. Elle ne pouvait pas franchement lutter contre le désir qui s'éveillait chez elle. Donc, elle céda complètement et reprit le dessus sur Reena, lui disant d'un air aguicheur :

« Tu veux que je te montre d'autres choses ? »

À sa grande surprise, la maitre de l'Air ne fut pas le moins du monde décontenancée et la retourna pour la surplomber, alors qu'elle lui répondait d'un air provocateur :

« Et si je les découvrais plutôt par moi-même ?

- D'accord…

- D'accord ? T'es sérieuse ? T'acceptes de servir de cobaye juste comme ça ?

- Ça sert à quoi les premières fois si c'est pas pour tester des trucs ? Alors, vas-y. Je suis à toi.

- Mais…

- Quoi ? Tu te rétractes ?

- C'est pas ça ! C'est que je… risque d'être maladroite… Et si je te fais mal, ou si tu n'aimes pas…

- C'est pas grave ça. »

Reena fronça les sourcils. La voyant perplexe, Isolina continua alors, passant ses bras autour de son cou.

« Je ne voulais vraiment pas te montrer mon dos, ça me met très mal à l'aise, mais maintenant, ça va. C'est parce que c'est toi. Tu peux faire ce que tu veux. Mon corps est à toi. Et puisque tu as absolument tenu à le découvrir entièrement… apprends-le. Apprends-le par cœur, apprends-moi, mes sentiments, mes réactions… Je veux que tu me connaisses entièrement, comme tu l'as toujours fait.

- D'accord… »

Convaincue par ses mots, Reena explora son corps, l'arpenta de mille baisers et de mille caresses, laissant ses lèvres gouter à sa peau, sa langue la parcourir… Elle usa de tous ses sens, de tout son corps et de toute sa sensibilité.

Isolina la laissa faire, complètement et entièrement, savourant toute son affection et n'oubliant pas de la lui rendre.

C'est ainsi que se finit l'après-midi.


« On aurait au moins pu faire la grasse mat', se plaignit Korra en rentrant.

- C'est déjà neuf heures...

- Rappelle-moi à quelle heure on s'est endormies déjà ?

- Tu exagères.

- Et toi, tu ne prends jamais en considération mon sommeil quand tu me fais passer ce genre de nuits. Je te préviens, je me vengerai.

- Mmmm... J'attends ça avec impatience...

- Arrête de paraître intéressée ! C'est censé être une menace !

- Ô grand Avatar, que j'ai peur du terrible châtiment que vous me réservez ! »

Pendant leur discussion, Asami s'était dirigée vers leur chambre et Korra la suivait. À vrai dire, ce n'était pas tant leur chambre qui l'intéressait mais celle qu'il y avait à côté.

Korra allait rouspéter une nouvelle fois, mais elle s'arrêta net quand elle vit Asami se positionner devant la chambre de leur fille avec un air d'espionne aguerrie.

« Je peux savoir ce que tu fais ? s'enquit-elle en se plaçant derrière elle les bras croisés.

- Shhh, lui intima-t-elle, avec un doigt sur la bouche. »

Elle posa sa main sur la poignée dans le but d'ouvrir la porte.

« Hé ! Mais arrête ! s'indigna la femme aux yeux bleus en chuchotant.

- Tu vas me faire remarquer, tais-toi.

- Ce serait pas plus mal ! Tu envahis leur intimité là !

- Ça va, je suis sa mère... Et je connais l'autre depuis toute petite.

- Mais et si elles sont nues ?

- Ce sera pas la première fois que je les vois nues...

- Asami...

- Maintenant chut, lui dit-elle. »

Elle tourna la poignée doucement et Korra ne put rien dire, comme retenant son souffle.

La femme aux yeux verts regarda par l'embrasure de la porte juste un instant. Elle sourit, puis referma la porte avant de se diriger vers sa propre chambre. Elle garda ce sourire sur le visage sans rien dire.

Sa femme la suivit du regard interloquée. C'était tout ? Et... mais qu'est-ce qu'elle voulait au juste ? Et puis, c'était quoi ce sourire niais ?

« Alors ? demanda l'Avatar.

- Ah, on est curieuse maintenant ?

- Oui. Enfin, non ! Je me demande juste ce que tu as vu qui te fait tant sourire.

- Elles sont juste en train de dormir.

- D'accord... Et ?

- Et rien. Je suis contente, c'est tout.

- Toi, tu me caches quelque chose...

- Mais pas du tout ! J'ai pas le droit d'être heureuse pour ma fille ?

- Si... Je suppose...

- Bon bah voilà. »

Asami entreprit d'aller prendre une douche et de changer de vêtements. Korra la laissa faire, songeant un peu à ce qui venait de se passer. Ça lui faisait très bizarre. Elle n'avait jamais vu Asami être aussi heureuse qu'Isolina soit avec quelqu'un.

Korra n'était pas du genre à essayer de se mêler de ces affaires là, mais elle savait qu'Asami s'était beaucoup inquiétée par le passé. Et là, elle était simplement calme. C'était... nouveau. Troublant même... Mais bon, c'était probablement une bonne chose. Une très bonne chose.

Isolina s'éveilla doucement. Elle essaya d'ouvrir les yeux, mais la lumière était extrêmement vive. Ah non, elle ne voulait pas les ouvrir. Autant rester au lit encore un moment...

Pourtant, quelque chose la troublait. Au bout d'un moment, elle s'aperçut qu'un souffle secondait le sien et qu'il y avait un poids à côté d'elle, une chaleur tout proche d'elle. Mais... elle était pourtant chez elle, non ? Personne ne restait dormir chez elle. Mais... Attendez une seconde...

Elle finit par ouvrir les yeux, remarquant Reena somptueusement étendue sur le dos, en train de respirer calmement. Un de ses bras était replié sur sa poitrine nue et l'autre... oh, Isolina s'en servait plus ou moins de coussin.

Elle se releva, se demandant si elle ne lui avait pas coupé la circulation du sang. Apparemment pas, sinon elle aurait bougé...

La jeune maître de l'Eau s'appuya sur ses coudes et regarda sa petite-amie dormir. Elle retint un gloussement. Ça lui faisait très bizarre de l'avoir dans son lit. Ou même de se réveiller à côté de quelqu'un. Elle avait... évité jusqu'à présent. Mais Reena... Elle était tellement heureuse qu'elle avait du mal à rester seulement comme ça, en silence, la contempler.

Finalement, un sourire narquois fleurit sur son visage et elle ne put s'empêcher de mettre fin au sommeil de la belle au bois dormant.

Elle se rapprocha d'elle un peu comme un fauve se rapprocherait de sa proie.

« Hé, la marmotte », l'appela-t-elle doucement.

La fille aux cheveux bruns grogna un peu, faisant une sorte de moue adorable et Isolina fut complètement attendrie. Peut-être qu'elle devrait la laisser dormir...

Sa petite-amie roula sur le côté, se mettant face à elle sans le savoir. Isolina prit un peu de la hauteur, se mettant juste au-dessus de son oreille.

« Reena, je t'aime... » lui susurra-t-elle.

Nouveau grognement alors qu'elle s'écartait. Elle vit Reena tenter d'ouvrir les yeux et elle sourit.

« Isolina ? » lui dit cette dernière, encore toute endormie.

Elle tenta d'ouvrir les yeux plus distinctement. Quand ce fut fait, elle remarqua le sourire brillant de la jeune fille aux yeux bleus, mais aussi...

« Tiens, t'es toute nue. »

Isolina rit et fondit sur elle pour l'embrasser.

« Ça, c'est du réveil », nota la jeune maître de l'Air.

Sa petite-amie gloussa encore une fois, déposant un léger baiser sur ses lèvres.

« Je t'aime aussi, au passage, lui répondit Reena. C'était pas un rêve, hein ?

- Non, ce n'était pas un rêve...

- Hier non plus ?

- Hier non plus. »

Elle roula contre Isolina, la prenant dans ses bras, se reposant contre sa peau. Elles restèrent ainsi enlacées un moment.

« C'est quelle heure ? demanda Reena au bout d'un moment.

- Dix heures passées.

- Déjà ?

- Tu as beaucoup dormi...

- Plus que ce que je pensais... Va peut-être falloir que j'y aille... Mes parents vont s'inquiéter...

- On peut prendre un petit-déj ensemble avant que tu t'en ailles.

- Ce serait bien... »

Néanmoins, elles ne bougèrent pas. Reena finit par soupirer.

« C'est normal que j'ai encore envie de toi ? »

Isolina gloussa.

« Je pense oui. Mais on ferait bien de se lever ou tu ne vas plus partir... »

C'était si dérangeant que ça ? Isolina décréta que oui, puisqu'elle se dégagea et se leva, commençant à s'habiller. Reena la regarda faire, admirant ce corps qu'elle avait pu posséder complètement pendant une nuit complète. Elle regarda la cicatrice aussi. Elle remarqua qu'Isolina continuait à enfiler son haut d'abord, comme pour la cacher le plus vite possible. Elle ne savait pas si elle allait pouvoir lui faire arrêter ça. Oh et puis, peu importait au fond. Tant qu'elle ne le lui la cachait plus.

Finalement, Reena se leva aussi et s'habilla et elles descendirent dans la cuisine, où Asami était en train de lire un journal.

« Bonjour, Maman, dit Isolina en venant l'embrasser.

- Bonjour les filles. Bien dormi ?

- Très bien. Où est Maman ?

- Elle est allée se recoucher.

- À dix heures ?

- On s'est couchées tard hier, et je l'ai apparemment levée trop tôt.

- Ah ? Qu'est-ce que vous êtes allées faire ? Regarder un mover ? Y en a des pas mal en ce moment.

- Hum... Non... On voulait vous laisser la maison, donc on est allées se trouver un hôtel pas très loin de l'Harmony Tower.

- Un hôtel ? Carrément ?

- On s'est bien amusées...

- Je comprends mieux pourquoi elle est allée se recoucher... »

Elle vit un léger sourire machiavélique sur le visage de sa mère et elle soupira de manière rieuse.

Les deux jeunes femmes prirent un petit déjeuner, Asami intervint peu dans la conversation, puis Isolina raccompagna sa petite-amie à la porte. Elle lui offrit un dernier baiser et cette dernière s'en alla.

À peine eut-elle fermé la porte qu'elle sentit quelqu'un l'étreindre de derrière.

« Maman ? Je peux savoir ce que tu fais ? demanda-t-elle entre curiosité et incompréhension.

- Câlins interdits ? répliqua-t-elle.

- Non, mais... pourquoi ?

- Je suis contente. Je suis très contente. Dis, tu réponds à une question ?

- Laquelle ? »

Asami se remit face à elle. Elle prit les mains de sa fille dans les siennes et remit une mèche de ses cheveux noirs derrière son oreille.

Elle avait tellement grandit... C'était une adulte maintenant. Presque.

« Tu te souviens quand tu étais petite, tu ne comprenais pas vraiment comment deux femmes pouvaient être ensemble. Et tu nous demandais toujours si on s'aimait, comme si la réponse allait changer.

- Oui...

- Je te demande la même question : tu l'aimes ?

- Oui. Plus que je n'ai jamais aimé.

- Je sais. Je suis heureuse que ce soit le cas.

- Tu savais, hein... Pendant tout ce temps... Les autres...

- Disons que je m'en doutais. Je suis ta mère, tu te rappelles ?

- Je t'aime, Maman.

- Je t'aime aussi, Isolina. »

Elle la prit dans ses bras, et la jeune femme savoura cet instant.

« Qu'est-ce qu'il se passe ici ? » demanda Korra, arrivant vers l'entrée en se frottant le cou encore toute endormie.

Isolina se sépara alors de sa mère pour aller étreindre son autre mère.

« Je t'aime, Maman.

- Moi aussi, mais… »

Elle ne put même pas souligner son incompréhension, car sa fille l'étreignit vivement avant de l'embrasser furtivement sur la joue. Bon, d'accord, elle ne comprenait rien… Elle regarda Asami, elle regarda Isolina. Toutes deux portaient un sourire discret et leurs yeux avaient une teinte particulièrement attendrissante, un très léger air de printemps, de douce brise, d'une saveur sucrée mais légère. Elle ne savait pas ce qui se passait, pourquoi ces émotions avaient soudain éclos, mais peu importait. Elles étaient heureuses, c'était tout ce qu'il comptait. Et elle était très heureuse de les voir heureuses.


A/N : Alors, alors qu'en avez-vous pensé ? Petite review pour Lion ? (Je suis sûre qu'une partie d'entre vous a du temps en plus maintenant x))

Le prochain chapitre est le dernier, c'est donc une espèce d'épilogue. Attendez-vous à quelques sauts dans le temps. Je ne sais pas quand je le posterai, j'attends la correction de l'anglais. On avisera à ce moment-là pour les bonus. Pour l'instant, je privilégie l'idée de mettre les bonus dans un recueil séparé (parce que comme ça, je peux en ajouter autant que je veux :p Ça permettra de faire vivre encore un peu cette histoire) et de mettre le lien dans les notes d'auteur. Mais ça dépend bien sûr de si FFnet accepte les liens.

Bon. J'espère vous retrouver dans moins d'un mois et toujours en bonne santé !

À plus !

Lion


Réponse review guest :

Loann37 : Salut !

J'étais très contente quand j'ai lu ta review. Et très fière aussi ;-) Je suis vraiment ravie que tu aies si bien reçu tout ce qui compose ce chapitre, toutes ces émotions, ces variations d'humeur et de sensibilité et, j'espère, l'osmose que j'ai voulu créer entre ces deux personnages. J'avais un peu peur que dans cette palette d'émotions ne leur permette pas d'être compatibles entre elles, mais si tu as réussi à les sentir et à passer de l'une à l'autre, dans ce cas, c'est une preuve que j'ai au moins un peu réussi ma tâche.

Et tu as bien fait de relever cette phrase. C'est l'une de mes préférées également. J'espère qu'elle a réussi à effleurer la profondeur qui lui est due. :)

Et oui, presque la fin. Ça fait pourtant quelque chose comme deux ans que cette histoire est née. Elle a eu la chance d'avoir un grand soutien dès le premier chapitre, sans quoi elle n'en serait jamais là où elle en est aujourd'hui. Le fait d'arriver à la fin est permis par des lecteurs comme toi qui m'ont beaucoup soutenue en partageant ce que l'histoire leur disait et faisait ressentir. Je t'en remercie énormément. Évidemment, merci pour cette review, mais aussi pour toutes les autres, et pour ton attitude bienveillante.

On se revoit à la fin, si le cœur t'en dit :)

À plus !

Lion